Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Civilisations

2015/1 (64)


ALERTES EMAIL - REVUE Civilisations

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 129 - 140 Article suivant

Résumé

Français

Durant la crise malienne de 2012-2013, les conditions d’enquête de terrain au sein des associations islamiques de Bamako furent particulièrement modifiées. Les difficultés d’accès aux acteurs et aux données nécessitent de recourir à des informations de seconde main, fournies par les journalistes, fonctionnaires ou diplomates, formant ainsi une véritable « économie du renseignement » autour du religieux, dans laquelle l’ethnographe est impliqué. Ces conditions sont symptomatiques d’un contexte impliquant la guerre française « contre le terrorisme ». Le regain d’intérêt envers les acteurs religieux génère une inflation discursive sur l’islam, permettant notamment d’informer les programmes internationaux de développement mis en place à destination de l’islam « modéré ». A partir d’un retour réflexif sur les conditions d’enquête de terrain au sein du Haut Conseil Islamique du Mali en 2013, et d’une étude des usages de la catégorie de « wahhabite », je cherche à montrer la manière dont l’utilisation d’un langage d’expert, servant à décrire les rapports entre politique et religion, tend à transformer les rapports de force au sein du champ religieux.

Mots-clés (fr)

  • Mali
  • islam
  • wahhabite
  • recherche
  • expertise
  • diplomatie

English

During the Malian crisis of 2012-2013, fieldwork conditions among Islamic organizations of Bamako were particularly undermined for many reasons. Difficulties to access to actors and data often require to resort to second hand information, provided by journalists, civil servants or diplomats, shaping thus a kind of “information economy”, in which the ethnographer is involved. Theses conditions are symptomatic of a context implying the French “war against terrorism”. The sudden resurgence of interest in Muslim actors generates a discursive inflation on Islam, in which the expert and scholarly language is especially used to inform international development programs deployed to “moderate” religious trends. Starting from the case of the president of the Malian High Council of Islam, and the uses of the “Wahhabi” categorization, I try to show how the vocabulary of expertise, useful for describing links between religion and politics, contribute to transform power relations between Islamic leaders.

Mots-clés (en)

  • Mali
  • research
  • islam
  • wahhabi
  • expertise
  • diplomacy

Plan de l'article

  1. La « clique des experts »
  2. A chacun son wahhabite
  3. De la description au procès d’intention
  4. La traduction diplomatique

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback