Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Civilisations

2015/1 (64)


ALERTES EMAIL - REVUE Civilisations

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 165 - 175

Résumé

Français

Ce texte s’interroge sur le paradoxe (réel ou apparent) qui veut qu’aucun des thèmes de l’appel d’offre de ce numéro ne semble soulever ni explicitement ni implicitement la question de la réflexion théorique. Or toute discipline scientifique, y compris les sciences sociales, se définit d’abord par ses objets, son mode d’approche du réel mais aussi, et jadis c’était même son image de marque première, par sa conception explicative du champ analysé et par sa configuration de notions abstraites, les concepts, qui les abordent, les « construisent » et leur donnent sens. Centré sur l’anthropologie française ce texte rappelle très brièvement les conditions et les conséquences de la gestation de l’image de marque disciplinaire au cours du 20ème siècle puis de sa décomposition et transformation au tournant du 21ème siècle. Cet examen permet d’esquisser une hypothèse, après l’évocation de la variété des facteurs en cause, celle de la marginalisation du moment proprement théorique dans la demande institutionnelle et professionnelle actuelle. L’exemple des « lieux communs » qui dominent les études de la pauvreté et des pauvres depuis un quart de siècle dans les Suds confirme l’humanitarisation perverse qui parasite de plus en plus les terrains dits difficiles. L’oubli des principes épistémologiques inhérents à tout programme disciplinaire apparait alors comme une impasse de première grandeur.

Mots-clés (fr)

  • pauvreté
  • anthropologie
  • identité disciplinaire
  • moments de la recherche
  • sciences sociales
  • théorie

English

This paper tries to tackle a kind of paradox: theoretical reflection does not seem to be an explicit (or by the way implicit) preoccupation of this issue. However any scientific discipline, including those labeled social sciences, seem to be defined not only by its objects, its approach of reality but also by its type of explanation of the domain under consideration and by the configuration of the abstract notions, i.e. concepts, which designs it, constructs it and provides some sort of intellectual meaning. Half a century ago it was this overall conception that gave anthropology its reputation. Focused on French anthropology, this paper recalls briefly the makings and the evolutions of the discipline's image in the 20th century then its breaking down and transformation at the turn of this century. After a review of the various factors under consideration, the author suggests an explanatory hypothesis: that of the marginalization of the theoretical input as such. The case of poverty studies in the South reveal the false humanitarian spirit that pervades the so-called difficult and sensitive fields of today. This neglects of the epistemological basis of all scientific disciplinary projects, theoretical problematic, turns out to be a dead end and the most sensitive of all fields of research.

Mots-clés (en)

  • poverty
  • anthropology
  • disciplinary identity
  • social sciences
  • steps in research
  • theory

Plan de l'article

  1. La longue gestation de l’image de marque disciplinaire au 20ème siècle et sa décomposition progressive au tournant du 21ème siècle
  2. La configuration de plus en plus marginale, « sensible » et « difficile » du moment théorique
  3. Les limites des réflexivités méthodologiques, éthiques et empathiques face aux nécessités d’une réflexion conceptuelle propre

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback