Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Guerres mondiales et conflits contemporains

2013/2 (n° 250)


ALERTES EMAIL - REVUE Guerres mondiales et conflits contemporains

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 55 - 65 Article suivant

Résumé

Français

Au Canada, les années 1990 sont souvent décrites comme la « sombre décennie » par les militaires. Ce fut une époque difficile pour l’institution militaire canadienne qui, assiégée de toutes parts, dû se résigner à s’adapter aux nouvelles réalités de l’après-Guerre froide, mais aussi à se rapprocher des normes et des valeurs de la société canadienne. La mission canadienne en Somalie, en 1992-1993, fut l’événement catalyseur de ces changements, où le manque d’éthique et les problèmes de disciplines firent scandale. L’éthos du « vrai » guerrier, issu de la Guerre froide, était en conflit avec les attentes de la société canadienne qui se représentait ses forces armées comme une force de casques bleus. C’est dans ce contexte que les Forces canadiennes se réformèrent par un compromis institutionnel où l’identité militaire fut reconstruite autour de la notion implicite du soldat-diplomate. Cet article retrace les dynamiques institutionnelles qui menèrent à ce compromis.

English

In Canada, the 1990s were often described by the military as the “decade of darkness.” This was a difficult time for the Canadian military institution, which was socially under siege, and it had both to adapt to the new realities of the post-Cold War and to align its norms and values with those of Canadian society. The Canadian mission in Somalia, in 1992-1993, was a catalyst in those changes, as ethical lapses and discipline problems turned into a scandal. The “true warrior” ethos, a legacy of the Cold War, was in conflict with the expectations of Canadian society, which was construing its armed forces as a peacekeeping force. It is in this context that the Canadian Forces reformed themselves through an institutional compromise in which the military identity was reconstructed around the implicit notion of the soldier-diplomat. This article traces the institutional dynamics that led to this compromise.

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. La Somalie : un bref rappel des faits
  3. Le contexte institutionnel plus large
  4. La dimension cognitive de la légitimité ou le retour inopiné de Clausewitz
  5. La dimension normative ou le passage du guerrier au soldat-diplomate
  6. La dimension régulative ou le départ inopiné d’Huntington
  7. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback