Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2014/3 (N° 115)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 109 - 130 Article suivant

Résumé

Français

Personne ne remet en cause qu’il faille construire plus de logements. Le consensus sur les besoins se situe aujourd’hui à plus de 400 000 unités par an. La quantité n’est pas tout. La question de la localisation s’avère cruciale. Certes, aucune partie du territoire, compte tenu des besoins de renouvellement, ne peut être négligée, mais l’accent doit être clairement porté sur les zones les plus tendues, là même où le recul des réalisations est le plus marqué depuis 2000. Si la pénurie de foncier est dénoncée comme la cause majeure de ce déficit structurel de logements et de ses conséquences en termes de prix du bien, il faut souligner a contrario qu’elle n’apparaît pas comme un obstacle à la construction de bâtiments hors logement. En clair, les élus privilégient la construction non résidentielle au détriment du logement pour des raisons purement politiques. C’est sur ce point qu’il est nécessaire de faire changer les mentalités pour s’atteler véritablement à un début de résolution de la crise du logement, restée trop longtemps cantonnée dans le domaine du discours.
Classification JEL : R30, R31, R32, R38.

English

Building Industry and French New Housing Markets Nobody is arguing against the fact that more housing should be built. Consensus on housing needs stands at over 400,000 units per year. However, it is not only a quantity matter. The location is crucial too. Indeed, no part of the territory should be ignored due to the renewal needs, but the emphasis should be put on the most strained areas, where achievements have clearly declined since 2000. If the land shortage is denounced as the major cause of this structural housing deficit and, thereby, has a consequence on property price, it must be underlined that it does not constitute an obstacle to the construction of non-residential buildings. Obviously, elected officers prefer non-residential construction at the cost of housing for purely political reasons. This is where attitudes have to change in order to really tackle the housing crisis, which has only been an act of speech until now.
Classification JEL: R30, R31, R32, R38.

Plan de l'article

  1. Le volume de construction en France
  2. Des besoins supérieurs à l’offre de logements
  3. La répartition dans l’espace des besoins et de l’offre
  4. Une insuffisance permanente de l’offre

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback