Accueil Discipline (Psychologie) Revue Numéro Article

Champ psy

2006/3 (n° 43)



Pages 5 - 6 Article suivant
1

« Hier j’ai eu une panne informatique… Mais c’est comme si j’avais eu un anévrisme ! » disait une patiente. De nos jours, l’homme « fait corps » avec l’ordinateur, il en dépend. Maladie moderne ou progrès technique ? Les virus informatiques se transmettraient-ils à l’homme ? Ou bien les hommes se transporteraient-ils de façon inédite par le réseau informatique ?

2

Blog, cybersexe, pseudo, webcam, tchats, msn, toile, réseau net, skype, jusqu’aux formes d’e-psychothérapie, impensables encore il y a quelque temps…

3

Que deviennent les rencontres intimes et les récits de soi, quand ils passent par le truchement de cet étrange objet virtuel ? Que devient la question du corps et de la présence, avec ces objets pulsionnels que sont le regard et la voix, lorsque la rencontre avec l’autre se situe non plus en face à face mais face à un écran d’ordinateur ? Comment les sujets aménagent-ils des relations dépourvues de certaines formes de sensorialité propres à la présence vivante ? Car avec le web l’homme se trouve ouvert au monde extérieur par le biais d’un filtre. Seul chez lui il peut néanmoins entrer en contact avec d’autres personnes, souvent inconnues. Narcissisme, autoérotisme, altérité, autant de notions à revisiter devant l’amplification de ces phénomènes.

4

Les adolescents écrivent leur journal intime dans les blog qui sont comme un prolongement prothétique de leur nombril. Les rencontres amoureuses ou amicales se tissent via des serveurs Internet. Et même les entretiens psychothérapeutiques envahissent la toile.

5

L’anonymat ou une « néo identité » véhiculée par un pseudonyme favoriseraient-ils ou empêcheraient-ils la rencontre avec l’autre ? Dans quelle mesure une néo identité peut soutenir un processus d’assomption du sujet, ou bien, dans quel cas ouvre-t-elle à un fonctionnent de type « faux self » ? Ou encore, dans quel contexte « l’autre virtuel » peut prendre figure pour le sujet ; et dans quel contexte on peut penser qu’il reste un objet de consommation rapide à jamais interchangeable ?

6

L’usage du web semble en effet souvent obéir au principe du pharmakon (remède et poison). Car s’il peut ouvrir sur un usage compulsif, addictif, tournant à vide, il peut tout autant soutenir parfois des processus de subjectivation.

7

Inutile alors de crier à la catastrophe ou à la disparition apocalyptique de l’humanité face au virtuel et aux nouvelles technologies. Il s’agit davantage d’appréhender les transformations psychiques et les phénomènes corporels qui traversent le sujet dès lors que cette réalité s’amplifie. La psychanalyse elle-même se trouve confrontée à réinterroger les dispositifs d’une cure dite classique lorsque entrent dans la réalité de nouvelles modalités imaginaires. Car dès lors que les rêves et la réalité virtuelle s’entremêlent, ils peuvent produire de nouvelles configurations pour le déploiement de la vie psychique.

8

Un mot d’esprit court sur le net aujourd’hui : « comment fait-on les enfants ? on les télécharge sur internet ! »

9

Les théories sexuelles infantiles, piliers incontournables de l’invention de la psychanalyse, rencontreraient-elles aujourd’hui, face à l’expansion des technologies virtuelles, d’autres modalités de constructions fantasmatiques ?

10

Dès lors que les hypocondriaques peuvent tout savoir sur leur corps en tapant des mots-clés, que les photographies peuvent être modifiées grâce aux technologies informatiques et numériques, c’est le corps imaginaire qui s’en trouve transformé. Virtualité, imaginaire et réalité du corps interfèrent sans cesse aujourd’hui. Ce numéro souhaite mettre en perspective les questions des modifications psychiques et corporelles face aux nouvelles expériences psychiques et sensorielles liées aux technologies virtuelles.

Pour citer cet article

Laufer Laurie, Linhares Andréa, « Introduction », Champ psy 3/ 2006 (n° 43), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-champ-psychosomatique-2006-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/cpsy.043.0005

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback