Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2010/1 (N° 20)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 107 - 118 Article suivant

Résumé

Français

Un formidable chroniqueur, Léon Werth, jamais neutre, témoigne avec une grande lucidité d’une époque dont il ne veut pas être dupe. A la différence des autres journalistes chroniqueurs, il bouleverse les conventions, rejette les stéréotypes du criminel-né, et fait preuve d’une grand humanité sur la condition humaine montrant la frontière très mince qui existe entre l’homme ordinaire et le criminel ainsi que la façon dont la justice et les juges ont porté leurs regard depuis la belle époque jusqu’aux procès d’après guerre et de la décolonisation.

English

“Admit the witness”, Léon Werth, judicial columnistLéon Werth, a great columnist, never neutral, talked very lucidly of a period for which he did not want to be deceived. Unlike other journalists, he overturned convention, rejected the stereotypes of born criminals and showed a great understanding of the human condition, demonstrating the fine line between the ordinary man and the criminal, as well as the way the law and judges carried forward their views from the “Belle Epoque” until the post-war trials and decolonization.

Plan de l'article

  1. La chronique judiciaire selon Léon Werth : l’obsession de l’Autre
  2. Figures de justice… et d’injustice

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback