Accueil Discipline (Psychologie) Revue Numéro Article

Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

2007/2 (n° 6)

  • Pages : 98
  • DOI : 10.3917/acp.006.0094
  • Éditeur : ACP-PR


Article précédent Pages 94 - 95
1

En Belgique, ces dernières années, quelques études (Lietaer, Van Broeck et coll., 2003, 2005) et avis (CSH, 2005) de recherche commandités par le ministère de la santé publique ont tenté de faire un état des lieux et une synthèse de critères à retenir pour la formation de psychothérapeute. Quelques rapports ont été publiés et entrent dans le cadre de la recherche d’un cadre légal approprié à la psychothérapie. Il en ressort que les orientations psychothérapeutiques susceptibles d’être retenues devraient toutes pouvoir reposer sur une théorie de la personnalité ainsi que sur une théorie de la psychothérapie. En outre, ces théories devraient se fonder sur des données empiriques et sur des concepts validés par une tradition de recherche scientifique ou théorico-clinique. Le Conseil Supérieur de l’Hygiène retient ainsi provisoirement quatre approches : la psychothérapie à orientation psychanalytique et psychodynamique, la psychothérapie à orientation systémique et familiale, la psychothérapie à orientation comportementale et cognitive, et enfin la psychothérapie à orientation expérientielle et centrée sur la personne. Il ressort par ailleurs (Lietaer, Van Broeck et coll., 2003, 2005) que si, en Belgique francophone, l’orientation psychanalytique est la plus présente, suivie par l’orientation systémique, ce sont par contre l’orientation cognitivo-comportementale et celle centrée sur la personne qui sont les plus représentées en Belgique néerlandophone. Quant aux buts poursuivis par les psychothérapeutes, ils sont divers selon les orientations. Les psychanalystes visent la restructuration de la personnalité en thérapie de longue durée et sont peu enclins à utiliser des protocoles d’intervention ; les systémiciens accordent de l’importance au contexte, à l’intervision et à la collaboration multidisciplinaire ; les thérapeutes cognitivo-comportementalistes accordent plus d’importance au diagnostic et voient la psychothérapie empiriquement validée, utilisant des protocoles de traitement et comme une science plutôt que comme un art ; enfin, les psychothérapeutes centrés sur la personne et expérientiels sont attentifs à la qualité de la relation de travail et au besoin de contact humain avec leur client (ibid). Le rapport qui mentionne ces conclusions indique aussi que le profil du psychothérapeute belge est peu uniforme, et qu’il serait à l’avenir essentiel de définir des critères de formation garantissant la qualité des pratiques offertes aux consultants. Ces critères découlent de la définition même de la psychothérapie qui sera légalement envisagée. Les études dont il est question ici sont le fait de psychothérapeutes, de chercheurs scientifiques et enseignants universitaires favorables à la psychothérapie intégrative (Le Polain de Waroux et coll, 2005). Par ailleurs, considérant la psychothérapie comme une spécialisation d’un certain nombre de professions du secteur de la santé, le Conseil Supérieur de l’Hygiène recommande que toutes les formations à la psychothérapie soient accessibles aux détenteurs d’un diplôme de maîtrise ayant effectué un stage dans le secteur des soins de santé mentale, et ayant rempli les prérequis d’un enseignement en sciences humaines reprenant treize cours dont l’intitulé est défini. La formation théorique et technique spécifique en psychothérapie comprend un processus d’apprentissage intense, cohérent, intégré dans un cadre théorique particulier répondant aux exigences de la pratique ; elle est dispensée par une instance de formation unique délivrant un certificat ; celui-ci devrait ensuite être complété dans le cadre d’une formation continuée (CSH, 2005).


Références

  • Conseil Supérieur de l’Hygiène (2005). Psychothérapie : définitions, pratiques, conditions d’agrément, Avis du CSH n˚ 7855 – Approuvé par le groupe de travail le 21/06/2005 et validé par le collège transitoire le 13/07/2005. (http://squiggle.be/PDF_Matiere/Avis_CSH.pdf).
  • Le Polain de Waroux, G., Baruffol E., Van Broeck N., Lietaer G., Dekeyser M. (2005). Orientations et intégration des psychothérapies en Belgique, Bulletin de psychologie, Tome 58 (3), N° 477, pp. 377-386.
  • Lietaer, G., Van Broeck, N., Igodt, P. (2003). Profil professionnel du psychothérapeute en Belgique. Rapport sur le projet de recherche financé par le Ministère Fédéral des Affaires Sociales, de la Santé Publique et de l’Environnement (STA/1/4156). (hhttp:// www. snppsy. org/ data/ 120_rapportpsy. pdf).
  • Lietaer, G., Van Broeck, N. (2005). Doelstellingen en interventies in de vier psychotherapeutische hoofdoriëntaties : een vergelijkend onderzoek op basis van enquêtegegevens van belgische therapeuten, Tijdschrift Cliëntgerichte Psychotherapie, 43, 3, pp. 165-169.

Pour citer cet article

Priels Jean-Marc, « Recherche », Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche 2/ 2007 (n° 6), p. 94-95
URL : www.cairn.info/revue-approche-centree-sur-la-personne-2007-2-page-94.htm.
DOI : 10.3917/acp.006.0094

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback