Accueil Revues Revue Numéro Article

Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

2005/2 (n° 2)

  • Pages : 98
  • DOI : 10.3917/acp.002.0090
  • Éditeur : ACP-PR

ALERTES EMAIL - REVUE Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 90 - 92
1

Alors que, après trente-cinq ans dans les services législatifs de l’État de Californie, je m’approche à grands pas de ma retraite en 2004, je désire depuis longtemps laisser aux générations futures un héritage qui préservera et soutiendra cette vision de gouvernance et de leadership, nouvelle et radicale : La politique de la Confiance.

2

Le Réseau de Politique de la Confiance est, dans la politique américaine, un mouvement nouveau qui repose sur la croyance que chaque être humain est essentiellement précieux et bon, que nous sommes fondamentalement enclins à affirmer notre existence, à être constructifs, responsables et dignes de confiance. Cette foi envers notre nature humaine est vitale pour notre bien-être personnel et social. Elle est à l’origine de tout un ensemble de nouvelles séries de politiques, de programmes et de processus politiques qui visent à l’amélioration de notre santé et à l’accroissement de notre potentiel de développement.

3

Nous sommes en pleine évolution en tant que nation et société. Nous nous vantons de notre nouvelle économie, nous chérissons notre diversité, nous célébrons notre nouvelle conscience. Et pourtant nous sommes englués dans notre vieille politique cynique – une politique qui plonge ses racines dans l’art de diviser et dans le manque de confiance – et, au pire, une politique qui repose sur la croyance que nous, les êtres humains, sommes fondamentalement marqués d’un défaut de fabrique qui nous pousse à agir mal. C’est pourquoi nous avons besoin que le gouvernement limite et contrôle nos vies et notre culture.

4

Il est clair que notre politique traditionnelle nous déçoit. Elle ne nous inspire pas ni ne nous aide à résoudre nos problèmes. Malgré toutes nos nombreuses libertés, nous sommes individuellement et collectivement spoliés par un pâle système de gouvernance qui nous écœure et nous aveugle par ses trahisons coutumières de l’esprit humain. Jamais auparavant autant d’entre nous ne s’étaient sentis si loin de nos leaders, des affaires courantes du gouvernement, de la politique elle-même. Et pourtant jamais auparavant n’avons-nous aussi désespérément ressenti le besoin de nous rassembler pour enrayer l’épidémie sociale à laquelle nous devons faire face.

5

Je me suis investi tout au long de ma carrière pour faire avancer une politique qui reflète l’émergence de notre conscience et le désir que nos êtres soient plus sains, nos communautés plus saines, et plus saine notre planète. Ensemble nous avons déployé avec succès les bannières d’une saine estime de soi, de l’inclusion et de la collaboration, de systèmes éducatifs et de santé holistiques, de la prévention de la violence et de la réhabilitation criminelle, dans un engagement sans faille à la recherche des causes profondes de nos problèmes. Je consacre mes efforts à la poursuite de la collaboration avec les leaders culturels tels que vous qui êtes engagés dans ces idéaux pour créer un niveau de gouvernance plus élevé.

6

Je VOUS invite à participer pleinement et activement à cette entreprise finale des plus ambitieuses de ma carrière politique. Travaillons ensemble à diffuser notre confiance en l’humanité et à révolutionner tous les systèmes de gouvernance de façon à refléter ce que nous sommes en train de devenir en tant que personne. Commençons cette révolution à l’intérieur de nous-mêmes par notre propre estime de soi et en investissant notre pouvoir personnel. Agissons ensemble pour transformer chaque institution, depuis nos familles jusqu’aux Nations Unies, afin qu’en tant qu’êtres humains nous soyons capables de reconnaître, nourrir et soutenir nos capacités innées. Puissions-nous devenir des voisins et des amis, des leaders et des partenaires plus compatissants et attentionnés, pour qu’ensemble nous fassions avancer une Politique de Confiance totalement nouvelle.

7

Bien à vous,

8

John Vasconcellos

10

Traduction :   Françoise Ducroux-Biass


Références

  • Dreher, D., (1995), Toward a Person-Centered Politics : John Vasconcellos, in M. Suhd, Positive Regard. Carl Rogers and other Notables he Influenced, Palo Alto, Science and Behavior Books, pp. 339-370.

Pour citer cet article

Vasconcellos John, « La politique de la confiance. Réseau pour un nouveau programme humain », Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche, 2/2005 (n° 2), p. 90-92.

URL : http://www.cairn.info/revue-approche-centree-sur-la-personne-2005-2-page-90.htm
DOI : 10.3917/acp.002.0090


Article précédent Pages 90 - 92
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback