Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2010/1 (Vol. 47)

  • Pages : 80
  • DOI : 10.3917/docsi.471.0068
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 68 - 69 Article suivant

Quelques références pour aller plus loin

1

Michel ARNAUD. Un habeas corpus numérique. Médium, 2007, n° 13

2

Expliquant la nécessité de dissocier identification et authentification, cet article défend ardemment le principe du recours à un tiers de confiance dans la gestion des identités numériques.

3

Michel ARNAUD et Louise MERZEAU (coord.). Traçabilité et réseaux. Hermès, 2009, n° 53

4

À travers une diversité de points de vue, ce numéro s’efforce de construire la traçabilité numérique comme objet épistémologique, tout en montrant l’évolution des positions sur la protection des données personnelles, des réflexes sécuritaires à la responsabilisation des citoyens.

5

John BATTELLE. The database of intentions. Searchblog, 13 novembre 2003. http://battellemedia.com/archives/000063.php

6

Cet article propose une synthèse des idées développées par Battelle dans son livre The Search, l’un des premiers à mettre en lumière les liens structurels entre la puissance de recherche du moteur, la dissémination de nos données personnelles et la logique de marché.

7

Philippe BUSCHINI. Identité traditionnelle versus identité numérique. 4 décembre 2009, www.buschini.com/2009/12/04/identite-traditionnelle-versus-identite-numerique

8

Excellente synthèse des travaux sur la question, où on retrouve notamment la typologie des degrés de visibilité selon Dominique Cardon.

9

Dominique CARDON. Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0. Réseaux, 2008, n° 152

10

Résultat d’enquêtes auprès des adeptes de réseaux sociaux, cet article important renouvelle la perception des comportements d’exposition de soi sur le Web. Cartes à l’appui, il montre comment l’identité a une valeur relationnelle, à travers différents degrés de visibilité.

11

Fred CAVAZZA. Qu’est-ce que l’identité numérique ? 22 octobre 2006, www.fredcavazza.net/2006

12

Une modélisation de l’identité numérique, devenue référence incontournable, par un observateur perspicace des réseaux.

13

Robert DAMIEN et Paul MATHIAS (coord.). Internet et la société de contrôle : le piège ? Cités, 2009, n° 39

14

Entre inquiétude et insouciance, cette livraison montre qu’il y a une place pour une vigilance philosophique qui n’exclut pas le pragmatisme.

15

Milad DOUEIHI. La grande conversion numérique. Paris : Seuil, 2008

16

Un des rares ouvrages qui fassent le pont entre cultures classique et numérique. Une vision tout à la fois large et précise sur les enjeux épistémologiques, éthiques et politiques des technologies de l’information. À lire pour remettre en perspective les innovations technologiques. [Voir aussi notre numéro 4/2008, p. 73]

17

Gabriel GALLEZOT et Brigitte SIMONNOT (coord.). L’entonnoir. Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication. Préface d’Hervé Le Crosnier. Caen : C&F Éditions, 2009

18

Un ouvrage clair et utile pour mesurer ce que le moteur de recherche est en passe de modifier dans les méthodes d’apprentissage et de travail. À conseiller aux formateurs. [Voir aussi notre numéro 4/2009, p. 72-73]

19

Emmanuel KESSOUS et Serge PROULX. La sécurité dans un monde numérique. Annales des télécommunications, 2007, vol. 62, n° 11/12

20

Ce numéro très riche aborde plusieurs aspects de la dialectique du risque et de la sécurité liée au numérique : Emmanuel Kessous analyse la diffusion des technologies comme l’émergence d’un nouveau système expert ; Meryem Marzouki fait l’hypothèse d’une transformation de la société, d’une situation de « confiance mutuelle » à une situation de « suspicion généralisée » ; Fabrice Mattatia fait la liste des avantages et des inconvénients d’une carte d’identité électronique, etc.

21

Olivier LE DEUFF. Folksonomies : les usagers indexent le web. Bulletin des bibliothèques de France, 2006, t. 51, n° 4, http://bbf.enssib.fr

22

Une synthèse utile sur la question des folksonomies, qui permet de comprendre que la présence numérique est aussi (surtout ?) une affaire de recherche et d’élaboration des connaissances.

23

Yann LEROUX. Jeux d’identités. Psy & Geek, www.psyetgeek.com/jeux-didentites

24

Analyse intéressante des identités et notamment de nos activités numériques tabulées qui permettent de passer d’une application à une autre en changeant également de personnalité. Yann Leroux montre que ce n’est pas un jeu aisé et que le choix d’une identité s’effectue souvent de manière inconsciente : nos tentatives hors du moi sont révélatrices du moi intérieur.

25

Roger T. PEDAUQUE. Le document à la lumière du numérique. Forme, texte, médium. Caen : C&F Éditions, 2006. La redocumentarisation du monde. Toulouse : Cépaduès, 2007

26

Réunissant sous un pseudonyme unique les travaux du réseau thématique pluridisciplinaire RTP-DOC, ces deux ouvrages décrivent les transformations du document à l’ère numérique. Bien qu’il ne porte pas directement sur l’identité, leur lecture permet de comprendre les enjeux de la redocumentarisation, concept central de cette mutation des flux d’information. [Voir aussi notre numéro 2/2007, p. 182]

27

Bertrand SAJUS (coord.). Web 2.0 et information-documentation. Documentaliste – Sciences de l’information, 2009, vol. 46, n° 1

Un bon équilibre entre incitation à développer la présence numérique des professionnels du document et rappel des compétences anciennes à faire valoir pour aborder intelligemment le traitement de l’information à l’ère des réseaux.

Quelques outils

28

Affordance.info. Blog d’Olivier Ertzscheid, http://affordance.typepad.com

29

Un carrefour indispensable, qui ne se contente pas d’exercer une veille quotidienne sur les techniques et les stratégies documentaires à l’ère des moteurs de recherche, mais qui initie d’utiles réflexions sur les enjeux de ces évolutions.

30

Homo numericus. Blog collectif, www.homo-numericus.net

31

Focus et articles de fond alternent sur cet excellent blog collectif qui suit de près les avancées de la révolution numérique. L’un de ses derniers billets (celui du 27 janvier 2010) est d’ailleurs consacré à la « Vie privée sur Internet : état des lieux sur un débat en évolution ».

32

Scripting news. Site de Dave Winer, http://scripting.com

33

Un site remarquable animé par un développeur de premier ordre, avec une voix singulière et séduisante, où l’on peut suivre le développement de technologies (Podcasts, RSS, OPML, etc.) ou discuter la condition de la presse écrite.

Du côté des formations

34

L’offre des consultants

35

Quantité de consultants proposent des services allant du stage d’une journée à la gestion globale de la réputation d’une personne, d’une marque ou d’une société. La plupart de ces offres se cantonnent aux thématiques du personal branding ou de la sécurité des données, et visent plus à vendre des solutions technico-juridiques qu’à former les utilisateurs. Il faut cependant préciser que certains acteurs comme Didier Frochot, qui témoigne ici des activités des Infostratèges (www.les-infostrateges.com), font aussi œuvre d’éducation en prenant une part active dans la réflexion collective sur l’identité numérique.

36

Établissements d’enseignement privé

37

On ne peut pas ne pas citer l’ESC Lille (récemment fusionnée avec CERAM pour devenir la Skema Business School), ni le travail effectué par l’équipe des geemiks (http://mediatheque.esc-lille.fr/index.php?id=04). [Voir aussi notre numéro 3] Bibliothécaires 2.0, ces animatrices de communautés ont rénové la médiation documentaire en y intégrant la dimension de l’identité numérique. À signaler leur e-guide Cultivez votre identité numérique, qui fait aujourd’hui office de manuel de base, et leurs interventions auprès d’organismes comme l’ADBS ou l’ENSSIB.

38

Collectifs et associations

39

Des collectifs comme les Explorateurs du Web, le programme Identités actives (www.identitesactives.net) de la Fédération Internet Nouvelle Génération (FING) ou la 27e Région proposent partout en France des BarCAmps (ateliers-rencontres participatifs) permettant de confronter innovations technologiques et appropriations citoyennes.

40

Organismes publics

41

Destinés à développer dans la communauté universitaire et scientifique la maîtrise des ressources documentaires numériques, les sept Urfist proposent une offre régionale de formation sous forme de stages, ateliers ou interventions à la demande. À titre d’exemple, on peut citer le stage « E-réputation, identités numériques : enjeux, outils, méthodologies » conduit par Olivier Ertzscheid en mai 2010 à l’Urfist de Rennes (www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/sygefor/stage/179).

42

L’Enssib propose des stages de formation continue dont l’axe « La bibliothèque et son public » prend en compte, directement ou indirectement, la problématique de l’identité numérique. (www.enssib.fr/offre-de-formation/formation-continue).

43

Pour finir, rappelons que la plupart des formations initiales en sciences de l’information et de la communication dispensées par les universités abordent la question de la présence numérique sous divers angles, et proposent un nombre croissant de passerelles avec la formation continue.

Notes

[*]

Sélection proposée par Louise Merzeau avec l’ensemble des auteurs de ce dossier

Plan de l'article

  1. Quelques références pour aller plus loin
  2. Quelques outils
  3. Du côté des formations

Pour citer cet article

Merzeau Louise, « Sources et ressources », Documentaliste-Sciences de l'Information 1/2010 (Vol. 47) , p. 68-69
URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2010-1-page-68.htm.
DOI : 10.3917/docsi.471.0068.


Article précédent Pages 68 - 69 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback