Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2013/1 (N° 23)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 135 - 139 Article suivant

Résumé

Français

À la manière de Voltaire dans l’affaire Calas, Balzac prend en 1839 la défense d’un notaire de province condamné à mort pour avoir tué sa femme et un domestique. Mais devant un accusé trop manifestement coupable et une presse hostile, l’affaire se retourne contre ce « Balzac détective ». Il découvre, dit l’auteur, qu’il n’a « ni l’ambition prophétique de parler au nom de tous, ni pouvoir symbolique qui conférerait à sa parole légitimité et efficacité ».

English

Balzac’s Commitment to the Peytel AffairIn the same way as Voltaire in the Calas affair, in 1839 Balzac stood up in defence of a provincial notary condemned to death for having killed his wife and a servant. But, faced with an accused who was far too obviously guilty and a hostile press, the affair went wrong for this ‘ detective Balzac’. He discovered that he had ‘neither prophetic ambition to speak on behalf of everybody, nor symbolic power that would confer legitimacy and efficacy upon his word’.

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback