Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2014/3 (Vol. 51)

  • Pages : 80
  • DOI : 10.3917/docsi.513.0057
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 57 - 58 Article suivant

1

Rares sont les activités qui échappent au risque concurrentiel, si l’on considère que ce risque se traduit par un détournement, même partiel, de clientèle et qu’il peut avoir des origines multiples. Ainsi, lorsque le PMU était encore un opérateur hippique en situation de monopole, le risque concurrentiel prenait la forme d’autres jeux d’argent, d’autres activités de loisirs, et en particulier celle consistant à ne pas jouer du tout. Dès lors, contenir le risque concurrentiel est une activité multiforme qui s’appuie à la fois sur la richesse de la diversité des compétences des collaborateurs de l’entreprise et sur leur vigilance organisée. C’est là que se situe le défi relevé par les équipes de veille concurrentielle.

2

À cette veille, qui repose sur l’exploitation de multiples ressources accessibles, s’ajoutent tous les éléments recueillis dans des cadres moins formels comme les contacts établis sur le terrain auprès de partenaires, de prospects, de concurrents. Il revient donc aux équipes de veille concurrentielle de concevoir et de faire vivre la dynamique de diffusion et d’enrichissement des contenus. Pour le PMU, le recours à une plateforme de veille collaborative s’est naturellement inséré en 2010 dans le contexte d’ouverture du marché français des jeux en ligne, marquant notamment la fin du monopole des paris hippiques en ligne, mais aussi le point de départ de la diversification de l’offre du PMU vers des offres de paris sportifs et de poker en ligne.

Une collaboration indispensable

3

Les analyses du marché international des jeux réalisées par les quatre experts de l’équipe s’accompagnent d’une remise en contexte et d’un éclairage des problématiques à l’œuvre. Elles sont diffusées par e-newsletters dans des formats quotidiens, hebdomadaires et mensuels, adressés à près de 200 collaborateurs sur les 1 400 que compte le PMU.

4

Chacun de ces destinataires peut alors, par le biais de commentaires qui deviennent visibles à tous, apporter un éclairage particulier, établir un parallèle ou solliciter des investigations complémentaires. La plate-forme collaborative de Knowledge Plaza (KP) a été choisie pour cela. En quelques semaines, cet outil permettant de partager, enrichir et restituer l’expertise des uns et des autres s’est inséré dans le fonctionnement. En intégrant dans son ergonomie les dynamiques très intuitives des réseaux sociaux, KP a permis à des contributeurs ponctuels de naviguer facilement et d’intégrer à la plateforme leurs propres contenus, en particulier les comptes rendus de mission.

Une structuration agile

5

La plateforme de veille s’appuie sur un découpage en espaces auxquels les contenus sont affectés et qui permet à un contenu d’être accessible depuis plusieurs espaces. Les membres de la plateforme disposent alors d’un accès modulable en fonction de leurs centres d’intérêt ou de leur spécialité : consultation, contribution, ou accès restreint.

6

La navigation en texte intégral se double d’une navigation dans les contenus combinant les espaces et les mots-clés (tags) qui jouent un rôle pivot dans KP. Les mots-clés en effet peuvent être utilisés pour effectuer des recherches ponctuelles, pour créer des flux de diffusion périodiques ciblés, mais aussi pour générer des flux venant enrichir et actualiser les contenus déjà créés au sein même de la plateforme.

7

La veille est ainsi au cœur d’une sorte de réaction en chaîne dont l’unité élémentaire est une analyse réalisée dans une dynamique collaborative et dont le résultat peut être une simple étincelle ou une réelle opportunité face à des risques identifiés.

Résumé

Français

[Focus]La veille concurrentielle suppose de mobiliser toute l’information pertinente d’un secteur d’activité et de partager les problématiques induites. Un challenge, y compris au PMU qui a fait de l’« agilité » son cheval de bataille.

Plan de l'article

  1. Une collaboration indispensable
  2. Une structuration agile

Pour citer cet article

Duizabo Monique, « Contenir le risque concurrentiel avec une veille agile », Documentaliste-Sciences de l'Information, 3/2014 (Vol. 51), p. 57-58.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2014-3-page-57.htm
DOI : 10.3917/docsi.513.0057


Article précédent Pages 57 - 58 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback