Accueil Revues Revue Numéro Article

Gestion et management public

2012/1 (Volume 1/n°1)

  • Pages : 64
  • DOI : 10.3917/gmp.001.0001
  • Éditeur : AIRMAP

ALERTES EMAIL - REVUE Gestion et management public

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 2 Article suivant
1

Ce premier numéro de la nouvelle version de la revue Gestion et Management Public, apporte un éclairage nouveau sur la problématique de la stratégie et de la gouvernance publiques ainsi que de ses acteurs.

2

Ce thème est primordial pour les collectivités territoriales qui ont d’importantes compétences en termes de gestion et de valorisation des ressources des territoires. Les questions posées dans les articles sur la marque territoire ou sur le SCOT s’inscrivent dans un courant de recherche fécond sur la gouvernance territoriale qui marque le passage d’une action publique centralisée et descendante – essentiellement définie aux sommets de l’Etat et ensuite déclinée localement – à des formes d’action plus ouvertes et horizontales, impliquant davantage d’institutions locales et acteurs privés, associatifs, dans l’élaboration des normes, au niveau de territoires politiques émergents.

3

Le thème de la gouvernance publique et du mode d’action des acteurs est aussi important pour l’Etat. L’article sur le lobbying met en exergue le problème du jeu des acteurs et des ressources mobilisées pour essayer d’influer sur les décisions publiques.

4

Plus précisément, dans son article intitulé « L’approche ressources et compétences comme clé de lecture du processus d’élaboration d’une ressource originale : la marque territoire » Corinne ROCHETTE souligne l’importance pour les collectivités territoriales de désormais investir le champ du marketing stratégique en développant le place branding. Il s’agit désormais pour les collectivités de « ne plus subir la marque mais de la construire » en mettant en œuvre un certain nombre de compétences L’étude originale menée sur la marque « Auvergne-Nouveau Monde » montre que la construction de la marque doit d’une part entrer en résonnance avec les ressources fixes tangibles et intangibles dont dispose le territoire et d’autre part permettre de faire émerger des synergies entre les acteurs du territoire contribuant à sa valorisation et à son image.

5

Dans leur articule intitulé « Le lobbying des organisations syndicales » les auteurs Rémi BOURGUIGNON et Madina RIVAL utilisent le cadre d’analyse de la théorie des ressources et compétences et de la théorie néo-institutionnelle pour expliquer pourquoi et comment se réalisent les actions de lobbying. Les entretiens réalisés avec les cadres des grandes confédérations syndicales françaises montrent comment les syndicats conduisent leur politique de lobbying pour influencer la prise de décision publique. Ils identifient ainsi les différents acteurs du lobbying syndical, les thèmes traités et les stratégies mises en œuvre. Ils proposent enfin une « typologie » des actions de lobbying syndical en croisant deux dimensions: le caractère plus ou moins ciblé du lobbying en fonction des thèmes et des interlocuteurs, et son caractère proactif ou réactif. Si certains syndicats évoquent une véritable approche de sélection des interlocuteurs en fonction de leur sensibilité aux thèmes à aborder ou de connaissances interpersonnelles, d’autres syndicats réalisent des actions de communication s’adressant autant aux décideurs publics qu’à l’opinion publique. La question de savoir qui est à l’initiative des projets est fondamentale : les syndicats sont-ils seulement consultés sur des projets dont l’initiative revient à l’acteur public ou sont-ils capables de mettre certains à l’ordre du jour de l’agenda ? Voilà autant de questions auxquelles répond de façon originale cet article.

6

Dans son article, « Le SCOT : un outil de Management public territorial au service du développement durable des territoires ? » Erick LEROUX aborde sur la thématique du développement durable la question théorique de la légitimité de l’action publique et de la nouvelle gouvernance territoriale au service. L’élaboration du SCOT s’inscrit dans une logique de nouvelle gouvernance territoriale où, de multiples acteurs participent à l’élaboration des politiques publiques d’aménagement du territoire. L’analyse textuelle des discours sur les SCOT des collectivités locales démontre de façon éclatante que si les objectifs de développement économique et environnementaux sont liés dans les discours, ils correspondent davantage à des incantations et à une approche symbolique qu’à des lignes directrices d’une politique. De plus l’article met en évidence que la dimension sociale est souvent absente.

7

Enfin un dernier mot, le lecteur se rendra compte que les articles retenus pour constituer ce premier numéro sont fondés méthodologiquement sur l’analyse d’entretiens et de discours et recourent pour cela à l’analyse textuelle et à l’analyse de contenu. Ce parti pris n’est que pour ce premier numéro, la revue est ouverte à toutes formes de méthodologies quantitatives ou qualitatives ainsi qu’en attestera notre prochain numéro.

8

Nous invitons le lecteur à nous signaler les parutions de nouveaux ouvrages sur le management public et les thèses, qui viennent juste d’être soutenues. Une rubrique leur sera respectivement dédiée lors du prochain numéro

Notes

[1]

Yves Chappoz, Professeur des universités, IAE ƒ de l’Université Jean Moulin Lyon 3

[2]

Pierre-Charles Pupion, Professeur des universités, IEMN de l’Université de Nantes, laboratoire LEMNA

Pour citer cet article

Chappoz Yves, Pupion Pierre-Charles, « Stratégie et gouvernance », Gestion et management public, 1/2012 (Volume 1/n°1), p. 1-2.

URL : http://www.cairn.info/revue-gestion-et-management-public-2012-1-page-1.htm
DOI : 10.3917/gmp.001.0001


Pages 1 - 2 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback