Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2013/1 (N° 109)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 265 - 282 Article suivant

Résumé

Français

Les États ont parfois du mal, actuellement, à rembourser les seuls intérêts de leur dette. Or, singulièrement, la doctrine médiévale interdisait l’intérêt et préconisait entre le prêteur et l’emprunteur le partage ex post des bénéfices résultant du capital investi, selon une clé de répartition définie ex ante. L’objet de cet article est d’analyser l’apport de cette théorie et ses concepts sous-jacents. Nous étudions tout d’abord le fonctionnement des prêts à intérêt dans l’Antiquité puis au Moyen Âge, sous l’influence des canonistes, et jusqu’à la fin de leur prohibition au xviiie siècle. Les notions des penseurs chrétiens reviennent actuellement en France sous une forme différente, avec le développement de la finance islamique qui interdit également l’intérêt et préconise aussi le partage des bénéfices. La doctrine sur laquelle elle s’appuie est ensuite examinée afin de mieux comprendre ses principes, ses différences avec la théorie scolastique et ses voies de développement.
Classification JEL : B11, E43, O16.

English

The Prohibition of Loan at Interest: Principles and Current DevelopmentsThese days, even countries sometimes have difficulties repaying just the interests generated by the debt. But, strangely, the medieval doctrine banned the charging of a profit on the lending of money. This theory advocated only the benefit generated from the capital invested should be shared between the lender and the borrower ex post according to an agreement drawn up ex ante. This article analyses the contribution of this theory and its underlying concepts. Part I presents the theories of rate regulation in the Ancient world. Part II analyses their developments in the Middle Ages under the influence of the canonists until the end of prohibition of usury in the 18th century. The medieval approach is making a come back in France under a new form: the Islamic finance which outlaws interest and advocates the sharing of benefits. Part III examines the underlying doctrine of this form of financial intermediation to better understand its principles, differences with the scholastic theory and development paths.
Classification JEL: B11, E43, O16.

Plan de l'article

  1. Le prêt à intérêt dans l’Antiquité
    1. L’intérêt en Chaldée
    2. L’intérêt en Grèce et à Rome
  2. Influence de la théorie scolastique sur le prêt à intérêt
    1. Distinction entre biens fongibles et biens non fongibles
    2. Indemnités extrinsèques rattachées au contrat de prêt
    3. Disparition de la prohibition du prêt à intérêt au xviiie siècle
  3. Retour de l’interdiction de l’intérêt avec la finance islamique et aménagements législatifs récents
    1. Origine de la prohibition du prêt à intérêt par l’islam
    2. Développement d’instruments financiers conformes à la loi coranique
    3. Adaptation du cadre fiscal français à la finance islamique

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback