Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2010/1 (N° 20)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 147 - 154 Article suivant

Résumé

Français

En se référant à une affaire judiciaire des années 1980, « l’affaire Villemin », plus connue sous le nom de « l’affaire Grégory », Marguerite Duras nous fait comprendre la distance qui existe entre la littérature judiciaire et le récit d’un chroniqueur. Une plus grande liberté est laissée au romancier, par le choix des mots qui peuvent traduire l’injuste mais aussi par les choix faits par l’écrivain qui se construit sa propre réalité, s’approprie l’histoire jusqu’à transformer le réel. L’écrit prend le pas sur la vérité et permet de faire entrer, d’une certaine façon, le réel dans la littérature.

English

Marguerite Duras and the “affaire Grégory ” : “La folie par les collines ... ”With reference to a legal trial of the 1980’s, the « affaire Villemin » – also known as the “affaire Grégory ” – Marguerite Duras makes us understand the distance between a legal novel and a journalist’s report. Greater freedom is given to the writer, not only in his choice of words that are able to express injustice, but also in his choices to transform facts to fit the reality he has constructed. Whilst the writing takes precedence over the truth, nevertheless, to a certain extent, it can contain an element of reality.

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback