Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2012/1 (Vol. 49)

  • Pages : 78
  • DOI : 10.3917/docsi.491.0070
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 70 - 71 Article suivant
1

Enquête. Austère ? Complet ? Incontournable ? Trop long ? Nous avons souhaité connaître le ressenti de nos lecteurs en lançant en fin d’année dernière une enquête au travers d’un questionnaire en ligne. En voici les premiers enseignements.

2

Connaître votre avis pour simplement nous assurer que tout va bien avant de poursuivre notre route éditoriale ? Assurément non, car plutôt qu’un miroir, nous avons préféré scruter l’avenir. De manière plus pragmatique, les réponses à cette enquête doivent nous fournir les premiers jalons d’une réflexion indispensable à l’évolution de la revue que vous tenez entre les mains. Mais foin de plan sur la comète, penchons-nous plutôt sur ce que vous avez à nous dire.

3

Première constatation - ne nous le cachons pas - le nombre de répondants est relativement modeste (lire l’encadré sur la méthodologie, mais ceux-ci ont fait preuve d’un bel attachement à leur revue en profitant des champs libres du questionnaire pour nous faire part largement de leurs commentaires, remarques et suggestions.

4

Votre appréciation globale sur le fond est plutôt positive, puisque 37 % des répondants considèrent que la revue « propose un bon équilibre entre approche théorique et retours d’expérience ». La position des répondants quant au positionnement de la revue par rapport à leur environnement professionnel est assez complexe, puisque 17,2 % pensent que celle-ci « n’est pas assez proche des réalités professionnelles », tandis que 15,6 % la jugent « en phase avec [leurs] besoins professionnels. » 15,1 % d’entre eux la perçoivent comme « trop élitiste ». Enfin, il est à noter que seulement 7,8 % la considèrent comme « trop centrée sur le périmètre de l’infodoc ». Un point de vue intéressant dans un contexte de généralisation de l’information où il convient de veiller à ne pas sombrer dans le nombrilisme professionnel.

5

Toujours sur le fond, les commentaires font apparaître un clivage ancien, entre théorie et pratique, recherche et application, qui ressort très régulièrement à propos de la revue : « L’approche théorique est très intéressante mais parfois rébarbative aux yeux de certaines personnes. Davantage de retours d’expérience seraient appréciés » ; « Interventions nombreuses d’universitaires, très intéressantes et importantes, à rééquilibrer avec des professionnels issus d’autres milieux et secteurs d’activité » ; « L’approche théorique est très utile dans nos métiers, mais je trouve que Doc-SI manque parfois un peu de pratique réelle de terrain ». Nous avons donc des progrès à faire en ce qui concerne la ligne éditoriale et le pari des prochaines années est d’aboutir à une formule qui mêlerait habilement recherche fondamentale, appliquée et pratiques professionnelles. Tel un cerveau performant aux deux hémisphères travaillant de concert, cet équilibre devrait s’avérer profitable à l’ensemble des communautés professionnelles de l’info-doc.

6

Sur la forme, plus de la moitié (53,8 %) des répondants pensent que la revue « offre une maquette agréable pour une revue spécialisée ». 14,5 % estiment toutefois que sa « présentation [est] austère ». Pourtant, seuls 9,5 % déplorent qu’il n’y ait « pas assez d’illustrations » et 5,7 % qu’elle « manque de couleurs ». Pour ce qui concerne les articles eux-mêmes, 11,4 % les jugent « trop longs ». Plusieurs remarques libres sont relatives à la taille des caractères (« Et pourtant je n’ai pas de problème de vision ! », tient-on à nous préciser) et à la densité des pages. On notera un vibrant appel à la concision : « Ne pas enlever d’information, mais dire autant ou plus, avec moins de mots ?… » Un conseil que l’on pourrait peut-être suivre en faisant davantage appel aux infographies, en fort développement sur le Web actuellement.

7

Entrons maintenant un peu plus dans le détail des rubriques. Celles que vous lisez « en priorité » sont le dossier (35,9 %) et « Méthodes, techniques et outils » (31,7 %). Que le dossier arrive en tête est bien cohérent avec la dernière refonte de la revue qui créait en son cœur un dossier de 40 pages sur une problématique proche des professionnels de l’information. À l’inverse, une large part d’entre vous lit les rubriques « Droit de l’information » et « Notes de lecture » en dernier (respectivement 19 et 46,5 %). Un ordre de lecture peu surprenant pour cette dernière rubrique « froide », ouvrant sur d’autres lectures à plus long terme, mais qui pourrait certainement évoluer (des recensions plus courtes, permettant de faire figurer dans chaque livraison plus d’ouvrages et plus récents).

8

Concernant l’intérêt que vous manifestez à l’égard de ces mêmes rubriques, on retrouve en tête « Méthodes, techniques et outils » (40,8 %), puis le dossier (35,9 %) suivi par « Métiers et compétences » (28,1 %). La rubrique « Droit de l’information », qui n’est généralement pas lue la première, n’est pas pour autant considérée globalement comme inintéressante, puisque 49,3 % des répondants lui attribuent les deux meilleures notes d’intérêt. On remarquera enfin que l’intérêt pour l’article de recherche en sciences de l’information se répartit de manière relativement équitable (avec une amplitude allant de 15 à 24 %) entre les 5 niveaux proposés par le questionnaire.

9

Vous souhaiteriez voir plus développées les rubriques « Méthodes, techniques et outils » (44,6 % des répondants), « Métiers et compétences » (22,3 %) et « Recherche en sciences de l’information » (13,8 %)

10

Beaucoup de suggestions ont été formulées quant à de nouvelles rubriques à créer. Sans prétendre à l’exhaustivité, difficile à atteindre dans le cas d’une question ouverte, on peut néanmoins distinguer trois grands besoins exprimés, qu’il conviendrait de satisfaire soit par le biais d’une nouvelle rubrique en tant que telle, soit au travers des rubriques déjà existantes. On nous réclame des trucs, astuces, « tips & tricks », tutoriels, présentation d’outils, voire fiches pratiques (« défendre son budget », par exemple). Des retours d’expérience et des portraits de professionnels sont aussi demandés, enfin pas par tout le monde (« Surtout pas de témoignage ni de portrait s’il vous plaît ! »). Enfin, le troisième axe fort pourrait se situer autour de la présentation de lieux et d’entreprises exemplaires dans le domaine de l’info-doc. À noter une proposition très concrète : « Une rubrique de réflexion sociologique, philosophique, historique sur les mutations de l’info-doc par le numérique ».

Méthodologie de l’enquête

Notre enquête s’est déroulée durant les mois de novembre et décembre 2011. 143 personnes y ont répondu dont 142 par le biais du questionnaire en ligne, et 1 par le questionnaire imprimé dans le numéro de septembre 2011. Les questions étaient de type question à choix multiple, classement ou bien encore commentaire libre.

11

Sur le plan des usages, 64,1 % des répondants n’ont pas recours à la possibilité d’accéder aux articles en PDF sur notre site et 66,9 % ne sont pas intéressés par un abonnement exclusivement numérique. Un bilan assez étonnant qu’il conviendrait de creuser ultérieurement, tant les explications peuvent être nombreuses : notre lectorat pratique peu le numérique (!), l’existence de versions numériques est peu connue, le traitement de la revue et sa périodicité ne sont guère adaptés à la lecture numérique…

12

Le titre de la revue revient souvent dans les discussions relatives à l’évolution du titre, « Documentaliste » étant souvent perçu comme trop restrictif par rapport à l’éventail de fonctions qu’assument aujourd’hui les professionnels de l’information et par le fait que ces mêmes fonctions sont parfois prises en charge par d’autres catégories de professionnels. Plus du tiers de répondants (37,3 %) estiment en effet que ce titre « doit évoluer » ; il n’est d’ailleurs « en phase avec les évolutions de la société de l’information » que pour 9,9 % d’entre eux. 26,8 % déclarent qu’il « correspond au contenu de la revue » et 26 % qu’il « correspond à son lectorat (ou ce qu’ils en supposent) ». Beaucoup de commentaires quant au titre, mais peu de suggestions très concrètes, « clés en mains », qui pourraient nous épargner un long processus de brainstorming. Même la deuxième partie du titre, « sciences de l’information », n’est pas épargnée (« C’est prétentieux, ennuyeux et trop éloigné du besoin des acteurs de terrain »). Voici en vrac quelques propositions : « Gestion (ou management) de l’information », « Information et innovation », « Information et stratégies », « Infodoc », « Métiers et sciences de l’information ».

13

Enfin, les « quelques mots » que vous employez pour parler de DocSI résonnent pour la plupart très agréablement à nos oreilles : « Une des revues incontournables dans le domaine, en français », « offre une diversité d’approches incluant la recherche aussi bien que les aspects pratiques de nos métiers. Quand on la lit, on se sent légitimé dans son rôle de documentaliste », « de référence », « agréable », « austère », « sérieuse et sobre ». Parfois les commentaires se font plus blasés : « Finalement un truc qu’on a toujours connu, qu’on regarde plus par obligation que par plaisir, qu’on n’ose pas totalement abandonner non plus. Fait partie du décor (depuis trop longtemps)… mais pas vraiment ?bandant? ». Allez, pour finir, nous ne saurions vous laisser sans vous faire partager cette sentence lapidaire devant laquelle nous sommes restés quelque peu perplexes : « Beau. Lourd. » À méditer !

Pour citer cet article

Roumieux Olivier, « Que pensez-vous de Documentaliste – Sciences de l'information? », Documentaliste-Sciences de l'Information 1/2012 (Vol. 49) , p. 70-71
URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2012-1-page-70.htm.
DOI : 10.3917/docsi.491.0070.


Article précédent Pages 70 - 71 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback