Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2007/3 (Vol. 44)

  • Pages : 58
  • DOI : 10.3917/docsi.443.0259
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 259 - 263 Article suivant
1

NOUS VIVONS, DEPUIS UNE TRENTAINE D’ANNÉES, DES TRANSFORMATIONS profondes de la réalité sociale, politique et économique. Ces mutations sont le résultat de l’évolution des communications, des technologies et de la globalisation. Tous ces phénomènes sont liés. Dans cette perspective, le système des professions et ses articulations sont, en ce moment, dans un processus de réorganisation. Celle-ci est particulièrement sensible dans les métiers de l’information. Ces transformations font partie du processus de fragmentation et de dispersion du monde du travail où les frontières entre les professions sont en train de disparaître [11].

2

Des nouveaux partenariats se forment, d’autres se transforment et constituent une nouvelle démarcation des espaces professionnels. Cette subversion des espaces est plus profonde dans le champ des professions de l’information. Plus profonde parce que les limites qui historiquement ont marqué les différents types de professions de l’information sont plus poreuses. Cette révolution dans le monde du travail permet des changements intenses, comme les nouvelles formes d’intervention ou des nouvelles « intermédiations », comme l’affirme Cronin [6].

3

Le concept de « société de la connaissance », issu de ces transformations, est fondé sur la reconnaissance de l’importance de l’acquisition, de la création, de la diffusion, de l’analyse de l’information et de la connaissance dans tous les domaines. Or ces pratiques sont intimement liées au savoir-faire des professionnels de l’information et documentation, qui doivent être préparés à répondre aux exigences de cette nouvelle société. Leurs pratiques se diversifient de plus en plus. Ils ont devant eux le défi de donner une nouvelle dimension aux solutions aux problèmes de l’information. Cela signifie comprendre les nouveaux rôles, les nouveaux besoins et les nouvelles formes de réponse à ces besoins par de nouvelles méthodes de travail.

4

Dans ce contexte nous avons senti le besoin de réfléchir aux changements du marché du travail. Cette recherche part du constat de ces transformations et du besoin de réfléchir à la formation proposée par l’Université fédérale de Santa Catarina (UFSC) à Florianópolis, au Brésil. C’est ainsi que nous souhaitons répondre aux questions suivantes : quelles sont les compétences demandées aux professionnels de l’information ? Quelles fonctions exercent-ils vraiment ? L’enseignement dispensé en bibliothéconomie et sciences de l’information à l’UFSC répond-il à ces besoins ?

5

À partir de ces questions, nos objectifs sont de connaître le profil des diplômés du cours de bibliothéconomie de l’UFSC dans la période 1993-2002 qui travaillent actuellement comme praticiens de l’information, et de vérifier si les fonctions émergentes sont prises en compte par ces professionnels.

Méthode, définition des critères de l’analyse

6

Dans le domaine des métiers de l’information, l’analyse des besoins du marché est un outil fondamental pour la planification des cours et des programmes d’enseignement. D’un point de vue méthodologique, il y a plusieurs façons d’aborder ce sujet et le degré de complexité de l’analyse varie en fonction des instruments de collecte : les plus fréquemment utilisés par les chercheurs en sciences de l’information sont, d’une part, l’analyse des offres d’emploi et, d’autre part, la consultation des employeurs et employés au moyen des questionnaires et entretiens. Les études qui ont été réalisées par Chen, Raskin et Tebbets [5], aux États-Unis, et par Moore [10], en Grande-Bretagne, sont fondées sur des offres d’emploi et des questionnaires. Tarapanoff [12], au Brésil, et Brittain [3] [4], en Grande-Bretagne, ont mené leurs études uniquement à partir d’entretiens. Tarapanoff [13], dans une autre étude, au Brésil, s’est servi seulement de questionnaires comme instrument d’investigation.

7

La période retenue pour notre recherche s’étend de 1993 à 2002. Ainsi il est possible de vérifier l’évolution de la demande du marché du travail du praticien de l’information diplômé de l’Université fédérale de Santa Catarina sur une période conséquente.

8

Les variables que nous avons utilisées pour l’analyse sont : le type d’unité d’information, le type d’organisation (publique, privée, nationale ou multinationale), la ville, le poste occupé, les fonctions, le temps de travail dans l’unité d’information, l’année d’obtention du diplôme, les contenus considérés comme essentiels à la formation des professionnels de l’information pour le nouveau millénaire.

9

Cette typologie des fonctions des professionnels de l’information est fondée sur la recherche de Cunha [7]. Dans cette étude l’auteure fait, à partir d’une analyse de la littérature du champ, une distinction entre les fonctions du « professionnel classique » et du « professionnel émergent ». Les premières sont celles traditionnellement exercées par les professionnels de l’information, soit : la gestion, le traitement et la diffusion de l’information, la sélection et l’acquisition des documents, l’informatisation et la saisie des données. Les fonctions émergentes sont des fonctions liées à l’audit et au conseil en information, à la communication et à l’animation, à l’analyse, l’évaluation, la consolidation et la remise en forme de l’information, les fonctions d’interface entre utilisateurs et concepteurs des systèmes d’information et de formation des utilisateurs [7, p. 33].

10

Nous avons choisi comme méthode la consultation des professionnels à partir de questionnaires parce qu’une analyse préliminaire des offres d’emploi diffusées par la presse de Santa Catarina et par l’Association des bibliothécaires de Santa Catarina avait montré que ce type d’approche est peu utilisé à cette fin. La localisation des professionnels a été faite par téléphone et par Internet. Les questionnaires ont été envoyés par courriel. En complément quelques personnes ont été interrogées par téléphone. Pour l’analyse des données, nous avons mis à part les professionnels qui ne travaillent pas dans une unité d’information.

Analyse des résultats

11

Dans la période étudiée (1993-2002), 309 étudiants ont été diplômés en bibliothéconomie par l’Université fédérale de Santa Catarina. Nous avons reçu 106 réponses, soit un taux de 34 %.

12

• Profil des répondants, lieu et conditions d’exercice

13

Nous avons eu plus de difficulté à repérer les professionnels dont le diplôme est ancien. Les praticiens diplômés en 1993, par exemple, ne représentent que 7,5 % des réponses. Parmi les personnes contactées, 68 % ont eu leur diplôme entre 1999 et 2002, dont 26,5 % en 2002. Ceci s’explique par le fait que les informations sur ces étudiants sont plus actualisées, ce qui nous a permis de les repérer plus facilement, et que ces étudiants, en général, sont encore proches de leur établissement de formation et de leurs anciens professeurs. Par exemple, ils contactent souvent leurs professeurs pour obtenir une aide lors de recherches d’informations.

14

Dans leur grande majorité (82 %), les 106 professionnels qui ont répondu au questionnaire travaillent dans des unités ou services d’information. Parmi les 18 % restants, trois sont professeurs, dont deux dans la formation à la bibliothéconomie de l’UFSC et un dans la formation à la bibliothéconomie/gestion de l’information de l’UDESC (Universidade do Estado de Santa Catarina) ; un autre en formation (mestrado, diplôme se situant entre l’ancienne maîtrise et l’ancien DEA français) ; un autre est en formation (école doctorale) et enseignant dans le Programa de Pós-Graduação (formations mestrado et doctorat) en ingénierie de la production à l’UFSC ; les autres exercent des fonctions très diversifiées.

15

Par ailleurs 40,5 % des praticiens contactés exercent leurs activités dans une unité ou service d’information depuis deux ans ; ceci se justifie dans la mesure où la grande majorité des personnes qui ont répondu au questionnaire a été diplômé entre 1999 et 2002.

16

Nous constatons que 71 % des professionnels travaillent à Florianópolis, la capitale de l’État de Santa Catarina. Ce qui s’explique par le grand nombre d’universités et de formations privées ouvertes dans la région de Florianópolis dans les dix dernières années (24,5 % des professionnels qui ont répondu au questionnaire travaillent en effet dans des bibliothèques universitaires) ; et parce que les professionnels qui habitent Florianópolis ont pu être localisés plus facilement.

17

La ville de Itajaí apparaît en deuxième place, avec près de 4 % des professionnels. Les villes de Blumenau, São José et Tubarão représentent, respectivement, un peu moins de 3 % des réponses.

18

La majorité des professionnels diplômés par l’UFSC travaillent dans l’État où ils ont été formés, seulement deux des répondants exercent dans d’autres États.

19

En ce qui concerne le type d’unité d’information où travaillent les praticiens, la grande majorité, 24,5 %, exercent leur activité dans des bibliothèques universitaires. Cela se justifie dans la mesure où, dans les dix dernières années, il y a eu, comme nous l’avons dit précédemment, une explosion des universités privées dans l’État de Santa Catarina. En deuxième position figurent les secrétariats ou cabinets de conseils en information, qui représentent près de 23 %.

20

En ce qui concerne le statut des organisations où travaillent ces praticiens, 62 % sont privées et 30 % publiques. Pour le reste des réponses, il n’a pas été possible de définir la nature des organisations auxquelles ils appartiennent.

21

Les fonctions les plus citées par les professionnels qui travaillent dans les bibliothèques universitaires, sont : pour tous, la sélection des documents ; pour 96 % d’entre eux, la gestion de l’information ; pour 85 %, l’analyse de l’information ; et pour 77 % la formation des utilisateurs. Les réponses multiples à cette partie du questionnaire nous conduit à déduire que ces bibliothèques emploient peu de professionnels qualifiés. Parmi ceux qui travaillent dans le conseil en information, les fonctions les plus citées sont : la gestion pour 83 % d’entre eux ; l’analyse de l’information pour 71 % ; et la diffusion de l’information pour la moitié. Pour les professionnels qui ont répondu au questionnaire, ce travail est lié, en général, à l’administration universitaire et, notamment, aux départements d’aide aux clients des entreprises.

22

Ces informations confirment que les activités liées à l’information sont de plus en plus excercées dans des environnements très diversifiés. Ces réponses sont en accord avec les affirmations de Arruda [2] et Moore [11].

23

• Fonctions exercées

24

Les fonctions les plus citées par les professionnels sont celles d’analyse et de traitement de l’information, ce qui correspond à 64 % du total. La gestion de l’information est la deuxième fonction citée et représente 58 % des réponses. En 1998, une recherche qui a établi une comparaison entre le profil des professionnels de l’information au Brésil et en France [7] a montré que, dans ces deux pays, ces deux fonctions étaient déjà les plus citées. Il nous semble important de souligner que, dans la recherche sur le professionnel moderne de l’information au Brésil, réalisée par Tarapanoff pour la Fédération internationale de la documentation [13], 94 % des professionnels interrogés exerçaient des fonctions de gestion.

25

La reconnaissance croissante de la valeur du rôle de l’information dans les organisations amène ces dernières à exiger des praticiens qu’ils soient réceptifs aux nouvelles idées et qu’ils adaptent leurs services en fonction des changements constants [9].

26

La diffusion de l’information apparaît en troisième position, avec 56 % des réponses. 53 % se chargent de l’accueil des utilisateurs.

27

Les fonctions de sélection et d’acquisition ont été citées par 47 % des personnes interrogées alors que, dans la recherche de Cunha conduite quelques années auparavant [7], cette fonction avait été très peu citée. Cette fonction revêt une importance fondamentale dans les bibliothèques des universités, créées dans les dix dernières années, parce que ces unités sont en train de constituer leurs collections de documents. (Rappelons que les BU représentent 24,5 % du total des réponses.) En outre, les techniciens du ministère de l’Éducation font systématiquement des visites d’évaluation des nouvelles formations universitaires mises en place. Lors de ces visites, les bibliothèques bénéficient d’une attention particulière. La taille et la qualité des collections sont fondamentales dans cette évaluation, ce qui renforce l’importance des fonctions de sélection et d’acquisition parmi les activités des professionnels contactés.

28

Les fonctions d’animation et de communication, citées par 30 % des personnes interrogées, montrent l’importance du rôle du praticien comme médiateur entre les utilisateurs et l’information et entre ceux-ci et les technologies. La diversité des sources d’information disponibles renforce le besoin des fonctions de médiation et de communication de l’information. Au moment où les frontières des métiers sont en train de disparaître, la médiation et la communication ont une importance fondamentale.

29

La fonction d’interface entre utilisateurs et informaticiens est citée par 18 % des professionnels. Selon Wormell [15], les praticiens qui ont une expertise dans l’organisation et la récupération de l’information sont mieux à même d’offrir une aide efficace aux utilisateurs. Il en va de même pour tous ceux qui planifient et développent des systèmes d’information. D’après cette auteure, « le rôle que ces professionnels ont dans ce processus est tributaire de leurs expériences et compétences personnelles, ainsi que des compétences techniques et de leur position dans l’organisation, entre autres ». Griffiths, dans son étude de 1998 sur le nouveau professionnel de l’information [8], affirme qu’une des nouvelles compétences de ces professionnels est celle de savoir communiquer avec les spécialistes en technologie.

30

Le petit nombre des professionnels qui ont cité la construction de pages web (15 %) nous a surpris. En effet nous sommes dans un moment où il est fondamental que les informations et les services des unités d’information soient disponibles sur le réseau.

31

En ce qui concerne les fonctions citées dans la rubrique « autres », qui représentent près de 6 %, nous pouvons citer : informations pour les étudiants, modélisation des environnements d’information, organisation de banques de données, organisation de colloques et séminaires, restauration et préservation des documents, édition et collaboration à l’établissement d’une réglementation professionnelle au sein des conselhos de biblioteconomia.

32

La nature des fonctions du professionnel de l’information est donc très diversifiée. Cela signifie que, dans la majorité des cas, ces professionnels exercent plusieurs fonctions en même temps. Cet ensemble d’activités varie selon le nombre de personnes qui travaillent dans chaque unité. Cette réalité confirme la tendance actuelle vérifiée dans tous les domaines de la connaissance où des professionnels exercent des activités de plus en plus diversifiées sur leur lieu de travail [2].

33

Parmi les 106 praticiens qui ont répondu à notre questionnaire, 33 % exercent à la fois des fonctions d’accueil des utilisateurs et de gestion de l’information. Ces deux fonctions sont essentielles dans toute unité documentaire. Le cumul des deux par une seule personne nous amène à confirmer notre déduction précédente selon laquelle il est probable qu’ils travaillent seuls ou avec très peu de personnel.

34

• Connaissances considérées comme importantes pour la formation

35

À cette question, la grande majorité (54 %) a répondu que l’informatique et les technologies sont fondamentales. La construction, la récupération et la diffusion des informations sur Internet est citée par 22 % d’entre eux. Si l’on considère que seulement 15 % des professionnels ont répondu qu’ils utilisent le réseau pour la récupération et la diffusion des informations, il est possible de penser qu’ils jugent n’avoir pas de connaissances suffisantes pour exercer ces activités. Dans un deuxième temps, il sera nécessaire de demander plus de détails sur cette fonction particulière pour affiner ces résultats.

36

Il est intéressant de remarquer que l’analyse de l’information, fonction qui occupe 64 % des professionnels, est citée comme essentielle pour seulement 7 % d’entre eux. Ce qui nous permet de déduire que la plupart de ceux qui ont répondu considèrent avoir des connaissances suffisantes dans ce domaine.

37

À propos de la gestion de l’information, 44 % des interrogés considèrent que cette connaissance est essentielle dans leur travail. Ceci est en conformité avec les travaux de Trelles [14] qui montrent que le professionnel de l’information doit avoir une bonne formation en gestion. Selon cet auteur, il doit être capable d’analyser les politiques de son organisation d’appartenance et de donner la priorité aux utilisateurs. Il doit avoir aussi une capacité d’intégration dans l’environnement de l’organisation dans laquelle il travaille.

38

Le principal objectif des technologies de l’information est de faciliter les processus de communication et de diffusion de l’information. Si l’on considère que, dans le monde actuel, les changements technologiques sont la règle, les fonctions liées aux technologies de l’information sont fondamentales pour les professionnels de l’information.

39

Il est intéressant de voir que 18 % des professionnels qui ont répondu au questionnaire ont mentionné que la psychologie est une connaissance fondamentale dans la formation. À notre avis, cela révèle leur intérêt à mieux comprendre les activités de médiation avec les utilisateurs et les relations avec les collègues.

Conclusion

40

Les résultats de cette recherche sont fondés sur l’étude de 34 % des professionnels diplômés du programme de bibliothéconomie de l’Université fédérale de Santa Catarina (UFSC), dans les dix dernières années. Ils ne peuvent donc pas être généralisés. Toutefois, à partir des résultats obtenus, il est possible de percevoir les tendances d’un profil type du praticien formé à l’UFSC. Il s’agit vraisemblablement d’un professionnel de sexe féminin, qui travaille dans la bibliothèque d’une université privée, à Florianópolis, qui est en poste depuis deux ans et dont l’activité est centrée sur l’analyse, la gestion et le service d’accueil des utilisateurs.

41

Un de nos points de départ, l’existence d’un marché émergent pour le professionnel de l’information, est peu visible parmi les professionnels diplômés par l’UFSC. Cependant, la grande incidence de quelques réponses nous permet quelques déductions.

42

Le fait que les technologies et l’informatique apparaissent en premier dans les contenus cités comme fondamentaux pour les professionnels met en évidence leur impact dans le travail des unités d’information. Ceci nous montre le besoin d’une adaptation rapide aux changements, ce qui a déjà été cité dans les recherches de Cunha [7] et de Tarapanoff [13].

43

Il nous semble important d’établir une comparaison entre les fonctions exercées par les professionnels contactés et les contenus qu’ils considèrent nécessaires pour exercer leur métier. La gestion de l’information, par exemple, citée par 44 % d’entre eux comme fondamentale, est pratiquée par 58 %. Rappelons que les 68 % de la population qui a répondu à l’enquête ont eu leur diplôme entre 1999 et 2002. Il nous semble tout à fait normal que ces praticiens qui ont encore peu d’expérience citent le besoin de connaissance en gestion de l’information. De plus, la reconnaissance de l’importance stratégique de l’information amène les organisations à donner plus d’importance à la gestion intégrée des systèmes et services ainsi qu’au contrôle systématique des flux d’information. Cette importance attribuée à la gestion de l’information et aux technologies nous paraît un message clair pour la formation dispensée à l’UFSC.

44

Une autre conclusion doit être soulignée : les professionnels de l’information continuent, pour la plupart, à développer leurs activités dans des unités traditionnelles. Cependant, il est nécessaire de remarquer que quelques caractéristiques des nouvelles fonctions, comme une plus grande préoccupation de la gestion de l’information, du contact et de la formation des utilisateurs, et plus généralement des activités de communication, sont mises en évidence dans cette recherche.

45

Les travaux de Brittain [4], Wormell [15] et Arevalo [1], entre autres, démontrent qu’il n’existe pas encore une distinction claire entre le marché traditionnel de l’information (bibliothèques, centres de documentation et d’information et archives) et les espaces considérés comme émergents (cabinets privés, maisons d’édition, cabinets de conseil en information, entre autres). Les nouvelles fonctions de l’information apparaissent dans des espaces diversifiés. La difficulté d’établir une différence entre ces espaces est la conséquence de la diversité des rôles que le professionnel doit tenir dans un environnement qui change en permanence.

46

Pour conclure, il nous semble nécessaire de souligner que cette étude corrobore les recherches de Cronin [6], Wormell [15] et Arruda [1], entre autres, parce qu’elle démontre que les connaissances et compétences nécessaires aux professionnels de l’information sont de plus en plus complexes et se situent dans des domaines aussi variés que la gestion, la communication et les nouvelles technologies. Cette diversité est le résultat de la reconnaissance de la valeur de l’information comme bien d’importance fondamentale dans tous les secteurs de la société. Le défi pour les praticiens de l’information dans ce nouveau contexte est donc immense. Il peut être résumé par l’affirmation de Griffiths [8] : « Nous ne sommes pas seulement des pourvoyeurs de services – de bibliothèque ou de technologie de l’information. Nous sommes en train d’aider les individus à faire mieux leur travail. Nous apportons de l’aide pour améliorer l’enseignement, l’apprentissage, l’administration et le commerce. C’est là notre objectif. »

47

En outre, il est nécessaire de souligner que les fonctions considérées comme émergentes par la littérature (gestion, analyse de l’information et communication, entre autres) ne sont pas nouvelles. Elles montrent, surtout, une adaptation des orientations professionnelles en fonction de la diversité et de la complexité croissantes des espaces informationnels.


Références

  • 1 –  AREVALO J. A. “Características del comportamiento del mercado de trabajo en Biblioteconomía, Archivística y Documentación, bienio 98/99”. Anales de Documentación, 2000, n. 3, p. 9-24
  • 2 –  ARRUDA, M. C. C. « Educação, trabalho e o delineamento de novos perfis profissionais: o bibliotecário em questão? ». Ciência da Informação, 2000, v. 29, n. 3
  • 3 –  BRITTAIN, M. Curriculum development in information science to meet the needs of the information industries in the 1990s. Boston, Spa : The British Library, 1989. 220 p.
  • 4 –  BRITTAIN. « Information specialists: new directions for information and training ». Journal of Information Science, 1987, v. 3, n. 6, p. 321-326
  • 5 –  CHEN, C.-C, RASKIN, S. TEBBETS, D. R. « Products of graduate library and information science schools: unadapted resources? » Education for Information, 1984, v. 2, n. 3, p. 163-190
  • 6 –  CRONIN, B. « Information professionals in the digital age ». The International Information and Library Review, 1998, v. 30, n. 1, p. 37-50
  • 7 –  CUNHA, M. V. L’émergence des nouveaux professionnels de l’information : fonctions, compétences, marché. Étude comparée des situations brésilienne et française. Paris: Conservatoire national des arts et métiers, 1998. (Tese de Doutorado em Informação Científica e Técnica)
  • 8 –  GRIFFITHS, J. M. « The new information professional ». Bulletin of the ASIS, 1998, v. 24, n. 3
  • 9 –  JOHNSON, I. M. « Desafios para o desenvolvimento profissional na "Sociedade da informação": algumas respostas das Escolas de Biblioteconomia e Estudos de Informação na Grã-Bretanha ». Informação & Informação, 1998, v. 3, n. 2, p. 7-19
  • 10 –  MOORE, N. The emerging markets for librarians and information workers. Boston, Spa: The British Library, 1987. (Library and information research report ; 56)
  • 11 –  MOORE, N. « Partners in the information society. Library Record, 1999, v. 101, n. 12.
  • 12 –  TARAPANOFF, K. « O profissional da informação em áreas de ciência e tecnologia no Brasil: características e tendências ». Ciência da Informação, 1989, v. 8, n. 2, p. 103-119
  • 13 –  TARAPANOFF, K. Perfil do profissional da informação no Brasil. Brasília: Instituto Evaldo Lodi, 1997
  • 14 –  TRELLES, E. R. « El profesional de la información y su capacitación permanente en un entorno signado por los cambios ». Información, 1998, n. 3/4. http:// eubca1. eubca. edu. uy/ pub/ informatio34#. htm#1
  • 15 –  WORMELL, I. « Habilidades de gerenciamento e de empreendimento na profissão de bibliotecário e cientista da informação ». Informação & Informação, 1999, v. 4, n. 1, p. 7-16

Résumé

Français

Cet article présente les résultats d’une enquête menée auprès des anciens étudiants en bibliothéconomie et sciences de l’information de l’Université fédérale de Santa Catarina, au Brésil : quel est profil de ces professionnels ? Quelles sont les compétences qui leurs sont demandées ? Quelles fonctions exercent-ils vraiment, des fonctions classiques ou émergentes ? L’enseignement dispensé à l’UFSC répond-il à ces besoins ? Sont-ils bien armés pour affronter le nouveau millénaire ? Une version plus développée de ce texte est en ligne sur le site de notre revue, accessible à partir de la notice de cet article : www.adbs.fr/site/publications/documentaliste/num_44_3.php

Plan de l'article

  1. Méthode, définition des critères de l’analyse
  2. Analyse des résultats
  3. Conclusion

Pour citer cet article

Vieira da Cunha Miriam, « Les professionnels de l'information au Brésil. Profil des professionnels diplômés par l'Université fédérale de Santa Catarina », Documentaliste-Sciences de l'Information 3/2007 (Vol. 44) , p. 259-263
URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2007-3-page-259.htm.
DOI : 10.3917/docsi.443.0259.


Article précédent Pages 259 - 263 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback