Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2010/1 (N° 20)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 81 - 91 Article suivant

Résumé

Français

De 1880 à 1914, des gloires de la presse judiciaire, comme André Salmon ou Géo London, se distinguent des écrivains, par une autre manière d’écrire l’histoire du crime. Vers les années 1880, le goût du public a changé et ceux qui suivent les débats judiciaires ne veulent plus se satisfaire des comptes rendus « consciencieusement faits ». Le chroniqueur s’investit davantage et doit désormais rendre vie à une audience, restituer l’atmosphère particulière des procès d’assises, sa signature devenant même particulièrement recherchée car sous sa plume revivent des être humains, des personnages qui trouvent leur véritable existence, descriptions que ne peut remplacer aucune photographie qui ne présente que « des choses mortes ».

English

“Writing exactly and quickly”, the new judicial chronicle (1880-1940)From 1880 to 1914, the celebrated writers of the legal press, like André Salmon or Geo London, distinguished themselves from other writers using a different way of writing crime history. In the 1880’s, the public interest changed and the ones who attended judicial debates were no longer satisfied with “conscientiously written” reports. From that time, a columnist had to bring things alive to his audience, and capture the atmosphere of the assise court. His work would be sought after because through his writing characters, people and descriptions came to life in a way that no photograph, with its cold stillness, could live up to.

Plan de l'article

  1. Ces « messieurs de la presse »
  2. La matière judiciaire

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback