Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2013/2 (N° 110)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 207 - 244 Article suivant

Résumé

Français

La crise actuelle du système financier espagnol trouve son origine principale dans une crise immobilière, provoquée par l’éclatement, à partir de 2007, d’une bulle spéculative fondée sur des anticipations hasardeuses d’un double marché, national et extérieur. La frénésie constructive avait été appuyée par un engagement croissant des institutions de crédit et surtout des caisses d’épargne, dominantes dans la collecte de l’épargne populaire et les prêts à l’accession à la propriété. De gestion souvent approximative, manquant de fonds propres, elles ont été très sensibles aux intérêts privés et aux pressions des politiques. La crise immobilière provoque un gonflement d’actifs surévalués et non immédiatement réalisables. La solution retenue par le politique, la « bancarisation » des caisses d’épargne, évite les faillites, mais transfère les effets de la crise aux nouvelles entités, comme Bankia. Effondrement de l’immobilier et crise financière ont élargi la crise dans trois directions : les finances publiques, l’économie espagnole, la société. Le politique apparaît à la fois impuissant et incapable de penser en termes nouveaux les bases de la croissance du pays.
Classification JEL : G01, G21, G30, N14, R30.

English

Banks, Savings and Loans, Real Estate and Public Policies - A Historian Reading of the Spanish Financial Crisis: Is Spain Always Diferente?The present crisis of the Spanish financial system is mainly to be found in a real estate crisis, appeared in 2007 with the outburst of a speculative bubble grounded in hazardous expectations about a two-tiered market, national and international. The building frenzy had been increasingly supported by banking institutions and above all by savings and loans institutions, active in collecting households savings and granting mortgage loans. Badly managed, lacking equity, they proved very sensible to private interests and political pressures. The real estate crisis inflated their balance sheets with overvalued and illiquid assets. The political remedy, the “bankarization” of savings and loans, avoids bankruptcies but shifts the crisis consequences to new entities, such as Bankia. The collapse of real estate and the financial crisis have broadened the spectrum of the crisis with regard to public budgets,the Spanish economy and society. Politicians appear as powerless as unable to renew their thinking on the economic growth.
Classification JEL: G01, G21, G30, N14, R30.

Plan de l'article

  1. Aux origines de la crise : les deux liaisons dangereuses de la finance
    1. Un quinquennat flamboyant pour le ladrillo
    2. La banque au cœur du système
    3. Les pouvoirs publics, la banque et l’immobilier : vers une inversion de l’instrumentalisation
  2. La crise
    1. Un éclatement brutal de la burbuja inmobiliaria, qui n’épargne personne
    2. Les effets de la crise sur le système financier espagnol
    3. Les caisses d’épargne : un panorama bouleversé
  3. Les réformes à l’épreuve de la crise
    1. Jusqu’en novembre 2011, une réponse politique entre électoralisme, urgence et réformes
    2. Pendant les réformes, la crise continue
    3. Depuis décembre 2011 : priorité aux comptes publics et à la libéralisation du marché du travail
    4. Les mauvaises surprises : les scandales de Bankia et des preferentes
    5. Vers une sortie de la crise financière ?
    6. Au-delà des finances : une économie en attente de nouvelles bases

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback