Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d'économie financière

2014/4 (N° 116)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'économie financière

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 317 - 332 Article suivant

Résumé

Français

Le rationnement du crédit aux entreprises a-t-il augmenté au cours de la dernière décennie ? Cet article répond à la question en comparant les résultats obtenus lors de l’administration d’une enquête auprès de deux cohortes, différentes mais comparables, de banquiers interrogés à douze ans d’intervalle. Notre travail met en évidence la stabilité des mécanismes qui conduisent au rationnement. Le refus d’octroyer un crédit dans sa totalité n’est utilisé que pour les prospects. Lorsqu’une relation de clientèle existe, le banquier préfère limiter la quantité de crédit proposée et surtout exiger des garanties. Sur la période étudiée, nous observons la diminution du recours au rationnement fort comme faible et l’augmentation des exigences en garanties et en clauses restrictives. Le rôle des taux d’intérêt reste inchangé malgré la réforme du taux de l’usure. Nous constatons que cette réduction des rationnements s’accompagne d’une plus grande rationalisation de la prise de décision bancaire autour de critères essentiellement financiers.
Classification JEL : D82, G21.

English

Do Bankers Ration More Credit?Has credit rationing increased in France over the last ten years? This article looks for an answer by comparing the results of the same survey carried out in 2000 and 2012 on two different but comparable samples of bankers specialized in firms’ financing. Our results confirm that strong credit rationing (total refusal) is limited to potential customers although weak credit rationing (restrictive quantity) is used to regulate the credit market when relationships between banks and firms has been established. Our results indicate too that both total refusals and quantitative restrictions are less often used by bankers in 2012 than in 2000 and that bankers more frequently introduce collaterals and covenants in debt contracts. Despite the amendment of usury ceilings for firms, the role of interest rates remains low. We observe that this decrease in credit rationing comes with the rationalization of the system for taking decisions on the basis of financial criteria.
Classification JEL: D82, G21.

Plan de l'article

  1. Rationnement du crédit aux entreprises en France : revue de la littérature
  2. L'enquête auprès des chargés d’affaires entreprises : méthodologie
    1. Le questionnaire
    2. Les échantillons
  3. Évolution des modalités d’action des banquiers entre 2000 et 2012 : réduction des comportements de rationnement
  4. Évolution des pratiques bancaires entre 2000 et 2012 : rationalisation de l’activité bancaire
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback