Accueil Revues Revue Numéro Article

Hérodote

2007/2 (n° 125)

  • Pages : 192
  • ISBN : 9782707152510
  • DOI : 10.3917/her.125.0157
  • Éditeur : La Découverte

ALERTES EMAIL - REVUE Hérodote

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 157 - 185
1

L’originalité de la Chine tient certes dans la longueur de son histoire et le nombre de sa population, mais avant tout dans son immensité géographique. Longtemps, la Chine s’est d’autant plus facilement conçue comme le monde, « tout ce qui était sous le ciel », que la démesure de son territoire se terminait par des espaces où les conditions naturelles devenaient extrêmes et les peuplements rares, voire nuls : les terres du froid au nord, les steppes et les déserts vers l’ouest, les barrières montagneuses de l’ouest et du sud-ouest, enfin la mer au sud et à l’est. Cette immensité, l’Empire lui a donné une unité, a su la gouverner dans la distance, et l’a dominée grâce à un système administratif et culturel cohérent tout en laissant des jeux d’initiatives possibles aux élites locales. La distension de l’État [Chevrier, 1996] a permis une perméabilité indispensable à l’unité de cette immensité fragmentée, enclavée dans sa diversité.

2

L’approche de la Chine par des chiffres ou des considérations se limitant à l’échelle de cet Empire, aujourd’hui de cet État-nation, grand comme l’Europe « de l’Atlantique à l’Oural », souligne le poids de cette puissance pour l’Asie et le monde. Son essor économique redistribue les cartes de la géopolitique mondiale de manière décisive. Pour autant, l’observateur ne peut s’arrêter à cette seule échelle, et peut encore moins se contenter de la généralisation d’une étude de terrain particulière. Il doit rendre compte à la fois de l’un, macroscopique, et d’une diversité, multiple et microscopique; naviguer ainsi à diverses échelles et sur plusieurs lieux parfois distants les uns des autres de 3000,4000 voire 5000 km.

3

Les géographes ont successivement proposé différentes lectures pour donner à comprendre la diversité régionale de la Chine, ses limites intérieures et les dynamiques qui les habitaient. D’Élisée Reclus aux auteurs actuels, ce sont à la fois des lectures qui s’inscrivent dans le temps de la discipline géographique et dans les mutations propres à la Chine. Pour autant, chacune apporte des clés nouvelles, originales, de compréhension, sur lesquelles se fondent les suivantes, en les prolongeant ou en s’y opposant. En cela, l’histoire d’une lecture régionale de la Chine par la géographie française révèle aussi nos non-dits, nos grilles héritées d’interprétation, mais aussi les éléments structuraux d’une géographie de la Chine que les bouleversements spatiaux, économiques et sociaux en cours ne suppriment pas mais recomposent.

4

Notre objectif est ainsi d’aider, par le détour des géographes français qui ont tenté une régionalisation de la Chine, à identifier les permanences, les réapparitions, les redéfinitions des logiques spatiales de la Chine contemporaine.

5

Les critères de délimitations internes à la Chine sont multiples. Ils peuvent être des produits de l’histoire, des logiques héritées de peuplement, des situations politiques ou économiques – encouragées par le pouvoir central ou revendiquées localement –, enfin des dynamismes liés à des extraversions actuelles. Ils dépendent aussi des types de données utilisées.

6

La primauté du littoral, dans son importance démographique et économique, ainsi que dans le rôle des métropoles qui le dominent comme Shanghai ou Hong Kong, relève en fait de la période qui s’ouvre avec les guerres de l’Opium et d’une globalisation initialement forcée de la Chine. L’idée d’un « littoral chinois » est par ailleurs une construction intellectuelle aisée, fondée sur les limites provinciales et les données statistiques qu’elles autorisent, alors que la réalité tient bien plus d’une grande diversité des situations régionales au sein du littoral – et à l’intérieur des provinces littorales –, et il nous faudrait plutôt évoquer la pluralité des développements littoraux.

7

À l’autre extrémité du continent chinois, le Xinjiang ne se distingue pas du reste de l’Asie centrale dans ses conditions physiques et une large part des populations non han qui le peuplent se retrouvent de chaque côté de la frontière occidentale. Mais cette même frontière a aussi créé avec le temps de véritables discontinuités territoriales, en raison de la colonisation han et des recompositions induites par les nouvelles logiques d’encadrement et de développement. Pékin aime à souligner les écarts de niveaux de vie entre les musulmans turcophones de la République populaire et ceux de l’Asie centrale ex-soviétique.

8

Trois types principaux de critères ont ainsi aidé à rendre compte des découpages régionaux internes à la Chine : les critères identifiant les grands ensembles physiques (topographie, hydrométrie) et humains (densité et distribution démographiques, peuplements han et non han); les critères liés au développement économique (industrialisation, degré d’ouverture en fonction des investissements directs étrangers et des exportations); et les critères fonctionnels fondés sur les liens, les hiérarchies et les solidarités territoriales, les rapports centre-périphérie, les polarisations et les réseaux, les régionalisations et les conflits de pouvoirs.

9

Trois temps de réflexion semblent également découler de ces critères : une géographie régionale qui découpe du nord au sud le territoire en fonction des bassins fluviaux jusqu’aux années 1970; une fragmentation est-ouest avec le développement économique du littoral dans les années 1980 et 1990; et, enfin, une lecture où les polarités de l’espace chinois impulsent des degrés inégaux d’intégration à l’économie mondiale.

Les discontinuités héritées

Basses terres rizicoles, foyers de fortes densités

10

Premier fondement, les contraintes topographiques ont été au cœur d’une lecture géographique devenue classique de l’Asie sinisée, et largement développée par Pierre Gourou. Elles tiennent dans une opposition entre les basses terres rizicoles, très anciennement et densément peuplées par les peuples chinois ou sinisés, et les montagnes, mal mises en valeur et le plus souvent abandonnées à des populations minoritaires qui y ont été refoulées [Gourou, 1972, p. 32-33].

11

Cette dichotomie n’a évidemment jamais été valable pour toute l’Asie sinisée, ni même pour toute la Chine. Elle correspond au paysage d’une Asie de l’eau et du riz, qui est certes remontée jusqu’aux fronts pionniers japonais d’Hokkaïdo [Berque, 1980], mais n’est pas celle des vastes plaines chinoises du Nord et du Nord-Est, et encore moins des périphéries septentrionales et occidentales du territoire chinois.

12

Aujourd’hui, les mutations économiques du monde rural, fondées sur l’industrialisation rurale et l’ouverture économique, s’accompagnent d’une transformation radicale de ces mêmes paysages des campagnes littorales et méridionales, décrits par Pierre Gourou. Dès les années 1980, le delta de la rivière des Perles voit ses collines tronquées ou arasées, ses étangs à poissons comblés. Ses rizières laissent la place à des cultures plus rentables ou plus souvent à des zones d’expansion industrielle ou urbaine. Cette vaste plaine deltaïque hier organisée autour de ses fleuves, de ses canaux et de ses étangs est rapidement devenue une vaste plateforme ponctuée de bourgs industriels et parcourue de routes voire d’autoroutes. Les basses pentes des collines ou les rives des cours d’eau sont désormais délaissées par les populations au profit de villages-rues s’alignant le long des nouvelles routes centrales, ou deviennent au contraire des lieux de convoitises pour une projection en périphérie de déconcentrations d’activités et d’opérations immobilières [Sanjuan, 1997, p. 238-240].

13

La mécanisation, l’industrialisation rurale, la multiplication de bourgs dynamiques intégrés aux marchés urbains ont ainsi progressivement eu raison des paysages hérités d’une ancienne civilisation agraire, qu’elle soit du riz ou du blé. En Chine, le degré de développement actuel se mesure ainsi visuellement dans les transformations fortes des régions centrales du Guangdong, du Fujian, du Zhejiang ou du Jiangsu, plus faibles dans le Shandong ou le Hebei, moindres encore dans le Sichuan.

14

Avec évidence, la césure régionale par la pente topographique garde toutefois sa pertinence à petite et très petite échelles. Elle épouse clairement les disparités de développement qui se creusent au sein même des provinces littorales entre les deltas et plaines centrales économiquement dynamiques et les montagnes encadrantes, qui sont trop souvent devenues des terres d’émigration vers ces bas pays. La césure régionale s’aggrave ensuite avec des distances et des enclavements régionaux qui sont toujours plus décisifs pour l’intégration à une économie de marché ouverte sur l’extérieur via les portes maritimes chinoises. Les rugosités terrestres sont en cela faiblement atténuées par les transports aériens ou les nouveaux modes de communication. Les inégalités régionales retrouvent enfin les grands traits de la topographie chinoise, depuis un bas palier oriental, lieu du fort dynamisme économique de la Chine littorale, jusqu’aux terres d’un plateau tibétain isolé par l’altitude, le froid et le manque d’eau.

L’espace chinois vu par Élisée Reclus

15

Si les géographes français se sont tout particulièrement souciés de rendre compte des limites internes et de l’organisation régionale de la Chine, ils ont proposé des lectures synthétiques, qui ne sont ni seulement thématiques (topographie, climats, régions agricoles, régions industrielles, grandes régions administratives, développement économique...), ni de simples catalogues de provinces. Les premiers d’entre eux ont bénéficié de travaux étrangers comme ceux de Ferdinand Freiherrn von Richthofen [1877-1912,1898 et 1907] et de George Babcock Cressey (1934).

16

Dans son chapitre consacré à l’Empire chinois, Élisée Reclus [1882, p. 19-647] procède ainsi à un premier découpage – le plus fréquent à l’époque – qui part de l’Ouest (Tibet, Turkestan chinois et Mongolie) pour n’évoquer qu’ensuite la Chine : il décrit ainsi les périphéries de l’Empire, jusqu’au Gansu et à la Mandchourie, et identifie la Chine au seul territoire en deçà de la Grande Muraille.

17

La division régionale qu’il opère de la Chine des Han use de trois critères : une énumération latitudinale allant du nord au sud; une régionalisation par les principaux bassins hydrographiques; et une subdivision secondaire en provinces. D’emblée, deux axes de lecture s’imposent : une interprétation politico-historique qui part du cœur de l’Empire pour gagner ses marges; et un rôle structurant accordé aux trois grands fleuves, le fleuve Jaune, le Yangzi et le Xijiang, dont les bassins sont décrits d’amont en aval (cf. carte 1).

Les divisions régionales de Jules Sion

18

Le découpage par grandes régions du monde de la Géographie universelle impulsée par Paul Vidal de la Blache et Lucien Gallois distingue la « Haute Asie » de l’Asie des moussons, et exclut donc la Mongolie, le Xinjiang et le Tibet de la partie consacrée à la Chine. Il appartient à un diplomate, Fernand Grenard [1929], de rédiger les chapitres sur les terres à l’ouest et au nord de la Chine dans un tome qu’il partage avec Raoul Blanchard, géographe ici de l’Asie occidentale.

19

L’année précédente, Jules Sion [1928] avait publié la première partie de son tome sur l’Asie des moussons, et il limitait de facto le territoire chinois à l’ancienne Chine des Han et à la Mandchourie. Son découpage diffère également de Reclus en ce qu’il part d’emblée d’une opposition entre les régions au nord et au sud des Qinling.

20

Jules Sion en dégage trois entités, la Chine du Nord, une région médiane – celle du Yangzi – et la Chine du Sud. Elles correspondent pour l’essentiel aux trois grandes régions fluviales de la Chine et commandent donc sa lecture régionale, qui va s’imposer dans la géographie française de la Chine jusqu’au début des années 1990.

21

La Chine du Nord est ici entendue au sens large, puisqu’elle comprend tout le bassin du fleuve Jaune avec la Mandchourie au nord et les terres méridionales de la Plaine du Nord. La région du Yangzi est décrite linéairement, en suivant le cours du fleuve depuis ses sources jusqu’à la mer. Jules Sion ponctue alors sa description géographique non plus par les provinces, mais par les entités topographiques (Bassin rouge, Trois Gorges), puis surtout par les villes qui organisent l’espace : Wuhan, Nankin et Shanghai. L’auteur esquisse ainsi l’idée d’un fleuve médian articulé en fonction d’une « rue » de villes. Enfin, la Chine du Sud s’organise à partir d’un centre, le Xijiang et le delta de la rivière des Perles, avec des périphéries éloignées : la « région littorale » – de Hangzhou à Canton, puis Hainan – et les hautes terres du Yunnan et du Guizhou (cf. carte 2).

CARTE 1.  - L’ESPACE CHINOIS VU PAR ÉLISÉE RECLUS CARTE 1.
CARTE 2.  - LES DIVISIONS RÉGIONALES DE JULES SION CARTE 2.

La lecture régionale de Pierre Gourou

22

En 1953, date à laquelle Pierre Gourou publie son ouvrage sur l’Asie, le maintien d’une prééminence de critères physiques et culturels dans la géographie régionale met malheureusement au second plan les conflits géopolitiques de l’Asie alors en cours et les délimitations frontalières du nouvel État qu’est la République populaire de Chine. L’auteur reprend en fait les césures de Jules Sion entre la Chine des Han et l’Asie centrale (Mongolie, Xinjiang et Tibet).

23

Il divise de nouveau l’espace chinois en trois régions, distribuées suivant les latitudes du nord au sud, auxquelles il ajoute une quatrième entité, la Mandchourie, que reprendra Pierre Trolliet [1981, p. 69-80] dans sa distinction des régions agricoles – cette fois justement augmentées de l’Ouest chinois. À l’intérieur de ces grands ensembles, les fleuves jouent enfin un rôle structurant et Pierre Gourou évite un catalogue provincial pour identifier des entités régionales qui excèdent le cas échéant les limites administratives (cf. carte 3).

Développement économique et disparités régionales

24

Au début des années 1990, les transformations rapides et profondes de l’espace chinois poussent les géographes à abandonner une perspective typologique et classique, et à rompre complètement avec les lectures héritées d’Élisée Reclus, Jules Sion ou Pierre Gourou.

25

Pour comprendre en effet la Chine des réformes, envisagée désormais dans les limites frontalières de la République populaire, les géographes découpent l’espace chinois en fonction du degré et du type de développement économique. Ils deviennent moins soucieux des contraintes topographiques ou d’une diversité historique et culturelle, hier pensée comme quasi immuable, des régions internes à la Chine. La mise à disposition de données statistiques annuelles par les autorités chinoises, auxquelles s’ajoutent de nombreuses enquêtes thématiques et les recensements de 1982 et 1990, les conduit à quantifier les disparités du développement à l’échelle du pays.

26

Cette avancée dans la connaissance a toutefois ses inconvénients. Elle rend trop souvent les analystes, aussi bien chinois qu’étrangers, prisonniers de statistiques à l’échelle provinciale, car les données infraprovinciales n’autorisent pas toujours avec la même aisance une vision synthétique et exhaustive, et elle nous pousse surtout à une régionalisation de la Chine par agrégation de provinces en continu. Un zonage géographique devient la règle [Larivière et Marchand, 1999, p. 85-86].

27

La stratégie territoriale du développement économique chinois légitime d’ailleurs une telle approche. Les pôles de réformes structurelles et d’intégration au marché mondial sont tous méridionaux, puis littoraux dans les années 1980. Le VIIe plan quinquennal (1986-1990) redécoupe un territoire déjà subdivisé en six grandes régions dans les débuts du régime en trois grandes zones aux développements économiques variés (la zone littorale de l’Est, la zone du centre et la zone occidentale), et la « stratégie de développement économique des zones côtières » est officialisée en 1988 (cf. carte 4). Il faudra attendre la relance denguiste de 1992 pour que les villes intérieures et frontalières soient reconnues ouvertes par le gouvernement central.

La Chine en trois bandes longitudinales par Jean-Pierre Larivière

CARTE 3.  - LA LECTURE RÉGIONALE DE PIERRE GOUROU CARTE 3.
28

Une lecture de l’espace chinois non plus en grandes régions Nord, centre et Sud, mais en trois vastes bandes longitudinales (littoral, intérieur et Ouest) s’impose alors, dont le manuel de Jean-Pierre Larivière, avec Pierre Sigwalt puis Jean-Pierre Marchand, fera notamment le succès en France.

29

Jean-Pierre Larivière [1999, p. 91-180] y distingue : un centre qui s’étend à toute la façade maritime, avec les régions métropolitaines de Shanghai et Pékin, et deux ensembles très différents comme la vieille région industrielle du Nord-Est et celle dynamique du Guangdong; les marges de la bordure orientale, avec des espaces en retrait (Hebei, Shandong) et en expansion (Fujian et Hainan); la Chine intérieure faite de régions géographiquement et économiquement « intermédiaires », avec une énumération ici redevenue classique du Nord vers le Sud, des pays de la « Terre jaune » au Guizhou; et la Chine dite « extérieure », celle des conditions physiques extrêmes, aux peuplements non han et aux structures régionales éclatées (cf. carte 5).

30

Une telle lecture est alors riche de nouvelles perspectives, mais elle propose plus un découpage qu’une organisation de l’espace chinois. Elle pose surtout en centre de la Chine une immense étendue géographique dont il est difficile de souligner l’unité ou la cohérence, et dont un seul découpage géographique à l’échelle du pays ne peut montrer les articulations et les liens de dépendance avec ses périphéries intérieures et occidentales. Ici, les grands bassins fluviaux, pourtant si déterminants dans les géographies précédentes, ont été évacués de la réflexion régionale.

31

À des échelles plus grandes, certaines agglomérations provinciales peuvent être discutées. Les provinces du Nord-Est (Liaoning, Jilin et Heilongjiang) sont toutes trois intégrées dans le dispositif littoral. Or le Heilongjiang ne suit-il pas plutôt une logique frontalière d’intégration économique à l’Extrême-Orient soviétique, puis russe, et le Jilin ne ressemble-t-il pas plutôt à un seuil, une ligne de partage non seulement des eaux mais aussi des dynamiques économiques entre deux provinces soumises à des forces centrifuges opposées, le Heilongjiang vers le nord, le Liaoning vers le sud ?

CARTE 4.  - LES GRANDS ENSEMBLES RÉGIONAUX DE LA CHINE LORS DU VIIe PLAN CARTE 4.
CARTE 5.  - LA CHINE EN TROIS BANDES LONGITUDINALES PAR JEAN-PIERRE LARIVIÈRE CARTE 5.
32

Pareillement, pourquoi le Guizhou est-il situé en Chine intérieure, alors que le Yunnan fait partie des marges extérieures ? L’écart entre leurs produits intérieurs bruts par habitant est nettement en faveur de cette dernière province. La question du Guangxi est plus complexe : ses disparités internes en font également une région intérieure sur son versant nord et un espace littoral en développement sur son versant sud. Enfin, la province du Gansu enregistre une densité démographique moyenne et un sous-développement qui l’assimilent aux régions occidentales, mais elle est un couloir de circulation où le peuplement han domine très largement.

33

L’idée de Jean-Pierre Larivière d’une tripartition longitudinale de la Chine a toutefois le mérite de permettre une quantification des disparités régionales chinoises et une démonstration éclatante des déséquilibres dont souffre le pays.

Les trois Chine

34

Reprenant cette distinction, j’ai essayé de la nuancer en fonction du degré d’ouverture économique et, secondairement, des enjeux géopolitiques internes [Sanjuan, 2000, p. 161-166].

35

Une première zone correspond ainsi aux entités territoriales de rang provincial qui sont de peuplement han, participent du dispositif littoral et s’intègrent de manière privilégiée à l’économie mondiale – Pékin y est adjointe même si elle n’est pas une ville strictement littorale. Il s’agit donc des provinces continentales des Liaoning, Hebei, Shandong, Jiangsu, Zhejiang, Fujian, Guangdong; des municipalités de rang provincial de Pékin, Tianjin et Shanghai; de la région autonome du Guangxi; et de la province insulaire de Hainan. À la différence de la discrimination régionale proposée par Jean-Pierre Larivière, cette nouvelle zone littorale exclut le Jilin et le Heilongjiang, mais inclut le Guangxi.

36

En raison des enjeux géopolitiques internes qui le caractérisent avec évidence, l’Ouest chinois m’a semblé devoir réunir toutes les entités de rang provincial où les nationalités minoritaires ont un poids démographique significatif.

37

Si nous considérons leur part dans la population totale des entités administratives de rang provincial, un écart net se dégage entre la Mongolie intérieure (20%) et Hainan (10%), sans autre taux intermédiaire. J’ai ainsi choisi 20% pour seuil minimal de la part des nationalités minoritaires dans la population totale des résidants permanents.

38

Suivant ce critère, l’Ouest comprend donc les provinces des Guizhou, Qinghai et Yunnan, ainsi que les régions autonomes des Mongolie intérieure (nationalité mongole principalement), Ningxia (nationalité hui), Tibet (nationalité tibétaine) et Xinjiang (nationalité ouïghoure). Contrairement au découpage de Jean-Pierre Larivière, cet Ouest chinois exclut le Gansu, mais inclut le Guizhou.

39

Enfin, la Chine intérieure comprend par défaut les autres entités de rang provincial, celles qui ne profitent donc pas du dynamisme littoral, mais relèvent des anciennes terres de la Chine des « dix-huit provinces » et des terres intérieures du Nord-Est (Jilin, Heilongjiang). Il s’agit des provinces des Anhui, Gansu, Heilongjiang, Henan, Hubei, Hunan, Jiangxi, Jilin, Shaanxi, Shanxi et Sichuan, ainsi que de la municipalité de rang provincial de Chongqing.

40

Une telle régionalisation montre avec évidence les disparités voire les tendances à la dislocation du territoire chinois. Elle souligne la concentration des hommes, de la production et de l’ouverture au profit du littoral chinois : sur 14% de la superficie du pays, il ne totalise pas moins de 43% de la population totale, une densité démographique plus de trois fois supérieure à la moyenne nationale, 62% du produit intérieur brut du pays, et surtout 86% des investissements des entreprises étrangères et 93% des exportations en 2005 (cf. tableau 1).

TABLEAU 1.  - LES DISPARITÉS RÉGIONALES ENTRE LE LITTORAL, L’INTÉRIEUR ET L’OUEST CHINOIS EN 2005 TABLEAU 1.
Zhongguo tongji nianjian [Annuaire statistique de Chine], Pékin, Zhongguo tongji chubanshe, 2006.
41

En situation dramatiquement inverse, l’Ouest représente 56% du territoire de la République populaire, mais seulement 11% de sa population, 7% de son produit intérieur brut, 2% des investissements des entreprises étrangères et 2% de ses exportations.

42

Dans une situation moyenne, la Chine intérieure accuse de fortes densités démographiques, liées à un très ancien peuplement han, mais un produit intérieur brut faible proportionnellement à sa population et surtout une ouverture économique très en retard sur le littoral.

43

Cette lecture à une si petite échelle doit aussi être complétée par une analyse des logiques de développement qui ont privilégié les périphéries méridionales de la côte chinoise dans le premier temps des réformes denguistes, ou par les formes que ce développement économique a pu prendre suivant les régions.

44

Deux schémas territoriaux se sont en effet recouverts dans les années 1980 : une opposition Nord-Sud, qui fait des provinces méridionales des laboratoires possibles de réformes, parce qu’elles sont loin du cœur politique de la Chine et leur échec – ou leur réussite – ne risque donc pas d’entamer l’intégrité du territoire chinois, et qu’elles sont des terres historiquement liées à la diaspora chinoise et aux pays étrangers; et une opposition littoral-intérieur héritée de l’histoire, mais aggravée et rendue structurellement décisive dans la période moderne.

45

Par ailleurs, le développement littoral peut prendre de multiples formes. Il peut accueillir des délocalisations d’unités de production entraînant des associations entre entreprises étrangères et autorités locales, ou se fonder sur l’essor endogène d’entreprises collectives comme dans le delta de la rivière des Perles ou dans la province du Jiangsu. Il peut également avoir pour origine des entrepreneurs privés ou des foyers familiaux en lien avec des réseaux commerciaux tant à l’échelle nationale qu’articulés à une ancienne émigration réactivée comme dans la région de Wenzhou; il peut enfin dériver d’une réforme structurelle des entreprises d’État dans les villes et dans les régions plus septentrionales.

Développement et dynamiques régionales par Pierre Trolliet

46

Pierre Trolliet [1993, p. 117] a alors proposé une nouvelle interprétation de l’organisation de l’espace chinois. Il distingue également trois grandes zones : les provinces littorales ouvertes, la Chine intérieure et la Chine périphérique. Mais les critères employés permettent désormais des discriminations internes en fonction des formes de développement et d’une chronologie de l’ouverture. Nous sommes loin des schémas anciens, qui partaient du nord vers le sud, ou distinguaient entre trois et cinq grands ensembles (Chine du Nord, Chine centrale, Chine du Sud, puis Nord-Est et Ouest).

47

Au contraire, Pierre Trolliet remonte la géographie du développement littoral depuis le Guangdong et le Fujian, puis la région de Shanghai, jusqu’aux Shandong, la région de Pékin et le Liaoning. Il souligne la concentration des investissements directs étrangers dans les deux provinces du Guangdong et du Fujian, et plus largement le degré d’ouverture économique du tissu hérité des entreprises rurales dans les provinces allant du Guangdong au Jiangsu. Par un renversement spectaculaire, la périphérie méridionale devient donc le cœur même de la Chine denguiste et cette interprétation, fondée sur le rôle de Hong Kong dans l’ouverture chinoise, rend justement compte des rapports de force qui opposaient les pouvoirs territoriaux au début des années 1990, et notamment la province du Guangdong à Pékin (cf. carte 6).

48

L’auteur insiste aussi sur les investissements étrangers qui gagnent les vieilles régions minières et industrielles de la Chine intérieure septentrionale. Les autres provinces ne sont que ponctuellement ouvertes, pour des raisons essentiellement touristiques. Enfin, la Chine périphérique n’est pas réduite au statut de région extérieure, ni non plus à celui d’un cul-de-sac simple lieu de prédation et de colonisation han. Ses propres ouvertures frontalières sur l’Asie continentale sont indiquées. Pierre Trolliet évite ainsi le catalogue provincial, et pointe plutôt les lieux d’ouverture et de dynamisme économiques.

Découper la Chine au regard du développement par Pierre Gentelle

49

Pierre Gentelle [1994] accentue cette approche et décline la géographie de la Chine comme un projet global, partant d’un polycentrisme littoral jusqu’aux périphéries qui payent le « prix de la modernité ».

50

Le littoral comprend les pôles du dynamisme méridional (Hong Kong, Macao, zones économiques spéciales, Hainan et delta de la rivière des Perles) et leurs prolongements régionaux (provinces des Guangdong, Guangxi et Fujian); puis les régions de Shanghai et de Pékin. À chaque fois, l’auteur ne se contente pas des seules provinces littorales, mais il leur rattache celles qui, plus à l’intérieur, participent des organisations régionales distinguées : l’Anhui pour Shanghai, ou le Shanxi et le Henan pour Pékin. En cela, Pierre Gentelle sort d’une lecture en bande longitudinale pour une approche plus strictement régionale.

51

Les terres intérieures sont enfin subdivisées entre trois grands sous-ensembles : le Sud intérieur comprend pêle-mêle les provinces traversées par le Yangzi depuis le Hubei jusqu’au Sichuan et trois autres provinces situées dans le Sud-Ouest (Yunnan, Jiangxi et Guizhou); la délimitation de l’Ouest est justifiée par une caractéristique commune de retard économique et de programmation différée d’une politique publique à l’égard des franges occidentales de la Chine des Han et des régions autonomes que sont la Mongolie, la Ningxia, le Xinjiang et le Tibet; enfin, la Mandchourie dont Pierre Gentelle souligne le décalage devant les dynamiques économiques et territoriales de la Chine des réformes (cf. carte 7).

CARTE 6.  - DÉVELOPPEMENT ET DYNAMIQUES RÉGIONALES PAR PIERRE TROLLIET CARTE 6.

Tripartition régionale et dynamiques urbaines par Guillaume Giroir

52

À la fin des années 1990, Guillaume Giroir (1999) propose une nouvelle lecture des disparités du territoire chinois. Il maintient une tripartition longitudinale et intègre les dynamiques urbaines à sa réflexion.

53

Les « espaces métropolitains et marges de la Chine orientale » se subdivisent ainsi en quatre régions : Shanghai et son delta; la Chine du Sud-Est avec le Guangdong et le Fujian; Pékin, Tianjin et la région côtière de la mer de Bohai; et le Nord-Est dans son entier. L’auteur limite ensuite la Chine intérieure aux terres centrales des Nord et centre, et rejette le Sud-Ouest en son entier dans les périphéries. Il reprend par ailleurs des référents physiques (lœss, fleuve du Yangzi) au service de sa discrimination régionale de la Chine intérieure et la segmente en quatre espaces : le plateau de lœss, la plaine de Chine du Nord dans sa partie intérieure; les régions du Moyen-Yangzi; et le bassin du Sichuan. Enfin, la Chine périphérique réunit successivement le Sud-Ouest, les déserts occidentaux, la Mongolie, le Tibet et Hainan (cf. carte 8).

54

Au total, le développement économique et les mutations spatiales de la Chine depuis la fin des années 1970 nous ont ainsi poussés à souligner la diversité des lieux de l’ouverture, des formes de développement, les disparités grandissantes entre provinces ou groupes de provinces. Significativement, les liens transversaux à une lecture par bandes longitudinales comme les axes fluviaux ont disparu des géographies contemporaines : la Chine médiane du Yangzi est ignorée ou sectionnée en deux ou trois ensembles indépendants. Le territoire chinois offre ainsi l’image d’un morcellement voire d’une dislocation grandissante générée par les dynamiques locales.

La Chine, un espace polarisé

Centres et gradients d’intégration par Alain Reynaud

55

Alain Reynaud [1997, p. 173-194] a proposé une lecture régionale depuis les pôles littoraux et graduant l’espace chinois suivant leur niveau d’intégration à l’économie mondiale.

56

Il distingue ainsi trois centres principaux d’échelle nationale : Pékin-Tianjin, Shanghai et Hong Kong-Canton. Ces pôles métropolitains seraient ensuite prolongés par des périphéries littorales intégrées à leur économie, densément peuplées et industrialisées. Les zones économiques spéciales et les ports ouverts participeraient activement à ces dynamiques régionales comme lieux secondaires d’intégration au système économique mondial.

CARTE 7.  - DÉCOUPER LA CHINE AU REGARD DU DÉVELOPPEMENT PAR PIERRE GENTELLE CARTE 7.
CARTE 8.  - TRIPARTITION RÉGIONALE ET DYNAMIQUES URBAINES PAR GUILLAUME GIROIR CARTE 8.
57

Les terres plus intérieures, jusqu’au bassin du Sichuan, s’articuleraient plus difficilement au littoral et garderaient les caractéristiques de la Chine des Han, avec de fortes densités démographiques mais avec aussi une orientation économique favorisant l’agriculture et l’industrie de base. Alain Reynaud réduit enfin les régions occidentales (Mongolie, Xinjiang et Tibet) à des culs-de-sac territoriaux, des « angles morts stratégiques » où prédominent les revendications indépendantistes (cf. carte 9).

58

La lecture proposée par Alain Reynaud trouve ses limites dans le maintien d’un découpage zonal de la Chine. Négligeant en outre la carte de l’ouverture établie par Pierre Trolliet quatre ans plus tôt, Alain Reynaud ne mentionne pas les ouvertures intérieures et frontalières, et tient la bande littorale pour le seul grand ensemble régional ouvert sur l’étranger. Surtout, les centres principaux qui organisent l’espace chinois ne sont ni hiérarchisés ni même caractérisés. Or ceux-ci n’ont pas la même fonction ni le même rayonnement dans le dispositif territorial chinois.

Le rayonnement des métropoles littorales sur l’espace chinois

59

Une lecture globale doit partir de ces vocations différentes des métropoles littorales, de leurs rôles dans les recompositions des pouvoirs au sein de l’État et de leurs combinaisons fonctionnelles avec les autres grandes villes chinoises [Sanjuan, 2001] (cf. carte 10).

60

Pékin est capitale nationale et rayonne à l’évidence sur l’ensemble du territoire de la République populaire de Chine. Mais elle a du mal à s’imposer autrement que par son statut politique et administratif. La Chine du Nord est globalement pénalisée par des héritages urbains et productifs dont la réforme actuelle suscite des réformes radicales et de graves mécontentements populaires. Il en est ainsi de nombre de villes du Liaoning ou du Shanxi. Les pôles de dynamisme comme Dalian sont rares et ne peuvent insuffler de véritables logiques de redéveloppement régional.

CARTE 9.  - CENTRES ET GRADIENTS D’INTÉGRATION PAR ALAIN REYNAUD CARTE 9.
CARTE 10.  - LE RAYONNEMENT DES MÉTROPOLES LITTORALES SUR L’ESPACE CHINOIS CARTE 10.
61

Hong Kong a, par contre, longtemps bénéficié d’un quasi-monopole sur l’ouverture continentale, servant d’interface entre la Chine des réformes et le système économique mondial, et irriguant le territoire chinois en capitaux, savoir-faire et unités industrielles délocalisées. Dès la fin des années 1970, une géographie liée à Hong Kong s’est ainsi dessinée le long du littoral, discontinue et ponctuelle en fonction des politiques locales d’ouverture à l’étranger.

62

Aujourd’hui, la région d’administration spéciale, même si sa suprématie diminue en raison d’une crise interne et de l’apparition de nouveaux pôles concurrentiels sur la côte, tend à devenir un centre de services de qualité pour les entreprises chinoises (droit des entreprises, assurance, consultance...) et à redéployer jusqu’à ses activités portuaires, qui faisaient pourtant hier de la colonie britannique le carrefour obligé de l’extraversion économique chinoise, par de larges investissements dans les principaux ports continentaux.

63

Shanghai est enfin devenue la ville la plus attractive de Chine. Elle est une métropole de 18 millions d’habitants et le recensement de 2000 a dénombré 3,1 millions de migrants, venant essentiellement de l’Anhui, du Jiangsu et du Zhejiang. Shanghai profite d’une situation géographique exceptionnelle, au centre du littoral chinois et à l’embouchure du Yangzi. Favorisé par l’État central depuis la fin des années 1980, son actuel renouveau métropolitain en fait le phare de la Chine des réformes. Son rayonnement immédiatement régional englobe les villes du delta comme Suzhou, Wuxi ou Nankin, et Shanghai devrait étendre à terme son influence à la Chine intérieure grâce aux nouvelles solidarités régionales que permettra le barrage des Trois Gorges.

64

Le Yangzi va-t-il ainsi devenir une rue de villes complémentaires et formant un réseau urbain d’échelle régionale polarisé sur Shanghai ? Des relations intermunicipales s’intensifient le long de l’axe fluvial. La Foire de l’est de la Chine à Shanghai en 2001 réunissait toutes les zones de la région du Yangzi et présentait un projet de développement commun. Ces dynamiques intégratrices s’accompagnent aussi d’institutions régionales comme l’Association des liens entre les maires du Yangzi ou la Compagnie de développement du fleuve Yangzi [Sanjuan, 2004].

65

À l’extrémité occidentale de cet axe fluvial, Chongqing bénéficie enfin de la politique d’aménagement de l’Ouest chinois lancée par l’État central. Privilégiée politiquement en compensation des conséquences du barrage sur son territoire, la municipalité est ainsi devenue un carrefour stratégique pour le développement de la Chine intérieure et son insertion au littoral. En cela, Pékin montre sa détermination à redonner, par les villes, de l’unité à un territoire national que menacent les inégalités de développement économique, les localismes et les protectionnismes régionaux.

Dynamiques régionales fondées sur les villes et maintien d’une unité territoriale

66

Pour autant, les grandes villes chinoises, littorales comme intérieures, sont également dans des logiques de spécialisation économique, de marketing urbain et de rivalités régionales. Elles jouent en cela de leur puissance économique ou de leur situation géographique pour s’aménager des marges de manœuvre et recomposer à leur profit des aires de rayonnement. Elles ont toutes entamé dans les années 1990 d’ambitieuses politiques d’aménagement interne et de réformes structurelles qui doivent les poser comme les pôles de référence d’une nouvelle modernité chinoise dans leur région, en Chine, voire en Asie et dans le monde. Elles expriment en cela de nouveaux localismes régionaux, dont elles deviennent des porte-drapeau.

67

Le développement a ainsi réactivé, en leur donnant une nouvelle force, des localismes régionaux, où provinces, municipalités, districts, bourgs peuvent entrer en concurrence voire en opposition entre eux. L’essor économique aggrave le morcellement territorial, tout en créant de nouvelles solidarités productives, commerciales, financières entre les villes, pôles de réseaux d’échelles locale, régionale, nationale, parfois internationale.

68

Aujourd’hui, les dynamiques régionales sont ainsi productrices de dislocations comme de liens recomposés entre les territoires de la Chine. Trois types de pouvoirs principaux s’imposent désormais : l’État central, les autorités microlocales à l’origine de développements spectaculaires comme celui du delta de la rivière des Perles et surtout, depuis les années 1990, les pouvoirs des métropoles et des grandes villes. La Chine n’éclate pas dans la mesure où les dissensions, horizontales comme verticales, entre ces différents acteurs s’expriment au sein du Parti-État. Les négociations sont permanentes entre ces instances intra-étatiques, mais sans qu’une vraie menace de sécession soit envisageable.

Les régions chinoises et leur degré d’intégration au système économique mondial

69

Une lecture régionale contemporaine de la Chine retrouve ainsi l’importance des bassins fluviaux avec l’aménagement actuel du Yangzi, reste prisonnière des évidents contrastes de développement entre le littoral et le reste du pays, et doit prendre en compte l’émergence de nouvelles polarités, de nature urbaine, qui structurent désormais l’espace chinois.

70

Ces configurations sont enfin à resituer dans le contexte de la mondialisation, dont la Chine s’était prudemment protégée dans son ouverture des années 1980, mais dont elle est devenue désormais dépendante. Les conséquences d’une économie toujours plus mondialisée, les réformes radicales des années 1990 et les dépendances commerciales ou énergétiques des années 2000 renouvellent profondément nos lectures des dynamiques régionales. En cela, des gradients d’intégration au système économique mondial nous semblent des outils pertinents – à défaut, évidemment, d’être exhaustifs – afin d’approcher les régions chinoises aujourd’hui.

71

Pour ce faire, il est intéressant de combiner des facteurs comme l’ouverture économique, la production intérieure et le nombre des hommes, avec pour indices respectifs les rapports des investissements directs étrangers et du produit intérieur brut au nombre d’habitants de chacun des territoires de rang provincial, ainsi que leur densité démographique. Nous pourrions ainsi aboutir à six grands types régionaux de développement [Sanjuan, 2006, p. 67-69 et p. X-XI] (cf. carte 11).

72

Les lieux de la mondialisation comprennent les trois grandes métropoles littorales que sont Shanghai, Tianjin et Pékin, ainsi que les provinces les plus précocement et fortement lancées dans les réformes économiques et l’ouverture : Guangdong, Jiangsu et Zhejiang.

73

Les franges en voie d’intégration sont des provinces littorales également inscrites dans un processus d’intégration au système économique mondial. Mais elles ne disposent pas de pôles métropolitains structurants. Elles peuvent être géographiquement plus enclavées (Fujian) ou excentrées (Hainan), ou bien s’être lancées plus tardivement dans les réformes (Shandong, Liaoning).

74

Les provinces intermédiaires s’articulent aux foyers de développement que sont le delta du Yangzi (Hubei, Hunan), et les municipalités de Pékin et Tianjin (Hebei), ou elles profitent d’une ouverture frontalière continentale (Heilongjiang, Jilin). Elles restent toutefois pénalisées par des spécialisations économiques et des structures productives souvent vieillies. Leurs villes, avec la réforme des entreprises d’État, sont des lieux de chômage et de crises sociales.

75

Les terres enclavées enregistrent un développement insuffisant. Elles sont intérieures, mal reliées au dynamisme côtier, et n’arrivent pas à devenir des lieux d’accueil significatifs des activités depuis les pôles littoraux. Il s’agit des Jiangxi, Shaanxi, Anhui ou Henan, qui font figure de poches de développement en attente.

76

Les marges proches sont situées dans le prolongement interne ou à la périphérie de la Chine historique des Han. Elles sont peu dynamiques, pénalisées par un fort poids des hommes (Shanxi, Sichuan, Ningxia et Guangxi) ou par des conditions géographiques défavorables (Qinghai, Mongolie intérieure).

77

Quant aux périphéries continentales, elles sont en perte de vitesse, malgré les pollitiques nationales de développement dont elles font l’objet. Il s’agit du Grand Ouest chinois (Xinjiang, Tibet, Gansu) et du Sud-Ouest intérieur (Yunnan, Guizhou).

78

Si ce dernier essai de typologie régionale de la Chine retrouve la primauté du littoral, il en souligne aussi la diversité régionale, l’avance des provinces les plus précocement ouvertes et le poids des métropoles côtières, notamment Shanghai. Les régions géographiquement et économiquement intermédiaires connaissent un difficile rattrapage sur un littoral dont elles sont l’arrière-pays. Enfin, si l’on considère le sous-développement des marges et des périphéries du territoire chinois, s’impose le constat d’une Chine disloquée en interne.

CARTE 11.  - LES RÉGIONS CHINOISES ET LEUR DEGRÉ D’INTÉGRATION AU SYSTÈME ÉCONOMIQUE MONDIAL CARTE 11.

Bibliographie

  • BERQUE A., La Rizière et la Banquise. Colonisation et changement culturel à Hokkaïdo, Publications orientalistes de France, Paris, 1980.
  • CHEVRIER Y., « L’empire distendu : esquisse du politique en Chine », dans Jean-François BAYART (dir.), La Greffe de l’État. Les trajectoires du politique, Karthala, Paris, 1996, p. 263-395.
  • CRESSEY G. B., China’s Geographic Foundations. A Survey of the Land and its People, McGraw-Hill Book Company, New York, 1934.
  • GENTELLE P., « Chine », dans Roger BRUNET (dir.), Géographie universelle, tome : « Chine, Japon, Corée », Belin-Reclus, Paris, 1994, p. 5-218.
  • GIROIR G., « Processus de développement et dynamiques régionales en Chine », dans Jean-Pierre LARIVIÈRE (dir.), La Chine et les Chinois de la diaspora, CNED-SEDES, Paris, 1999, p. 155-244.
  • GOUROU P., La Terre et l’homme en Extrême-Orient, Flammarion, Paris, 1940, réédition 1972.
  • –, L’Asie, Hachette, Paris, 1953, réédition 1971.
  • GRENARD F., « Haute Asie », dans Géographie universelle, tome 8 : « Asie occidentale. Haute Asie », Armand Colin, Paris, 1929, p. 235-379.
  • LARIVIÈRE J.-P. et MARCHAND J.-P., Géographie de la Chine, Armand Colin, Paris, 1991, nouvelle édition 1999.
  • RECLUS É., « L’Empire chinois », dans Élisée RECLUS, Nouvelle Géographie universelle. La Terre et les hommes, tome 7 : « L’Asie orientale », Hachette, Paris, 1882.
  • REYNAUD A., « La Chine ou le “grand dragon” », dans Jean DOMINGO, Alain GAUTHIER et Alain REYNAUD, L’Espace Asie-Pacifique, Bréal, Paris, 1997, p. 173-194.
  • RICHTHOFEN, Ferdinand Freiherr von, China. Ergebnisse eigener Reisen und darauf gegründeter Studien [Chine. Résultats de voyages et des études qui y sont associées], Verlag von Dietrich Reimer, Berlin, 1877-1912.
  • –, Shantung und seine Eingangspforte Kiautschou [Le Shandong et sa porte d’entrée, la baie de Jiaozhou], Dietrich Reimer, Berlin, 1898.
  • –, Tagbücher aus China [Journaux de Chine], D. Reimer (E. Vohsen), Berlin, 1907.
  • SANJUAN T., À l’ombre de Hong Kong. Le delta de la rivière des Perles, L’Harmattan, Paris, 1997.
  • –, La Chine. Territoire et société, Hachette, Paris, 2000.
  • –, « Pékin, Shanghai, Hong Kong : trois destins de villes dans l’espace chinois », dans Yves LACOSTE (dir.), « Géopolitique des grandes villes », Hérodote, n° 101,2001, p. 153-179.
  • –, « L’invention du Yangzi : linéarité fluviale, segmentation provinciale et métropolisation littorale », dans Jean-Paul BRAVARD et Thierry SANJUAN (dir.), « Le Yangzi et le Rhône », Géocarrefour, Lyon, 2004, vol. 79, n° 1, p. 5-12.
  • – (dir.), Dictionnaire de la Chine contemporaine, Armand Colin, Paris, 2006.
  • SION J., Géographie universelle, tome 9 : « Asie des moussons », 1re partie : « Chine-Japon », Armand Colin, Paris, 1928.
  • TROLLIET P., La Chine et son économie, Armand Colin, Paris, 1981.
  • –, Géographie de la Chine, PUF, Paris, 1993, réédition 1996. Zhongguo tongji nianjian [Annuaire statistique de Chine], Zhongguo tongji chubanshe, Pékin, 2006.

Notes

[*]

Professeur à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et chercheur à l’UMR 8586 PRODIG (Paris-I, Paris-IV, Paris-VII, EPHE et CNRS). hhttp :// www. geochina. fr. Réalisation cartographique : Geneviève Decroix, UMR 8586 PRODIG (CNRS).

Résumé

Français

Les interprétations régionales françaises de la Chine l’ont découpée du nord au sud, en fonction des bassins fluviaux, jusqu’aux années 1970. Elles ont ensuite souligné une fragmentation estouest avec le développement économique du littoral dans les années1980 et1990. Elles développent aujourd’hui une lecture où les polarités urbaines organisent un espace chinois régionalement soumis à des degrés inégaux d’intégration à l’économie mondiale. Six grands types de dynamiques régionales peuvent ainsi être identifiés.

English

Approach of regional dynamics in China The French interpretations of regions in China have split the country in half, North to South, according to river basins, and that until the seventies. Then in the 80s and 90s, they underlined an east-west fragmentation with the coastal economical development. These interpretations offer today an approach where urban polarities organize a Chinese space regionally submitted to unequal degrees of integration to world economy. Six main types of regional dynamics can thus be defined.

Plan de l'article

  1. Les discontinuités héritées
    1. Basses terres rizicoles, foyers de fortes densités
    2. L’espace chinois vu par Élisée Reclus
    3. Les divisions régionales de Jules Sion
    4. La lecture régionale de Pierre Gourou
  2. Développement économique et disparités régionales
    1. La Chine en trois bandes longitudinales par Jean-Pierre Larivière
    2. Les trois Chine
    3. Développement et dynamiques régionales par Pierre Trolliet
    4. Découper la Chine au regard du développement par Pierre Gentelle
    5. Tripartition régionale et dynamiques urbaines par Guillaume Giroir
  3. La Chine, un espace polarisé
    1. Centres et gradients d’intégration par Alain Reynaud
    2. Le rayonnement des métropoles littorales sur l’espace chinois
    3. Dynamiques régionales fondées sur les villes et maintien d’une unité territoriale
  4. Les régions chinoises et leur degré d’intégration au système économique mondial

Article précédent Pages 157 - 185
© 2010-2017 Cairn.info