Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2014/3 (N° 115)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 69 - 86 Article suivant

Résumé

Français

Depuis les années 1970, la plupart des pays ont fait le choix de favoriser la propriété occupante. La crise financière mondiale conduit à s’interroger sur la pertinence de ces politiques publiques qui se sont traduites par une réduction de la place du locatif privé et par un recentrage progressif de la vocation du parc social vers les seuls exclus du marché du logement. Les pays où les ménages accédant à la propriété ont été les plus déstabilisés sont ceux qui associaient une forte proportion de propriétaires occupants, un niveau élevé et en croissance rapide de la dette hypothécaire, une organisation de l’offre de crédit qui protège l’établissement prêteur des conséquences des défaillances de ses emprunteurs et enfin un cadre légal peu protecteur des droits de l’emprunteur. C’est de la filière de crédit et des excès de la financiarisation qu’est née la crise et non de la propriété occupante. Il reste que les politiques trop exclusivement fondées sur l’encouragement à la propriété accélèrent la hausse des prix, creusent les inégalités de patrimoine et ne peuvent répondre aux caractéristiques des marchés les plus chers, particulièrement ceux des grandes villes, ni aux besoins de certaines catégories de population, les pauvres, les jeunes et les mobiles.
Classification JEL : R21, R31, R38.

English

Towards a World of Home-Owners? Housing Policies and Tenure, France and AbroadSince the seventies, most countries have implemented policies fostering homeownership. The global financial crisis addresses the relevance of such policies. Indeed, they reduce the size of the private rental sector and, in progressively refocusing the social housing sector, limit the latter towards those who cannot afford a dwelling in the market. Households particularly suffered from the crisis in countries combining the following factors: a high rate of home owners, a high and fast increasing level of mortgages, a credit supply process that shelters lenders vis-à-vis the risk of credit defaults, and a weak consumer’s and borrower’s protection. The crisis is a result of the excesses of finance, rather than a matter of tenure. However, policies too exclusively based on home ownership speed up the rise of housing prices, deepen wealth inequalities and cannot fit the needs in high-cost markets, namely those of metropolitan areas, and in certain populations especially the poor, the young and the people relocating frequently.
Classification JEL: R21, R31, R38.

Plan de l'article

  1. Une progression générale de la propriété
    1. Propriété : la France en retard ?
    2. Une évolution du rôle du parc locatif social
    3. Un secteur privé détenu par les bailleurs personnes physiques
    4. Les statuts alternatifs
  2. La propriété à l’épreuve de la crise
    1. Les accédants à la propriété victimes de la crise
    2. Une affaire de crédit
    3. L’accroissement du volume des crédits
    4. L’approche française de l’offre de crédit confortée
  3. Les limites de la propriété
    1. Propriété et location ne répondent pas à des définitions uniques
    2. Un regain d’intérêt pour le locatif
    3. Taux de propriétaires, hausse des prix et accroissement des inégalités
    4. Marchés tendus et métropoles
    5. La propriété contre le plein-emploi
    6. Le financement des besoins des retraités
    7. La stérilisation de l’épargne des ménages
    8. Propriété et étalement urbain
    9. Le soutien de l’activité du bâtiment

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback