Accueil Revue Numéro

Présentation

L’objectif de ce numéro est d’analyser comment s’opère, sous l’effet des dispositifs d’information et de communication, le couplage entre une culture généralisée du risque et une réorganisation du social, des pratiques et des modes de vie tant individuels que collectifs. À côté des nombreuses publications consacrées aux risques dits majeurs, nous nous inscrivons ici dans un horizon qui n’est pas celui de la catastrophe mais celui du vécu et du quotidien. Il s’agit de se pencher sur l’ordinaire du changement, lieu souterrain où s’opèrent de puissantes transformations. Consacré à des objets minuscules (telles les nanotechnologies) ou mineurs (l’e-cigarette, le menu de la cantine), explorant les lieux de la quotidienneté (l’école, l’hôpital, la table familiale ou l’entreprise), ce numéro ne se résout pas à la force des choses mais explore la dynamique sociale, humaine et communicationnelle en présence et la puissance de transformation en jeu.

Dans le travail de qualification-configuration de la catégorie de risque est en jeu un processus civilisationnel de l’ordre de ce qu’étudiait Norbert Elias dans La Civilisation des Mœurs. La généralisation de la question du risque désormais présent dans tous les interstices de la vie avive la tension entre une idéologie libertaire de la créativité et une idéologie sécuritaire qui anime tous les aspects de la vie quotidienne : consommation de produits et de services, relations aux autres, fonctionnement des organisations, attentes envers les institutions. Une même tension anime l’espace discussionnel fondamentalement polémique du risque, marqué par l’articulation entre le saillant et le lisse, entre les aspérités de crises renouvelées et le lissage des discours préventifs construits à l’intention de destinataires virtuels dont est présupposée la capacité rationnelle et prudentielle. Le risque fonctionne comme un ferment communicationnel, comme un potentiel discussionnel qu’actualisent des groupes nombreux dans un éventail ouvert de thèmes, comme si une relecture complète de notre société pouvait se faire à partir de la catégorie de risque.

Le caractère central et ambigu du risque l’installe au cœur de relations renouvelées entre les sphères scientifique, médiatique, politique et sociale. La généralisation du risque installe plus fortement la science en société, convoque scientifiques et experts dans l’espace de la société civile et des médias, la situe aux côtés du politique qui délibère et légifère. La question du risque n’est pas seulement une question technique ou statistique, elle est une question totale qui engage la production de la société elle-même.


Sommaire

Page 1 à 16

‪Risques mineurs, changements majeurs‪

Dossier

Page 19 à 32

‪La précaution « des » nanotechnologies‪

Une limitation et un contrôle des opérations du système par le monde vécu
Page 33 à 48

‪La sociologie constructiviste du risque de Niklas Luhmann‪

Page 49 à 58

‪L'e-cigarette au miroir du risque tabagique‪

Page 59 à 72

‪Risques organisationnels et anticipation‪

Une communication complexifiée autour du near-miss
Page 73 à 86

‪Risque et acteurs au travail‪

TIC et dislocations des relations. L'exemple d'un nouveau dispositif numérique (SIH) dans un centre hospitalier privé
Page 87 à 98

‪Imaginaire, participation, engagement et empowerment

Des notions pour penser la relation entre risques et changements
Page 99 à 114

‪Communiquer, prévenir, éduquer‪

Circulation de normes et de savoirs sur les risques alimentaires à l'école
Page 115 à 126

‪La société civile, de l'alerte à la controverse médiatisée‪

Page 127 à 138

‪Boire en eaux troubles‪

La construction de la défiance et des risques de boire de l'eau
Page 153 à 162

‪Approche anthropologique et juridique de la politique de prévention des risques‪

Analyses

Page 165 à 174

‪Les relations sont-elles publiques ou avec les publics ?‪

Page 175 à 192

‪Entre ombre et lumière, analyse communicationnelle de la construction identitaire de l'ONG Finance Watch‪

Ce que l'analyse des écrits dit sur l'énonciation de l'organisation
Page 193 à 208

‪Personnages illustres dans la monnaie tunisienne de 1956 jusqu'à 2010‪

Fonctions et apports
Page 209 à 222

‪Critique de la logique de la « gestionnarisation »‪

Au miroir du cas des universités
Page 223 à 242

‪Étudier la communication organisationnelle et santé des organisations de santé au health organizing‪

Page 243 à 260

‪L'intelligence économique territoriale‪

Utopie des territoires ou territoire des utopies ?
Page 261 à 270

‪Quel regard sur les « vieux »‪

Approche communicationnelle du lien social chez les Boomers in bloom
Page 271 à 280

‪Stratégies et tendances de communication dans les entreprises chiliennes‪

Expériences

Page 283 à 296

‪Le remodelage d'un organisme de formation par une politique volontariste d'utilisation des TICE‪

Le cas de l'organisation de la formation professionnelle dans la Marine Nationale
Page 297 à 308

‪La rénovation d'une bibliothèque municipale‪

Entre enjeux architecturaux et attentes de public

Bibliographie

Page 311 à 314

‪Jean-Paul Pinte (dir.), Enseignement préservation et diffusion des identités numériques, Traité des sciences et techniques de l'information

Hermès Sciences, Ed Lavoisier, 2014.

Fiche technique

Communication & Organisation 2014/1 (n° 45). 320 pages.
ISSN : 1168-5549
ISSN en ligne : 1775-3546
ISBN : 9782867819049
Lien : <http://www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2014-1.htm>

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback