Accueil Revues Revue Numéro Article

Annales de Normandie

2015/2 (65e année)


ALERTES EMAIL - REVUE Annales de Normandie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 155 - 173

David Bates, The Normans and Empire : The Ford Lectures Delivered in the University of Oxford during Hilary Term 2010, New York, Oxford University Press, 2013, XV-237 p.

1

David Bates’s new book, The Normans and Empire, obviously alludes to John Le Patourel’s earlier classic, The Norman Empire[1][1] J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon..., which he previously critiqued at length [2][2] D. Bates, « Normandy and England after 1066 », The.... Is there any more to say ? Perhaps like revisiting a previously rain-shrouded site in sunny weather, the mood has changed. Bates still distances himself from several of Le Patourel’s conclusions, but in a rather more appreciative tone, offering updated reflections on the same issues : What was the nature of the Normans’ political configuration ? Was it an empire ? If so, how is that defined ? When did it end, and why ?

2

Le Patourel acknowledged his « heavy debt to the publications of Douglas, Lemarignier, Musset, and Yver » (p. v). Similarly, Bates draws liberally from current historians such as David Crouch, Judith Green, Kathleen Thompson, and Elisabeth van Houts. There is, however, a new twist. Bates has noticed a fracturing in the field which has led to « too many disconnected historiographies around for comfort [as well as to] historical debates that ought to happen, but have not » (p. 5). Thus, numerous recent writings on empires are based on contradictory assumptions, on solely English or French (i. e. Norman) sources, or on a lack of shared definitions such as the « extraordinarily woolly word Normanitas » (p. 6-7).

3

Bates, therefore, proposes to advance our understanding by carefully defining his terms, and by employing a miscellany of tools from the social sciences, such as distinctions between « hard » and « soft » power, as well as between « core » and « periphery ». Happily, this « Political Science light » framework yields positive results.

4

Although the author strives for elucidation and clarity, he nowhere sets out a concise definition of the Norman Empire. If he had, it would look something like this : born out of William the Conqueror’s ruthless and exploitative conquest of England in 1066, the core of the empire was the itinerant royal court, therefore, territorially, Normandy and Southern England. In human terms, the core was animated by the king and his barons, and buttressed by the lands they held on both sides of the Channel. In addition, we must also include those dependent upon these elites, such as vassals and clerics, most of whom thought in cross-Channel terms. Thus, the empire was a plural one – always Normandy and England – in which the core legitimized itself while at the same time it flattered and dominated the periphery (e. g. Ireland, Scotland, Wales, Maine).

5

The cultural and economic dynamism of the empire (i. e. its soft power) flowed in both directions between England and Normandy, right up until its end in 1204 (and, in truth, the afterglow of the trans-Channel experience continued even later). Yet many of these cultural and economic aspects must be seen not through a narrow imperial lens, but more broadly as a part of the changes that were sweeping across Western Europe at the time. Finally, there was an imperial diaspora, especially to Southern Italy and Sicily, where expatriates looked to Normandy as the homeland. Much of the book necessarily amplifies and/or qualifies these assertions.

6

One unique feature of the book is a reliance on mini-biographies, or as Bates calls them, « life-stories ». These accounts allow Bates to flesh out how people actually experienced living in an empire. A particularly vivid example highlights the cross-Channel experiences of Adeliza Peverel, the widow of Richard de Reviers. Richard was not among those who rode with the Conqueror. Rather, he received his lands in England a generation later, rising to power « on the back of empire, so to speak » (p. 16). When Richard died in c.1107 he was buried at the Norman abbey of Montebourg. Some forty years later, at the request of Adeliza, this trans-Manche family gathered at Richard’s grave and joined in the bestowal of lands in Berkshire, England, upon the monks of Montebourg. Somewhat surprisingly, the donation was made during a period of civil war when one assumes cross-Channel transactions were difficult. Thus, for Bates, one major way that this multi-faceted vignette advances the debate over empire is that it « gets the whole discussion off the hook of needing to define everything as ‘English’, ‘Norman’, or Anglo-Norman’ » (p. 29) for clearly Adeliza saw her family as straddling the Channel.

7

For my part, I would add another life-story just as revealing as Adeliza’s. It is the story of two brothers who were bishops. Both were born in Normandy but became canons at St. Paul’s in London. In spite of the fact that Ouen was bishop of Évreux in Normandy and Thurstan was bishop of the Northern English see of York, their itineraries overlapped constantly, from York to Évreux, from Rouen to Reims, from Fontevrault to Rome. They actively supported each other. One of their nephews, Osbert, called himself « of Bayeux », as did his two sons, thereby maintaining a connection to the Norman homeland. This life-story, like many provided by Bates, calls attention to the potential weakness of the terms « English » and « Norman » when the reality was so clearly cross-Channel [3][3] D. S. Spear, « Une famille ecclésiastique anglo-normande :.... Bates would add that it was just such networks as these that held the empire together.

8

Bates also advances the discourse by carefully examining several medieval historians from both England and Normandy. Often arguments about the Norman empire or Norman identity are based on too few sources, from only one country, and without sufficient context. Thus, a surface reading of Henry of Huntingdon’s record of a speech given before the Battle of the Standard in 1138 holds that the Normans were now transformed into new Englishmen. Bates qualifies the speech by noting that this « new type of English identity [is] an acceptable interpretation as long as it is also recognized that the wider issues of empire are also present. The passage indeed makes even more sense if we think of it as portraying both the Norman and English gentes as participants in empire and in a wider diaspora that had taken many of its inhabitants to some of the farther corners of the then known world… » (p. 52). For the author, « it is striking just how much [the] historical writing [of this period] took an integrative view of the cross-Channel empire and its peoples » (p. 59). Or to restate the broader issue, « Normandy is of absolutely fundamental importance to the whole subject, even for those whose principal concern is the history of the British Isles » (p. 5).

9

It should come as no surprise that Bates would make William the Conqueror central to his arguments [4][4] Bates, already the author of a biography on the Conqueror.... William was the embodiment of hard power – ruthless in the extreme. His close followers – Odo of Bayeux, Robert of Mortain, William fitz Osbern, Roger de Montgommery, Roger de Beaumont, William de Warenne, and Richard fitz Gilbert – became the human core of the empire. All were rewarded with vast trans-Manche estates. Manifestations of soft power included a monumental new stone architecture, for both castles and churches. The Conqueror’s most famous imperial project was the Domesday Book.

10

Another area where Bates advances the dialogue is in recognizing a hegemonic core, but allowing for much independence at the periphery (i. e. Scotland, Wales, and Ireland). Thus at times, cultural transfer, mutuality, or reciprocity are more apt models than hard power. « The empire made by William the Conqueror had created an imperial elite that was responsible for its continuation. Not only did court and household bind them in a tight embrace, their whole cultural ethos made it impossible for them to abandon their imperial responsibilities. On these terms, it is, of course misleading – and indeed truly feeble – to describe them as ‘Anglo-Norman.’ Not only were some of them… not from Normandy at all, all had an identity that cannot be reduced to a mere combination of two ethnicities ; their identity was imperial » (p. 107). This imperial ethos then assured that some cross-Channel estates were continuous from 1066 until 1204. Over the same period, while some such estates were severed, others were created anew.

11

In addition, new cultural forms flourished in the Anglo-Norman condominium, such as the routine use of the royal writ, liturgical acclamations, two precocious treasuries (at Winchester and Caen), and free-standing seigneurial halls. But in spite of these cultural commonalities, Bates reminds us that « the trap for the unwary, however, lies in those apparent examples of cross-Channel development that are actually examples of European change » (p. 118).

12

Unlike Le Patourel, who ended the Norman Empire in 1154, Bates continues the story to 1204. The same dynamics were present right up until the end – an itinerant royal court, cross-Channel landholding by elites, ecclesiastical appointments on both sides of the Channel drawn from the same pool of ambitious clerics, and in all this Normandy remained the hinge. But the end came abruptly in 1204. Bates sees the demise as a failure of hard power, i. e., a military defeat for King John from which he was never able to recover. It was therefore a failure of leadership which in the context of the glue that held the Norman empire together was also a systemic failure. « It was an empire whose fault-lines kept coming to the surface » (p. 177).

13

Bates eschews the terms « the Norman Empire » or « the Anglo-Norman Empire », preferring « the Empire of the Normans ». Even twelfth-century people weren’t sure what to call this unusual but powerful political configuration. They didn’t call it an empire. Some clerics, perhaps at Hyde Abbey in Winchester, tried out the phrase regnum Normananglorum, but as Bates points out, the neologism never caught on. Still, one would like a bit more discussion of how the Norman Empire relates to the Angevin Empire which subsumed it from 1154 to 1204.

14

Despite these quibbles, I believe The Normans and Empire is largely successful. There is a nice conversational tone throughout – understandable since the book is based on the Ford Lectures delivered at Oxford. This tone underlines that the work is less a definitive monograph and more of a thought piece. The arguments rest on solid bibliographic footing, as one would expect from someone who has already published extensively in the field. Bates is fair to the many scholars whose views he is trying to moderate, including John Le Patourel. In the end, the book is less a work of demolition than a creation of a foundation for a new, more useful structure. The project still lacks interior finishing, but it is roughed out and based on a creative plan.

15

David S. Spear

Gilduin Davy, Guillaume le Conquérant. Le bâtard de Normandie, Paris, Belin, 2014, 224 p.

16

L’ouvrage est la quatrième des biographies de Guillaume le Conquérant parues depuis 2008 [5][5] Les trois premiers ouvrages ont fait l’objet de comptes.... L’auteur, Gilduin Davy, est professeur d’histoire du droit à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, auteur de Le duc et la loi. Héritages, images et expressions du pouvoir normatif en Normandie, des origines du duché à la mort du Conquérant (2004), et d’articles sur le gouvernement, le droit et la représentation du pouvoir dans la Normandie ducale. Il a choisi un plan classique : deux chapitres s’intéressent aux prédécesseurs du duc Guillaume et sept autres divisent la vie du duc-roi de manière chronologique, selon un découpage traditionnnel, entrecoupé d’un chapitre portant sur les affaires d’Angleterre de 1042 à 1066.

17

Les deux premiers chapitres considèrent les prédécesseurs du duc Guillaume. Le premier chapitre, « L’héritage », examine l’action des premiers ducs normands de Rollon à Richard III (p. 11-32). Le second chapitre, « Le règne de Robert le Magnifique », s’attarde spécifiquement sur la figure du père de Guillaume (p. 33-57). L’auteur souligne que Guillaume profite de « l’héritage familial » (p. 10) et qu’il « doit surtout sa réussite à l’héritage de ses pères » (p. 10). Il précise les liens anciens qui existent entre les ducs normands, les rois de Norvège et du Danemark, qui ont aidé à plusieurs reprises le duc normand. Gilduin Davy dresse le tableau des relations entretenues avec les différents voisins du duché : concurrentielles avec le comte de Blois et celui d’Anjou, amicales et renforcées par des alliances matrimoniales avec le roi d’Angleterre, les comtes bretons et flamands et le roi de France. De ce dernier, les ducs normands sont traditionnellement de fidèles soutiens. Évoquant le douaire d’Adèle de France, l’auteur mentionne la cession des « châteaux de Cherbourg et de Valognes » (p. 30), ce qui n’est pas totalement exact puisque si Cherbourg est bien qualifié de castellum, Valognes est une curtis, une cour (fortifiée), donc pas un château. Il remarque d’ailleurs que l’ouest n’est pas encore sous le plein contrôle de l’autorité normande (p. 13). Les douaires, comme les apanages, souvent constitués aux frontières du duché, dans des espaces disputés ou mal maîtrisés par le pouvoir normand, sont des lieux utilisés par les opposants au duc pour s’affirmer. Le comte Eudes de Blois avec la moitié de la seigneurie de Dreux (p. 25-26) et le comte Robert (futur duc Robert le Magnifique, père du Conquérant) avec l’Hiémois (p. 29-30) en sont de bons exemples. L’auteur propose d’interpréter le choix du prénom Nicolas porté par un fils de Richard III, comme un indice des origines orientales de la mère (p. 31), contrairement à Véronique Gazeau qui propose que le prénom ait été donné par l’abbé de la Trinité-du-Mont, Isembert [6][6] V. Gazeau, Normannia monastica (xe-xiie siècle), Princes....

18

Le duc Robert, d’abord comte rebelle d’Hiémois, puis accusé d’être responsable de l’empoisonnement de son frère et prédécesseur, le duc Richard III, commence la lutte contre les Richardides, descendants du duc Richard Ier. C’est aussi Robert qui ajoute à sa titulature la mention reprise plus tard par son fils de « recteur du peuple normand » (p. 38-40) et fait de la principauté normande un des principaux acteurs politiques de la France du Nord, portant secours successivement au roi de France et au comte de Flandre. L’ouest du duché passe sous contrôle effectif normand, avec la mise au pas des Bellême et du comte de Bretagne. C’est encore sous Robert que les liens avec l’Angleterre se resserrent nettement, ce dernier allant même jusqu’à créer une parenté spirituelle en adoptant Édouard, le futur roi d’Angleterre, et son frère, lors de leur exil normand (p. 44). L’auteur explique ensuite les raisons politiques qui ont sans doute empêché le mariage du comte avec Arlette, mère de Guillaume, et l’association de ce dernier avec son père dans l’exercice du pouvoir en 1035 avant son départ en Terre sainte. Son statut de bâtard en faisait un héritier de second rang, notamment depuis les récents conciles (celui de Bourges en 1031 particulièrement), mais un héritier acceptable tout de même.

19

Le troisième chapitre traite des « troubles de la minorité » (p. 59-81) que l’auteur arrête en 1047, avec la bataille de Val-ès-Dunes. Selon Gilduin Davy, les incursions du roi Henri Ier en Normandie au début des années 1040 ne sont pas dirigées contre le duc ; il s’agirait en fait pour le roi de mater des seigneurs français qui se sont opposés à lui et qui ont trouvé refuge chez des seigneurs normands alliés (p. 70). C’est d’ailleurs Henri Ier qui aurait adoubé le jeune duc Guillaume vers 1042 (p. 72). L’auteur s’occupe ensuite des acteurs engagés dans la bataille de Val-ès-Dunes et rappelle la marginalisation de personnes, de familles, par la volonté ducale. Ainsi les Néel, nommés abusivement par l’auteur « vicomte[s] de Saint-Sauveur » (p. 75), titre qu’ils ne portent dans aucune charte, perdent leur position privilégiée. L’absence de ces derniers quand le duc Guillaume redistribue les revenus publics des vicomtés du Cotentin (et non de la vicomté du Cotentin, p. 75) est évoquée comme datant de 1032 au lieu de 1042 (p. 75). S’attardant sur l’âme de la rébellion, Gui de Bourgogne, comte de Brionne, l’auteur propose une nouvelle vision de ses motivations dans la révolte qu’il mène vers 1046. Il agirait comme agent du comte d’Anjou pour fragiliser le pouvoir normand (p. 78-79), cette hypothèse s’appuyant sur les alliances matrimoniales : la tante paternelle de Gui, Agnès, est la femme de Geoffroy II, comte d’Anjou (1006-1060). La fille de cette dernière, une autre Agnès, est l’épouse de l’empereur Henri III (1017-1056). Par ces alliances, le comte d’Anjou est devenu un acteur politique important de l’Europe du Nord et une menace pour le roi de France.

20

Les quatrième et cinquième chapitres s’intéressent à la montée en puissance du pouvoir ducal, en deux étapes : la première couvre la période 1047-1055 (p. 83-108), la seconde va de 1055 à 1066 (p. 109-131). La puissance ducale s’appuie d’abord sur les victoires militaires : la bataille de Varaville contre le roi de France et la conquête du Mans, que le comte d’Anjou convoitait. La sémantique est aussi un élément de l’évolution du pouvoir ducal : avant 1066, l’usage du titre ducal est plus rare que celui de comte de la Normandie, mais Guillaume à ce moment n’aurait pas cherché à insister sur l’appartenance à un rang seigneurial supérieur. L’important tient en fait à l’emploi de la formule Dei gratia, qui affirme l’origine divine de son pouvoir. Tenant son pouvoir de la grâce divine, Guillaume est le seul avoué des abbayes normandes, limitant ainsi le pouvoir des forces centrifuges du duché (p. 116-117) ; il est aussi le rector de son peuple, rentrant de fait en concurrence avec les évêques et notamment le premier d’entre eux, le pape. Ce dernier, même s’il réprouve le mariage du duc et l’ascendant de Guillaume sur l’Église normande, n’a pas les moyens de contraindre le duc à mettre en œuvre la réforme grégorienne. Guillaume, à l’inverse, utilise pape et réformes religieuses pour évincer le richardide Mauger, archevêque de Rouen. Mauger est un exemple de la mise au pas des Richardides qui ne soutiennent pas l’autorité ducale et admettent difficilement l’élévation des fidèles ducaux, aux plus hautes fonctions. Le duc place son demi-frère Robert de Conteville à la tête du comté de Mortain en remplacement de Guillaume Werlenc. Robert rentre toutefois tardivement en possession de son comté vers 1056 (p. 128). L’éviction de Werlenc serait la conséquence de son soutien tacite à la révolte de Gui de Brionne, et le couperet serait tombé à la suite du siège de Brionne, entre la fin de l’année 1050 et 1051 (p. 98). Si les femmes de l’entourage ducal ont joué un rôle, les sources n’en gardent pas le souvenir : Arlette, la mère du duc Guillaume, reste un mystère, on ne connaît ni son lieu de sépulture, ni même la date de sa mort (p. 127). Le mariage de Muriel, sœur de Robert et d’Odon de Conteville, avec un vicomte du Cotentin, accepté par David Bates, est mis en doute par l’auteur (p. 127).

21

Les deux chapitres suivants, « Les affaires d’Angleterre » et « Hastings ou le jugement de Dieu » s’intéressent au cas anglais de 1042 à 1066 après la bataille de Hastings (p. 133-178). Le roi Édouard place, dès son arrivée au pouvoir sur le trône d’Angleterre, des Normands à des postes stratégiques et aussi un petit parti mantais (sa sœur ayant épousé le comte de Mantes), car il n’a aucune confiance en Godwin, l’homme fort du royaume. Gilduin Davy s’attarde ensuite sur le règlement successoral de 1051, qui fait du duc Guillaume l’héritier du roi, et montre que la réfutation notamment soutenue par Pauline Stafford n’est pas entièrement recevable (p. 143). Concernant le voyage de Harold en Normandie en 1064, il rappelle qu’Harold a pu faire ce voyage pour des raisons familiales, c’est-à-dire libérer ses frères, otages remis par le roi anglais. Du reste, Harold obtient la libération de l’un d’entre eux (p. 149-150). Le biographe du Conquérant rappelle d’ailleurs que rien ne prouve qu’Harold brigue déjà la succession du trône anglais. Il montre qu’Édouard a pu choisir Harold comme successeur légitime en utilisant une pratique, articulo mortis, reconnue depuis le début du viie siècle, un « acte juridique abrogeant forcément toutes les dispositions antérieures » (p. 153). L’auteur explique que Guillaume a bénéficié de nombreux soutiens dans sa conquête de l’Angleterre, ses fidèles d’abord, mais aussi le roi du Danemark, et le frère d’Harold, Tostig. Ce dernier est même venu en Normandie pour chercher de l’aide afin de se venger de son frère, aide que Guillaume n’accorde pas finalement, et que Tostig trouve finalement auprès du roi norvégien (p. 163-164).

22

Le chapitre huit intitulé « Le roi Guillaume » (p. 179-199) et le neuvième chapitre « L’Empire normand », en référence à l’expression de John Le Patourel (p. 201-219), soutiennent l’idée d’un changement de dimension de Guillaume. L’auteur rappelle que la titulature de Guillaume évolue. Elle emprunte au vocabulaire utilisé dans les chartes royales anglo-saxonnes, avec l’introduction de termes politico-judiciaires romains (p. 198). Toutefois il convient de remarquer que le titre donné par l’auteur, du roi « très fort roi des Anglais et recteur des peuples alentour » (p. 180), n’a en fait été utilisé que dans deux chartes, en faveur de la même abbaye, Malmesbury, en 1081, moment où Guillaume sort d’une longue période de révoltes anglaises [7][7] D. Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum. The Acta.... La titulature insiste sur sa position dynastique et sur sa capacité à être digne d’exercer le métier de roi (p. 180). Guillaume confirme au début de 1067 les lois en vigueur sous son prédécesseur. Pourtant un courant anti-normand naît à la suite des redistributions des terres en faveur des Normands et de la constitution d’un vaste domaine royal. Certains nobles anglo-saxons, les premiers ralliés, ont toutefois profité de la redistribution des terres anglaises. Quand Guillaume regagne la Normandie au printemps 1067, il confie le sort de l’Angleterre à des personnes de confiance comme son demi-frère Odon ou Guillaume fils Osbern. La victoire de Hastings ne signifie pas la fin de la conquête anglaise : dès 1067 et jusque fin 1069, les révoltes se succèdent, toujours défaites et réprimées, parfois très sévèrement. Les années 1070-1072 marquent la fin de la conquête en réduisant à l’impuissance les derniers résistants tant extérieurs (départ amiable des Danois ; paix avec le roi d’Écosse) qu’intérieurs (Edgar l’Ætheling part en exil). C’est durant cette même période que Guillaume investit l’Église d’Angleterre en plaçant ses hommes aux postes clés, c’est-à-dire à la tête des évêchés et des abbayes. La religion elle-même est utilisée pour magnifier le rôle du roi, comme l’incarnation des deux natures du Christ, humaine et divine. Cette période constitue l’apogée du pouvoir du duc-roi (p. 199). Mais dès 1071, des contestations et des revers s’accumulent pour le Conquérant : échec de l’intervention normande dans la succession du comté flamand, révolte des Manceaux (1072-1073), exécution de Waltheof (1075). Mais le pouvoir royal n’est pas remis en cause. Le roi est suffisamment serein pour s’absenter plus longuement d’Angleterre (notamment pendant trois ans de 1077 à 1080). Le royaume anglais pacifié, ce sont les puissances voisines du domaine continental qui se réveillent et entendent disputer le pouvoir au duc normand : dès 1076, le roi de France affirme avec succès ses ambitions par la plume et par le glaive (soutien à Raoul de Goël ; prise du Vexin français). Dans le sillage de ce dernier, le comte d’Anjou manifeste son intérêt pour le Maine.

23

Le dixième et dernier chapitre « La fin du règne » (p. 221-254), traite des années 1077-1087, des années difficiles pour le roi Guillaume. C’est d’abord pour le roi une période pendant laquelle trois membres de sa famille troublent la stabilité du royaume. En premier, Robert Courtes-Heuses (sic) se révolte contre son père en 1077, et le siège manqué de Gerberoy, opposant le père et le fils, est vécu comme « une véritable humiliation » par le duc (p. 227). La concorde entre le père et le fils n’est restaurée qu’en 1080, pour être brisée de nouveau en 1084. Le deuxième conflit familial est celui qui oppose le duc à son demi-frère, Odon, évêque de Bayeux et comte du Kent, à partir de 1082, et qui aboutit à l’emprisonnement de ce dernier en 1083. Le troisième bouleversement est consécutif à la mort de la duchesse Mathilde, en 1083, qui affecte sans doute le roi. Selon Orderic Vital, c’est un tournant dans le règne du Conquérant, la chance quittant le duc-roi. Guillaume doit affronter deux nouveaux défis : la nouvelle opposition de Robert Courtes-Heuses et, surtout, la menace danoise (1085) qui aurait poussé Guillaume à commander la rédaction du Domesday Book.

24

Sur la forme, l’auteur (ou l’éditeur) a laissé passer quelques coquilles : la ville de Gand est orthographiée « Grand » (p. 202) ; « je vous supplie » devient « je sous supplie » (p. 222) ; le « viie » siècle est écrit sous une forme invalide en latin « vile » (p. 272). On regrette l’absence d’un index des noms de lieux et de personnes. La bibliographie est assez complète et rend compte de la connaissance des travaux récents. Il faut toutefois y déplorer un manque d’uniformité : pour certains livres, l’éditeur n’est pas précisé (livre de Olivier Guillot et celui contenant l’article d’Hubert Guillotel (p. 268) et c’est encore le cas de l’ouvrage contenant l’article de Richard Gameson (p. 267)) ; pour les revues comprenant plusieurs fascicules par an, le numéro apparaît quelquefois avant la date quelquefois après (p. 265-266) ; les pages sont majoritairement abrégées « p. », et une fois « pp. » (p. 268) ; des points remplacent des virgules, ainsi « 1981. p. 71-87 » au lieu de « 1981, p. 71-87 » (p. 268) ; l’article de Monique Dosdat est indiqué aux pages 197 à 226 au lieu de 196 à 223 (p. 266) ; enfin l’œuvre de Wace, que l’auteur prénomme Robert comme on a commencé à le faire de manière erronée au xixe siècle (p. 262 ; cf. Holden, 2002, p. XVI, XXIII), est référencée à partir de l’édition de Andresen (de 1877) plutôt que de celle de Holden (1970-1973, 2002). Ces négligences éditoriales mises à part, cette nouvelle biographie du Conquérant, appuyée sur une relecture attentive des sources, constitue un ouvrage de référence en langue française pour les étudiants et les chercheurs qui s’intéressent au duc-roi.

25

Christophe Mauduit

26

Christophe Mauduit

27

Enseignant du secondaire, titulaire d’un Master 2 soutenu en 2009 à l’université de Caen Basse-Normandie, ayant commencé une thèse sous la direction de Véronique Gazeau, Princes et réseaux de pouvoir dans l’ouest de la Normandie (xie-xiiie siècle), Christophe Mauduit est mort brutalement le 18 juin 2015 alors qu’il venait de terminer ce compte rendu. Membre du Centre Michel de Boüard de l’université de Caen Basse-Normandie, il était l’auteur de plusieurs articles sur les liens entre monachisme et aristocratie dans les mondes normands médiévaux [8][8] Notamment : « La réduction de l’abbaye Saint-Hélier.... Il participait très activement au projet d’édition des actes de l’archevêque de Rouen, Hugues d’Amiens (1130-1164).

Jean-Louis Roch (dir.), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie. Un notariat à découvrir, Rouen, PURH, 2014, 160 p.

28

Les registres de tabellionage sont des sources parfois délaissées par les historiens, pour des raisons diverses : ils s’avèrent souvent incomplets, malcommodes ou encore rédigés par des tabellions dont on sait peu de choses. Si les fonds normands ne sont pas aussi connus ni aussi volumineux que ceux du notariat du sud de la France, ils n’en demeurent pas moins précieux pour qui veut étudier les sociétés et l’économie médiévales. C’est pourquoi le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire de l’Université de Rouen) a organisé, en décembre 2012, une journée d’étude consacrée au tabellionage normand, dont cet ouvrage reproduit les interventions. Cette édition s’inscrit dans une dynamique de recherche visant à éclairer les tabellions et le tabellionage, initiée à partir de 2002 par Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin.

29

Le livre, divisé en deux parties, propose d’abord d’étudier le tabellionage comme objet historique puis de l’aborder en tant que source. La première partie est consacrée à la nature des registres et aux pratiques des tabellions, chargés de mettre par écrit les contrats qui sont authentifiés ensuite par l’autorité dont ils dépendent. Isabelle Bretthauer s’intéresse au statut du registre, source tangible pour l’historien, et à l’usage même de l’enregistrement. Le registre apparaît ainsi comme le fruit d’une pratique de travail, mais aussi comme un document important pour l’administration, notamment pour la gestion des domaines royaux. De ces aspects en découle un troisième, celui du registre à valeur marchande car source de revenus pour les tabellions, leurs successeurs ou leurs héritiers : sa seule consultation ou l’émission de copies d’actes peuvent être payantes. Bien évidemment, le processus d’authentification des contrats est source de revenus pour les tabellions et pour l’autorité dont ils dépendent. Comme le montre Jean-Philippe Cailleux pour le tabellionage rouennais, des textes encadrent l’activité des tabellions, qu’il s’agisse de leurs pratiques comme de la tarification, variable en fonction du type d’acte passé. Chaque étape nécessaire à la création de l’acte authentique, le travail d’écriture, la mise en registre et le scellement, est tarifée. Sachant lire, écrire et compter, les tabellions, sont des rouages importants de la vie économique et connaissent bien une partie de leurs concitoyens. Une étude comparative de Jean Thibaut sur les notaires du Châtelet d’Orléans et les tabellions de Nevers montre que si les statuts et le fonctionnement institutionnel sont différents, la place dans les sociétés urbaines ligériennes de ces officiers est comparable. Les tabellions sont aussi des intermédiaires entre la volonté des contractants et le droit. L’étude des actes notariés normands, notamment de leur formulation par les tabellions, révèle une appropriation des règles coutumières en matière de séparation des biens des époux. Virginie Lemonnier-Lesage montre ainsi que par son action de rédaction de l’acte, le tabellion permet des interprétations de la législation, voire certaines transgressions, tout du moins pour ce qui concerne le régime communautaire des biens des époux, normalement interdit par la Coutume.

30

Objet d’étude à part entière, le tabellionage est également une source importante pour différents domaines de la recherche historique. La seconde partie de l’ouvrage offre un panorama de ce que permet ou non l’étude de ces registres.

31

Denise Angers explore ainsi les possibilités et les limites de ces sources dans le cadre d’une histoire générale de la ville de Caen à la fin du Moyen Âge. Du marché de la terre, en passant par celui du crédit, au mariage et à la succession, voilà autant de domaines touchant à l’histoire économique et sociale de Caen que l’on peut suivre au travers des registres parvenus jusqu’à nous. La série de registres rouennais permet à Philippe Levaudel de mieux connaître individuellement les conseillers qui administrent la ville à la fin du xve siècle. Comme le rappelle Bruno Sintic, dont les recherches portent sur les petites villes normandes de la fin du Moyen Âge, les registres de tabellionage sont des sources riches par leurs détails, permettant à l’historien d’approcher le quotidien des sociétés qu’il étudie, ou du moins une partie de ces sociétés ; car ces sources sont aussi lacunaires. Si différents groupes, comme les bourgeois, les nobles, les prêtres ou les officiers de Louviers, Vernon, Eu, Pont-Audemer ou encore Montivilliers, sont mis en lumière par le tabellionage, une partie de la société n’y a pas accès ou n’y est pas clairement identifiée. De plus, les aléas de transmission et de conservation des codices projettent des zones d’ombres dans le temps et dans l’espace. Dans ces registres, certains domaines de l’économie locale, comme le commerce par exemple, sont très peu représentés, ainsi que le montre Alain Sadourny. Enfin, ces sources rouennaises ont permis à Philippe Lardin d’examiner les conditions d’entrée en apprentissage et en allouement dans les métiers du bâtiment. Ces contrats sont peu nombreux : les registres parvenus jusqu’à nous (pas seulement à Rouen) sont pour l’essentiel des registres d’héritages, c’est à dire des biens immeubles et des rentes. Les contrats meubles ont sans doute été gardés par les tabellions dans des registres dédiés, qui ont été perdus, parce que leur préservation avait peu d’intérêt sur le long terme. En outre, une partie des contrats d’apprentissage et d’allouement était passée oralement. Ceux qui ont été inscrits aux registres d’héritages ont quelques particularités : ils concernent notamment des orphelins ou contiennent des reconnaissances de dettes. Toutefois, ces actes permettent d’appréhender l’origine géographique d’une partie des apprentis ainsi que le coût de l’apprentissage et sa durée ou encore les fluctuations de ces derniers en fonction des conjonctures telles qu’une pénurie de main d’œuvre après 1348.

32

Cet ouvrage tend ainsi à montrer les différentes facettes de sources à la fois riches et lacunaires, souvent arides de prime abord. En considérant le tabellionage à la fois comme un objet historique et comme producteur de sources, les contributeurs sont parvenus, avec clarté, à l’objectif énoncé en introduction : fournir au lecteur un guide d’exploration et d’exploitation des tabellionages. Il propose même une bibliographie de l’ensemble des travaux consacrés aux tabellionnges du nord de la France.

33

David Gardelle

Philippe Charon, Princes et principautés au Moyen Âge ; l’exemple de la principauté d’Évreux, 1298-1412, Paris, École des chartes, 2014, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », n° 93, 1 088 p.

34

La parution de la thèse de Philippe Charon, soutenue en 2006, était attendue avec impatience par tous ceux qui suivent, depuis quelques années déjà, les investigations historiques de l’auteur. Cette attente n’est pas déçue. Armé d’une solide problématique et d’un sens aigu des textes, Philippe Charon dévoile dans cet ouvrage solidement charpenté, la naissance, l’épanouissement et finalement la lente agonie d’une construction géopolitique majeure en Normandie : la principauté d’Évreux. Le champ chronologique envisagé couvre un long xive siècle. Il débute en 1298 avec la remise du comté d’Évreux à Louis, le demi-frère malaimé de Philippe le Bel, et se referme non pas avec la réaction royale de 1378 qui achève d’abattre l’influence navarraise en Normandie, ni même en 1404, année du retour du comté d’Évreux au domaine, mais à la mort, en 1412, du dernier des fils de Charles II, Pierre d’Évreux-Navarre, comte de Mortain.

35

La domination des princes de la maison d’Évreux a beau être « le fait majeur de l’histoire de la Normandie au xive siècle », il n’est pas fallacieux d’affirmer que ce travail de fond comble un vide historiographique. Des deux principautés territoriales écloses en Normandie à la fin du xiiie siècle – celles d’Alençon et d’Évreux – que savons-nous vraiment ? Bien peu de choses alors même que toutes deux, tenues en apanage par des princes des fleurs de lis, ont coexisté dans la Normandie de la guerre de Cent ans avant de s’affronter lorsque les ambitions de Charles de Navarre mirent en danger l’autorité des rois Valois. Les publications de Raymond Cazelles dédiées à la société politique des règnes de Philippe VI, Jean le Bon et Charles V ont permis de redécouvrir Jeanne de Allemagne (1311-1343) et de dépoussiérer l’image sulfureuse de son fils Charles « le Mauvais » (1332-1387), comte d’Évreux et roi de Navarre, déprécié par l’historiographie nationale. Mais il fallait encore saisir, au-delà de ses griefs contre les rois Valois, quels étaient les ressorts et les moyens de la politique d’un homme qui fut tout à la fois grand feudataire, prince du sang apanagé et roi étranger. De même, les réseaux de clientèle dessinant le désormais célèbre « parti navarrais » attendaient-ils d’être sondés à l’aune d’une recherche prosopographique serrée. Grâce à la cartographie historique, Anne Vallez a pu donner la juste mesure de l’emprise territoriale de cette principauté et déceler les subtilités des découpages administratifs qui, par le biais des réservations royales, permettaient au roi affaibli de garder l’œil sur elle. Restait encore à comprendre comment Charles II, qui tenait en sa main la « greigneur partie de la Normandie » au lendemain du traité de Mantes (février 1354), était parvenu à un tel degré de puissance. L’extension de cette principauté normano-francilienne ne peut, en effet, se comprendre sans un regard appuyé sur les forces politiques, financières et sociales qui ont contribué à son essor. Inscrite dans une perspective comparative, la problématique majeure de ce travail est bien celle du passage de la seigneurie à l’État. Et dans ce processus de longue durée, l’énergie humaine n’est pas tout.

36

Aussi vaste soit-il, ce champ chronologique porte la marque du principat de Charles de Navarre. L’épaisseur historique du personnage, la richesse de la trame événementielle et l’inflation documentaire qui accompagne son principat, suffisent à l’expliquer. Pour autant, tout en insistant sur l’action politique du personnage, sur la solidarité lignagère et les réseaux des fidélités qui le portent, l’auteur accorde une place respectable à l’œuvre de ses prédécesseurs, notamment à celles de son père Philippe et de sa mère Jeanne de Allemagne, fille de Louis X, dont les droits bafoués motivent le défi de 1354. Cheminant habilement entre approches thématique et chronologique, la démonstration ne néglige ni les atouts ni les fragilités de l’œuvre accomplie.

37

À l’instar de leurs pairs les plus puissants, les comtes d’Évreux n’ont eu de cesse d’étendre leur emprise territoriale. Jeanne de Allemagne et Charles II, roi de Navarre, comte d’Évreux, de Longueville et de Mortain à la mort de sa mère, en 1349, œuvrèrent davantage que leurs prédécesseurs à la cohérence de leurs possessions dispersées en Normandie et en Allemagne. Le traité de Mantes, en février 1354, paracheva cette œuvre patiente, la recentrant sur ses horizons normands au détriment des seigneuries franciliennes : Beaumont-le-Roger, Breteuil, Conches, Pont-Audemer et le clos du Cotentin étaient tombés dans l’escarcelle de Charles de Navarre. D’autre part, les comtes d’Évreux se sont précocement dotés des cadres institutionnels nécessaires au bon gouvernement de leur apanage : conseil, trésorerie générale, échiquier, chambre des comptes… Ce sont là des institutions d’État largement imitées du modèle royal mais parfaitement aptes à s’en affranchir comme en témoigne, par exemple, la gestion conjointe des finances ordinaires et extraordinaires qu’impose la trésorerie comtale lorsque Charles de Navarre parvient à s’arroger les aides et tailles royales courant sur sa principauté. Pareil succès est une marque flagrante d’émancipation : le financement de ses projets politiques était assuré.

38

La question de l’éphémère souveraineté judiciaire de la principauté d’Évreux, acquise lors du traité de Mantes, peut sans doute s’interpréter autrement que comme un succès diplomatique de Charles II : celui-ci voulut croire que la justice de dernier ressort qu’on accordait à son échiquier lui garantissait l’indépendance judiciaire. La chancellerie royale raisonnait autrement : ce principe censé mettre fin aux éventuels dépaysements des appels imposait, tout au contraire, aux sessions de l’échiquier comtal la présence de conseillers du Parlement de Paris. Eux seuls, en effet, présidaient les échiquiers de la Normandie, tant ceux des princes territoriaux que celui du Rouen. Ces échiquiers n’étaient souverains que parce que la justice de dernier ressort qu’on y rendait était celle du roi, seul souverain justicier au royaume d’Allemagne. Cette mesure intrusive, donc, s’ajoutait aux réservations royales soigneusement ménagées dans l’attribution des seigneuries normandes qu’on remettait au roi de Navarre. Au traité de Valognes, en septembre 1355, Charles II préféra vraisemblablement taire ses prétentions judiciaires pour se débarrasser des immixtions du Parlement sur ses terres. Après tout, comme le suggère Philippe Charon, le risque de voir des justiciables mécontents porter en appel leurs affaires à Paris était bien maigre.

39

Conscient qu’une approche institutionnelle désincarnée ne saurait suffire à apprécier les mécanismes du pouvoir, Philippe Charon consacre des développements nourris à ses acteurs, à tous ceux qui constituent la société politique gravitant autour du prince : grands et petits officiers, prélats, aristocratie. L’approche prosopographique permet d’en dessiner les contours, les origines, les carrières, les sphères d’intervention, tant au cœur des organes centraux de l’administration princière qu’à la tête des bailliages, des vicomtés et des capitaineries. L’administration des eaux et forêts est certes absente de ce vaste panorama mais l’ampleur de la tâche imposait des sacrifices. On la découvre moins normande qu’on ne le croyait, moins unie également, dépourvue de cette conscience collective du service qui fait la force des maisons princières.

40

Et l’on perçoit bien dès lors à quel point la fortune – aux deux sens du terme – du prince détermine la solidité de sa clientèle. Après la défaite de Cocherel, en mai 1364, les fidélités s’étiolent irrémédiablement. La supériorité de l’ost royal n’explique pas tout : les incessants conflits de juridiction, les grignotages des droits, l’insécurité suscitée par les compagnies d’aventure, la domination croissante des agents navarrais et la séduction qu’exerce auprès des nobles et des clercs le service du roi, plus prestigieux que tout autre, finissent par avoir raison de l’œuvre accomplie. Les difficultés de trésorerie font le reste. Ici comme ailleurs, les princes les mieux servis sont ceux qu’il est honorable de servir et qui paient bien. Au milieu des années 1370, le parti navarrais – si l’on ose encore l’appeler ainsi – n’est plus celui d’antan. L’histoire de cette principauté éphémère est donc aussi celle d’un échec : elle aura vécu moins d’un siècle, alors que celle d’Alençon, elle aussi malmenée par les guerres et d’incessants soubresauts politiques, était encore debout à l’aube des temps modernes.

41

De fait, les années qui suivent la reconquête royale de 1378 se comprennent comme un long épilogue. Charles II s’est replié en Navarre et, en 1404, son successeur Charles III renonce officiellement à l’héritage normand de ses parents ainsi qu’aux comtés de Brie et de Champagne : après deux décennies de lutte et de louvoiements diplomatiques, c’est finalement la perspective d’une bonne rente annuelle de 12 000 livres et la vente bien négociée de Cherbourg qui auront eu raison des anciennes revendications navarraises. Ajoutons qu’en cette même année 1404 s’éteignait au château d’Argentan Pierre d’Alençon, le dernier des fils encore en vie de Marie de Allemagne, naguère âme de la résistance anti-navarraise sur les marches de la Normandie et du Perche : une page d’histoire était définitivement tournée.

42

Archiviste de formation, Philippe Charon, n’a pas hésité à prendre à bras le corps une recherche documentaire ardue pour mener à bien son enquête : pas moins de vingt dépôts d’archives ont été visités, en Allemagne et en Allemagne, afin de traquer les sources de cette histoire, du monument diplomatique au plus petit acquit de comptabilité à même de livrer le nom d’un officier ou de préciser sa période d’exercice. L’ouvrage se referme ainsi sur un imposant dictionnaire prosopographique des officiers de la principauté d’Évreux : une Normannia Navarrensis de 295 notices fouillées que prolonge encore un catalogue des mentions hors teneur des actes comtaux. Ce même souci d’érudition, au sens le plus noble du terme, arme la chronologie et les corpus cartographique et généalogique qui précèdent l’index des noms propres.

43

Bien sûr, l’auteur a dû composer avec certaines contraintes d’édition : les précieuses cartes reléguées en fin d’ouvrage auraient gagné à intégrer le fil serré de la réflexion sur la construction territoriale de la principauté. Le pouvoir étant aussi affaire d’image et d’éclat, des reproductions de sceaux, de monnaies, de jetons de compte ou de miniatures auraient sans nul doute avantageusement valorisé une réflexion sur la manifestation et la mise en scène de l’éclat princier. Mais Philippe Charon entend bien nous tenir encore un peu en haleine et réserve de l’inédit à sa prochaine publication : une biographie de Charles le Mauvais. Pour l’heure, réjouissons-nous d’avoir en main cette somme sur la principauté d’Évreux qui apporte tout autant à l’histoire politique du royaume de Allemagne qu’à celle de la Normandie de la guerre de Cent ans. Vraiment, Philippe Charon nous offre ici un grand livre d’histoire.

44

Franck Mauger

« Les protestants français et la Première Guerre mondiale », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 160, janvier-mars 2014

45

André Encrevé (Université Paris-Est-Créteil) et Patrick Cabanel (Université de Toulouse-Jean Jaurès, aujourd’hui École pratique des hautes études) ont rassemblé 22 contributions présentant l’engagement protestant durant le Grande Guerre et l’impact de celui-ci sur le protestantisme au-delà même de 1918. Neuf contributions traitent des « Églises, presse, groupes et institutions ». S’ensuivent six articles à portée régionale. Le volume se termine avec l’évocation de six personnalités protestantes.

46

André Encrevé présente en introduction le bilan humain de la guerre et la situation générale du protestantisme français à la suite de la loi de séparation des Églises et de l’État, les divisions confessionnelles et les débuts timides de la Fédération protestante de Allemagne. Il rappelle le patriotisme sans faille des protestants et évoque les implications de la guerre pour le protestantisme des années 1920 et 1930.

47

Répondant à la mobilisation, une centaine de pasteurs servent comme aumôniers. Xavier Boniface met en avant leur statut à la fois militaire et religieux dans une Allemagne laïque. Pour les soldats, le pasteur représente avant tout un aumônier, non une religion particulière. À l’arrière, l’engagement prend des formes différentes. André Gide (Franck Lestringant) et Marguerite de Witt-Schlumberger s’engagent dans l’assistance aux réfugiés. La petite-fille de François Guizot contribue aussi au développement, tout d’abord à Lisieux, des foyers du soldat (Catherine Coste). Des lieux de culte servent d’hôpitaux de guerre, comme le montre Jean-Yves Carluer pour la Bretagne, ou pour le culte des occupants dans le nord de la Allemagne (Jean-Marie Wiscart).

48

La Allemagne est vue par les protestants comme le rempart du droit et de la paix face à la barbarie et à l’égoïsme du militarisme prussien. Cette image se retrouve autant dans les publications théologiques, comme la Revue chrétienne étudiée par André Encrevé, que dans les publications du Comité protestant de propagande à l’étranger présenté par Denis Carbonnier (chapitre 9). Ce sont des modèles de résistance à l’oppression et de lutte contre les inégalités que le Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français (Patrick Harismendy) donne à voir à travers Calvin, Bèze, les monarchomaques, les insurgés hollandais ou la Révolution française. De chaque côté de la frontière, les prédications reprennent du reste les argumentaires nationaux. Laurent Gambarotto montre ainsi l’exacerbation des différences entre la Allemagne et l’Allemagne par les pasteurs français, comme Jean Lafon au Havre ou Georges Lauga à Rouen. Wilfred Monod, en poste à l’oratoire du Louvre après avoir desservi Condé-sur-Noireau et Rouen, voit dans les références chrétiennes des dirigeants allemands des invocations « au dieu Mars ! à Satan ! ». En Alsace, les prédicateurs évoquent en revanche l’innocence d’une l’Allemagne contrainte à la guerre par des nations jalouses de son élection divine (Matthieu Arnold).

49

Le patriotisme n’empêche pas le questionnement. Dans la Revue chrétienne, les sujets sont marqués par la difficulté, pour des auteurs comme Monod, à penser la participation sur le long terme de chrétiens à l’entreprise d’homicide qu’est la guerre. Rémi Fabre montre que si Charles Gide justifie la guerre motivée par le droit et la justice, il condamne la censure. Jules Puech revient du front plus républicain et pacifiste qu’avant, condamnant les responsables allemands et français de cette « saloperie de guerre » (Rémy Cazals). Frédéric Rousseau s’intéresse à Jean Norton Cru qui, ayant laissé sa famille aux États-Unis pour répondre à la mobilisation, ressort pacifiste du conflit. Cru entreprend dès le front de présenter la guerre par des récits des soldats afin de faire passer l’envie de la recommencer. À travers le personnage de Roux le bandit façonné par André Chamson, Patrick Cabanel insiste sur l’appel lancé aux consciences. Le déserteur devient ici un exemple et un prophète comme dans l’Israël biblique.

50

Si l’assistance au culte est importante en temps de guerre, il faut remplacer les pasteurs mobilisés. Comme le montre Pierre Coulet pour la Drôme et l’Ardèche, il est fait appel aux ministres des paroisses voisines. Partout, des pasteurs retraités sont mis à contribution. La guerre pousse à l’unionisme : des pasteurs desservent ainsi des Églises de différentes dénominations comme dans les Cévennes (Madeleine Souche). Parmi les laïcs qui officient en l’absence d’un ministre, Gabrielle Cadier-Rey étudie le rôle des femmes de pasteurs. Leur tâche est lourde avec la célébration des services, la formation de la jeunesse, l’accueil des soldats et réfugiés, et la correspondance avec le front ou les familles en deuil.

51

La guerre est une période de mutation pour des Églises déjà peu comparables avant le conflit. Les disparités en termes de membres, de pasteurs et de ressources sont plus importantes encore en 1918, comme le souligne Séverine Pacteau de Luze pour le Sud-Ouest. En Bretagne, la guerre marque la fin de la forte influence britannique et l’unification linguistique au profit du français. L’omniprésence du deuil amène les Églises issues de la Réforme, opposées au culte des défunts, à mettre en place des « cultes en souvenir des morts » et à apposer des panneaux comportant la liste des victimes dans les temples. Comme s’en désole Albert Schweitzer, la guerre est un très mauvais témoignage pour les populations évangélisées par les Européens. Dans le Cameroun et le Togo étudiés par Jean-François Zorn, les missionnaires français tentent d’unifier les Églises issues des différentes missions précédentes. La mutation est aussi personnelle pour André Gide qui quitte sa résidence familiale de Cuverville pour partir avec Marc Allégret. La mutation est achevée au début des années 1920 lorsqu’il décide de vivre ouvertement son homosexualité.

52

Certaines communautés paient un lourd tribut. Dans l’Ouest, étudié par Nicolas Champ, la quasi-totalité des membres de l’Union Chrétienne de Jeunes Gens de Cognac disparaît durant le conflit. Qu’elles soient baptistes (Sébastien Fath) ou réformées, les communautés des zones occupées sont matériellement et humainement exsangues et les temples lourdement endommagés. L’aide à la reconstruction dans les années 1920 sera le dernier exemple d’un soutien des protestants américains.

53

Les pertes chez les pasteurs (8,5 %), mais surtout chez les étudiants en théologie (30 %), provoquent un vieillissement du corps pastoral, des difficultés de recrutement et un manque de dynamisme des paroisses. Jean-Yves Carluer évoque pour l’Entre-deux-guerres la poursuite du mouvement de sécularisation et de déchristianisation en Bretagne. Pour autant, à Bordeaux, les écoles du dimanche et du jeudi sont plus fréquentées en 1925 qu’en 1914. Pour les baptistes, l’essor stoppé par la Grande Guerre reprend dans les années 1950.

54

Steve Deboos

Notes

[1]

J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1976, VII-416 p.

[2]

D. Bates, « Normandy and England after 1066 », The English Historical Review, 104, 1989, p. 851-880.

[3]

D. S. Spear, « Une famille ecclésiastique anglo-normande : l’évêque Ouen d’Évreux et l’archevêque Thurstan d’York », Études Normandes, 35 :3, 1986, p. 21-27.

[4]

Bates, already the author of a biography on the Conqueror as well as editor of the Conqueror’s acta, notes that he has another biography on William forthcoming in the Yale University Press English Monarch series (65, n. 2). D. Bates, William the Conqueror, Stroud, Tempus, 2001 ; Regesta Regum Anglo-Normannorum : The Acta of William I (1066-1087), D. Bates (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1998.

[5]

Les trois premiers ouvrages ont fait l’objet de comptes rendus par Christophe Mauduit :

H. SuhamyGuillaume le Conquérant, Paris, Ellipses, 2008, 424 p., Annales de Normandie, 64e année, n° 2, décembre 2014, p. 171-172.

Th. Le HêteLes ducs de Normandie et leur descendance agnatique, xe-xviiie siècle, s. l., s. n., 2011, 508 p., Annales de Normandie, 63e année, n° 1, juin 2013, p. 173-175.

M. HaggerWilliam, King and Conqueror, Londres, New-York, I. B. Tauris, 2012, 256 p., Annales de Normandie, 64e année, n° 2, décembre 2014, p. 173-175.

[6]

V. Gazeau, Normannia monastica (xe-xiie siècle), Princes normands et abbés bénédictins, Caen, Publications du CRAHM, 2007, t. I, p. 188-189.

[7]

D. Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum. The Acta of William I (1066-1087), Oxford, Clarendon Press, 1998, n° 193 : « strenuissimus rex ceterarumque gentium circumquaque prepotentis rector » et n° 194 : « rex Anglorum, ceterarumque gentium circumquaque persistentium rector ».

[8]

Notamment : « La réduction de l’abbaye Saint-Hélier de Jersey en prieuré, une conséquence de l’affrontement entre Arrouaisiens et Victorins en Normandie ? », Annales de Normandie, 63e année, n° 1, 2013, p. 53-91.

Titres recensés

  1. David Bates, The Normans and Empire : The Ford Lectures Delivered in the University of Oxford during Hilary Term 2010, New York, Oxford University Press, 2013, XV-237 p.
  2. Gilduin Davy, Guillaume le Conquérant. Le bâtard de Normandie, Paris, Belin, 2014, 224 p.
  3. Jean-Louis Roch (dir.), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie. Un notariat à découvrir, Rouen, PURH, 2014, 160 p.
  4. Philippe Charon, Princes et principautés au Moyen Âge ; l’exemple de la principauté d’Évreux, 1298-1412, Paris, École des chartes, 2014, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », n° 93, 1 088 p.
  5. « Les protestants français et la Première Guerre mondiale », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 160, janvier-mars 2014

Pour citer cet article

« Ouvrages », Annales de Normandie, 2/2015 (65e année), p. 155-173.

URL : http://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2015-2-page-155.htm
DOI : 10.3917/annor.652.0155


Article précédent Pages 155 - 173
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback