Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

2014/2 (n° 20)

  • Pages : 98
  • DOI : 10.3917/acp.020.0005
  • Éditeur : ACP-PR

ALERTES EMAIL - REVUE Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 5 - 26 Article suivant

Résumé

Français

Dans ses derniers écrits, Carl Rogers a souligné l’importance de l’intuition dans le processus thérapeutique. Il a émis l’idée d’une connaissance directe, intuitive, et témoigné de moments où il avait le sentiment que son client et lui étaient des éléments d’un ensemble plus vaste. Il a considéré l’intuition comme similaire à des phénomènes comme la télépathie et la précognition. Sa pensée rejoint en cela celle de Carl Jung, et elle peut être mise en relation avec celle de nombreux scientifiques et philosophes, tel Alfred N. Whitehead. Le monde qu’ils décrivent est un monde où chaque chose, chaque être est connecté. De manière similaire, Rogers a fait valoir qu’il n’y a pas d’espace pour séparer le thérapeute et le client. Et si la thérapie fonctionne, c’est avant tout parce qu’elle est relation. C’est la reconnaissance et la valorisation d’une telle relation qui facilite la tendance actualisante. En contextualisant ces idées, nous pouvons comprendre qu’au cœur de l’interaction selon l’Approche centrée sur la personne se trouve la « présence engagée ».

Mots-clés

  • intuition
  • relation thérapeutique
  • parapsychologie
  • intersubjectivité

Plan de l'article

  1. L’intuition
  2. Les dimensions psi
  3. L’interconnexion
  4. L’enchevêtrement
  5. L’acmé de la subjectivité personnelle
  6. La présence engagée

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback