Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Annales de Normandie

2013/2 (63e année)


ALERTES EMAIL - REVUE Annales de Normandie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 143 - 166 Article suivant

Résumé

Français

En 1938, Félix Amiot, constructeur aéronautique, décide d’implanter une usine à Cherbourg, afin de répondre aux commandes de bombardiers Amiot 350, dont la nouvelle usine doit réaliser les ailes. Choisie en raison des incitations à la décentralisation de l’industrie, l’usine en a aussi subi un effet pervers : l’absence de main-d’œuvre spécialisée disponible à Cherbourg. Dans le contexte du réarmement, puis de la production de guerre, la pénurie de spécialistes est générale. Devant la situation, la Société des Chantiers Aéronautiques de Normandie prend une série de mesures : emploi massif des femmes, développement de la formation interne, augmentations de salaire, primes, demande d’affectés spéciaux issus des ouvriers mobilisés à partir de septembre 1939, prospections à l’étranger et parmi les réfugiés. Malheureusement, ces démarches n’ont pas porté leurs fruits et une dizaine de bombardiers seront disponibles en mai 1940 au lieu des centaines de commandés.

Mots-clés

  • Félix Amiot
  • Cherbourg
  • construction aéronautique militaire
  • recrutement
  • main-d’œuvre féminine
  • réarmement
  • Avions Amiot
  • main-d’œuvre spécialisée
  • production de guerre
  • décentralisation

English

The difficulty of recruiting skilled workers in 1940 ; Cherbourg’s “Chantiers Aéronautiques de Normandie”In 1938, Félix Amiot, builder of the Amiot 350 bombers, decided to build a factory in Cherbourg to supply the wings of his planes. This decision was motivated by a programme to decentralise industrial production but soon was plagued by the absence of qualified workers in the Cherbourg area. In the general context of rearmament and wartime production, specialists were few and far between. To find the necessary workforce, Amiot implemented various measures : massive female labour, on the job training, higher wages, bonuses, special work permits for conscripted labour and for refugees. Despite these efforts, only a dozen bombers were ready by May 1940 instead of the hundreds that had been ordered.

Keywords

  • Félix Amiot
  • Cherbourg
  • military aviation construction
  • recruiting
  • feminine workforce
  • rearming
  • Amiot bombers
  • specialised workers
  • wartime production
  • decentralisation

Plan de l'article

  1. Une usine moderne et innovante, constituée dans le cadre du réarmement et de la décentralisation
    1. Les conditions d’installation de l’usine à Cherbourg
    2. Une usine modèle intégrée dans un circuit de production
    3. Une mise en marche longue et coûteuse
  2. Causes de la pénurie de spécialistes et impact de cette pénurie sur la production
    1. Une pénurie ancienne, aggravée par la mobilisation générale de septembre 1939 …
    2. Mais aussi par l’absence de main-d’œuvre qualifiée disponible à Cherbourg
    3. Autres facteurs : l’isolement et le manque de logements sur l’agglomération cherbourgeoise
  3. Un problème récurrent, sans solution « miracle »
    1. La mise en place de mesures incitatives à destination des spécialistes recherchés
    2. L’emploi et la formation massive de main-d’œuvre féminine et ses limites
    3. Une prospection nationale et continentale à la recherche de spécialistes étrangers

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback