Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2010/1 (N° 20)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 13 - 24 Article suivant

Résumé

Français

Le genre littéraire qu’est la Chronique judiciaire n’est vraiment établi qu’à l’époque moderne. Le lien de la justice et du sacré domine toute cette époque, l’intervention du divin permettant de faire accepter les décisions de justice qui, par nature, sont impitoyables lors de leur exécution. Le but de ces récits est donc de renseigner le public sur les lois qui organisent les mœurs et la société. Sans pour autant chercher à décrire l’ensemble de la criminalité, ils constituent également un aide-mémoire, un répertoire de l’interdit et de l’infamie, car, alors que le meurtre, caractéristique de cette société d’honneur, est le premier crime commis, ce sont essentiellement les crimes de mœurs que les différents récits racontent.

English

The origins of the judicial chronicle : the example of the kingdom of France in the last centuries of the Middle AgesThe Judicial Chronicle as a literary genre was only established in relatively recent times. The link between the law and religion, which dominated this period, made harsh judicial decisions acceptable.
Thus the aim of these legal records is to inform the public about the law which underlies society and its practices.
Without attempting to describe crime as a whole, they constitute an aidememoire, a list of what is forbidden and heinous. Although murder was the most frequent crime committed in this society based on the preservation of one’s honour, the different records are essentially about crimes against public decency.

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback