Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2012/2 (Vol. 49)

  • Pages : 78
  • DOI : 10.3917/docsi.492.0024
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 24 - 25 Article suivant
1

Le KM dans sa forme actuelle a vu le jour dans les années 1980, à la fin des « Trente glorieuses », lorsque l’offre a dépassé fortement la demande et que les entreprises ont dû développer des avantages concurrentiels durables, puis mettre en œuvre des actions d’amélioration continue de la qualité des produits et services.

L’évolution récente du contexte du KM

2

Les entreprises françaises ont dû faire face à nombre d’évolutions, parfois brutales, notamment :

  • démographie de l’entreprise : départ des baby boomers, arrivée de la Gen Y [3][3] Gen Y : personnes nées entre 1980 et 2000. La génération... ;

  • évolution du travail : développement des services, entreprise étendue, travail à distance, collaboration, réseaux sociaux, difficultés pour attirer et fidéliser les collaborateurs ;

  • explosion des technologies liées à Internet : vidéo, smartphones, tablettes, outils synchrones et asynchrones, réalité virtuelle augmentée, objets intelligents ;

  • internationalisation et croissance externe des groupes : équipes géographiquement éclatées, nécessité de collaborer à distance, de gérer les relations interculturelles et de conjuguer pensée globale et action locale ;

  • augmentation exponentielle des volumes de données, Big Data et Open Data [4][4] Open data : données publiques ouvertes : apports et impacts sur le décisionnel, et nécessité d’éviter les avalanches d’informations non coordonnées sur les opérationnels.

Ces évolutions ont modifié les stratégies et le management des entreprises, auxquels le KM est de plus en plus associé.

Activités et métiers du KM aujourd’hui

3

Le KM a d’abord longtemps été centré sur la gestion documentaire, et la conservation de la mémoire de l’entreprise. Axée « outil », la fonction a ainsi souvent été confiée aux directions informatiques. Aujourd’hui, le KM est de plus en plus porté par le business et le marketing, les ressources humaines, les unités de R&D. C’est souvent une activité transverse, fonctionnant en réseau avec une unité centrale très légère et des acteurs dans tous les métiers et pays.

4

Le KM intervient sur l’ensemble du cycle de la connaissance et activités liées. À l’intérieur de l’entreprise, il couvre deux pôles : connaissances des personnes et expériences acquises dans les projets. Il s’étend aussi à l’extérieur de l’entreprise vers les concurrents et les partenaires industriels ou académiques, à travers l’intelligence économique, la veille, la collaboration-coopétition, l’open innovation[5][5] L’open innovation utilise le Web et le crowdsourcing.... Les projets comportent presque toujours un volet de conduite du changement, pour inciter les acteurs à collaborer.

5

Les difficultés que rencontrent les projets sont de plusieurs ordres :

  • la pression des objectifs à court terme est forte : seules les actions « flash » avec des résultats rapides ont facilement du succès ;

  • l’engagement des collaborateurs n’est pas spontané : il n’est acquis que si l’action proposée a du sens pour eux et s’inscrit dans un « écosystème » propice : confiance, climat managérial, accès facile, rapport gain/effort positif. Mais quand les équipes adhèrent, l’effet est souvent fort et durable ;

  • le management supérieur intègre peu l’importance des actions de contingence. Il pratique la pensée magique : « je veux, je le dis, ils entendent et appliquent ». Mais quand il prend en compte cette dimension, c’est un levier très fort d’exemplarité, qui renforce l’effet d’attachement au leader ;

  • le management intermédiaire est souvent débordé et se retrouve dépassé : il essaye de préserver une parcelle d’autorité, en tentant de garder la primeur de l’information. Mais quand il trouve son équilibre, quel formidable relais de sens, d’enthousiasme, de dynamisme et d’absorption du stress !

Tag cloud du KM

Tendances, perspectives, nouveaux défis

6

Le KM « écureuil », qui accumule de manière systématique un maximum de connaissances, disparaît en faveur d’un KM orienté informationaction. Les activités longtemps centrées sur les documents (systèmes « documents centric ») s’ouvrent aux connaissances liées aux personnes (dispositifs « people centric »). Les thèmes les plus courants aujourd’hui sont notamment :

  • l’innovation produits, usages, process ; l’open innovation

  • la mémoire dynamique de l’entreprise

  • le partage des bonnes pratiques, des savoir-faire du terrain

  • l’entraide de pair à pair

  • les réseaux sociaux, les conversations, les communautés d’intérêt ou de pratique

  • l’aide à la gestion du Big data et de l’Open data.

Le knowledge manager connaît depuis longtemps le défi permanent qui consiste à transporter la connaissance dans le temps et l’espace mais, aujourd’hui, il est confronté à de nouveaux enjeux, apparus récemment avec les évolutions de l’entreprise :

  • gérer la connaissance dans des organisations qui comptent désormais 4 générations, ce qui implique de développer le KM intergénérationnel ;

  • lutter contre l’infobésité pour pouvoir fournir « la bonne information à la bonne personne au bon moment » ;

  • accompagner la transformation des structures, de l’organisation et du travail avec notamment le développement des knowledge workers et des entreprises étendues.

Le knowledge manager a encore beaucoup de travail pour ces prochaines années !

Notes

[1]

Sérendipité (traduction Walpole 1754) : « Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à l a recherche de quelque chose d’autre »

[2]

Compagnonnage : classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2010 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00011&RL=00441

[3]

Gen Y : personnes nées entre 1980 et 2000. La génération X : née entre 1960 et 1979. Baby boomers : personnes nées entre 1945 et 1960.

[4]

Open data : données publiques ouvertes

[5]

L’open innovation utilise le Web et le crowdsourcing (« externalisation ouverte »), qui consiste à mobiliser l’intelligence d’un grand nombre d’experts pour résoudre des problèmes. Voir Hypios http://www.hypios.com - (Source Netexplo).

Résumé

Français

450.000 ans avant notre ère, l’Homo erectus découvrait le feu. Il expérimentait en même temps la sérendipité [1], puis rapidement la transmission des connaissances puisqu’il fallait assurer la survie et la sécurité de la tribu. Au cours des siècles, la transmission des connaissances s’est ainsi organisée sous diverses formes, notamment le compagnonnage [2], ancêtre du KM. Aujourd’hui, le KM est de plus en plus associé à la stratégie et au management des entreprises, confrontées à un environnement qui les oblige sans cesse à évoluer.

English

Knowledge Management, a familiar concern both yesterday and todayKnowledge transmission over the centuries has taken different forms such as the guild - an ancestor of KM. Often informal, KM really took off in the 1980s. Today KM is increasingly associated with corporate strategy and management to meet the challenges of an everchanging environment.

Español

La gestión del conocimiento, una antigua preocupación que siempre está de actualidadA lo largo de los siglos, la transmisión del conocimiento se ha organizado de diversas formas, especialmente en las asociaciones de los oficios, el ancestro de la gestión del conocimiento. Aunque lleva practicándose mucho tiempo, a menudo no formalmente, la gestión del conocimiento empieza a desarrollarse realmente durante la década de los 80. Actualmente, está más asociada a la estrategia y gestión de las empresas que se enfrentan a un entorno en continua evolución.

Deutsch

Das Knowledge Management (KM), ein altes aber immer noch aktuelles ThemaIm Laufe der Jahrhunderte war die Wissensvermittlung in verschiedenen Formen organisiert worden, unter anderem in Form von Arbeitsgefährten, den Vorläufern des KM. Wenngleich sie seit langem praktiziert wurde, oft in informeller Weise, hat das KM seinen eigentlichen Durchbruch in der 80er Jahren erfahren. Heute ist es immer stärker an Unternehmensstrategien und -management gekoppelt, die sich in einer ständigen wechselnden Umgebung befinden.

Plan de l'article

  1. L’évolution récente du contexte du KM
  2. Activités et métiers du KM aujourd’hui
  3. Tendances, perspectives, nouveaux défis

Pour citer cet article

Prével Pierre, « Le KM, une préoccupation fort ancienne mais toujours d'actualité », Documentaliste-Sciences de l'Information, 2/2012 (Vol. 49), p. 24-25.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2012-2-page-24.htm
DOI : 10.3917/docsi.492.0024


Article précédent Pages 24 - 25 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback