Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Comptabilité - Contrôle - Audit

2014/3 (Tome 20)


ALERTES EMAIL - REVUE Comptabilité - Contrôle - Audit

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 101 - 124 Article suivant

Résumé

Français

Nous testons si une information comptable caractérisée par un niveau plus élevé de conservatisme est associée à des politiques d’investissement plus efficaces (réduction du sur- ou du sous-investissement) pour un échantillon de sociétés françaises, avant et après l’application obligatoire des IFRS en 2005. S’il est aisé d’établir un lien théorique entre le conservatisme et l’efficacité des politiques d’investissement, il n’est pas évident que ce lien persiste dans le contexte du passage aux normes IFRS, généralement reconnues comme réduisant le conservatisme. Empiriquement, nous observons effectivement une diminution significative du conservatisme après l’introduction des IFRS, à l’instar de Piot et al. (2011), Ahmed et al. (2013) et André et al. (2013). Nos résultats montrent que si, dans la période pré-IFRS, le conservatisme limite le sur- et le sous-investissement, il ne semble plus jouer aucun rôle dans la période post-IFRS. Notre recherche contribue aux débats académiques et réglementaires sur les conséquences économiques de diverses caractéristiques de l’information comptable produite par les sociétés, ainsi que sur les effets du passage aux IFRS. L’introduction des IFRS a assurément établi un nouvel équilibre entre les caractéristiques qualitatives de l’information financière dont les coûts et bénéfices restent difficiles à apprécier.

Mots-clés

  • conservatisme
  • sur- et sous-investissement
  • IFRS
  • France

English

The impact of IFRS on the relationship between conservatism and investment efficiencyWe test if a higher degree of conservatism is associated with greater investment efficiency (decrease of over- and under-investment) for a sample of French firms, before and after the mandatory adoption of IFRS in 2005. While a theoretical link between conservatism and investment efficiency has previously been established, the question is whether this link still remains after IFRS adoption. We report on a significant decrease in conservatism after the implementation of IFRS. This result is consistent with the results reported by Piot et al. (2011), Ahmed et al. (2013) and André et al. (2013). Our tests show that for the pre-IFRS period, conservatism limited over- and under-investment. For the post-IFRS period, however, conservatism does not seem to play a role in achieving investment efficiency. This paper contributes to the academic and regulatory debate over the economic consequences of the qualitative characteristics of useful financial information and the impact of IFRS adoption. The adoption of IFRS has led to a new equilibrium between the various qualitative characteristics of accounting information, while the costs and benefits remain difficult to measure.

Keywords

  • conservatism
  • over- and under-investment
  • IFRS
  • France

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. 1 - Le conservatisme, l’efficacité des politiques d’investissement des sociétés et l’adoption obligatoire des IFRS
    1. 1.1 - Qualité de l’information comptable, conservatisme et efficacité des politiques d’investissement des sociétés
    2. 1.2 - Adoption des IFRS et association entre conservatisme et efficacité des politiques d’investissement des sociétés
  3. 2 - Méthodologie
    1. 2.1 - Mesure de l’efficacité des politiques d’investissement
      1. 2.1.1 - Investissement anormal
      2. 2.1.2 - Probabilité de sur- ou de sous-investissement
    2. 2.2 - Mesure du conservatisme
    3. 2.3 - Modèles
      1. 2.3.1 - Investissement anormal
      2. 2.3.2 - Probabilité de sur- ou de sous-investissement
    4. 2.4 - Échantillon
  4. 3 - Résultats
    1. 3.1 - Statistiques descriptives
    2. 3.2 - Résultats des régressions
      1. 3.2.1 - Investissement anormal
      2. 3.2.2 - Probabilité de sur- ou de sous-investissement
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback