Accueil Revues Revue Numéro Article

Revue d'histoire de la protection sociale

2013/1 (N° 6)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue d'histoire de la protection sociale

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 8 - 10 Article suivant
1

La Revue d’Histoire de la Protection Sociale a déjà sept ans ; elle entre dans l’âge de raison. Son comité de lecture, composé par les membres du conseil scientifique, a été élargi, rajeuni, féminisé. Deux de nos « anciens », Françoise Cribier et Pierre Guillaume, qui avaient beaucoup œuvré à la naissance et à la mise en route de la revue, ont souhaité se retirer ; ils ont passé le relais à quatre nouveaux collègues – Axelle Brodiez-Dolino, Anne-Sophie Bruno, Christophe Capuano et Florence Weber – qui ont accepté de rejoindre le conseil scientifique. C’est l’heure d’un bilan d’étape et d’un nouvel élan pour les années à venir.

2

La RHPS, première revue d’histoire de la protection sociale, s’est imposée dans le champ de l’édition scientifique par ses exigences de qualité, de rigueur dans le fond et dans la forme affirmées dès l’origine et par sa maquette au graphisme original et immédiatement reconnaissable, conçue par le jeune atelier Entrez sans frapper. Elle est devenue familière aux spécialistes de la protection sociale.

3

La revue a rempli sa feuille de route ; la ligne éditoriale définie dans le numéro 1 a été respectée. Défendant une conception élargie de la protection sociale, la revue a brisé le carcan de l’histoire institutionnelle classique ; elle a donné toute sa place au jeu des acteurs dans la construction de la protection sociale. Les barrières temporelles des périodes historiques ont été dépassées ; les frontières nationales ont été franchies. La revue a largement ouvert ses colonnes aux travaux des jeunes chercheurs, à des thématiques et à des approches nouvelles. Tribune ouverte rassemblant les productions récentes de la recherche universitaire, la revue a témoigné de la diversité et de la vitalité de la thématique.

4

En même temps, par sa ligne éditoriale et par l’écho qu’elle a donné aux travaux des lauréats des prix du Comité d’histoire de la sécurité sociale, elle a pu imprimer sa marque sur la recherche. Elle a affirmé la conception d’une histoire ouverte sur l’ensemble des sciences sociales, attentive aux marges de la société, au poids de l’environnement et au jeu des acteurs sur le fonctionnement des institutions. Cependant l’impulsion insufflée à la recherche est restée timide.

5

La revue doit désormais remplir pleinement sa fonction d’émulation. Pour cela elle doit accroître son audience et gagner la reconnaissance des milieux scientifiques internationaux d’une part, peser davantage sur les orientations de la recherche et diffuser un savoir moins éclaté, plus organisé, plus ordonné autour de grandes thématiques d’autre part. Le conseil scientifique a choisi deux voies pour atteindre ces objectifs que le Comité d’histoire de la sécurité sociale a validés lors de son assemblée générale du 20 novembre 2013. La première, déjà en cours de réalisation, est de référencer la RHPS auprès d’une des bases bibliographiques donnant accès en ligne aux articles parus dans les revues qui y sont référencées. Ces bases sont de plus en plus visitées et elles participent à la visibilité et au classement international des chercheurs. Des démarches ont été faites dans ce sens auprès de Persée ; elles devraient aboutir très prochainement.

6

La seconde voie vise à impulser davantage la recherche et à corriger l’impression d’un éclatement des savoirs dans le domaine de la protection sociale en affichant des thématiques prioritaires susceptibles de déboucher sur une journée d’étude, un colloque, un ouvrage ou un numéro thématique de la revue. Cinq axes privilégiés ont été définis, sans exclusive :

La Grande Guerre et ses impacts sur la protection sociale des sociétés occidentales

7

Ce thème, s’il ne peut être absent de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, doit être renouvelé. Aussi l’appel à communication lancé ici suggère-t-il d’adopter une approche comparative entre les pays européens et de formuler des interrogations nouvelles autour de la circulation et de la convergence des idées et des dispositifs, autour des temporalités, des innovations de la guerre et de leur greffe dans les sociétés européennes d’après-guerre.

L’histoire du contentieux de la protection sociale

8

L’enjeu est ici plutôt d’aborder un terrain de recherche pratiquement vierge, de recenser les sources disponibles, d’explorer les différentes juridictions chargées du contentieux des dispositifs de la protection sociale, de mettre la lumière sur les acteurs qui les mobilisent ou sur ceux qui en sont exclus, d’analyser leurs attentes, leurs succès et leurs déconvenues.

Handicap, vieillissement et dépendance

9

Sujet d’inquiétude pour les sociétés occidentales vieillissantes et facteur d’aggravation des inégalités, la dépendance est un défi majeur pour l’avenir et l’harmonisation des systèmes de protection sociale en Europe. Il sera abordé par l’histoire des catégories. Cette entrée originale devrait permettre d’éclairer les divergences entre les pays européens, de mettre au jour les temporalités et les modalités de la prise en charge.

Métiers et professionnalisation des personnels de la protection sociale

10

Volontiers dénigrés, critiqués, les personnels de la protection sociale sont en fait mal connus. Le poids durable du bénévolat, la lenteur du processus de construction de la protection sociale laissant se superposer les institutions et perdurer les statuts, le poids du paritarisme, la diversité des publics et des compétences rendent l’approche des personnels difficile, complexe. L’inventaire des métiers, les étapes de la professionnalisation et de la féminisation, les adaptations aux mutations législatives, techniques (informatisation), professionnelles, administratives, l’évaluation des performances, sont autant d’entrées à explorer pour poser les jalons d’une histoire qui pourra s’enrichir des travaux d’histoire orale menés par les comités régionaux.

Regards nord-américains sur la protection sociale française

11

L’Europe pionnière de l’État social est-elle pour les pays nord-américains un modèle à imiter, à s’approprier ou à écarter ? Quelles sont les forces sociales, politiques et économiques qui s’expriment sur ce sujet ? Quels argumentaires, quels canaux et quelles formes de lutte mobilisent-elles et avec quel impact ? Analysée d’abord à travers le regard nord-américain sur la protection sociale française, la démarche pourra s’appliquer ensuite aux autres modèles de protection sociale et s’étendre aux regards croisés et à la circulation des dispositifs entre les pays européens.

12

La tâche est lourde. Le conseil scientifique s’y engage avec enthousiasme et entend y associer plus étroitement les membres du Comité d’histoire de la sécurité sociale et les comités régionaux pour œuvrer ensemble à la création et à la diffusion d’un savoir scientifique aidant à comprendre les enjeux actuels de la protection sociale et à définir des orientations et des financements solidaires pour l’avenir.

Plan de l'article

  1. La Grande Guerre et ses impacts sur la protection sociale des sociétés occidentales
  2. L’histoire du contentieux de la protection sociale
  3. Handicap, vieillissement et dépendance
  4. Métiers et professionnalisation des personnels de la protection sociale
  5. Regards nord-américains sur la protection sociale française

Pour citer cet article

Omnès Catherine, « Avant-propos », Revue d'histoire de la protection sociale, 1/2013 (N° 6), p. 8-10.

URL : http://www.cairn.info/revue-d-histoire-de-la-protection-sociale-2013-1-page-8.htm


Pages 8 - 10 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback