Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Annales de Normandie

2014/1 (64e année)


ALERTES EMAIL - REVUE Annales de Normandie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 215 - 228 Article suivant

Résumé

Français

Le succès littéraire de Richard sans Peur est attesté par la permanence des réécritures qui adaptent la légende à ses nouveaux publics, comme en témoigne la comparaison entre quatre versions successives : le texte original en vers (début du xvie siècle), la mise en prose de Gilles Corrozet (circa 1530), une version de la Bibliothèque bleue (xviie siècle) et le remaniement de Jean Castilhon (1769). Du point de vue structurel, on mesure l’élasticité de la trame narrative, tantôt abrégée, tantôt amplifiée. La stéréotypie s’affirme par le réemploi de motifs empruntés à la matière de Bretagne et à la tradition courtoise. Évaluées à l’aune de leur contexte idéologique, ces réécritures attestent d’un effort de rationalisation, voire d’un évidement sémantique des aventures diaboliques qui, au Siècle des Lumières, suscitent le rire plus que la peur. Castilhon, en effet, cède à l’engouement pour l’imaginaire démoniaque, mais ses commentaires ironiques ne soulignent que mieux l’écart symbolique entre la lettre et la glose. Ce collectionneur fréquente les vieux récits avec une désinvolture qui rappelle, au xve siècle, celle de l’impassible Richard s’amusant à rejouer les « deablies » des romans de jadis.

Mots-clés

  • Bibliothèque bleue
  • Castilhon, Jean
  • Corrozet, Gilles
  • ironie
  • merveilleux
  • réécriture
  • siècle des Lumières

English

Re-writing history : Richard the Fearless, an ironic novel ?The many editions of Richard the Fearless’ biography that adapt the content to different audiences witness the literary success of this work. Four editions are analysed here : the original poetic version (beginning of the 16th century), put into prose by Gilles Corrozet (c. 1530), an edition in the “Blue Library” (17th century) and, finally, that of Jean Castihon (1769). From a structural point of view, the elasticity of the narrative, sometimes shorter sometimes longer, is measured. The use of stereotypes is evidenced by the use of motifs taken from Breton tales and courtly tradition. Evaluated in their ideological context, these retellings demonstrate an effort to rationalise and even to evacuate diabolical adventures, which were more likely to evoke laughter than fear in the Age of Enlightenment. Although Castilhon includes much of this imaginary devilishness, his ironic comments underline the distance separating the original and the annotation. This erudite serves up old tales with the same offhand manner as that of the debonair Richard, in the 15th century, having fun by playing the “deablies” of ancient tales.

Keywords

  • Blue Library
  • Castilhon, Jean
  • Corrozet, Gilles
  • irony
  • supernatural
  • rewriting
  • Enlightenment

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback