Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2004/2 (Vol. 41)

  • Pages : 60
  • DOI : 10.3917/docsi.412.0117
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 117 - 119 Article suivant
1

L’EVOLUTION PROPRE AU MODELE ECONOMIQUE CAPITALISTE AINSI que l’apparition des techniques de numérisation et des réseaux électroniques au niveau mondial ont modifié considérablement le paysage de l’industrie de l’information.

Les mutations de l’industrie de l’information

2

On a ainsi pu noter une mutation de la filière de la mise à disposition de l’information composée auparavant de divers blocs différenciés : les éditeurs primaires et les éditeurs secondaires couverts par des médiateurs que sont les agences d’abonnement, soit des centrales d’achat, et des serveurs qui assument un rôle d’agrégateurs. Aujourd’hui, les très grands éditeurs primaires [3][3] Comme Elsevier ou Kluwer. tendent à contourner la dimension intermédiaire, en s’adressant directement au client final, pour contrôler et rationaliser les marges ainsi que les services désormais personnalisés. Ils se démarquent ainsi davantage du grand nombre de petits éditeurs qui subsistent encore [4][4] Sous la pression des grands éditeurs, PubSciences,.... Les éditeurs secondaires, ceux qui gèrent des bases de données bibliographiques, écartés au début des années quatre-vingt lors de l’apparition des bases en texte intégral et de l’Internet, font l’objet d’un regain d’intérêt depuis 2002, pour l’instant surtout dans les pays anglo-saxons. Ceci a fait apparaître une tension entre les éditeurs primaires qui entendent créer des bases de liens à partir de leurs fonds et les éditeurs secondaires traditionnels [5][5] Comme l’Institut de l’information scientifique et technique..., qui se voient par exemple interdire de faire des résumés [6][6] Un procès sur la faculté de faire des résumés oppose....

3

Les métiers eux-mêmes ont des profils différents. Ainsi, en matière de référencement, des éditeurs primaires comme les grands agrégateurs en texte intégral [7][7] Comme Lexis-Nexis ou Factiva. qui disposent des fonds veulent proposer également des outils de référencement (indexation et résumé) automatiques dont les performances s’améliorent progressivement alors que les producteurs secondaires traditionnels utilisent encore des procédures manuelles, plus pertinentes pour l’instant, mais dont les coûts sont plus élevés. On a constaté aussi que la plupart des chercheurs scientifiques utilisent des moteurs généralistes [8][8] Comme Yahoo! ou Google. bien que ceux-ci, qui répondent à une logique grand public fondée entre autre sur le référencement payant, ne soient pas satisfaisants. Mais très prochainement pourrait être proposé un service payant, plus pertinent, d’où serait exclu le référencement payant.

4

En ce qui concerne les médiateurs commerciaux, il apparaît que les agences d’abonnement, dont le nombre a considérablement réduit, pourraient évoluer en devenant des agrégateurs de contenus proposant des périodiques électroniques multi-éditeurs [9][9] Science Direct est un agrégateur propriétaire.. Elles proposeraient des services de gestion de contenus à de petits éditeurs ou deviendraient des producteurs directs de contenus après avoir racheté des bases de données bibliographiques, élément clé pour l’accès à des produits numérisés. Quant aux serveurs traditionnels, ils sont désormais confrontés à des producteurs de contenus et à de nouveaux agrégateurs [10][10] Comme Ingenta ou ProQuest. qui font également concurrence aux bibliothèques [11][11] Ceci concerne pour l’instant davantage le marché américain,.... Celles-ci participent elles-mêmes à cette nouvelle logique en numérisant leurs périodiques, généralement proposés en accès gratuit, et en mutualisant les fonds reversés par les diverses institutions appartenant au système qu’elles ont créé [12][12] Comme Highwire..

5

On note également un rétrécissement de la chaîne de l’information, en particulier dans le domaine scientifique, où ce sont les mêmes acteurs qui produisent et utilisent l’information. En outre, pour faire face à des prix inflationnistes et à des contraintes budgétaires, les bibliothèques [13][13] L’Association of Research Library, par exemple. ont joué ainsi un rôle majeur dans l’apparition des revues en libre accès [14][14] Le libre accès est fondé sur un système où l’auteur... et dans l’apparition de nouvelles revues en ligne [15][15] Comme SPARC..

6

La logique de concentration de l’édition se poursuit et trois groupes occupent aujourd’hui 40 % du marché. Cela implique que l’on se trouve face à un nombre de fournisseurs plus réduit, ce qui a un impact lors des négociations contractuelles. Les licences d’usage [16][16] Une licence peut, par exemple, interdire certains usages... modifient les relations entre les fournisseurs de contenus et les usagers. Mais, face à la concentration de l’offre, on constate aussi une concentration de la demande puisque les clients représentent un moins grand nombre d’entreprises et qu’apparaissent des consortiums de bibliothèques et d’universités. Mais cette logique consortiale a permis aussi d’engager un dialogue pour la mise en œuvre de solutions nouvelles.

7

Le paysage évolue et les acteurs ont souvent des intérêts contradictoires. Les très grands acteurs de l’industrie de l’information et la myriade d’acteurs petits et moyens répondent désormais à une logique de services. Des partenariats se créent entre petits éditeurs et sociétés savantes [17][17] Plusieurs éditeurs et sociétés savantes de divers pays... et les médiateurs de l’information assument un rôle nouveau. Si aucun nouvel acteur directement issu de l’Internet n’a émergé, on note le poids de la mutualisation pour l’accès à la production de petits éditeurs et l’apparition de multiples agrégateurs. En revanche, l’impact réel que pourraient avoir les moteurs de recherche reste encore difficile à déterminer.

8

Les bibliothèques doivent désormais faire face à une situation complexe liée à la diversité des guichets d’accès aux contenus numérisés. En outre, les produits et services d’information ont également évolué.

9

L’information est désormais proposée à des niveaux très fins – l’article ou l’extrait d’ouvrage – modifiant ainsi la notion même de produit d’information lorsque l’usager peut composer son propre document à partir d’éléments épars. La valeur ajoutée d’un service réside à présent dans l’offre de documents munis d’un grand nombre d’hyperliens et intégrés dans des bases de liens multi-éditeurs [18][18] Des bibliothèques américaines ont intégré le produit.... Les outils proposés, correspondant à un ensemble de tâches propres à un secteur d’activité particulier [19][19] Dans le domaine financier mais aussi dans le domaine..., sont intégrés directement dans le poste de travail du client et représentent des systèmes à très haute valeur ajoutée susceptibles aussi de remplacer les bibliothèques. Celles-ci auraient, en revanche, un rôle à jouer dans l’exploitation du web ouvert, par la création de produits exploitant les informations non éditoriales (forums) à l’aide de logiciels de bibliométrie et d’extraction. Dans ce cadre, elles assument un rôle de repérage et de validation qui constitue un renouveau de la fonction.

10

Toutes ces tendances ont un impact sur la mission traditionnelle des médiateurs de l’information. Si des points restent préoccupants, en particulier en matière de conservation de l’information puisque les éditeurs répondent à une logique de marché et non à une logique patrimoniale [20][20] L’éditeur Elsevier a signé un accord pour la conservation..., mais aussi en ce qui concerne les fonctions de référencement (index, résumé) automatisées, les bibliothèques ont un rôle à jouer dans les systèmes de communication par la mise à disposition d’outils pour la création de nouvelles revues et de supports à accès gratuits, la création d’une valeur ajoutée navigationnelle, la création avec divers partenaires de bibliothèques virtuelles multi-éditeurs, ainsi que le traitement du web ouvert par un repérage et une validation de tous les contenus.

Les aspects politiques

11

Dans le domaine politique, l’attention a été portée sur les principales étapes qui ont précédé le Sommet mondial de la société de l’information qui s’est tenu en décembre 2003 et sur l’action de l’IFLA qui a permis aux bibliothèques d’être mentionnées dans le plan d’action défini lors de ce sommet. La Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques avait, en effet, organisé en novembre 2003 une réunion qui avait regroupé deux cents représentants des bibliothèques issus de soixante-dix pays différents et préparé les rencontres avec les représentants du monde politique en mettant en relief diverses actions concrètes déjà menées ou susceptibles de l’être dans le monde. L’IFLA propose également divers supports pouvant être utilisés par les bibliothèques pour effectuer des actions de lobbying et de marketing au niveau national, régional ou local.

Les aspects juridiques

12

L’équilibre entre les intérêts privés et l’intérêt général que l’on trouvait dans les systèmes de droit d’auteur et de copyright grâce, entre autres, à la limitation de la durée des droits de l’auteur et à une série d’exceptions, autorisant un certain nombre d’usages, est bouleversé par l’environnement numérique.

13

Sur un Internet où semblent circuler librement les œuvres protégées, la balance avait semblé pencher dans un premier temps du côté des usagers. Les auteurs et les producteurs ou les éditeurs qui les représentent ont réagi par des procès, par des actions de lobbying pour infléchir les projets de loi en leur faveur, en installant des protections techniques et en régissant l’accès aux œuvres par des contrats dont ils définissent librement les conditions, menaçant ainsi les exceptions traditionnellement autorisées. Les utilisateurs ont réagi parallèlement, quoique avec moins de force, également par des actions de lobbying, mais aussi en se regroupant au sein de consortiums pour négocier des contrats avec de meilleurs atouts et en développant et soutenant de nouveaux modèles économiques et juridiques d’accès dit libre à l’information.

14

Bien que les clés permettant de décrypter la situation ne soient pas encore connues, se pose alors la question de savoir où se situera le centre de gravité du nouvel équilibre qui devrait être établi. Pour l’instant, on note un rapprochement entre les systèmes de droit d’auteur et de copyright qui doivent faire face aux mêmes défis, une concentration des droits, résultat d’une stratégie économique adoptée par les industries culturelles, une érosion très nette du domaine public, l’impact important des systèmes techniques, mais aussi le succès des modèles dits alternatifs. On tend certainement vers un nouveau modèle, qui s’appuie d’ailleurs sur les systèmes juridiques de protection traditionnels, mais le débat entre propriété et liberté dont l’enjeu est la connaissance, doit être également politique.

Les aspects sociaux

15

Bien que le support ait changé, les bibliothèques resteront toujours un lieu d’apprentissage des clés de lecture, désormais par la maîtrise des outils présents sur les matériels pour pallier le faible niveau actuel des usagers [21][21] Même si la plupart des usagers disposent déjà d’ordinateurs.... Si les locaux, où les collections prennent de moins en moins de place, changent d’aspect, on travaillera toujours sur des outils proches des outils bibliothéconomiques classiques, mais ceux-ci seront utilisés pour naviguer de manière efficace dans l’information abondante disponible sur les réseaux et pour sélectionner l’information pertinente par des procédés de validation rigoureux. Si les bibliothèques assument toujours une mission de mise à disposition de l’information qui doit rester gratuite, ce sont les procédés d’identification qui joueront désormais un rôle central. Le support, bien que neutre, pose des problèmes de conservation et implique une modification des usages de l’utilisateur final, des accès qui se font désormais à partir d’un ordinateur et des pratiques à partir d’un bureau virtuel.

16

Pour échapper aux grands groupes éditoriaux et apporter sa propre valeur ajoutée, il importe de savoir mutualiser les informations et les compétences. Aujourd’hui, le bibliothécaire est un modérateur et un animateur plus qu’un conservateur, et il doit apporter son savoir-faire pour réaliser diverses productions intellectuelles, sans intermédiaires, mais en utilisant divers métiers présents dans son environnement immédiat (informaticiens, journalistes, ergonomes, gestionnaires, etc.). Il doit garder une approche pédagogique mais en évitant l’écueil qui consisterait à se limiter à réaliser des actions d’initiation technique. Si l’évolution des usages et des pratiques n’est pas une révolution car le dialogue vers l’usager représente toujours l’une des pratiques fondamentales, celui-ci aura désormais plus d’importance que l’apport de savoirs fondamentaux. La richesse d’une bibliothèque ne se mesurera plus d’ailleurs dans l’exhaustivité des collections mais dans la qualité des services offerts et dans son degré d’ouverture. Si, avec le changement culturel en cours, le rôle social assumé traditionnellement par les bibliothèques prend de nouvelles dimensions, elles resteront le lieu de tous les savoirs et de l’approche de la connaissance.

Notes

[1]

Les mutations de l’industrie de l’information : quel impact sur les usages et les médiations de l’information, par Michel Vajou, consultant, responsable du cabinet M.V. Études et conseil

[2]

Les conséquences pour les professionnels de la documentation : aspect politique, par Jean-Philippe Accart, Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale (RERO) ; aspect juridique, par Michèle Battisti, Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS) ; aspect social, par François Michaud, président de l’ADDNB.

[3]

Comme Elsevier ou Kluwer.

NB : Les exemples cités dans ces notes ne visent qu’à évoquer concrètement un type d’acteurs et n’ont aucun caractère exhaustif. Le support de l’intervention de Michel Vajou était plus complet.

[4]

Sous la pression des grands éditeurs, PubSciences, financé par les pouvoirs publics et qui servait de vitrine aux petits éditeurs, a été fermé.

[5]

Comme l’Institut de l’information scientifique et technique (INIST).

[6]

Un procès sur la faculté de faire des résumés oppose en ce moment la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et un éditeur de périodiques économiques.

[7]

Comme Lexis-Nexis ou Factiva.

[8]

Comme Yahoo! ou Google.

[9]

Science Direct est un agrégateur propriétaire.

[10]

Comme Ingenta ou ProQuest.

[11]

Ceci concerne pour l’instant davantage le marché américain, mais l’Europe devrait être également concernée.

[12]

Comme Highwire.

[13]

L’Association of Research Library, par exemple.

[14]

Le libre accès est fondé sur un système où l’auteur (généralement son institution) paie pour que son article puisse être librement consultable. Ce modèle pourrait être appliqué au monde économique où des entreprises sont également émettrices (obligations légales) des informations qu’elles consomment.

[15]

Comme SPARC.

[16]

Une licence peut, par exemple, interdire certains usages traditionnels comme la conservation ou le prêt entre bibliothèques.

[17]

Plusieurs éditeurs et sociétés savantes de divers pays du Commonwealth ont créé un portail des sciences de la terre intitulé Geosciences qui est un guichet unique de leur production.

[18]

Des bibliothèques américaines ont intégré le produit Cross Ref dans leur propre fonds numérisé.

[19]

Dans le domaine financier mais aussi dans le domaine scientifique (ISI Web of knowledge).

[20]

L’éditeur Elsevier a signé un accord pour la conservation de ses publications avec la bibliothèque nationale des Pays-Bas.

[21]

Même si la plupart des usagers disposent déjà d’ordinateurs et de divers logiciels.

Résumé

Français

Organisée le 1er mars 2004 à Paris par la section Étude et recherche de l’Association des bibliothécaires français (ABF), une journée d’étude s’est penchée sur la situation et le rôle des bibliothèques dans la société mondiale de l’information. Après un exposé relatif aux mutations de l’industrie de l’information et à leurs conséquences sur les usages et les médiations de l’information [1], trois interventions ont mis l’accent sur les aspects politiques, juridiques et sociaux de la société de l’information et leur impact sur les bibliothèques [2]. Les textes en sont accessibles sur le site de l’ABF : www.abf.asso.fr/article.php3?id_article=318

Pour citer cet article

Battisti Michèle, « Journée d'étude ABF Eα R. Les bibliothèques dans la société mondiale de l'information », Documentaliste-Sciences de l'Information, 2/2004 (Vol. 41), p. 117-119.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2004-2-page-117.htm
DOI : 10.3917/docsi.412.0117


Article précédent Pages 117 - 119 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback