Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2014/2 (N° 114)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 57 - 74 Article suivant

Résumé

Français

Dans un contexte de dégradation du taux de marge de certaines entreprises (en particulier, des entreprises industrielles), les PME françaises ont maintenu un effort d’investissement élevé ces quinze dernières années au prix d’un endettement croissant mais maîtrisé, grâce à la baisse du coût de la dette. Dans le même temps, les entreprises ont maintenu une situation financière relativement saine grâce au renforcement de leurs fonds propres, au travers d’une politique de mise en réserve des résultats plutôt que d’appel à des financements externes. Néanmoins, malgré un apparent dynamisme, l’investissement des entreprises laisse apparaître un déficit de projets d’investissements innovants et/ou réussis, dès avant la crise. La croissance du taux d’investissement refléterait d’abord la hausse de l’investissement en construction, pour l’essentiel liée à un effet prix. Il existe également des indices d’un investissement plus passif qu’offensif et insuffisamment productif, au moins pour ce qui concerne l’industrie. La hausse de la taille des bilans des entreprises liée à la hausse concomitante de la dette contractée par les entreprises et du niveau des fonds propres dans un contexte de croissance de la valeur ajoutée atone et de recul des marges soulève la question de la soutenabilité de cette évolution.
Classification JEL : G01, G21, G31, G32, L25.

English

The Financing and the Investment Dynamics of French SMEsDespite a decrease of the profitability of some firms (especially industrial firms), French SMEs have maintained a relatively high investment rate over the last fifteen years leading to growing indebtedness. This was kept under control thanks to the decrease of the cost of debt whereas along with a relatively healthy financial position maintained through retained cash flows that allows a decrease in leverage. Nevertheless, despite this apparent dynamism, the SMEs investment is rather lacklustre, suggesting a lack of successful innovative investment projects, even before the crisis. When considering the nature of the investment, we note that the dynamism of investment could primarily reflect an increase in building, mainly reflecting a price effect. There are also indications that investment is been more passive than offensive and insufficiently productive, at least in the manufacturing sector. The increase of the both components of their balance sheet reveals the vulnerability of French firms and questions the sustainability of the recent developments.
Classification JEL: G01, G21, G31, G32, L25.

Plan de l'article

  1. Le maintien de l’effort d’investissement au prix d’un endettement croissant
  2. Un endettement resté supportable grâce à la baisse des taux et une forte augmentation des fonds propres qui permet une maîtrise du levier
  3. La soutenabilité de la dynamique du passif est conditionnelle à la « rentabilité » de l’investissement
  4. Un investissement « suffisant » ou « suffisamment productif » ?
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback