Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2006/3 (Vol. 43)

  • Pages : 86
  • DOI : 10.3917/docsi.433.0216
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 216 - 218 Article suivant
1

APRÈS LES ALLOCUTIONS D’OUVERTURE DE PAUL-DOMINIQUE POMART, administrateur de l’Association française pour la promotion de l’intelligence économique (SCIP France), et Alain Garnier, président de l’Association des professionnels des industries de la langue (APIL), Myriel Brouland, consultante chez Ourouk, a présenté un panorama des outils de veille sur Internet.

La situation présente en France de la veille sur Internet

2

L’intervenante estime la situation de la veille en France assez paradoxale : la prise de conscience réelle de l’importance de la veille, y compris dans les PME, contraste avec sa mise en œuvre plus nuancée. On constate encore peu de démarches orientées outils et, pourtant, selon les chiffres donnés par Alain Juillet, haut responsable à l’intelligence économique, le marché des outils de veille en Europe s’élève à huit cents millions d’euros et devrait progresser de quarante pour cent dans les années à venir. Selon le Groupement français de l’industrie de l’information (GFII), le marché français devrait atteindre deux cents millions d’euros en 2006.

3

En matière de fonctionnalités, l’offre demeure très large, les outils disponibles effectuant tout ou partie du cycle de la veille : ciblage des thèmes, collecte automatisée, traitement et analyse, synthèse, diffusion. On a vu récemment apparaître de nouvelles tendances, comme le partage de favoris (social bookmarking), la création de communautés ciblées ou encore la génération de plan de classement dynamique ou la catégorisation par apprentissage. En ce qui concerne l’accès, on notera là encore une grande diversité de solutions (outils monopostes, clients-serveurs ou hébergés en mode ASP) correspondant à la diversité des besoins.

4

Myriel Brouland terminait son exposé sur une note prospective, évoquant le développement de l’accès au multimédia – image et son – ainsi que le multilinguisme : le traitement de langues de plus en plus nombreuses permet en effet une ouverture vers de nouvelles sources. Parmi les autres orientations des outils de veille, on peut noter l’analyse cartographique et la représentation des réseaux sociaux, ainsi que l’utilisation des outils de veille dans le cadre de l’analyse prédictive, pour un traitement optimisé des appels téléphoniques dans un centre d’appel (predictive call center).

5

Enfin, on peut espérer une meilleure intégration de la fonction veille à l’ensemble de la gestion des connaissances, afin d’offrir une approche globale, d’éviter des systèmes parallèles et de jouer les complémentarités avec d’autres outils de gestion électronique de documents ou de groupware.

Le programme de la journée, les intervenants

• Les outils de veille sur Internet : panorama de la situation actuelle, évolutions, nouveautés. Myriel Brouland, consultant senior au cabinet Ourouk

• KB Crawl 3.0 : la veille automatique sur Internet. Julien Flandrois, BEA-Conseil

• Digimind Finder : le nouveau méta-moteur professionnel du web profond. Olivier Scheffer, Digimind

• Select.INT, service de fourniture d’information personnalisée multi-sources : présentation d’un exemple couplé à une solution d’e.commerce. eGems pour exploiter les informations recueillies avec constitution d’une base de connaissances personnelles et ses fonctionnalités de sélection, de capture et de restitution. Evelien Van Dijkman, directeur technique d’Alogic

• Le text mining multilingue : la clef de l’analyse stratégique de l’information. Des solutions pour optimiser le traitement de l’information en transformant du texte libre en données analysables. Charles Huot, directeur général en charge des opérations commerciales et marketing, co-fondateur de Témis SA

• PODoo, un méta-moteur de recherche aux opérateurs de filtrage inédits pour une veille efficace. Abderrafih Lehmam, Pertinence Mining

• AMI Enterprise Intelligence : une suite logicielle pour la collecte, l’analyse et la capitalisation d’informations stratégiques pour l’entreprise ; retours d’expériences. Alain Beauvieux, Go Albert SA

• Présentation de la nouvelle offre Arisem/Thalès : une vision dynamique de l’information pour la veille et le renseignement économique déclinée au travers de solutions aux fonctionnalités d’analyse sémantique, cartographique et thématique associées à des capacités de traitement documentaire automatisé et à l’extraction automatique de réseaux. Pascal Janer, Arisem

• Pourquoi choisir un outil sophistiqué ? Quelle méthodologie pour choisir ? Quelles sont les innovations ? Table ronde d’utilisateurs animée par Paul-Dominique Pomart. Avec la participation d’Anne-Marie Libmann (responsable Business Information chez Alcan), Marie-Madeleine Salmon (responsable de la documentation de Publicis) et Fabienne Vanderkerkove (Electrabel)

Nouveaux outils et nouvelles fonctionnalités

6

Ce panorama a été suivi de la présentation de sept outils aux fonctionnalités variées et complémentaires : surveillance automatique (KB Crawl de BEA-Conseil), méta-moteur de recherche sur le web visible et invisible (Digimind Finder, PODoo de Pertinence Mining), text mining (Temis), plates-formes intégrées de collecte et d’analyse (Select.INT d’Alogic, AMI Enterprise Intelligence de Go Albert), analyse sémantique (Arisem/Thalès). Ces outils proposent pour la plupart de nouvelles fonctionnalités, pas toujours révolutionnaires mais en tous cas prometteuses.

7

• Chez KB Crawl, on notera la prise en compte de formats divers, dont le flash, et la possibilité de surveiller des sites classiques ou dynamiques, blogs, fils RSS, etc. Ce logiciel peut être couplé avec d’autres outils de gestion documentaire ou de text mining, comme Temis, par exemple.

8

• Digimind présentait sa plate-forme modulaire Evolution, ainsi que le méta-moteur professionnel Finder. L’accès au « web invisible » est rendu possible par la mémorisation et la reproduction automatique de l’interrogation d’une base de données.

9

• On retrouve la notion de modularité chez Alogic, avec la plate-forme Select.INT. L’outil permet une acquisition ciblée (une interface d’interrogation personnalisée de newsletters, par exemple), le filtrage et l’exploitation par thésaurus spécialisé en fonction des besoins, ainsi que le push paramétrable pour diffusion personnalisée. Alogic présentait également eGems, logiciel de capture et de gestion d’informations à la volée, permettant d’effectuer un copier-coller d’extraits à l’intérieur d’un plan de classement, et de porter des annotations dans le texte.

10

• Le directeur général de Temis insistait sur l’aspect multilingue de son logiciel de text mining, qui traite désormais vingt langues dont les langues asiatiques et l’arabe. Le produit est fondé sur des « cartouches de connaissances » adaptées à chacune des problématiques rencontrées. Temis élabore, avec des partenaires, des cartouches sectorielles.

11

• Toujours dans le domaine du text mining, on découvrait la version en ligne du méta-moteur multilingue Pertinence MetaSearch, rebaptisé « PODoo » (POD signifiant pertinence on demand). Cet outil permet d’analyser et de résumer automatiquement les documents trouvés par le méta-moteur, selon un degré prédéfini de condensation de texte.

12

• Modularité et évolutivité caractérisent également la plate-forme AMI Enterprise Intelligence de Go Albert, qui se définit comme une « suite logicielle pour l’intelligence économique et la capitalisation de connaissances ». Cette suite se compose de cinq modules : collecte, recherche, publication, partage et analyse. Elle est dotée de fonctions d’analyse cartographique et de clustering destinées à détecter les informations de rupture.

13

• Enfin, le directeur commercial d’Arisem évoquait la convergence entre veille et renseignement en présentant les solutions Arisem/Thalès, aux fonctionnalités d’analyse sémantique, cartographique et thématique associées à des capacités de traitement documentaire automatisé et à l’extraction automatique. La gamme proposée va de l’outil monoposte Kaliwatch, en passant par la solution portail de veille en hébergement ASP, jusqu’à la plate-forme intégrée Sprint. Ce dernier outil s’adresse plutôt aux grandes organisations, pour des applications stratégiques. Il permet, entre autres, la hiérarchisation des événements selon des indices de gravité, ainsi que leur représentation cartographique dans le temps.

Le point de vue et les attentes des utilisateurs

14

L’intérêt de la conférence ne se limitait pas aux seules présentations d’outils : plusieurs témoignages d’utilisateurs sont venus enrichir cette journée d’étude.

15

Fabienne Vandekerkove tirait les enseignements récents de l’expérience en matière d’outils de veille du groupe belge Electrabel, spécialisé dans les solutions énergétiques. La cellule « Competitive Intelligence » de ce groupe a mis en place un dispositif de surveillance concurrentielle à partir de sources variées, dont des bases de données payantes et des sources informelles. Pour l’intervenante, la veille n’est pas qu’une affaire d’outils. Les aspects organisationnels et relationnels sont tout aussi importants, dans la mesure où il s’agit de « faire parler les connaissances ».

16

Enfin, le point de vue des utilisateurs fut évoqué lors d’une table ronde réunissant Anne-Marie Libmann, responsable business information chez Alcan, Marie-Madeleine Salmon, responsable de la documentation de Publicis, et Fabienne Vandekerkove. Cette table ronde, suivie d’un débat, a permis de faire le point sur les attentes fonctionnelles.

17

Quel que soit le type de veille, les utilisateurs d’outils avancés expriment des exigences de plus en plus fortes, en matière notamment de surveillance : celle-ci devra être performante et s’appliquer à des supports sans cesse plus diversifiés. D’autres attentes sont également liées à la capacité d’analyse de ces outils, à leur ergonomie et à leur faculté de réactivité. Souplesse, simplicité, évolutivité et solidité constituent les principaux critères de choix d’un outil, ainsi que la capacité à s’interfacer avec le système d’information de l’entreprise. Les intervenantes ont toutes trois mis l’accent sur la nécessité de développer dans l’entreprise la connaissance des outils, et d’en favoriser l’appropriation par les acteurs de l’entreprise. La dimension « humaine » de la veille trouve son illustration dans le rôle de formateur inhérent aux professionnels de la veille en entreprise, ainsi que dans la convergence entre les technologies et les sources d’information.

Résumé

Français

Le 10 mai dernier, SCIP France organisait, pour la quatrième fois depuis 2001, une journée d’étude consacrée aux outils avancés de veille sur Internet. Proposée cette année en collaboration avec l’APIL, cette manifestation a permis de dresser un panorama de l’offre actuelle et de découvrir plusieurs outils aux fonctionnalités variées et complémentaires, avec leurs innovations les plus marquantes, souvent prometteuses. Et enfin de faire le point sur les besoins et attentes des utilisateurs.

Plan de l'article

  1. La situation présente en France de la veille sur Internet
  2. Nouveaux outils et nouvelles fonctionnalités
  3. Le point de vue et les attentes des utilisateurs

Pour citer cet article

Mesguich Véronique, « Journée d'étude SCIP-France – APIL. Les outils avancés de veille sur Internet », Documentaliste-Sciences de l'Information, 3/2006 (Vol. 43), p. 216-218.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2006-3-page-216.htm
DOI : 10.3917/docsi.433.0216


Article précédent Pages 216 - 218 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback