Accueil Revues Revue Numéro Article

Comptabilité - Contrôle - Audit

2011/3 (Tome 17)


ALERTES EMAIL - REVUE Comptabilité - Contrôle - Audit

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 101 - 114 Article suivant

Introduction

1

Nous avons été surpris de lire la critique contre la légitimité de l’International Accounting Standards Board (IASB) (Burlaud et Colasse, 2010) publiée dans cette revue l’an dernier. L’idée maîtresse de leur article était que la crise financière, exacerbée par les Normes internationales d’information financière (IFRS), avait « fortement ébranlé » (p. 153) la légitimité de l’IASB et avait entraîné le « retour du politique ». L’article procédait ensuite à une longue critique de la légitimité de l’IASB. Nous avons été étonnés à la fois par les arguments fondamentaux de l’article et par la forme sous laquelle ses arguments ont été présentés. Il n’est pas du tout évident pour nous que l’IASB manque de légitimité, ni que le monde économique remette en question sa légitimité. Les auteurs n’établissent pas de claire distinction entre l’International Accounting Standards Committee (IASC) (dont la situation a évolué considérablement au cours des 30 dernières années) et l’IASB. Il n’est en aucun cas admis par la majorité des experts que les normes comptables internationales aient « accéléré sinon amplifié » (p. 153) la crise financière, et il n’est pas clair que l’IASB sorte de la crise autrement que fortifié. Enfin, de nombreux auteurs pensent que la politique n’est jamais absente de la normalisation.

2

Quant à la forme, l’article est construit à l’aide d’un dispositif de rhétorique qui consiste à lancer une affirmation, puis à démontrer que le sujet ne respecte pas cette allégation (en anglais, cela s’appelle un « straw man » [un homme de paille], un argument fondé sur l’idée que l’affirmation est facile à démolir). Au cas d’espèce, les auteurs font des affirmations (généralement ne se référant pas à un article de recherche) sur les qualités que l’IASB devrait avoir, puis ils déclarent que l’IASB ne les possède pas. Nous remettons ici en question l’exactitude et la pertinence d’un grand nombre de ces affirmations.

1 - La légitimité de l’IASB

3

Burlaud et Colasse ne font guère de distinction entre l’IASC, l’organisation à l’origine des premières normes internationales, et l’IASB. Nous observons que la réputation et l’impact de l’organisation ont beaucoup changé depuis 40 ans. Par exemple, on trouvera dans Camfferman et Zeff (2007) une étude détaillée de l’évolution de l’IASC, qui divise l’analyse en plusieurs parties : les origines et la fondation de l’IASC, la période jusqu’à 1987, et la période s’achevant en 2000, année de la création de l’IASB, marquée par une organisation assez différente. C’est tout à fait naturel, car il y a une différence fondamentale entre le rôle de l’IASC dans les années 1970 (qui s’apparentait à un groupe de réflexion proposant des modèles de comptabilité desquels les organismes nationaux chargés d’établir les normes étaient libres de s’inspirer) et celui de l’IASB des années 2010, dont les membres travaillent à plein-temps et qui a reçu une délégation de l’autorité publique pour définir des normes obligatoires. Il aurait été surprenant que la nouvelle organisation ne se dote pas d’une structure différente et d’un processus amélioré pour répondre à ce nouveau rôle.

4

Il convient de rappeler d’abord quelques faits importants. En ce qui concerne la légitimité de l’IASC d’abord, nous aimerions souligner que, dès la fin des années 1980, Wallace (1990) a discuté de sa « légitimité institutionnelle ». Il estimait que l’association faisait autorité (p. 11) parce qu’elle avait un processus de normalisation transparent et procédural. Il convient que l’IASC n’a pas de pouvoir juridique, mais il conclut (p. 22) :

5

« L’IASC a réussi à générer un vaste appui des parties prenantes. Sa survie a été soutenue par : a) l’internationalisation croissante des affaires et des finances qui nécessite une approche globale de l’harmonisation des pratiques de comptabilité et d’information ; b) la nature composite de ses normes et son souci de traiter des sujets généraux ; c) sa stratégie évolutive ; et d) l’absence d’organisation rivale orientée de façon durable vers le développement et la diffusion de normes comptables internationales. »

6

Il spécule sur le fait que l’Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (OICV), qui réunit les principaux organismes de réglementation boursiers internationaux, aurait pu s’ériger en une sorte d’organisation rivale, mais il souligne que ces organismes ont choisi de soutenir et de consolider l’IASC, plutôt que d’entrer en concurrence avec lui – ce qui a aussi été le cas de l’OCDE et de l’ONU, qui ont toutes deux entrepris dans les années 1970 des initiatives de réflexion sur l’information financière, mais au début des années 1980 sont convenues de laisser la reconnaissance internationale et les étalons de mesure à l’IASC (Camfferman et Zeff, 2007, p. 190 à 195).

7

Dans la décennie qui a suivi la publication de l’article de Wallace, l’OICV a resserré ses liens avec l’IASC, reconnaissant en 2000 ses normes comme acceptables pour l’information publiée par les sociétés souhaitant une cotation en bourse à travers le monde. L’OICV n’avait aucun doute sur la légitimité de l’IASC et resta étroitement liée à son successeur, l’IASB. Elle a joué un rôle éminent dans la réforme qui conduisit à la création de la Fondation IFRS, à l’instar d’autres institutions publiques, y compris la Commission européenne, et dans la sélection du groupe initial des trustees (administrateurs de la Fondation) ; elle abrite maintenant le Monitoring Board (Comité de pilotage) qui supervise les trustees de la Fondation IFRS et elle dispose de deux (des cinq) sièges au sein de ce comité.

8

Nous devons noter que le premier président des trustees a été M. Paul Volcker, dont on peut présumer qu’il n’aurait pas prêté sa crédibilité à une organisation qui aurait manqué de légitimité. Son successeur, Tommaso Padoa-Schioppa, a également été une figure importante de la fonction publique en Europe et il ne semble pas avoir douté de la légitimité de la Fondation.

9

Au cours de la crise financière, les gouvernements des principales économies du monde se sont réunis sous l’égide du G20, afin de coordonner leurs activités pour répondre à la crise. Le G20 n’a d’aucune façon remis en cause la légitimité de l’IASB. Dans son communiqué de novembre 2008 à l’issue du sommet de Washington, ses membres ont affirmé :

10

« Les principaux organismes internationaux chargés des normes comptables doivent travailler à améliorer les règles relatives à l’évaluation des instruments financiers, en prenant en compte l’évaluation des produits complexes non liquides, surtout en période de crise. Les normalisateurs comptables doivent faire avancer leurs travaux de manière importante, afin de corriger les lacunes observées dans les normes de consolidation et d’information relatives aux véhicules hors bilan. Les organismes de réglementation et les normalisateurs comptables doivent renforcer les exigences de divulgation des instruments financiers complexes émis par les entreprises à l’attention des marchés financiers. »

11

Ils ont ajouté :

12

« En vue de promouvoir la stabilité financière, la gouvernance de l’organisme international chargé d’établir les normes comptables doit être encore renforcée, notamment en procédant à l’examen de sa composition, et ce, afin d’assurer la transparence et la responsabilisation ainsi que d’établir une bonne relation entre cet organisme indépendant et les autorités compétentes en matière prudentielle[1][1] Accessible depuis le site Internet du New York Times,.... »

13

Les « principaux organismes internationaux chargés des normes comptables » mentionnés dans le texte sont le FASB et l’IASB. Le dernier paragraphe renvoie directement à l’IASB et il appelle à une meilleure gouvernance, dans le but de promouvoir la stabilité financière. Le G20 n’exprime pas de préoccupation au sujet de la légitimité, il confirme le rôle global prédominant de l’IASB et il lui demande de travailler plus étroitement avec le Conseil de stabilité financière – CSF (Financial Stability Board). Les interrogations quant aux réalisations de l’IASB concernent l’interaction entre la transparence et la stabilité financière, débat technique très complexe, plutôt que la primauté de l’IASB à établir des normes.

14

Le rapport du CSF présenté au sommet de Paris des ministres des Finances du G20 en février 2011 fait ressortir que lors du sommet de Séoul, « les dirigeants du G20 ont souligné à nouveau l’importance de créer un ensemble unique de normes comptables internationales de haute qualité et demandé à l’IASB et au FASB de terminer leur programme de convergence d’ici la fin de 2011 ». En fait, les principales économies du monde, par l’intermédiaire du G20, ont apporté un appui politique supplémentaire au processus de convergence avec le FASB précédemment lancé par l’IASB et concrétisé par l’accord dit « de Norwalk » de 2002. Le rapport du CSF de Paris a indiqué qu’un progrès considérable avait déjà été réalisé.

15

Nous soulignons aussi que la Commission européenne a participé au processus de normalisation internationale depuis les années 1990 et qu’elle a publié, en 1995, une déclaration signalant l’abandon de la poursuite de l’harmonisation entre ses propres États membres au profit d’une nouvelle stratégie qui consistait à prendre comme références les normes internationales. En 2000, la Commission a concrétisé cette politique en déclarant son intention de demander à toutes les sociétés européennes cotées d’utiliser les IFRS. Cette décision découle du Plan d’action des services financiers (PASF – COM [1999], 232, 11.05.99) pour la création d’un marché financier unique dans l’Union européenne. Le PASF a énuméré les objectifs que la Commission souhaitait obtenir : « les deux objectifs liés étaient d’assurer la comparabilité de l’information financière et de s’aligner sur les meilleures pratiques internationales » (p. 7). Le PASF soulignait que « l’existence d’une information financière comparable, transparente et fiable est une condition fondamentale de la constitution d’un marché des capitaux intégré et efficace » et ajoutait :

16

« Par ailleurs, la recherche de capitaux n’est pas limitée aux frontières de l’Union, certaines de nos sociétés pouvant aussi avoir besoin de lever des capitaux sur des marchés internationaux. Les solutions visant à améliorer la comparabilité au sein du Marché communautaire devront également tenir compte de l’évolution observée au niveau des meilleures pratiques acceptées internationalement. En l’état actuel des choses, les normes comptables internationales (IAS) semblent constituer la référence la plus appropriée pour la définition d’un ensemble unique de critères d’ information financière permettant aux sociétés (désireuses de le faire) de lever des capitaux sur les marchés internationaux. »

17

Les mentions des « meilleures pratiques acceptées internationalement » et de la « référence la plus appropriée » ne nous semblent pas remettre en question la légitimité de l’IASB, bien au contraire. Burlaud et Colasse pourraient expliquer de façon plus pertinente en quoi les objectifs de la Commission étaient erronés, ou faire valoir qu’il existait une meilleure solution de rechange qui répondrait à ces objectifs. Leur étude n’établit pas de distinction entre la légitimité de la fonction d’un groupe de techniciens qui visent à produire des spécifications techniques et le choix politique fait par les gouvernements d’utiliser ces spécifications techniques.

18

Les marchés financiers européens relèvent de la responsabilité de la direction du marché intérieur (la DG XV). Le site Web (http://ec.europa.eu/internal_market/accounting/index_fr consulté le 21 fév. 2011) mentionne que :

19

« En ce qui concerne les entreprises cotées, l’action de la Commission s’étend au-delà des frontières européennes. Cette action consiste à encourager l’utilisation des IFRS en tant que langue internationale d’ information financière, afin de renforcer l’efficacité et la transparence des marchés de capitaux dans le monde. »

20

Lors d’un récent discours à Bruxelles (Conférence CCIR 10 février 2011), le Commissaire Barnier a affirmé :

21

« Nous devons progresser sur la convergence, car des normes sont moins utiles si elles ne sont pas utilisées par tous. Nous avons donc besoin d’une adhésion toujours plus grande aux normes IFRS, à commencer bien sûr par celle des États-Unis. »

22

Le Commissaire ne remet pas en question la légitimité de l’IASB ; il appelle à une application généralisée des normes. Bien qu’il soit permis à des chercheurs de tout remettre en question, y compris la légitimité de l’IASB, Burlaud et Colasse ne cherchent pas à prouver que le leadership de l’économie mondiale et les marchés financiers expriment généralement des doutes sur cette légitimité. Nous estimons au contraire que l’IASB bénéficie d’un important soutien politique.

2 - Politique et établissement des normes

23

Bien que le titre de l’article de Burlaud et Colasse laisse à penser qu’il traite du retour des politiques lorsqu’il s’agit d’établir des normes, nous sommes d’avis qu’en pratique, cet article traite principalement de la légitimité. Toutefois, nous exprimons notre désaccord sur l’idée que la politique ait jamais été absente de la normalisation. Zeff (2007, p. 299 et 300) examine le rôle de la politique par rapport au FASB et à l’IASB et démontre comment un organisme qui établit des normes est toujours sujet à des pressions externes. Walton (2009b) fournit une étude sur le mode de fonctionnement du processus d’approbation de l’UE mis en place en 2002 : en faisant intervenir l’EFRAG, le Comité de réglementation comptable, la Commission, le Parlement européen et le Conseil des ministres, il présente de nombreuses occasions d’interventions politiques. Zeff (qui a écrit avant la crise financière) observe que « jusqu’ici, la part du lion, si ce n’est la totalité, de l’action politique relative à l’IASB est revenue à l’Union européenne et à la Suisse » (p. 300).

24

Concernant les préoccupations des hommes politiques européens, il apparaît que leur principal souci n’est pas de remettre en question la légitimité de l’IASB, mais une interrogation sur la surveillance de l’IASB, organisée autour des régulateurs de marché plutôt que confiée aux pays où l’utilisation des IFRS est demandée. Lorsque le Parlement européen s’est vu confier des pouvoirs accrus de surveillance des activités de la Commission européenne, son comité monétaire et économique a soulevé des questions au sujet de la confiance accordée par la Commission à l’IASB, et l’ECOFIN a demandé une série de rapports aux services de la Commission pour évaluer les améliorations de la gouvernance de la Fondation.

25

Dans son troisième rapport au Parlement, daté du 14 mars 2008 [2][2] Document de travail des services de la Commission sur..., la Commission concluait :

26

« Ceci est le troisième rapport des services de la Commission sur l’évolution de la gouvernance au sein de l’International Accounting Standard Committee Foundation (IASCF) et de l’International Accounting Standards Board (IASB).

… Depuis la publication du 2e rapport des services de la Commission, l’IASCF et l’IASB ont présenté d’importants projets qui, s’ils sont complètement et effectivement mis en œuvre, amélioreront leur responsabilisation envers les parties prenantes ainsi que la transparence de leurs activités.

Plus important encore, il y a maintenant un accord généralisé pour établir une structure de surveillance publique officielle de l’IASCF. Cela mènera également à une réforme du processus de nomination des trustees, abolissant ainsi le mécanisme d’autonomination, en accordant à un organisme indépendant de surveillance le pouvoir de décider de la nomination des trustees.

Les services de la Commission accueillent favorablement les décisions prises par l’IASCF pour consolider les procédures établies, en particulier en réalisant des évaluations d’impacts ex ante et des examens ex post des nouvelles normes et interprétations, ainsi qu’en publiant des rapports relatifs aux consultations effectuées. »

27

Lors de sa réunion de juillet 2008, l’ECOFIN a adopté les conclusions suivantes [3][3] www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/press... :

28

« Le Conseil reconnaît les efforts réalisés par les trustees de l’IASCF pour améliorer sa gouvernance depuis l’achèvement de son dernier examen constitutionnel et pour consolider la capacité de l’IASCF à mieux tenir compte de l’intérêt public. Il considère que le nouvel examen de la constitution de l’IASB offre une importante occasion d’y apporter des modifications afin d’améliorer la légitimité et l’acceptabilité des normes de comptabilité internationales élaborées par l’IASB. La crise financière actuelle illustre l’importance d’un processus d’établissement des normes de comptabilité internationale solide, légitime et indépendant, qui répond aux intérêts du public et qui est cohérent avec l’objectif d’assurer la stabilité financière. Le Conseil apprécie les propositions qui ont été faites dans ce sens par l’IASCF et considère que la nouvelle réforme de la gouvernance de l’IASCF et de l’IASB au regard de la responsabilisation publique doit être faite selon les principaux principes suivants :

  • La responsabilité publique de l’IASCF doit être améliorée au moyen de la création d’un Monitoring Board efficace, qui doit disposer de pouvoirs suffisants pour exercer la surveillance nécessaire de l’IASCF ; le Monitoring Board doit être composé d’autorités compétentes responsables de l’intérêt public lié à l’adoption des normes comptables dans leurs juridictions respectives, y compris l’organisme international représentant les autorités responsables de la stabilité financière ou les principales autorités concernées par la stabilité financière ;

  • L’IASB doit acquérir une plus grande transparence et améliorer la légitimité de ses processus d’établissement de normes et de choix de ses sujets de travail, en particulier au moyen de consultations publiques plus systématiques sur le programme de travail de l’IASB, y compris le programme de convergence IASB-FASB, et effectuer plus d’essais sur le terrain. »

29

Encore une fois, cela prouve que la question n’est pas de savoir si la Fondation IFRS a une légitimité, mais bien de trouver de quelle façon améliorer son statut. Depuis lors, toutes les réformes institutionnelles évoquées dans ce rapport ont été mises en œuvre.

3 - La notion de légitimité

30

Pour en venir à l’analyse fondamentale de Burlaud et Colasse sur la légitimité de l’IASB, nous sommes étonnés de constater que les auteurs n’ont pas fourni de références de recherche à l’appui du postulat sur lequel se fonde leur article, à savoir qu’il y aurait trois notions de légitimité (« nous ferons appel à trois notions de légitimité, celles de légitimité politique, de légitimité procédurale et de légitimité substantielle », p. 155). Il est vrai que l’article n’indique pas que ce sont les seules formes de légitimité possibles ; pour autant, le lecteur se retrouve avec la nette impression qu’il n’existe aucune autre forme pertinente de légitimité.

31

La seule citation est une référence à Laufer et Burlaud (1997) : « pour plus de détails sur le concept de légitimité » (note en bas de page n° 1). Le lecteur pourrait croire que la justification des trois concepts utilisés comme base de l’analyse doit s’y trouver. Mais non, l’article cité n’est pas non plus un article évalué par les pairs ; il s’agit plutôt d’une entrée dans une Encyclopédie de Gestion qui pourrait se résumer à une analyse de l’évolution de la notion de légitimité appliquée au contexte de la gestion.

32

Suchman (1995) présente ce qu’il décrit comme une synthèse des théories de la légitimité organisationnelle. Il observe (p. 573) : « Dans la théorie des organisations contemporaines, la légitimité est plus souvent évoquée que décrite et est plus souvent décrite que définie. » Il propose sa propre définition (p. 574) :

33

« La légitimité est une perception généralisée ou une hypothèse voulant que les actions d’une entité soient socialement souhaitables, bonnes ou appropriées dans certains systèmes socialement construits de normes, de valeurs, de croyances et de définitions. »

34

Il suggère (p. 574) :

35

« La légitimité est socialement construite en ce qu’elle reflète une congruence entre les comportements de l’entité légitimée et les croyances partagées (ou supposément partagées) d’un groupe social ; ainsi, la légitimité est dépendante d’un auditoire collectif, pourtant indépendante d’observateurs particuliers. »

36

On pourrait déduire de cette position qu’un organisme de normalisation de type anglo-saxon se comportant d’une manière conforme aux attentes de la collectivité anglo-saxonne utilisant les rapports financiers, est légitime dans ce contexte, même si ce point de vue n’est pas partagé par les membres d’une collectivité différente qui utilise d’autres rapports financiers ou a d’autres attentes.

37

Burlaud et Colasse notent (p. 155) que l’IASC tirait ses membres de deux traditions différentes : ceux ayant des références anglo-saxonnes et ceux ayant un référentiel continental européen. Nous croyons que ce clivage de traditions a eu un impact non seulement sur le référentiel, mais également sur plusieurs aspects de l’infrastructure comptable. L’analyse de Nobes, entre autres, démontre que la tradition de réglementation comptable en Europe continentale a fait de la normalisation comptable une activité du gouvernement, alors que dans les pays anglo-saxons, la profession comptable a historiquement joué un rôle prépondérant.

38

L’IASC a été fondé par deux Anglo-Saxons, associés dans des cabinets d’audit situés à Londres (Bocqueraz et Walton, 2006). (Burlaud et Colasse revendiquent, à la page 155, sans citation, qu’il fut « imaginé par Henry Benson », mais Benson lui même ne revendique pas cela (Benson 1989), et Morpeth s’attribue l’idée initiale, même si Benson en a certainement constitué la force motrice.) Morpeth, président de l’Institute of Chartered Accountants in England and Wales pendant la création de l’IASC, indique (Bocqueraz et Walton 2006, p. 279 et 280) qu’il était, à l’époque, également le vice-président du normalisateur britannique, l’Accounting Standards Committee (ASC), et que son idée première était d’en créer une variante internationale.

39

L’ASC (qui a publié les normes officielles de 1971 à 1989 au Royaume Uni) était construit selon un modèle anglo-saxon – il était parrainé par les six organismes comptables professionnels du Royaume-Uni et n’avait aucune autorité légale, au sens de l’approbation gouvernementale. De même, l’IASC a été parrainé par les associations professionnelles nationales. La légitimité politique, dans le sens évoqué par Burlaud et Colasse, était suffisamment établie dans le monde anglo-saxon par le parrainage d’associations professionnelles.

40

Ici, la question de la légitimité repose donc sur des différences d’opinions quant à savoir quelles institutions devraient définir les normes techniques. Les définitions à utiliser pour mesurer les réserves de pétrole, qui sont suivies par les compagnies pétrolières dans le monde entier, sont fixées par une organisation professionnelle, la Society of Petroleum Engineers. On pourrait dire la même chose pour ce qui est des normes de qualité établies par l’Association du Transport Aérien International (IATA) dans le domaine de la sûreté du transport aérien [4][4] www.iata.org/ps/certification/iosa/Pages/index.asp. Le monde anglo-saxon n’a pas pour habitude de penser que les spécifications techniques devraient être fixées par les politiciens.

4 - Les arguments détaillés

41

Burlaud et Colasse examinent aussi « la légitimité procédurale de l’IASB ». Ils relatent que le normalisateur a évolué vers sa structure actuelle « pour affirmer son indépendance par rapport à la profession comptable » (p. 156). Aucune citation n’est proposée à l’appui de cette affirmation, et il n’y a pas d’autres explications. Cairns mentionne (Cairns et al., 2002, p. 5) que pendant la durée de vie de l’IASC, il est devenu évident qu’« il devait comprendre des non-comptables ainsi que des comptables ». Il ajoute (p. 6) qu’« il a toujours été très souhaitable que l’IASC travaille avec les organismes qui sont responsables de la mise en place des normes comptables nationales, quelle que soit la forme de ces normes et peu importe si les organismes font partie du secteur privé ou du gouvernement ». Nous tenons à souligner que, dès les années 1970 (voir Wallace, 1980, p. 16), de plus en plus de pays anglo-saxons s’étaient éloignés des comités de normalisation dirigés par des associations professionnelles et composés de bénévoles des cabinets d’audit, au profit d’organismes techniques autonomes ayant des employés à temps plein (le FASB a été la première manifestation de ce phénomène en 1973). Nous croyons que la structure de l’IASB reflétait simplement un modèle normatif ultérieur.

42

Burlaud et Colasse disent que « l’indépendance de l’IASB repose essentiellement sur le mode de recrutement et de rémunération de ses membres » (aucune citation). Bien que ce soit l’un des problèmes posés dans le document de réflexion stratégique de l’IASC (IASC, 1999) qui a anticipé la structure actuelle, le débat politique sur la gouvernance de la Fondation IFRS s’articule généralement autour des trustees et des sources de financement. Le document de stratégie de l’IASC indique que les trustees sont là pour préserver l’indépendance de l’institution. Ils doivent agir dans « l’intérêt public » et veiller à ce que l’organisme de normalisation fasse de même.

43

La déclaration de février 2010 de la SEC américaine (déclaration de la Commission à l’appui de la convergence et des normes comptables à l’échelle mondiale, 34-615780) considère l’indépendance comme un des enjeux qu’elle entend privilégier, ce qui s’exprime ainsi :

44

« Un autre élément important pour un ensemble de normes comptables à l’échelle mondiale de haute qualité est de savoir si le financement de l’organisme qui établit les normes et sa structure de gouvernance soutiennent le développement indépendant des normes comptables pour le bénéfice final des investisseurs. »

(p. 19)
45

La constitution de la Fondation IFRS, telle que révisée et approuvée le 15 janvier 2009, stipule, parmi les critères de nomination des membres de l’IASB, qu’il devrait normalement y avoir, d’ici à 2012, un équilibre géographique afin d’assurer une large base internationale [5][5] « Quatre pays membres de la région de l’Asie/ Océanie,.... Cette exigence atténue le risque que les débats du Conseil soient dominés par un seul groupe de constituants ou par « la pensée unique ». La diversité géographique se retrouve maintenant à tous les niveaux de l’organisation : les trustees[6][6] Selon la Constitution, six trustees doivent être originaires..., les membres du Conseil et le personnel technique.

46

Dans la section suivante, Burlaud et Colasse passent au cadre conceptuel. Ils indiquent que « la légitimité de l’IASB procède, d’une part… de l’utilisation d’une charte théorique censée donner un contenu quasi scientifique à ses normes » (p. 158). Ce sont des termes qu’on ne rencontre pas habituellement dans la littérature au sujet de l’IASB. L’idée habituellement évoquée (par exemple, Nobes et Parker, 1991, p. 104 ou Roberts et al, 1998, p. 455 et 456) sur le développement du cadre conceptuel est qu’il y avait, dans les années 1960, une crise de crédibilité des organismes américains qui établissaient les normes, y compris une perception que les normes avaient été établies par les cabinets d’audit afin de promouvoir leurs propres intérêts, ce qui avait abouti à un ensemble incohérent de règles. Deux comités spécialisés ont proposé : 1) la création du FASB (Wheat Report, AICPA 1972) ; 2) que les membres de ce nouvel organisme de normalisation soient chargés d’établir des normes cohérentes selon un cadre conceptuel transparent (Trueblood Report, AICPA 1973). Les objectifs du cadre initial étaient donc de promouvoir des normes cohérentes et de créer un processus de normalisation transparent.

47

Carsberg (1984, p. 27) soutient qu’il y a trois raisons d’utiliser un cadre conceptuel pour l’établissement des normes : a) faciliter les décisions sur les questions controversées ; b) éviter de perdre du temps à débattre de problèmes conceptuels relatifs à chaque norme en cours d’élaboration ; c) diminuer le besoin de normes détaillées en favorisant le recours aux jugements des personnes concernées. L’article cité par Burlaud et Colasse, Walton (2009a), en référence à l’utilisation par l’IASB d’un cadre conceptuel, fait remarquer que les membres de l’IASB sont contractuellement tenus d’élaborer les normes dans le respect de ce cadre conceptuel, et que les faits démontrent qu’ils s’y tiennent.

48

Burlaud et Colasse continuent en évoquant la théorie de l’agence et l’hypothèse du marché efficient (p. 162 et 163). Ils le justifient en disant : « Dès lors que les investisseurs boursiers sont désignés comme les destinataires privilégiés de l’information comptable, il peut paraître logique d’inscrire l’élaboration des normes comptables dans la théorie de l’agence et la théorie des marchés efficients. » Ils critiquent ensuite ces théories. Nous notons qu’ils ne relèvent aucun fait qui suggère que l’IASB tienne compte précisément de ces théories ; au contraire, ils soulignent l’utilisation du cadre conceptuel comme un moyen d’encadrer le développement des normes. Nous pensons qu’il est extrêmement peu probable que la théorie de l’agence ou celle du marché efficient ait eu une influence quelconque sur le cadre conceptuel initial. En 1973, le Trueblood Committee est à l’origine des propositions pour le cadre conceptuel (AICPA 1973), les sources de la théorie du marché efficient proviennent de Fama (1965, 1970), et il semble improbable qu’au cours de ce laps de temps, une analyse universitaire dans le domaine des finances ait été transposée au domaine de la comptabilité. Il en va de même de la théorie de l’agence : elle a été évoquée, d’abord, dans Jensen et Meckling (1976) et n’a pu exercer aucune influence.

49

Burlaud et Colasse ajoutent que c’est la « croyance dans l’efficience des marchés qui justifie le recours à la juste valeur ». Ils n’offrent pas de preuves à cette affirmation. Nous souhaitons faire les observations suivantes : (1) le FASB examine la juste valeur comme une mesure indépendante, c’est-à-dire sans biais. (La base des conclusions du projet de norme publié en 2004 par le FASB sur la mesure de la juste valeur expliquait : « conceptuellement, la juste valeur est une mesure fondée sur le prix de marché qui n’est pas influencée par des facteurs spécifiques à une entité particulière.) En conséquence, elle représente une mesure objective qui est comparable d’une période à l’autre et entre les différentes entités » ; (2) la notion de juste valeur a été utilisée pendant plusieurs siècles par les tribunaux anglo-saxons, signifiant un prix de marché qui satisfait à la fois l’acheteur et le vendeur [7][7] Notons que l’économie néo-classique offre l’analyse... (Walton, 2007, p. 4 et 5) ; (3) elle a également été utilisée pendant de très nombreuses années en comptabilité pour attribuer une valeur comptable à une chose pour laquelle il n’y a pas eu de transaction réelle indiquant sa valeur, par exemple un apport en nature. L’utilisation de la juste valeur dans la norme IAS 39, requise seulement dans certains cas, peut être considérée comme conforme à une très longue tradition comptable. Certes, lorsque le marché n’est pas efficient (par exemple en l’absence de liquidité, ou lorsqu’une transaction n’est pas faite entre des parties indépendantes) un prix de marché constaté peut ne pas refléter une juste valeur. Il doit alors être corrigé ou écarté : c’est ce qu’explique clairement le projet de norme sur la mesure de la juste valeur, publié par l’IASB en mai 2009 et finalisé par la norme IFRS 13 en avril 2011. La juste valeur est donc un prix de marché en présence d’un marché efficient, et un prix de cession théorique optimal dans les autres circonstances. Décider des circonstances dans lesquelles il faut recourir à une mesure à la juste valeur est un autre débat : IFRS 9 vient de clarifier les principes.

50

Enfin, le cadre conceptuel nomme les fournisseurs de capital à risque (les investisseurs) comme les principaux bénéficiaires de l’information financière. Les autres utilisateurs des états financiers reconnus par le cadre conceptuel comprennent les employés, les prêteurs, les fournisseurs, les clients, les gouvernements et leurs administrations ainsi que le public. Les objectifs de l’information financière dans le cadre conceptuel de l’IASB sont limités, dans la mesure où ils ne prétendent pas être complets : « L’objectif des états financiers est de fournir des renseignements sur la situation financière, le rendement et l’évolution de la situation d’une entité qui sont utiles à un large éventail d’utilisateurs lors de la prise de décisions économiques. » Se référer à la notion d’« utilité » n’implique pas que de tels utilisateurs n’aient pas d’autres besoins d’information pour prendre des décisions économiques. La normalisation de ces autres informations n’est pas du ressort de l’IASB.

Conclusion

51

Nous regrettons que l’article de Burlaud et Colasse ressemble davantage à un exercice de rhétorique anti-IASB qu’à une évaluation sérieuse de sa légitimité. Nous pensons que cet article est construit comme une série d’affirmations concernant la façon dont l’IASB devrait être structuré. Ces affirmations ne trouvent généralement pas leurs sources dans la littérature scientifique et ne sont pas non plus justifiées par un raisonnement logique dans l’article. Elles traduisent des points de vue que peu de personnes qui ont étudié l’IASC et l’IASB au cours des ans trouveraient convaincants. Ces affirmations nous apparaissent comme des constructions artificielles proposées seulement afin de pouvoir être infirmées.

52

L’article échoue à trouver des arguments dans le monde de l’information financière pour démontrer que l’IASB manque de légitimité, alors que nous suggérons qu’il existe un soutien politique et économique significatif en faveur de l’IASB, en tant que normalisateur international de l’information financière. Enfin, Burlaud et Colasse semblent principalement critiquer l’IASB, organisme de normalisation évoluant dans un univers fortement inspiré par les conceptions économiques anglo-saxonnes, au motif qu’il est un organisme de normalisation de type anglo-saxon.

53

Bien que nous acceptions que la qualité et la convergence des normes d’information financière constituent un centre d’intérêt légitime pour les responsables de l’économie mondiale, nous pensons aussi qu’il règne beaucoup de confusion sur les rôles respectifs de ces normes comptables et ceux de la réglementation prudentielle d’une part, et les questions de gouvernance d’entreprise d’autre part, ce que l’article de Burlaud et Colasse n’a pas aidé à clarifier.

54

Nous ne voulons pas pour autant affirmer que la situation actuelle de la transparence et de la responsabilité publique de la Fondation IFRS et du Conseil IASB soit si parfaite qu’elle ne puisse encore être améliorée. De fait, les trustees de la Fondation s’attachent continuellement à l’améliorer : en ce moment même, ils effectuent, en parallèle avec celle initiée par le Monitoring Board, une consultation publique sur la stratégie et la gouvernance. Ils ont reconnu qu’il subsiste certains défis auxquels l’organisation doit faire face. Le document publié pour commentaires indique sous la rubrique « gouvernance et responsabilisation : Comme l’adoption des normes s’est étendue à de plus en plus de pays, les pouvoirs publics à travers le monde accordent davantage d’attention à la responsabilisation et à la gouvernance de l’institution. Bien que l’indépendance de l’IASB se soit révélée comme la source majeure de sa force, le fait que le Monitoring Board se soit livré à un examen de ses propres mécanismes de gouvernance met en lumière que cette organisation pourrait avoir besoin d’évoluer. »


Bibliographie

  • AICPA (1972). Establishing Financial Accounting Standards. New York : AICPA (« Wheat Report »).
  • AICPA (1973). Objectives of Financial Statements. New York : AICPA (« Trueblood Report »).
  • Benson, H. (1989). Accounting for Life. London : Koogan Page.
  • Bocqueraz, C., Walton, P. (2006). Creating a supranational institution : the role of the individual and the mood of the times Accounting History 11 (3) : 271-288.
  • Burlaud, A., Colasse, B. (2010). Normalisation comptable internationale : le retour du politique ? Comptabilité, Contrôle, Audit 16 (3) : 153-176.
  • Camfferman, K., Zeff, S. (2007). Financial Reporting and Global Capital Markets – A History of the International Accounting Standards Committee, 1973-2000. Oxford : Oxford University Press.
  • Cairns, D., Creighton, B., Daniels, A. (2002). Applying International Accounting Standards. London : Tolley/LexisNexis.
  • Carsberg, B. (1984). The Quest for a Conceptual Framework for Financial Reporting. In. External Financial Reporting (Eds, Carsberg, B., Dev, S.). London : Prentice Hall International/London School of Economics.
  • European Commission (1999). Financial Services – Implementing the Framework for financial markets : Action Plan. Commission Communication of 11.05.1999 COM (1999) 232.
  • Fama, E. (1965). The Behaviour of Stock Market Prices. Journal of Business 38 (1) : 34-105.
  • Fama, E. (1970) Efficient capital markets : a review of theory and empirical work, Journal of Finance, 25 (2) : 383-417.
  • Jensen, M.C., Meckling, W.H. (1976). Theory of the firm : managerial behaviour, agency costs and ownership structure. Journal of Financial Economics 3 (4) : 305-60.
  • IASC (1999). Recommendations on Shaping IASC for the Future : a report of the IASC’s Strategy Working Party. London : IASC.
  • Laufer, R., Burlaud, A. (1997). Légitimité. In Encyclopédie de gestion (Eds, Simon, Y., Joffre, P.). Paris : Économica, 1754-1772.
  • Nobes, C., Parker, R. (1991). Comparative International Accounting. 3e édition, Hemel Hemsptead : Prentice Hall International.
  • Roberts, C., Weetman, P., Gordon, P. (1998). International Financial Accounting a comparative approach. London : Financial Times/Pitman.
  • SEC (2010). Commission Statement in Support of Convergence and Global Accounting Standards. 34-61578, Washington, DC : SEC
  • Suchman, M.C. (1995). Managing legitimacy : strategic and institutional approaches, Academy of Management Journal 20 (3) : 571-610.
  • Wallace, O. (1990). Survival Strategies of a Global Organization : the case of the IASC. Accounting Horizons 4 (2) : 1-22
  • Walton, P. (2007). The meaning of fair value. In The Routledge Guide to Fair Value and Financial Reporting (Ed, Walton, P.). Abingdon : Routledge, 3-8.
  • Walton, P. (2009a). Les délibérations de l’IASB en 2002 et 2003 : une analyse statistique. Comptabilité, Contrôle, Audit 15 (1) : 25-34.
  • Walton, P. (2009b). European adoption of IFRS : a poisoned chalice ? EAA Newsletter, 27 2009-03.
  • Zeff, S. (2007). Some obstacles to global financial reporting comparability and convergence at a high level of quality. British Accounting Review 39 (4) : 290-302.

Notes

[1]

Accessible depuis le site Internet du New York Times, 21 février 2011.

[2]

Document de travail des services de la Commission sur la gouvernance des développements pour l l’International Accounting Standards Board (IASB) et de l’International Accounting Standard Committee Foundation (IASCF), 3e rapport.

[5]

« Quatre pays membres de la région de l’Asie/ Océanie, quatre pays membres de l’Europe, quatre pays membres de l’Amérique du Nord, un pays membre de l’Afrique, un pays membre de l’Amérique du Sud et deux membres nommés pour toutes zones, sous réserve de maintenir un équilibre géographique mondial ».

[6]

Selon la Constitution, six trustees doivent être originaires d’Asie/Océanie, six d’Europe, six d’Amérique du Nord, un d’Amérique latine, et deux du reste du monde.

[7]

Notons que l’économie néo-classique offre l’analyse proposant que le prix du marché, dans un marché en parfait équilibre, est celui qui satisfait tous ceux qui souhaitent acheter ou vendre à ce prix.

Résumé

Français

Cet article répond à Burlaud et Colasse (2010) qui suggèrent que l’IASB manque de légitimité et que cela a mené au retour du politique au sein de la normalisation. Nous montrerons ici que l’IASB est soutenu par les dirigeants des plus grandes économies du monde (G20), par la Commission européenne et par le Parlement européen. La politique de la Commission européenne est de poursuivre une plus grande adoption des normes IFRS à travers le monde. De plus, nous suggérons que la politique n’a jamais été absente de la normalisation. Nous notons qu’un nombre d’arguments adoptés par Burlaud et Colasse n’est pas soutenu par la littérature dominante.

Mots-clés

  • normes internationales
  • légitimité institutionnelle
  • IASB
  • indépendance
  • politiques de la normalisation

English

The legitimacy of the international accounting standard-setter: Comments on « International accounting standardisation: is politics back? »This paper takes issue with Burlaud and Colasse (2010) who suggest that the International Accounting Standards Board (IASB) lacks legitimacy and that this has led to a return of politics to standard-setting. We show that the IASB is supported by the leaders of the world’s major economies (G20), and by the European Commission and European Parliament. The European Commission’s policy is to pursue wider adoption of the IASB’s standards. We go on to suggest that politics has never been absent from standard-setting and to note that a number of the positions taken by Burlaud and Colasse are not supported by the mainstream literature.

Keywords

  • IFRS
  • IASB
  • institutional legitimacy
  • independence
  • politics in standard-setting

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. 1 - La légitimité de l’IASB
  3. 2 - Politique et établissement des normes
  4. 3 - La notion de légitimité
  5. 4 - Les arguments détaillés
  6. Conclusion

Pour citer cet article

Danjou Philippe, Walton Peter, « La légitimité du normalisateur comptable international IASB : Commentaires sur " Normalisation comptable internationale : le retour du politique ? " », Comptabilité - Contrôle - Audit, 3/2011 (Tome 17), p. 101-114.

URL : http://www.cairn.info/revue-comptabilite-controle-audit-2011-3-page-101.htm
DOI : 10.3917/cca.173.0101


Article précédent Pages 101 - 114 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback