Accueil Revues Revue Numéro Article

Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

2006/2 (n° 4)

  • Pages : 80
  • DOI : 10.3917/acp.004.0077
  • Éditeur : ACP-PR

ALERTES EMAIL - REVUE Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 77 - 78

IPEPPT [1][1] International Project on the Effectiveness of Psychotherapy... – Projet international de recherche sur l’efficacité de la psychothérapie et de la formation à la psychothérapie

1

Initié en 2004, l’IPEPPT est un projet international qui vise à évaluer la pratique et la formation de toute psychothérapie, et non de l’une ou l’autre des écoles de cette discipline. Il comprend deux axes de recherche principaux :

  • le premier porte sur l’efficacité de la psychothérapie et est basé sur la pratique de cette dernière. Les participants sont des universités, des instituts de formation ainsi que d’autres organismes de psychothérapie ;

  • le second consiste en une évaluation de l’efficacité de la formation à la psychothérapie. Les programmes évalués sont des programmes de formation universitaire et d’organismes de formation.

Ce projet part du principe que la recherche doit pouvoir être un soutien à la pratique de la psychothérapie. Pour y parvenir, il est nécessaire que l’aptitude à mener ou à participer à une recherche soit apprise et expérimentée dès la formation. Lors des premières applications complètes du projet, en Allemagne, à l’université Friedrich Schiller de Jena, des thérapeutes et des étudiants post-gradués ont témoigné du fait que la participation à une telle recherche a permis un réel enrichissement de leur formation de psychothérapeute. Un autre but de cette démarche est de permettre à des praticiens et à des chercheurs de travailler ensemble, ce qui est rarement le cas, et ainsi de combler le fossé qui les sépare traditionnellement.

2

Le projet se veut aussi large que possible, si bien que les personnes (praticiens, chercheurs) et organismes (de formation, universités, associations de psychothérapeutes) intéressés sont invités à y participer. Différents protocoles de recherche sont proposés, plus ou moins complets, donc plus ou moins exigeants et complexes. Le protocole minimum implique l’utilisation d’un instrument de mesure des résultats de la thérapie, une présentation du processus thérapeutique portant sur l’alliance thérapeutique et une « carte » du client et du thérapeute présentant le diagnostique ou les problèmes et difficultés à la base de la démarche thérapeutique, ainsi que le type de thérapie pratiqué.

3

Une série d’instruments d’évaluation est proposée, tel le WAI (Working Alliance Inventory) élaboré par Bob Hatcher et disponible an anglais, danois, français, hollandais et italien. Basé sur le concept « d’alliance », ce questionnaire mesure la qualité du lien existant entre thérapeutes et clients dans le but d’optimaliser le processus thérapeutique. Il est l’un des rares instruments développés à ce jour pour mesurer la qualité de la collaboration clients-thérapeutes et a l’avantage d’être facile à utiliser. Il est composé de deux questionnaires auto-administrés, un pour l’intervenant et un pour le client. Dans le cadre du projet international, c’est essentiellement le point de vue du client qui est considéré comme intéressant.

4

La formation à la psychothérapie a, quant à elle, fait l’objet de peu de recherches et ses effets sont encore relativement mal connus. Il a déjà été constaté, par exemple, que l’orientation théorique d’un thérapeute a un impact très important sur les buts qu’il poursuivra dans son travail avec ses clients [2][2] Voir par exemple : Ambuhl, H., Orlinsky, D., Cierpka,.... Cependant il n’existe pas beaucoup de données qui permettent de suivre l’évolution d’une personne tout au long de sa formation. Le projet international, à nouveau, propose d’utiliser à la fois des outils d’évaluation, comme des questionnaires, et des données qualitatives sous forme d’entretiens portant sur la perception que des thérapeutes en formation ont de ses effets et de ses aspects importants.

5

Le projet est dirigé par un comité scientifique international composé de :

6

– Robert Elliott, directeur scientifique, université de Toledo, Etats-Unis.

7

– Alberto Zucconi, coordinateur international, université de Sienne, Italie.

8

– David Orlinsky, directeur scientifique associé, université de Chicago, Etats-Unis.

9

– Franz Caspar, université de Freiburg, Allemagne.

10

– Louis Castonguay, université d’Etat de Pennsylvanie, Etats-Unis.

11

– Glenys Parry, université de Sheffield, Angleterre.

12

– Bernhard Strauss, université de Jena, Allemagne.

13

Pour plus d’informations: wwww. ipeppt. net

Notes

[1]

International Project on the Effectiveness of Psychotherapy and Psychotherapy Training.

[2]

Voir par exemple : Ambuhl, H., Orlinsky, D., Cierpka, M., Buchheim, P., Meyerberg, J. et Willutzki, U., Development of the theoretical orientation of psychotherapists, Psychotherapie, Psychosomatic, medizinische Psychologie, 1995, 45(3-4), pp. 109-120.

Titres recensés

  1. IPEPPT – Projet international de recherche sur l’efficacité de la psychothérapie et de la formation à la psychothérapie

Pour citer cet article

Randin Jean-Marc, « Recherche », Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche, 2/2006 (n° 4), p. 77-78.

URL : http://www.cairn.info/revue-approche-centree-sur-la-personne-2006-2-page-77.htm
DOI : 10.3917/acp.004.0077


Article précédent Pages 77 - 78
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback