Accueil Revues Revue Numéro Article

Africultures

2011/4 (n° 86)

  • Pages : 248
  • ISBN : 9782296546844
  • DOI : 10.3917/afcul.086.0227
  • Éditeur : Africultures

ALERTES EMAIL - REVUE Africultures

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 227 - 227 Article suivant
1

La compagnie Théâtre inutile existe depuis 1994. Installée à la Maison du Théâtre à Amiens depuis 1997, elle se développe alors au gré de ses rencontres et de ses errances. Le travail de la Cie s’inscrit sur différents territoires : théâtre, milieu carcéral, milieu scolaire, structures culturelles ou associatives... Depuis 2006, avec la création Le Corps liquide de Kossi Efoui, le travail de Théâtre inutile est basé sur un dialogue permanent entre un auteur, Kossi Efoui, et un metteur en scène, Nicolas Saelens. Théâtre inutile travaille les créations dans un esprit de co-inspiration, en cherchant à ce que chaque élément d’un spectacle soit travaillé sans hiérarchie présupposée et qu’il puisse se penser dans le tissage d’un ensemble. La Cie réfléchit à comment faire exister aujourd’hui, un théâtre proposant un divertissement clair de la pensée, s’adressant à toutes les générations confondues, dans un esprit de partage et d’échange sur l’expérience vécue. La diffusion de leurs spectacles s’accompagne systématiquement de rencontres avec les publics. La marionnette est un médium omniprésent dans leurs créations qui interrogent l’objet tant dans sa forme que dans les images qu’il véhicule. C’est également un support de réflexion sur les corps ainsi que sur les mots et les espaces circonscrits dans lesquels on a l’habitude d’inscrire leurs images. La marionnette permet de déconstruire les définitions figées et de tendre en permanence vers un dépassement de la matière et du matériau. Les outils manipulés tracent l’espace de partage que construit Théâtre inutile à travers ses nombreuses créations en compagnonnage avec Kossi Efoui. En 2008 la Cie a créé Happy End, préambule à Concessions crée quelques mois plus tard. En 2009 Théâtre inutile crée Enfant, je n’inventais pas d’histoires au Centre culturel français Georges Méliès de Ouagadougou (Burkina Faso), et Oublie ! en 2010 au Palace à Montataire (France). Les prochaines créations continuent d’explorer les différents champs de l’écriture scénique : En guise de divertissement autour de la question des traitements des corps dans l’espace public ; Compagnie au pied du lit, projet franco-argentin de castelets pour lits d’hôpitaux ; un projet d’installation avec Rites ; et enfin La Ballade des voisins anonymes, une création pour cages d’escaliers.

Pour citer cet article

« Théâtre inutile », Africultures, 4/2011 (n° 86), p. 227-227.

URL : http://www.cairn.info/revue-africultures-2011-4-page-227.htm
DOI : 10.3917/afcul.086.0227


Article précédent Pages 227 - 227 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback