Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Géocarrefour

2013/2 (Vol. 88)


ALERTES EMAIL - REVUE Géocarrefour

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 147 - 158

Résumé

English

Circular migration and trans-national family relations: the example of Moroccan female agricultural workers at Huelva (Spain)This paper examines the entrepreneurial activities of female migrants in the informal artisanal fishing sector along the coastal line of Congo-Brazzaville. It shows the extent to which these women have achieved an insertion into a market niche, fish smoking, which builds on the livelihoods of co-ethnic migrant fishermen. Women rely on the fish supplied by male migrants including their husbands to run their fish smoking activities. In return, they re-invest part of the proceeds in their husbands’ fishing business. This interdependency of livelihoods reflects a reconstruction of gender-relations within the household which links matrimony to migration as an asset-accumulation strategy. The observed patterns in enterprising amply support the view that vulnerable households are capable of mobilising additional labour – in this case women’s labour – in order to diversify their sources of income. The paper also demonstrates how inter-spouses partnering generate cohesion within the household and provides a mechanism for pooling income and other resources and for sharing business risks. In this regard, the household can be perceived as safety net and migration is indeed a strategy through which assets are accumulated in the host society. Little evidence has however come from the paper to suggest an effective emancipation and social autonomy on the side of the entrepreneurial woman. The relations of subordination seem to prevail, although less intense than before.

Mots-clés (en)

  • entrepreneurial female migration
  • informal economy
  • fish smoking
  • coastal fishery
  • intra-household relations
  • Pointe Noire city

Français

L’article porte sur les femmes entrepreneures dans le secteur informel de la pêche côtière au Congo-Brazzaville. Il s’agit de femmes migrantes vivant au sein d’une communauté de pêcheurs installée dans la périphérie rurale de la ville de Pointe-Noire. Les observations menées à partir d’une collecte qualitative suivie montrent dans quelle mesure ces femmes ont réussi à s’insérer dans un créneau de marché qui s’articule autour des activités de pêche impliquant des hommes migrants de même origine ethnique. Les femmes migrantes s’approvisionnent en poisson frais auprès de ces migrants, dont leurs époux font partie, pour mener à bien leurs entreprises de fumage de poisson et y faire fortune. En retour, elles investissent une partie ou la totalité des recettes dans l’entreprise de pêche de leurs maris. Cette interdépendance des moyens d’existence reflète dans une large mesure une reconstruction des rapports de genre qui lie le mariage ou la formation des unions à la migration des hommes et des femmes, lorsque cette dernière est considérée comme un moyen d’accumulation des ressources. Les formes d’échanges observées entre époux dans l’entrepreneuriat au sein de ces ménages de migrants, dont la plupart sont en situation de vulnérabilité, confirment que ces ménages sont capables de mobiliser les ressources dont ils disposent, notamment la force de travail supplémentaire (en l’occurrence, des femmes) pour diversifier leurs sources de revenus. L’article démontre aussi de quelle manière ce partenariat entre époux contribue à une certaine cohésion au sein du ménage et constitue un moyen pour mettre en commun les capitaux puis partager les risques auxquels fait face leur entreprise. De cette manière, le ménage peut être considéré comme un gage de sécurité et la migration comme une stratégie à travers laquelle certains biens, monétaires notamment, sont acquis. Cette étude ne fournit cependant pas la preuve que ce partenariat homme-femme produit effectivement une émancipation et un changement de statut social des femmes entrepreneures. Les rapports de subordination prévalent, même s’ils semblent moins intenses que ceux que l’on pourrait observer en l’absence ces stratégies.

Mots-clés (fr)

  • entrepreneuriat féminin
  • migration
  • pêche côtière
  • fumage de poisson
  • rapports de genre au sein du ménage
  • Pointe-Noire
  • Congo-Brazzaville

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback