Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2011/1 (Vol. 48)

  • Pages : 80
  • DOI : 10.3917/docsi.481.0022
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 22 - 23 Article suivant
1

En novembre 2008, le dossier central de Documentaliste - Sciences de l’information était consacré à la veille et s’intitulait « Pleins feux sur la veille ». Deux ans et demi après, fallait-il à nouveau se focaliser sur le même sujet ? La réponse est clairement : « Oui ! »

2

Oui, parce qu’il s’agit d’un domaine en pleine émergence, comme le montrait le dossier de 2008, un domaine dans lequel les pratiques sont en train de se construire, où les expériences commencent à porter leurs fruits et où la technologie est en permanente ébullition. Et, par conséquent, la rapide obsolescence de l’information, la nécessité de l’actualiser et de la compléter obligent à une vaste mise à jour permanente.

3

Oui, parce que ce dossier a suscité un vif intérêt et donc une demande considérable qui a amené très rapidement à épuiser le tirage, ce qui a pu engendrer une certaine frustration chez un certain nombre de nos lecteurs potentiels.

4

Oui, parce que le phénomène veille est devenu une préoccupation majeure des professionnels de l’information qui se trouvent de plus en plus sollicités par leurs directions générales sur ce sujet.

5

Ainsi l’utilité sinon la nécessité de proposer un nouveau dossier sur ce thème s’est très vite imposée à la rédaction de la revue Documentaliste-SI, qui a cette fois-ci choisi d’aborder le sujet sous un angle un peu différent : « Veille et innovation », ce qui ouvre une nouvelle perspective de réflexion et permet de se situer résolument dans une optique de stratégie et de développement qui est aujourd’hui celle de la plupart des entreprises.

6

En réalité, il faut bien comprendre que l’innovation est la raison principale du considérable développement de la veille depuis vingt ans. En contribuant à la parfaite information des acteurs du « marché », cette veille contribue à aiguiser la concurrence et à stimuler l’innovation, selon un mécanisme aujourd’hui bien connu.

7

En effet, il est clair que la veille peut servir à bien autre chose qu’à l’innovation. Citons ainsi la surveillance de l’évolution des normes et réglementations, l’évolution des parts respectives des différents intervenants d’un marché, le suivi de la jurisprudence en matière juridique, le suivi des organigrammes et des organisations internes des concurrents, la connaissance des actualités véhiculées par la presse nationale et la presse quotidienne régionale, etc. L’ensemble de ces informations et bien d’autres doivent être connues de l’entreprise car elles concourent à définir la stratégie au jour le jour.

8

Il reste cependant que le sort à moyen et long termes de l’entreprise, qui aujourd’hui doit affronter tous azimuts une concurrence exacerbée et sans répit dépend essentiellement de sa capacité à innover et donc en grande partie de sa maîtrise de la veille. Ainsi, même si les autres applications de la veille ont leur importance pour la vie de l’entreprise, on peut sans risquer de se tromper affirmer que le développement de la veille peut en grande partie être attribué aux besoins de l’innovation.

9

Au premier abord, cette approche de la veille en tant qu’outil au service de l’innovation peut apparaître réductrice. Il n’en est rien car, arme défensive et/ou offensive, la veille permet à l’entreprise d’appréhender son environnement, d’éclairer sa route, de définir sa stratégie de développement en prenant en compte l’ensemble des facteurs extérieurs et donc d’innover en minimisant les risques et en optimisant les opportunités. Aussi, il n’est pas de politique d’innovation efficace sans un service de veille compétent et efficient.

10

N’oublions pas, de surcroît, que l’innovation peut être scientifique, technique, commerciale, organisationnelle, sociale ou même politique. La veille doit donc pouvoir porter sur n’importe lequel de ces domaines ou sur tous à la fois, ce qui implique pour les services en question une polyvalence et une capacité d’adaptation tout à fait exceptionnelles. Ainsi, du seul fait de sa complexité et de ses aspects stratégiques, le sujet « Veille et innovation » méritait bien que Documentaliste lui consacre ce cahier spécial.

Panorama, outils, témoignages

11

Nous avons choisi de regrouper les contributions que nous avons sollicitées en trois grands ensembles.

12

Le premier dresse un panorama de la situation, en présentant les fondements et les enjeux, en précisant quelques définitions nécessaires et en donnant quelques repères historiques. Notre objectif étant :

  • d’expliquer clairement ce que l’on entend par innovation, car ce terme est souvent utilisé de façon ambiguë et confondu avec les termes invention ou découverte ;

  • de montrer l’articulation entre veille et innovation, articulation qui n’est pas toujours naturelle et qui nécessite toujours d’être pensée et structurée ;

  • de resituer le problème dans le contexte de l’organisation et du fonctionnement de l’entreprise.

Le deuxième pôle aborde les outils de la veille et la façon dont ils sont utilisés pour l’innovation. Ainsi est présentée la façon dont ces outils interviennent dans les processus de décision et expliquée la manière dont ils vont évoluer avec les nouvelles technologies de l’information, en particulier le Web 2.0.

13

Le troisième chapitre regroupe des témoignages d’utilisateurs de la veille pour l’innovation dans des secteurs économiques divers comme la propriété industrielle, les affaires juridiques et l’industrie pharmaceutique. Ces exemples montrent la variété des formes que peut prendre la veille pour l’innovation suivant les lieux où elle se développe ainsi que la diversité des structures mises en place au sein des entreprises pour l’accueillir.

14

Ces contributions mettent clairement en évidence le rôle majeur des techniques de veille dans le développement des entreprises confrontées à une concurrence exacerbée et mondialisée. Dans ce contexte, comprendre, maîtriser et appliquer ces techniques est devenu une condition indispensable pour innover.

15

Nous espérons que ce dossier, qui se veut à la fois fondamental et pragmatique, vous apportera les connaissances et les éclairages que vous êtes en droit d’attendre sur un sujet d’une telle importance pour l’avenir des entreprises [1][1] Voir notamment le livre de William J. Baumol : The.... •

Notes

[1]

Voir notamment le livre de William J. Baumol : The free market innovation machine: Analyzing the growth miracle of capitalism, Princeton University Press, 2004.

Résumé

Français

« Le développement de la veille peut en grande partie être attribué aux besoins de l’innovation », explique Serge Chambaud dans la présentation de ce dossier qui voudrait en trois points montrer comment se conjuguent veille et innovation pour le développement des entreprises : les fondements et enjeux de la veille pour l’innovation, la veille outil au service de l’innovation, la veille pour l’innovation vue par ceux qui l’exercent sur le terrain.

Pour citer cet article

Chambaud Serge, « Les techniques de veille au service du développement des entreprises », Documentaliste-Sciences de l'Information, 1/2011 (Vol. 48), p. 22-23.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2011-1-page-22.htm
DOI : 10.3917/docsi.481.0022


Article précédent Pages 22 - 23 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback