Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2013/4 (Vol. 50)

  • Pages : 80
  • DOI : 10.3917/docsi.504.0001
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 1 Article suivant
1

La science fiction s’appuie sur des connaissances actuelles ; l’exercice est très sérieux. Et les 50 ans de l’ADBS méritaient que l’on se penche sur l’avenir. « Dans 50 ans, la mort de l’information ? », s’interrogeait-on dans une émission récente de France Culture. Il s’agissait ici de journalisme et de journalistes. En 2063, les professionnels de l’information seront-ils relégués à une période du passé ? Il existe bien toujours des maréchaux-ferrants et, dans les pays riches, les pousse-pousse qu’on pensait disparus à jamais réapparaissent. Passé, présent, avenir... le paysage se trouble.

2

N’est pas Isaac Asimov - qui s’était exercé à ce type de projection en 1964 - qui veut. En 1965, le monde de l’an 2000 que j’imaginais ressemblait à Métropolis et on était habillé en Courrèges. L’exercice conduit souvent à s’attarder sur le présent ou à s’enliser dans le passé. Dans un monde qui évolue de plus en plus rapidement, se projeter dans 50 ans est une gageure folle lorsqu’on sait que parmi les projets de Google figurent déjà, à côté des lunettes connectées (une banalité), les voitures sans chauffeur, l’ascenseur pour l’espace [1][1] http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/proje..., etc. et que Google est sur le point de lire dans nos pensées [2][2] http://fr.news.yahoo.com/google-now-l-39-applicati.... En 2063, ceci appartiendra déjà au passé.

3

Voir ce que d’autres ne voient pas. Sans le savoir, nous côtoyons peut-être le futur. Beethoven imaginait que sa sonate Hammerklavier, trop dérangeante pour ses contemporains, ne serait jouée que 50 ans après sa création. Quels indices pour savoir comment nous gérerons dans le futur l’information, cette matière première essentielle ? 2063 : la barre était haute mais tous les auteurs contactés ont accepté de relever le défi, souvent avec enthousiasme.

4

Le passé, si proche et si lointain, une source d’inspiration. Vous souvenez-vous de la nétiquette ? C’était il y a 20 ans… L’article de recherche sur les modes d’emploi de l’Internet avant le Web, bien au-delà de la nostalgie, est un retour édifiant. Être à l’écoute des évolutions et se pencher ainsi sur les hig frequency documents, ceux qui circulent vraiment sur les réseaux mais au statut documentaire flou. Flou aussi des développements, comme on le constatera, avec les défis du libre accès (ou lorsque rien n’est simple). D’autres articles s’emploient à préparer l’avenir : c’est le cas du bilan de positionnement professionnel pour maîtriser le changement, des informations recueillies au niveau mondial pour orienter le positionnement stratégique de nos métiers, ou encore de la présentation de métiers déjà créés autour du Big Data.

5

D’autres articles, enfin, présentent la numérisation menée par l’École des Ponts et chaussées et un outil de mesure des usages, ou visent à vous sensibiliser à la déclaration de vos fichiers à la Cnil (sous peine de surprise), à la gestion de votre propriété intellectuelle et à la valorisation de votre fonds de commerce virtuel (vous y gagnerez). Nous n’oublions jamais les préoccupations du moment.

Notes

Pour citer cet article

Battisti Michèle, « Et si on faisait un peu de science fiction ? », Documentaliste-Sciences de l'Information 4/2013 (Vol. 50) , p. 1-1
URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2013-4-page-1.htm.
DOI : 10.3917/docsi.504.0001.


Pages 1 - 1 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback