Accueil Revues Revue Numéro Article

Comptabilité - Contrôle - Audit

2012/3 (Tome 18)


ALERTES EMAIL - REVUE Comptabilité - Contrôle - Audit

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 185 - 192 Article suivant

The Routledge Companion to Accounting History, Sous la direction de John Richard Edwards et Stephen P. Walker, Routledge, 2012, 212,20$, ISBN 10:0-415-41094-0, xvii + 619 pages

1

Depuis une vingtaine d’années, la recherche historique en comptabilité a produit un très grand nombre de travaux, mais les conditions de valorisation de la recherche universitaire ont favorisé jusqu’à maintenant la création d’un savoir morcelé en dizaines d’articles épars. Ces derniers ont été publiés dans des revues académiques spécialisées en comptabilité ou même en histoire de la comptabilité : The Accounting Historians Journal, créée en 1977, Accounting, Business and Financial History, créée en 1990 et Accounting History, créée en 1995.

2

Deux anciens rédacteurs en chef de ces revues tentent ici une synthèse particulièrement bienvenue dans ce volumineux ouvrage (619 pages). Alors qu’il y a vingt ans, dans l’introduction de « A History of Financial Accounting » J.R. Edwards avait ressenti le besoin de justifier sa démarche en répondant longuement à la question « Why bother with accounting history ? », il lui a semblé superflu aujourd’hui de se poser une telle question. Serait-ce que l’intérêt de la connaissance de l’histoire de la comptabilité n’est plus à démontrer pour aucun chercheur ? Il est assurément beaucoup trop tôt pour l’affirmer. Mais un pas a été franchi, assurément, et la qualité des travaux présentés dans cette synthèse ne manquera pas d’en amplifier les effets.

3

Ce livre marque donc l’aboutissement d’une longue période de recherches universitaires ; la production d’un grand nombre d’articles a permis qu’un nombre significatif de collègues se familiarisent avec les techniques de la recherche historique. Parce que les historiens « professionnels » ne s’y intéressaient pas, ou insuffisamment, on a vu dans de nombreux pays se développer des groupes de chercheurs issus des facultés ou départements de comptabilité, devenir progressivement des historiens de la comptabilité, de la même façon qu’il y a des historiens du droit, des historiens des entreprises ou de la diplomatie. Ce n’est donc pas uniquement la quantité des travaux de recherche qui est remarquable, mais aussi l’augmentation sensible de la qualité de ces travaux. De nombreux historiens amateurs ou simples curieux du passé sont devenus progressivement des chercheurs rigoureux, rompus aux méthodes du métier d’historien et capables de donner du sens aux faits qu’ils allaient extraire des archives. Si la synthèse était rendue nécessaire en raison de l’éparpillement des travaux individuels, elle était devenue possible en raison de l’augmentation de la qualification des auteurs en tant qu’historiens. Comme Christopher Napier l’indique page 39 : « At the beginning of the twenty-first century, historical accounting research has certainly reached a stage of maturity … ». L’ouvrage arrive donc à point nommé pour consolider les acquis de cette « free standing international community ».

4

Ce livre a donc l’ambition d’être une synthèse de nos connaissances sur l’histoire de la comptabilité, écrite en 28 articles (37 coauteurs [1][1] Dont deux seulement hors du monde anglophone.) et coordonnée par deux collègues chevronnés et particulièrement bien placés pour observer ce qui s’est produit dans le domaine de l’histoire de la comptabilité depuis 30 ans. Ils sont en outre membres d’un des centres de recherche les plus actifs en histoire des entreprises : la « Business History Research Unit » de l’Université de Cardiff.

5

La qualité littéraire des textes est telle que la lecture en est facile, et le plus souvent agréable ; en outre, la mention de quelques « key works » (des articles ou des ouvrages particulièrement importants) au début de chaque article ajoute encore au confort d’utilisation de cet ouvrage. Ce n’est cependant pas une histoire linéaire, des origines à nos jours, mais une histoire thématique, dans laquelle le lecteur peut entrer là où il le souhaite, en fonction de ses propres centres d’intérêt. Autre avantage pour les chercheurs : il est question plus particulièrement des « emerging subjects » (p. 4).

6

Chacun des 28 articles, regroupés dans l’une des sept sections [2][2] The discipline, Technologies, Theory and practice,..., traite de l’histoire de la comptabilité vue sous un angle particulier ; on peut citer, pêle-mêle : taxation, railroads, education, professionalisation, financial accounting theory, management accounting theory and practice, capitalism, national accounting, religion, the State, etc. Cette structure de l’ouvrage est particulièrement bien adaptée au travail des chercheurs en comptabilité, qui pourront y trouver rapidement de quoi alimenter leurs réflexions. Cette structure permet également d’éviter le double piège du holisme et de l’émiettement : D’un côté, « The Routledge Companion does not aspire to the latter lofty form of holism » (p. 3) et de l’autre il commence la tâche consistant à relier les parties en un tout.

7

La première partie, intitulée « The discipline », plante le décor de l’histoire de la comptabilité, considérée comme une sous discipline, organisée autour d’une communauté scientifique particulière, possédant ses associations et ses propres lieux de rencontre. Les non spécialistes ne s’attarderont pas dans ces trois chapitres, mais en revanche tous les acteurs de l’histoire de la comptabilité se délecteront des analyses très fines et très pertinentes qui y sont présentées, concernant l’évolution d’un territoire scientifique et des tribus qui l’habitent. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les deux coordinateurs de l’ouvrage y réalisent deux des trois contributions. L’article de Christopher Napier présente l’historiographie de la discipline, mettant l’accent sur les courants de pensée qui se sont développés en son sein. Il montre la séparation progressive entre deux visions de l’histoire de la comptabilité. La première, qu’il appelle « history of accounting » s’intéresse particulièrement à la technique comptable : « Here, the researcher’s objective is to understand accounting as a set of procedures or practices » (p. 31). La seconde vision est qualifiée de « socio-historical accounting research » dans laquelle les chercheurs s’intéressent à la façon dont les individus et les organisations interagissent au travers de la comptabilité.

8

Un des points les plus préoccupants pour la communauté des historiens de la comptabilité, est la difficulté à donner une dimension réellement internationale aux recherches : la plupart des chercheurs s’intéressent essentiellement à l’histoire de leur pays. D’autre part, ce qui est visible par les autres est ce qui est publié en anglais. Les coordinateurs de l’ouvrage sont parfaitement conscients de cette faiblesse : « There are concerns about the Anglo-Saxon dominance of the discipline. Most authors in English-speaking journals tend to focus on the accounting histories of their own countries post-1900 » (p. 65). En outre, les appels à développer une histoire internationale et comparative ne sont pas vraiment entendus et force est de constater (p. 63) « … that collaboration, particularly international alliances, is less common in accounting history research (than in the general accounting literature). » Dans ces conditions, il est très difficile d’éviter que l’historiographie qu’on nous présente ne soit, comme des historiens l’ont souvent remarqué, que « l’historiographie des vainqueurs », c’est-à-dire l’historiographie de ceux dont la langue maternelle s’est imposée comme langue de communication internationale pour les chercheurs. Il n’est bien sûr pas question de revenir là-dessus : les coûts de traduction élevés ne permettent pas que toute la documentation soit disponible, même dans une seule langue, et l’on ne peut demander aux chercheurs de parler quatre ou cinq langues différentes. Il reste néanmoins que la principale faiblesse de ce Routlege companion to accounting history est de nous apprendre peu au sujet de l’histoire des systèmes comptables de l’Europe continentale ou du Japon.

9

La seconde partie s’intitule « technologies » et rassemble en réalité des travaux très divers, puisque l’on traite successivement de « Ancient accounting » (principalement la Mésopotamie et l’ancienne Égypte), « Bookkeeping » (De la Grèce antique jusqu’à la fin du xixe siècle) et de « Mechanisation and computerisation » au xxe siècle.

10

La 3e partie traite de « Theory and practice ». Quatre chapitres sont nécessaires pour balayer tout le champ de ce que l’on appelle la comptabilité : « Financial accounting theory », « Financial accounting practice », « Management accounting theory and practice » et « Auditing ». Le premier chapitre présente une histoire de la comptabilité financière dans le monde anglophone ; le second et le quatrième adoptent une démarche similaire. On peut bien sûr regretter que ces chapitres se concentrent sur la période postérieure à 1870 et sur le monde anglo-saxon. Les difficultés récentes rencontrées dans l’harmonisation comptable internationale témoignent de l’existence de plusieurs points de vue (allemand, japonais, latin en particulier) difficiles à concilier et à harmoniser. Ces points de vue et leur harmonisation auraient mérités que des scientifiques s’intéressent à leur existence, d’autant plus que la littérature existe sur ces sujets et que des chercheurs auraient pu être sollicités. En revanche, le chapitre concernant la comptabilité de gestion est rédigé par un des plus éminents spécialistes de la discipline, et il adopte une démarche beaucoup plus internationale. Il aborde aussi bien les « Iberian roots » que la « French cost accounting theory » ou les « recent costing developments in Asia ». La très riche bibliographie qui est présentée à la fin de cet article témoigne de l’érudition de l’auteur et de sa volonté de s’ouvrir au monde.

11

La quatrième partie est consacrée aux « Institutions ». L’histoire de la professionnalisation des comptables est présentée en premier, avec le souci d’aborder la formation des professions comptables dans différents pays. Des pistes de réflexion très intéressantes sont suggérées, quand l’auteur mentionne les différences très importantes entre « the Anglophone model of professionalism » d’une part, et ce qui s’est passé en France, en Belgique, en Espagne, au Portugal ou dans les anciennes économies planifiées d’autre part. Un second chapitre est consacré à l’histoire des « multinational professional service firms (the Big Four) » dans les trente dernières années, un troisième s’intéresse à l’histoire de la formation des comptables et un quatrième à la normalisation. Dans ce dernier chapitre, on trouvera d’intéressantes réflexions sur « the interplay between general theories of regulation and histories of accounting regulation » (p. 317). L’accent est néanmoins mis sur l’impact de l’US Securities Act de 1933-1934 et les processus de régulation extérieurs au monde anglo-saxon ne sont pas abordés.

12

La cinquième partie est intitulée « Economy » et comprend cinq chapitres : « Capitalism », « National accounting », « Finance and financial institutions », « Railroads » and « Scandals ». Ceux qui souhaitent se familiariser avec le débat concernant les liens entre la comptabilité en parties doubles et le capitalisme trouveront dans le premier article une synthèse des débats qui se sont poursuivis tout au long du xxe siècle. Le thème de la « National accounting » est peu abordé par les historiens de la comptabilité, dans la mesure où il s’agit plus d’économie et de statistique que véritablement de comptabilité dans le sens le plus courant du terme. Cependant, la richesse et la variété de la documentation rassemblée pour cet article lui donnent un intérêt particulier. On apprend en particulier que la comptabilité nationale est un système de comptes dont la normalisation a été confiée aux Nations unies. Les trois autres articles abordent des thèmes déjà largement traités en dehors des cercles des historiens de la comptabilité.

13

La sixième partie est dédiée à ce qui peut paraître relativement extérieur à la comptabilité : « Society and culture ». Elle traite de préoccupations apparues très récemment dans le domaine de l’histoire de la comptabilité. Des ponts sont créés entre l’histoire de la comptabilité d’une part, et des thèmes qui pourraient en paraître éloignés d’autre part : Gender, Race and ethnicity, Indigenous people and colonialism, Emancipation, Religion and Creative arts. On y étudie la place des femmes et des « non-blancs » dans la profession comptable, la place de la comptabilité dans le processus de colonisation ou dans les organisations religieuses, l’influence de la pensée religieuse sur les pratiques comptables, la place de la comptabilité dans les arts.

14

La dernière partie traite de « Polity » (l’État) et aborde trois thèmes : « The State », « Military » and « Taxation ». Dans le premier d’entre eux, on nous raconte la comptabilité en tant que moyen pour l’état de « rendre des comptes » (p. 543), depuis la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours. Le second examine les thèmes militaires dans l’histoire de la comptabilité, ainsi que l’utilisation de la comptabilité pour mesurer les performances des institutions militaires. Le 3e aborde les problèmes de fiscalité, et montre en quoi l’histoire de la fiscalité, déjà bien documentée, peut éclairer celle de la comptabilité.

15

Pour la rédaction de chaque chapitre, les 37 auteurs s’étaient vus assigner l’objectif de : « provide a balanced overview of current knowledge, identify issues, discuss relevant debates and reflect on research opportunities ». On peut considérer, après la lecture de l’ensemble de l’ouvrage, qu’ils ont largement rempli leur mission. Quant aux coordinateurs ils ont réussi à organiser la publication d’un ouvrage cohérent et passionnant, là où la dispersion et le désordre rendaient une telle entreprise indispensable. Enfin, nous n’oublions pas que les lacunes concernant l’histoire « non anglo-saxonne » relèvent également de notre responsabilité. Pour les francophones, ce livre est donc aussi une invitation …

16

Marc Nikitin,

17

Professeur à l’Université d’Orléans

Comptabilité, Société, Politique ; Mélanges en l’honneur du Professeur Bernard Colasse, Sous la direction de Marc Nikitin et Chrystelle Richard, Economica, collection Gestion, Paris, 2012, 372 pages, 39€, ISBN 978-2-7178-6454-0

18

Cet ouvrage constitue l’hommage et les remerciements de la communauté scientifique francophone en comptabilité au Professeur Bernard Colasse pour son départ en retraite. S’il est besoin de rappeler l’action de ce grand universitaire, celle-ci est présentée de façon originale, à la fois dans la préface rédigée par le Professeur Dominique Roux et dans une postface, sous forme du compte rendu d’une interview de Bernard Colasse réalisée en 2002 à HEC par Eve Chiapello. On en retiendra, qu’il fut en 1979, l’un des fondateurs de l’Association Française de Comptabilité, dont il sera le président de 1983 à 1985, qu’il créera le premier diplôme d’Etudes Approfondies en comptabilité en France en 1990 et qu’il a été le rédacteur en chef-fondateur de la revue Comptabilité – Contrôle – Audit en 1995. Parallèlement, Professseur à l’Université Paris-Dauphine pendant quasiment toute sa carrière, il a été un des chercheurs français le plus influent en comptabilité financière de sa génération. Ces activités ne l’auront pas empêché d’occuper de hautes responsabilités : membre du Conseil National de la Comptabilité pendant 17 ans, présidence des jurys nationaux du diplôme d’expertise comptable pendant 8 ans …

19

Ce Mélanges est rédigé de façon classique sous forme de 19 communications réalisées par 35 auteurs français et étrangers, universitaires ou enseignants dans des écoles de commerce. Il a la volonté et il y réussit, d’être un état de l’art de la recherche comptable actuelle avec l’ambition, conforme à celle de Bernard Colasse, de dépasser une vision strictement technique de la comptabilité et de la regarder sous les trois angles de l’économie, de la société et du politique. L’objectif de chacune des contributions est de présenter pour leurs thématiques les termes des enjeux et débats actuels. Marc Nikitin et Chrystelle Richard qui ont coordonné cet ouvrage, ont adroitement articulé les différentes contributions en quatre parties : esquisse d’une épistémologie de la comptabilité, l’encastrement économique de la comptabilité, les processus de régulation comptable et les communautés en comptabilité.

20

Il n’est malheureusement pas possible de rendre compte ici, de façon détaillée, de la totalité des contributions malgré leur intérêt certain. Nous en retiendrons cependant les principaux résultats.

21

Dans la première partie traitant de l’épistémologie de la comptabilité, Thomas Jeanjean et Charles Piot nous offrent un bilan de la recherche en comptabilité positive. Marie-Astrid Le Theule et Anne Pezet, de manière très originale, nous présentent un parallèle entre la comptabilité et les arts créatifs, plus précisément le théâtre. Elles nous montrent le théâtre que peut être la comptabilité et la comptabilité du théâtre. De manière ambivalente, la comptabilité, comme convention sociale, peut être à la fois un outil de manipulations, complice des dérives financières, mais aussi l’instrument qui les révèle. Les deux rédacteurs concluent qu’il serait peut-être utile de faire appel aux auteurs de romans et de pièces de théâtre afin de comprendre et d’utiliser leurs façons d’écrire. Yannick Lemarchand et Marc Nikitin s’interrogent, à la suite de Bernard Colasse, sur deux types de problèmes auxquels sont confrontés les chercheurs utilisant la méthode historique en management : y a-t-il une méthode en histoire et l’histoire a-t-elle une utilité en gestion ? Quant à Yves Dupuy et Robert Teller, ils reviennent, pour conclure cette première partie épistémologique, sur ce qu’est un chercheur en comptabilité et à quoi sert la recherche en comptabilité.

22

La deuxième partie montre l’encastrement économique de la comptabilité qui est un puissant outil de traduction des enjeux économiques et financiers d’une entité. Céline Michaïlesco et Véronique Rougès mettent en évidence l’importance de l’information comptable sur l’action managériale et donc sur le choix de référentiel comptable. Jean-François Casta et Hervé Stolowy s’interrogent, quant à eux, sur ce qu’est une bonne information comptable. Ils dressent une typologie de la recherche sur la qualité comptable qui reste une notion floue et proposent de nouvelles pistes pour la recherche. Tiphaine Comperolle et Christelle Richard étudient les enjeux sociaux de l’audit qui est en crise. Elles s’interrogent sur les perspectives du marché de l’audit et de l’audit lui-même, ainsi que sur le rôle du chercheur dans la crise de l’audit. La posture de l’auditeur devrait, pour les auteurs, être en interaction avec les acteurs du monde de l’entreprise. Eve Chiapello nous propose une vision inverse, en montrant que la comptabilité contribue au désencastrement de l’économie dans les sociétés contemporaines en détachant l’économie confinée aux chiffres aux aspects sociaux et politiques. Au-delà, la comptabilité joue un rôle important en performant les notions nouvelles inventées par la science économique.

23

La troisième partie traite du processus de régulation comptable qui reste une des principales problématiques de recherche du champ de la comptabilité financière. Rouba Chantiri-Chaudemanche et Christine Pochet nous rappellent que la production de normes comptables est un processus politique avec des acteurs aux intérêts divergents, mais qui est aujourd’hui tournée vers les investisseurs. Michel Capron et Françoise Quairel-Lanoizelée ainsi que Florence Depoers et Jacques Richard se sont penchés sur l’intégration d’indicateurs sociaux et environnementaux, prenant en compte la dimension développement durable, dans le reporting et les documents sociaux. Frédérique Dejean et Bruno Oxibar s’intéressent à l’investissement socialement responsable (ISR) sur les marchés financiers. En particulier, ils montrent que l’obligation de diffusion d’informations environnementales a renforcé l’importance des agences de notation environnementale en créant un véritable marché en ce domaine. Nathalie Gonthier et Cédric Lesage, quant à eux, débattent sur le délicat équilibre entre compétence et indépendance dans la relation auditeur/audité en audit légal.

24

La quatrième et dernière partie traite de l’histoire et de la vie de la communauté comptable dans sa diversité et ses espérances. Alain Burlaud et Roland Perez s’interrogent sur le caractère de bien commun de la comptabilité. En fait, pour les auteurs il y aurait plutôt une large appropriation de cette dernière par des acteurs plaçant une barrière à l’entrée subtilement fondée sur sa complexité technique. Geneviève Causse prône une nécessité pour les banques islamiques, non seulement d’utiliser les meilleures techniques de comptabilité, mais également d’élaborer un référentiel afin de conserver leur identité. Pierre Labardin et Carlos Ramirez nous proposent une histoire des comptables et des cabinets d’audit et donnent des pistes sur l’avenir de la profession comptable. Claire Dambrin et Caroline Lambert posent le problème de la rareté des femmes aux plus hauts niveaux de la profession comptable et sur leur propre expérience en tant que chercheur en comptabilité dans le domaine du genre. Nicolas Berland et Benjamin Dreveton débattent d’un sujet sensible pour les enseignants-chercheurs : leur évaluation. Selon eux, s’il est légitime qu’ils fassent l’objet d’une évaluation, celle-ci devrait pouvoir se faire de manière apaisée. C’est dans cette optique qu’ils nous livrent quelques pistes. Enfin, Jean-Louis Malo, revient sur le thème de l’évaluation avec l’histoire et le devenir de la revue Comptabilité Contrôle Audit (CCA).

25

En conclusion, nous ne saurions que recommander à tous la lecture de cet ouvrage. En effet, en dehors de nous rappeler l’action d’un des fondateurs de la comptabilité financière en tant que discipline universitaire, il peut prétendre à se positionner comme le livre de référence sur l’état de l’art de la recherche en ce domaine et nous donner des pistes de réflexion pour l’avenir de notre communauté.

26

Yves Levant

27

Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Skema Business School.

La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société, Karl Polanyi, Flammarion, 1977, 26,40€, éd. 2011 en France

28

Grâce au soutien financier du Columbia Council for Research in the Social Sciences, Karl Polanyi put travailler pendant cinq années, de 1948 à 1952, à La subsistance de l’homme sans parvenir y mettre un terme avant sa mort en 1964. C’est grâce à Harry Pearson, l’un de ses anciens étudiants, que l’ouvrage prit forme en 1977. Il est traduit et publié en France pour la première fois en 2011.

29

À l’image de son parcours personnel, Karl Polanyi n’était pas un chercheur ordinaire au sens où l’auteur de La grande transformation, ouvrage qui lui donna sa renommée mondiale, a toujours cherché à comprendre comment l’économie s’articulait – nous dirions aujourd’hui s’encastrait – avec les questions plus larges de la vie sociale. Alors que La grande transformation s’intéressait à la façon dont la révolution industrielle et le capitalisme ont transformé la société par le biais d’une marchandisation de la terre, du travail et de la monnaie et ont conduit à un désencastrement de l’économie, La subsistance de l’homme revient aux prémices du développement économique.

30

Pour cela, Polanyi commence par expliquer comment l’idée d’un marché dominateur s’est imposée à tort dans l’histoire de la pensée économique. Il bat ensuite en brèche l’argument d’une intégration progressive du commerce, de la monnaie et du marché, constitutifs de l’économie moderne ; au contraire, il plaide pour une approche fondée tant sur les continuités et les discontinuités de l’histoire économique que sur la multiplicité des modèles de développement : le marché, en tant que forme dominante des relations sociales et mode d’intégration de l’économie dans la société, serait alors non pas l’issue actuelle d’un long processus historique, mais une rupture avec les économies antérieures.

31

Cette remise en cause d’un marché tout-puissant, régulateur et atemporel, lui permet de distinguer deux formes d’économie. La première est celle d’une économie « substantielle » où celle-ci a pour fonction de fournir à l’homme et au corps social sa « subsistance » et où elle constitue un élément parmi d’autres de l’organisation de la société. La seconde, « formelle », se caractérise non pas par sa formalisation mathématique actuelle, mais par un processus de réduction du réel au principe de rareté économique, où l’individu serait contraint au choix rationnel utilitariste, fondé à la fois sur la maximisation de ses satisfactions matérielles et sur l’ajustement de ses moyens à ses fins ; il en résulterait une forme de tropisme épistémologique où la recherche en économie – et pourquoi pas, en gestion – se désencastrerait de la société et négligerait les apports des autres disciplines des sciences sociales. Pour Polanyi, la solution passe alors par une forme d’épistémologie de la complexité – telle que peut l’énoncer E. Morin – où l’histoire, plus particulièrement, serait à même de mettre à jour les nombreuses ramifications et entrelacements de l’économie et de la sphère sociale.

32

Puis, Polanyi s’attache à montrer comment l’économie a d’abord – voire toujours – été insérée dans un système de relations complexes où un système d’« équivalences », « moyens grâce auxquels on établit des rapports quantitatifs entre des biens de types différents » (p. 114) et substitut actif de la monnaie, qui permet la réciprocité et la redistribution entre les différentes strates de la société. Ainsi, la société antique développa des institutions alternatives, à même de réguler les échanges, à l’instar du tankarum (p. 216), dont le rôle, dépassant celui d’un marchand privé, est d’organiser les échanges.

33

Polanyi achève la première partie de l’ouvrage sur la distinction entre deux types de marchés ; l’un, local, interne et tourné vers « la répartition locale de la nourriture » (p. 201) ; l’autre, orienté vers le commerce extérieur, organisé par la Cité-État, et se focalisant sur « l’acquisition de biens à l’extérieur » (p. 201).

34

En s’intéressant particulièrement au rôle des marchés dans la Grèce antique, Polanyi reprend dans la seconde partie de l’ouvrage la trame de la thèse défendue dans la première partie. Au travers de l’exemple du marché local de l’agora, il montre que celui-ci est au service de la Polis et a pour fonction principale la subsistance des citoyens alors que le commerce extérieur joue le rôle d’une sécurisation des approvisionnements en céréales. Ces deux systèmes, l’un dominé par le marché, l’autre par l’économie administrée, peuvent être occasionnellement et incidemment en contact mais les autorités ne leur assignent aucun but autre que de soutenir l’organisation politique interne de la Cité-État ou les relations avec les pays voisins. Autrement dit, le marché constitue le prolongement économique de la vie publique et n’est pas, comme aujourd’hui, un élément central de l’organisation sociale. Le but poursuivi n’est pas le profit mais le maintien de l’ordre politique.

35

Si l’introduction à l’ouvrage de Bernard Chevance, économiste à Paris VII, synthétise et contextualise très bien La subsistance de l’homme, la lecture de l’ouvrage lui-même n’est pas aisée. Comme pour tout chercheur – mais pour Polanyi, le terme de penseur serait sans doute plus approprié – intéressé par la complexité des phénomènes sociaux, c’est-à-dire visant à mettre à l’épreuve leur capacité à relier des objets d’études – ici, l’économie – à la globalité dans laquelle ils s’inscrivent, le travail de Polanyi ouvre à la fois des voies fécondes de réflexion et prête le flanc à la critique. Nous commencerons par celle-ci.

36

En premier lieu, l’ouvrage souffre d’un défaut, largement accentué par son caractère de document de travail inachevé, mais néanmoins déjà perceptible dans La grande transformation ; dans sa volonté de comprendre et d’expliquer le fonctionnement économique du monde, Polanyi a fréquemment recours à de nombreuses digressions qui éloignent le lecteur du propos central du livre. Il en résulte, principalement dans la seconde partie de l’ouvrage, une argumentation parfois mal structurée et une difficulté à distinguer ce qui explique – c’est-à-dire la mise en perspective de liens de causalité – de ce qui contextualise – ou autrement dit, la nécessité pédagogique de donner à comprendre l’argumentation défendue. En deuxième lieu, et bien que Polanyi se présente comme un chercheur en histoire économique, son ouvrage manque considérablement de repères chronologiques. L’argumentation n’est alors plus ancrée dans une réalité tangible, historiquement datée et donc identifiable, mais devient une sorte de syllogisme visant non pas à produire des – et non pas la – vérités contextualisées mais à servir essentiellement la thèse de l’auteur. En ce sens, la démarche de Polanyi s’apparente plus à la façon dont l’histoire peut être mobilisée comme source de réflexion, à la façon dont Arendt, Foucault ou Marx y recouraient, qu’à produire une connaissance historique falsifiable – nous y reviendrons plus loin. Cet écueil, qui peut également être analysé comme un choix épistémologique, et également présent dans La grande transformation, est accentué par le peu de sources historiques dont les chercheurs disposent sur le fonctionnement de l’économie pendant l’Antiquité.

37

Malgré ces défauts, l’ouvrage de Polanyi se révèle instructif à deux égards. Tout d’abord, il permet au lecteur de comprendre que le modèle économique dans lequel nous vivons est récent et probablement éphémère. Le marché antique n’était pas construit pour le profit, voire même l’échange, il constituait un élément parmi d’autres de la vie sociale où les questions de prestige, de rang social ou de parenté primaient sur celle de l’enrichissement personnel. Polanyi nous fait découvrir une autre façon d’organiser la sphère sociale et économique, c’est-à-dire de penser le rapport entre les choses et les hommes, et, de ce fait, nous invite à revisiter les mots pour le dire ; à ce titre, il convient de souligner combien il est difficile pour le lecteur de se départir du sens de mots courants – marché, monnaie, etc. – pour intégrer dans sa propre compréhension celui que leur donne Polanyi ; lire cet ouvrage s’apparente à s’engager dans une véritable archéologie de la pensée sociale et économique.

38

Ensuite, ce livre constitue une source précieuse de questionnement pour les chercheurs en sciences sociales, et notamment en sciences de gestion. En effet, l’un de ses principaux apports tient au fait qu’au travers de sa démarche et de ses choix épistémologiques, Polanyi nous interroge sur la fonction du chercheur en sciences sociales. Comme il l’écrit lui-même et tout en ayant conscience de son rôle « marginal » (p. 16), « l’historien ne peut plus rester à l’écart des besoins de son époque » (p. 15) ; le chercheur se doit d’« être un esprit libre […] en quête inlassable de vérité » (p. XXV). Pour Polanyi, il s’agit ici de défaire l’idée reçue du « dogme de la continuité organique » (p. 30) où « la séquence “économie naturelle, économie monétaire, économie de crédit” » deviendrait « comme une prétendue loi du développement » (p. 29) et d’éviter de « Restreindre exclusivement le domaine du genre économique aux phénomènes de marché » (p. 38). Au travers de ses objets de recherche, le chercheur en sciences sociales a pour fonction d’interroger le fonctionnement du monde et de proposer, souvent en marge des courants dominants, d’autres compréhensions possibles de celui-ci. À une époque où la recherche tend à s’uniformiser au travers de standards académiques fortement discutables, le livre de Polanyi est un appel à penser celle-ci autrement, c’est-à-dire à être capable – et donc à avoir le courage – de prendre des risques, notamment en s’engageant sur des recherches longues et aux issues incertaines. Critiqués à leur époque, les apports d’un Polanyi, d’une Arendt ou d’un Foucault à notre façon de penser l’histoire, mais aussi la gestion pour ce dernier, sont aujourd’hui incontestables. Si leur façon de recourir à l’histoire peut – et doit – encore et toujours être discutée, l’étendue du champ de leur réflexion dépasse la question historique et continue tant à nous interroger sur nos propres pratiques qu’à nous proposer de nouvelles façons de penser nos objets de recherche. Rien que pour cela, le livre de Polanyi mérite d’être lu.

39

Nicolas Praquin

40

Professeur à l’Université Paris-Sud, Laboratoire du Pesor

Crise dans la gouvernance. Éthique des affaires et recherche du profit, François Valérian, ESKA, 2011, 271 pages, 26€, ISBN 978-2-7472-1780-4.

41

François Valérian, X-Mines, docteur en histoire, ancien banquier d’affaires, dans le livre qu’il vient de publier, pose en 9 chapitres un diagnostic sur la crise mondiale que nous traversons et propose une réforme de la gouvernance des grandes entreprises pour éviter qu’elle ne se reproduise.

42

Dans les deux premiers chapitres, l’auteur s’interroge sur le rapport entre éthique et entreprise. Selon lui, « loin d’être une loi morale, la responsabilité sociale de l’entreprise est une pratique visant à atténuer les tensions entre entreprise et société » (p. 25) ; sur la base des Principes des Nations unies pour l’investissement, il constate que les résultats auxquels sont parvenues les organisations restent difficiles à évaluer car « la responsabilité sociale se déclare davantage qu’elle ne se mesure, et il n’existe pas pour l’étalonner de mètre universel » (p. 32). D’ailleurs, « une entreprise peut-elle être éthique ? » (p. 35), après avoir exposé les vues optimistes de Porter, il se montre réservé sur une réponse par l’affirmative. Une analyse du cas Siemens lui fournit matière à croire que l’on ne peut pas compter sur la seule bonne volonté des entreprises à satisfaire l’intérêt général et qu’il convient de réfléchir à des mesures réglementaires. Son opinion profonde apparaîtra aux dernières lignes du livre : « les entreprises doivent rechercher le profit, telle est leur responsabilité principale, peut-être même leur seule responsabilité » (p. 215).

43

Auparavant, François Valérian va revenir sur les crises passées pour chercher à comprendre dans quel sens il faudrait agir. Il commence par rendre compte dans son chapitre 3 de la spécificité de la crise de 2007-2009 ; il démonte le mécanisme de la titrisation par pooling et tranching, explique les CDO, MBS et CDS, la transmutation de prêt subprime avec le concours des agences de notation, il présente le rôle des principales banques d’affaires (Bear Sterns, Lehman Brothers, Merril Lynch …) et de l’assureur AIG. Dans un chapitre suivant, il remonte à la précédente crise qui suivit la bulle dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication avec les affaires Worldcom, Enron et Vivendi et leur trouve un point commun : « personne ne semble avoir mis en cause les stratégies très risquées d’investissements massifs à très fort effet de levier » (p. 111) ce qui le conduit à une réflexion, au chapitre 5, sur l’instabilité des marchés. Dans celui-ci, il revisite la théorie de marchés efficients qui reviendraient toujours à l’équilibre, dont l’instabilité passagère pourrait se corriger par des réformes techniques. À la place de cette vision, il considère « que les marchés, dans les périodes d’équilibre instable, recherchent en permanence la prochaine croyance partagée, la prochaine vague d’investissement frénétique et de gros profits » (p. 130). Dans cette perspective, l’affaire Madoff n’est pas une aberration, certes elle est l’œuvre malhonnête d’un individu, mais au-delà elle est le symptôme de l’aveuglement d’investisseurs qui se laissent illusionner, elle révèle une dynamique spéculative qui s’empare des organisations et à laquelle rien ne semble pouvoir s’opposer. Quand bien même « quelques-uns (sic) à l’intérieur des entreprises expriment leur inquiétude [ils] ne sont généralement pas entendus car leur vérité est trop inconfortable et nuirait aux rémunérations aussi bien qu’au profit de l’entreprise » (p. 131). Dans les derniers chapitres du livre, l’auteur va s’attacher à proposer des pistes pour surmonter cet obstacle dans la gouvernance des organisations.

44

Dans le chapitre 6, les principes du gouvernement de la grande entreprise moderne et l’importance prise par leurs managers sont exposés, l’auteur rappelle les dérives auxquelles ont mené les mécanismes d’incitation pécuniaire pour aligner l’intérêt des dirigeants de la firme sur celui de leurs actionnaires. Pour prévenir les risques d’emballement, François Valérian insiste sur la nécessité d’un contre-pouvoir au sein de l’organisation, capable de poser les questions qui dérangent, de mener des audits internes indépendants. Le rôle et les limites du contrôle externe à la firme (exercé par les agences de notation, les analystes financiers, les commissaires aux comptes) font l’objet du chapitre 7. Le chapitre 8 présente l’arsenal législatif qui, après la dérégulation financière des années 1990, est apparu au cours de la dernière décennie avec la loi de Sarbanes-Oxley, en 2002, et Dodd-Franck, en 2010. Si cette réglementation est nécessaire, n’est-elle pas excessive, s’interroge l’auteur ? En tout cas il lui paraît qu’elle « ne peut se concevoir sur la seule base nationale » comme il le défend dans son dernier chapitre. Reprenant les déclarations auxquelles ont abouti les sommets des G 20 sur les réformes financières, il y voit surtout « une fabrique de mots ». Selon lui, ce devrait être aux principales places boursières de mettre en place une réglementation commune sur la gouvernance d’entreprise. Il propose, pour conclure, un projet de convention internationale, pour renforcer la confiance du public envers les marchés d’action, qui stipulerait certaines mesures permettant de mieux contrôler le gouvernement de l’entreprise, notamment en la rendant plus transparente globalement mais aussi au niveau de chaque pays.

45

Si l’on a bien compris la structure du livre, l’auteur s’est d’abord interrogé sur la nature éthique de la firme, l’analyse de la crise qu’il mène ensuite est là pour convaincre que l’on ne peut s’en remettre à sa responsabilité sociale de l’entreprise et une dernière partie examine les régulations appropriées. Mais cette articulation en trois parties n’est pas annoncée ; dès lors la réflexion sur l’éthique semble disjointe du reste du propos, c’est aussi celle qui est la moins fouillée, la moins réussie. Sur l’analyse de la crise, le lecteur qui s’en est tenu informé n’apprendra pas grand-chose de nouveau mais il trouvera une présentation très pédagogique des événements et, au final, il en tirera une compréhension augmentée. Le moment le plus riche est dans les propositions qu’avance François Valérian, elles ont le mérite de l’originalité, de la clarté et de la possibilité de les mettre en application. Pour ceux qui voudraient aller plus loin sur le thème de la gouvernance, signalons l’ouvrage de Sun, W., Stewart, J. and Pollard, D. (eds) (2011), Corporate Governance and the Global Financial Crisis : International Perspectives, Cambridge : Cambridge University Press. Mais déjà, avec Crise dans la gouvernance. Éthique des affaires et recherche du profit, on dispose d’une documentation solide faite de nombreux ouvrages, d’articles tirés de la presse managériale et scientifique, de différents rapports de commissions officielles … Au-delà de ces sources, judicieusement mobilisées, l’auteur exploite opportunément les ressources de la philosophie (Platon) et de la littérature (Dos Pasos). L’historien comptable y trouvera même matière à découvrir que le terme window-dressing avait déjà été utilisé pour dénoncer l’habillage des comptes dans le rapport Pecora de 1934 sur les causes de la crise de 1929 aux États-Unis !

46

Henri Zimnovitch

47

Professeur à l’Université Paris-Sud, Laboratoire du Pesor

Notes

[1]

Dont deux seulement hors du monde anglophone.

[2]

The discipline, Technologies, Theory and practice, Institutions, Economy, Society and culture, Polity.

Titres recensés

  1. The Routledge Companion to Accounting History, Sous la direction de John Richard Edwards et Stephen P. Walker, Routledge, 2012, 212,20$, ISBN 10:0-415-41094-0, xvii + 619 pages
  2. Comptabilité, Société, Politique ; Mélanges en l’honneur du Professeur Bernard Colasse, Sous la direction de Marc Nikitin et Chrystelle Richard, Economica, collection Gestion, Paris, 2012, 372 pages, 39€, ISBN 978-2-7178-6454-0
  3. La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société, Karl Polanyi, Flammarion, 1977, 26,40€, éd. 2011 en France
  4. Crise dans la gouvernance. Éthique des affaires et recherche du profit, François Valérian, ESKA, 2011, 271 pages, 26€, ISBN 978-2-7472-1780-4.

Pour citer cet article

 Zimnovitch Henri, « La Revue des livres », Comptabilité - Contrôle - Audit, 3/2012 (Tome 18), p. 185-192.

URL : http://www.cairn.info/revue-comptabilite-controle-audit-2012-3-page-185.htm
DOI : 10.3917/cca.183.0185


Article précédent Pages 185 - 192 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback