Accueil Revues Revue Numéro Article

Agone

2013/1 (n° 50)

  • Pages : 256
  • ISBN : 9782748901788
  • Éditeur : Agone

ALERTES EMAIL - REVUE Agone

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 205 - 208 Article suivant
1

Dans Le Nouveau Vieux Monde[1][1] New Old Wolrd, Verso, Londres/New York, 2009, 592 p...., Perry Anderson entend rompre avec l’abondante littérature pieuse ou technocratique que l’Union européenne inspire le plus souvent. L’ouvrage relève le défi de traiter le développement sans précédent d’une politique supranationale à l’échelle du continent et l’irréductible spécificité nationale des États impliqués dans ce processus. Parmi les motivations qu’il a données, Perry Anderson insiste sur son espoir de contribuer à la reconstitution de la république européenne des lettres qui fait toujours cruellement défaut. En reproduisant ici l’essentiel du dossier critique publié par la New Left Review au début de l’année 2012 autour de cet ouvrage [2][2] Sous le titre « Turnmoil in Europe » (New Left Review,..., nous nous inscrivons dans cette perspective d’un échange international sur des questions de fond.

2

Le Nouveau Vieux Monde est ici discuté par le juriste français Alain Supiot récemment élu professeur au Collège de France – connu pour ses travaux sur le droit du travail et la justice sociale ; et par le politiste allemand Jan-Werner Müller, qui enseigne à Princeton – spécialiste de la vie intellectuelle contemporaine de son pays. Le premier insiste sur la nécessité de compléter le regard porté sur l’Europe par un point de vue porté depuis l’Orient, qu’il s’agisse des effets de l’entrée des « pays de l’Est » dans l’UE ou, au-delà, de l’intérêt d’un rapprochement avec l’« économie communiste de marché » chinoise. Le second appelle à relativiser l’idée exprimée par Perry Anderson d’une dégradation de l’idée européenne, en mettant en avant la notion de « démocratie militante » forgée dès l’entre-deux-guerres, et largement appliquée dans l’Europe d’après guerre, pour justifier les entorses aux principes démocratiques au nom de la défense de la démocratie.

3

La discussion évoque l’incohérence institutionnelle de l’Union, les disparités économiques entre le Nord et le Sud, le fossé politique entre les élites et les classes populaires, ou encore les prétentions « sub-impériales » de la politique régionale de l’Europe. Autant d’enjeux durables auxquels cette dernière se trouve confrontée, quelle que soit l’issue de la grave crise monétaire actuelle. Alain Supiot et Jan-Werner Müller donnent à Perry Anderson l’occasion de prolonger la réflexion du Nouveau Vieux Monde sur tous ces points, mais aussi d’examiner les derniers soubresauts d’une crise européenne qui ressemble de plus en plus à une fuite en avant.

Notes

[1]

New Old Wolrd, Verso, Londres/New York, 2009, 592 p. (Le Nouveau Vieux Monde. Sur le destin d’un auxiliaire de l’ordre américain, Agone, 2011, 744 p.).

[2]

Sous le titre « Turnmoil in Europe » (New Left Review, janvier-février 2012, n° 73) : Philippe Schmitter, « Classifying an anomaly » (article non reproduit ici) ; Alain Supiot, « Under eastern eyes » ; Jan-Werner Müller, « Beyond militant democracy ? » ; et la réponse de Perry Anderson, « After the event ».

Pour citer cet article

Olivera Philippe, « Présentation », Agone, 1/2013 (n° 50), p. 205-208.

URL : http://www.cairn.info/revue-agone-2013-1-page-205.htm


Article précédent Pages 205 - 208 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback