Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2008/4 (Vol. 45)

  • Pages : 78
  • DOI : 10.3917/docsi.454.0001
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 1 Article suivant
1

Le parcours de la veille, on s’en convaincra en lisant ce numéro, est impressionnant. Partie d’une pratique documentaire ancienne – limitée alors au dépouillement de revues d’abstracts puis de DSI scientifiques, ou encore à l’élaboration de revues de presse papier –, elle s’est affirmée pour devenir une discipline à part entière, dotée de méthodes et d’outils dont elle revendique l’originalité.

2

Mais avant tout, et c’est là sa force, la veille construit une vision de l’entreprise. Et elle en fait une large communication, forte de son statut de valeur médiatique acquis dans le sillage de l’intelligence économique. C’est la vision d’une excellence stratégique de l’entreprise, capable d’anticiper et de se développer grâce à un système d’information adapté à ses besoins.

3

Dans un schéma idéal, ce système d’information mobilise, dans un grand élan collaboratif, un réseau de veilleurs ayant par ailleurs des fonctions très diverses. Il utilise aussi des outils plus ou moins sophistiqués de surveillance du web.

4

Centrée, comme la documentation, sur la transformation d’une même matière première l’information –, la veille met l’accent sur l’analyse à des fins décisionnelles. Séduits par les perspectives opérationnelles de cette nouvelle valorisation de l’information, les décideurs implantent de plus en plus une fonction de veille dans leur entreprise. Dans bien des cas, ces nouveaux services sont demandés aux documentalistes, qui trouvent là un élargissement de leurs activités. Dans d’autres, les deux fonctions veille et documentation cohabitent. Elles doivent alors trouver leur place et définir leurs modalités de collaboration.

Quelles opportunités pour les documentalistes ?

5

Ils doivent à notre avis affirmer leurs fortes compétences de recherche et de management de l’information qui sont l’apanage de la profession et moins systématiquement celui des veilleurs. Une analyse de qualité repose sur une recherche irréprochable et sur la maîtrise des sources pertinentes. Par ailleurs, il faut contrôler et organiser au sein de l’entreprise les flux colossaux d’information qu’engendrent les activités de veille. Deux défis majeurs de l’entreprise d’aujourd’hui pour lesquels le savoir-faire documentaire reste la meilleure réponse.

6

Plus que jamais, nous encourageons les documentalistes à explorer le monde de la veille et à y trouver des opportunités de développement. Le dossier présenté dans ce numéro, riche en analyses et témoignages d’une brûlante actualité réunis par Armelle Thomas, devrait fournir un matériau de choix à leur réflexion. •

Plan de l'article

  1. Quelles opportunités pour les documentalistes ?

Pour citer cet article

Libmann Anne-Marie, « Veille et documentation », Documentaliste-Sciences de l'Information 4/2008 (Vol. 45) , p. 1-1
URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2008-4-page-1.htm.
DOI : 10.3917/docsi.454.0001.


Pages 1 - 1 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback