Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Agone

2013/3 (n° 52)

  • Pages : 232
  • ISBN : 9782748901801
  • Éditeur : Agone

ALERTES EMAIL - REVUE Agone

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 143 - 179 Article suivant

Résumé

Français

Au début des réformes, la plupart des intellectuels chinois imaginaient qu’on verrait bientôt se former dans le pays une importante classe moyenne. Ce qui, aux yeux de beaucoup, apporterait la stabilité sociale. Le développement de l’entreprise privée, la redistribution des biens d’État et l’introduction de l’actionnariat ont alimenté l’espoir que les choses évolueraient de cette façon. La puissance qu’a pu revêtir cette idée est illustrée par le fait que certains membres de l’élite intellectuelle considèrent encore aujourd’hui la corruption comme un phénomène bénin, du seul fait qu’elle contribue à faire disparaître l’ancienne économie. La réalité s’est révélée très différente de ces illusions. Non seulement la Chine n’a pas évolué vers une distribution des revenus en forme de diamant, avec une classe moyenne importante au milieu, mais elle se trouve dans la situation inverse : la structure sociale, devenue pyramidale, rappelle celle des pays d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande ou les Philippines.

Plan de l'article

  1. Inégalités et corruption
  2. Élites économiques et culturelles
  3. Une élite intellectuelle
  4. Une classe moyenne sous-développée
  5. Une classe ouvrière marginalisée
  6. Conventions collectives
  7. Investissements occidentaux
  8. Firmes asiatiques : la grande régression
  9. La paysannerie sous pression
  10. Une vaste population marginale
  11. Des marginaux délinquants
  12. « Sociétés noires »
  13. Organisations intermédiaires
  14. Les dangers de la polarisation
  15. La sélection des cadres
  16. Les médias
  17. La Chine et l’Organisation mondiale du commerce

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback