Accueil Revues Revue Numéro Article

Gestion et management public

2014/2 (Volume 2/n°4)

  • Pages : 76
  • DOI : 10.3917/gmp.024.0001
  • Éditeur : AIRMAP

ALERTES EMAIL - REVUE Gestion et management public

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 2 Article suivant
1

C’est à un véritable voyage au cœur des organisations de santé que nous invite ce nouveau numéro.

2

L’importance économique et sociale du secteur de la santé fait de celui?ci un champ majeur du management public. A titre d’exemple ce secteur représente près de 12 % du PIB, emploie en France plus de 1,5 millions d’actifs dont plus de 1,1 millions relèvent de la seule fonction publique hospitalière. Il est soumis par les autorités publiques à une double injonction de création de valeur publique, l’une visant à favoriser l’accès et la qualité des soins et l’autre la maîtrise de la dépense.

3

Ainsi l’accès au soin et à la santé est consacré comme un droit par les traités internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’homme. La Constitution de l’OMS consacre ce droit fondamental de tout être humain de posséder le meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre ce qui suppose de pouvoir accéder en temps opportun à des soins acceptables, abordables et de qualité appropriée.

4

D’autre part, les progrès de la médecine, les nouvelles possibilités thérapeutiques, la demande croissante de soins de meilleure qualité, le vieillissement de la population, le développement de maladies chroniques induisent une croissance exponentielle du coût de la santé, supporté par la collectivité.

5

Inévitablement se posent en situation de faible croissance, la question de la maîtrise des dépenses de santé et celle de la nécessité de manager les organisations, dans le respect de l’éthique médicale et soignante. La prégnance des contraintes économiques et gestionnaires a favorisé le succès des préceptes du Nouveau Management Public, qui a inspiré de nombreuses réformes depuis une vingtaine d’années. Ainsi, en France, la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) de 2009, la Tarification à l’activité (T2A) et les plans « Hôpital 2007 » et « Hôpital 2012 » s’inscrivent dans cette perspective dite du New Public Management.

6

Ce numéro 4 présente des contributions originales, éclairant, dans une optique internationale, à forte dominance française et canadienne, la question du management des organisations de santé. Il aborde la question de l’impact du NMP sur les pratiques des gestionnaires et des soignants dans les établissements de santé. Il explore les nouvelles formes de coopération et de coordination induites par les réformes des systèmes de soin et s’inscrit ainsi clairement dans une optique Post?New Public Management.

7

Ainsi, François Bolduc présente dans son article intitulé « L’évolution de la représentation qu’ont les gestionnaires de santé de leur travail : les impacts de la réforme québécoise de 2003 » une passionnante étude qui montre l’impact de la réforme des systèmes sanitaires et sociaux québécois de 2003, fortement inspirée du NMP, sur les représentations qu’ont les gestionnaire locaux de leur travail. Le NMP semble jouer un rôle équarisseur et contribue à homogénéiser les représentations, dans un sens qui lui est favorable.

8

De son côté, Régis Martineau dans l’article intitulé « Proposition d’une grille d’analyse de l’usage des outils de gestion: application à un outil de reporting hospitalier » insiste sur l’ambivalence des outils de gestion, mis en œuvre pour améliorer l’efficacité et l’efficience des systèmes de soins. Au travers d’une étude de terrain, solidement charpentée, il propose une grille d’analyse de l’usage d’un outil de reporting hospitalier, la fiche de signalement d’incident. Partant du constat que tout usage d’un instrument de gestion est profondément ambivalent, il propose une grille d’analyse de leurs usages qui démontre leur caractère polysémique.

9

Christelle Routelous dans son article intitulé « L’apprentissage du travail pluridisciplinaire: l’enseignement des communautés de pratiques en oncogériatrie » cherche à comprendre, comment des professions médicales dans un contexte de pratiques éclatées entre de nombreuses spécialités parviennent à collaborer sans base préalable de coopération. Elle s’appuie de manière très éclairante sur la notion de « communauté de pratiques.

10

L’article proposé par Christel Beaucourt, Isabelle Kustosz, Antoine Masingue et Laetitia Roux sur « La coordination au sein des maisons de santé : d’une mise en cohérence à l’animation d’interactions » nous emmène au cœur de l’analyse du processus de coordination au sein de formes innovantes d’organisation, les maisons de santé pluri professionnelles. L’une des grandes originalités de leur contribution est de renouveler les conceptions classiques de la coordination : pour ces auteurs, la coordination « en pratique », ne repose pas sur de simples dispositifs de « recherche de cohérence » mais s’appuie sur une dynamique faite de débats contradictoires entre des acteurs confrontés à des situations complexes et inattendues, et qui implique un processus foisonnant d’interactions sans cesse développées et permettant de cristalliser les énergies autour de débats et d’enjeux différenciés.

Notes

[1]

Professeur des Universités, IAE de Lyon 3

[2]

Professeur des Universités, IPAG de Poitiers

Pour citer cet article

Chappoz Yves, Pupion Pierre-Charles, « La nouvelle gestion des organisations de santé », Gestion et management public, 2/2014 (Volume 2/n°4), p. 1-2.

URL : http://www.cairn.info/revue-gestion-et-management-public-2014-2-page-1.htm
DOI : 10.3917/gmp.024.0001


Pages 1 - 2 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback