Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue de l'histoire des religions

2016/4 (Tome 233)

  • Pages : 128
  • Affiliation : Revue affiliée à Revues.org

    Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr

  • ISBN : 9782200930622
  • Éditeur : Armand Colin

ALERTES EMAIL - REVUE Revue de l'histoire des religions

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 505 - 531 Article suivant

Résumé

Français

Dans ses sermons, Augustin utilise souvent la seconde personne du singulier, sans que l’on puisse toujours déterminer s’il s’adresse à un individu précis. Augustin passe fréquemment de la seconde personne du pluriel à la seconde personne du singulier, et inversement, sans rupture, c’est-à-dire sans changement de locuteur présenté comme tel. Plus que d’un « tu générique » ou d’un « tu diatribique », il s’agirait ici d’une « seconde personne du singulier collective » : Augustin s’adresse à l’ensemble de son auditoire constitué d’individus, interpellés personnellement par l’évêque. Le procédé rhétorique étudié possède un arrière-plan théologique et spirituel important, car le sermon engage ce qu’il y a de plus intime chez l’homme, sa relation à Dieu, que nul ne peut connaître sinon lui-même.

English

Private listening in a group context. A study of the second person in some sermons of Augustine ‪In his sermons, Augustine often uses the second person singular, though it is difficult to determine if it is for a specific individual. Augustine frequently shifts from the second person plural to the second person singular, and vice versa, without breaking, that is to say, without a change of speaker presented as such. More than a « generic you » or a « diatribic you », it would here seem to be a « second person singular collective » : Augustin speaks to his entire audience as individuals, each addressed personally by the bishop. The rhetorical process studied here has an important theological and spiritual background, because the sermon engages with that which is most intimate within man, i.e. his relationship with God, which no one can know except himself.‪

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. Du pluriel au singulier : continuité ou rupture ?
    1. Une interpellation collective
    2. L’absence de rupture
    3. L’influence du texte biblique à commenter
  3. Un outil pédagogique
    1. Le goût de l’exemple
    2. Une dimension dramatique
    3. L’objection ou les limites de l’interprétation
  4. Parler au cœur
    1. Un modèle de conduite à enseigner à chacun
    2. Introspection, intimité et discours du cœur
    3. Au cœur de la relation avec Dieu
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback