Accueil Revues Revue Numéro Article

Documentaliste-Sciences de l'Information

2014/4 (Vol. 51)

  • Pages : 84
  • DOI : 10.3917/docsi.514.0019
  • Éditeur : A.D.B.S.

ALERTES EMAIL - REVUE Documentaliste-Sciences de l'Information

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 19 - 21 Article suivant
1

L’essor du commerce électronique multicanal (mobile, tablette) implique une illustration qualitative de tous les produits vendus en ligne ainsi que le développement de stratégies marketing innovantes pour présenter des produits. Les e-consommateurs sont de plus en plus avisés et exigeants ! Personne n’est dupe, l’absence d’image associée aux produits vendus en ligne se traduit automatiquement par une « non vente ». Le Web est un canal de vente à part entière où les e-commerçants se doivent de proposer leurs produits dans des conditions proches de l’achat en magasin.

Quels sont les enjeux de l’image ?

2

Devant les difficultés liées à l’échange d’une « image produit » de qualité sur les sites de e-commerce, industriels et distributeurs se sont réunis autour de GS1 (voir encadré) en 2010 pour mener une étude sur les pratiques d’échanges de support multimédia (photo, vidéo, son, animation 3 D). L’étude a mis en évidence un besoin d’échanges pour le média image tout en soulignant une demande croissante pour les vidéos et animations 360°. Le second enjeu, particulièrement critique, concerne les pratiques actuelles d’échange et de gestion des fichiers multimédias.

3

Les échanges multimédias se pratiquent souvent de manière artisanale et non coordonnée. Il y a un décalage important entre les fichiers multimédias fournis par l’industriel et les besoins du distributeur. Perte de temps et d’efficacité, les images sont généralement retravaillées par l’industriel pour chaque distributeur et transmises par courrier électronique, CD/DVD ou clé USB. Dans 90 % des cas, ces visuels sont retouchés par le distributeur. Autre effet pervers, les délais d’obtention d’un visuel varient selon le degré de relation et le mode de fonctionnement des industriels, ce qui allonge les temps de mise en ligne des nouveaux produits. Face à ce constat alarmant, les parties prenantes ont mesuré les gains potentiels liés à la mise en place d’un standard d’échange d’image.

De Gencod à GS1

Créée par des entreprises pour des entreprises, l’organisation internationale GS1 (anciennement Gencod) s’est attachée, dès l’origine, à la mise au point, à la diffusion et à la promotion d’un langage commun fondé sur des standards éprouvés, reconnus et adaptés aux besoins de chacun des intervenants de la chaîne d’approvisionnement.

Depuis 40 ans, l’organisation offre un espace de concertation, neutre et paritaire où chaque secteur contribue au développement et à la mise en œuvre des standards d’échanges d’informations. GS1, qui réunit plus de 35 000 sociétés adhérentes en France, est présente dans 111 pays.

Les bénéfices

4

Adopter une solution standardisée pour échanger ses images, c’est réduire ses coûts de gestion et optimiser ceux liés à la prise d’image. Le principe est simple : un minimum d’organisation pour un maximum de rentabilité. Les gains potentiels ont été estimés à environ 700 000 € pour 100 000 visuels pour les distributeurs et 25 000 € pour 1 000 visuels pour les industriels [1][1] Les résultats du pilote réalisé pour valider la pertinence....

5

La standardisation n’a de sens que si elle apporte une plus-value au « métier », notamment en termes de couverture produits, de temps passé et de budget alloué. L’idée est de laisser à l’industriel la responsabilité de réaliser les visuels de ses produits. Il maîtrise ainsi son image de marque et garde une cohérence dans son discours marketing. Le distributeur est assuré d’avoir au moins une image de qualité pour illustrer ce produit sur son site de vente à distance.

Figure 1 - Réduction des coûts de gestion pour les industriels Figure 1
Figure 2 - Réduction des coûts de gestion pour les distributeurs Figure 2

Un guide des échanges multimédia pour une solution standard

6

La standardisation de l’image passe par trois processus clés.

  • La création de l’image : elle doit répondre à un cahier des charges unique permettant aux acteurs de traiter des images aux caractéristiques homogènes. Ceci suppose de définir des critères communs à toutes les images échangées : format, taille, angle de prise de vue des produits, etc.

  • L’échange de l’image : il s’agit d’adopter une solution centralisant les échanges d’images pour mettre fin à la diversité des canaux de transmission actuellement utilisés (courriel, CD/DVD, clé USB).

  • Le stockage de l’image : il s’agit d’uniformiser le nommage des images échangées pour mieux gérer et organiser les bases d’images. Le nom de l’image constitue la donnée clé pour retrouver l’image d’un produit dans une base de milliers d’images de produits différents.

Les clés du succès

7

Le standard Image proposé par l’organisation mondiale GS1 [2][2]  www.publications.gs1.fr , c’est l’opportunité de faire converger les besoins des distributeurs et donc la possibilité pour l’industriel, sur le long terme, de s’organiser de manière performante et optimale pour répondre à ce besoin unifié. Grâce à cette solution, après s’être conformés aux recommandations du cahier des charges commun, les industriels diffusent leurs images, accompagnées de métadonnées, à l’ensemble de leurs clients. Ce processus permettra aux distributeurs d’illustrer leurs produits avec des visuels à jour et de meilleure qualité et donc de mieux vendre.

Le Guide technique des échanges multimédias

Ce guide de bonnes pratiques accompagne industriels et distributeurs ayant un projet d’industrialisation de leurs échanges d’images. Il concerne avant tout les images 2D représentant un seul produit destinées au web. Le standard Image y est présenté en 3 parties.

  1. Les recommandations sur les caractéristiques de l’image comme la définition, le ratio, le format, le poids, etc.

  2. Les données descriptives associées à l’image (métadonnées) au niveau du support d’échange comme le type de contenu, l’angle de prise de vue ou la date de début de validité du visuel

  3. Les règles de nommage des fichiers images pour identifier la photo de manière unique dans la base image

Notes

[1]

Les résultats du pilote réalisé pour valider la pertinence de la solution définie ont montré que, du côté industriel, ce sont les coûts de centralisation, recherche et gestion des images qui sont réduits ; du côté distributeur, les coûts de prise d’images disparaissent, les coûts de mise en forme/retouche diminuent car les images respectent le cahier des charges.

Résumé

Français

[marketing] Reproduire sur Internet la liberté de choix en magasin est un défi pour les distributeurs. Un standard Image doit faciliter les échanges de supports multimédia et diminuer les coûts.

Plan de l'article

  1. Quels sont les enjeux de l’image ?
  2. Les bénéfices
  3. Un guide des échanges multimédia pour une solution standard
  4. Les clés du succès

Pour citer cet article

Couty Benjamin, Hachemaoui Imane, Taleb Nadia, « Un guide technique des échanges multimédias », Documentaliste-Sciences de l'Information, 4/2014 (Vol. 51), p. 19-21.

URL : http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2014-4-page-19.htm
DOI : 10.3917/docsi.514.0019


Article précédent Pages 19 - 21 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback