Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Histoire de la justice

2014/1 (N° 24)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire de la justice

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 127 - 132 Article suivant

Résumé

Français

Cette contribution rappelle que le principe d’oralité de la procédure accusatoire implique que toutes les preuves soient rapportées verbalement à l’audience. Le témoignage est donc le matériau privilégié de la manifestation de la vérité mais, en éprouvant la véracité et la sincérité du témoignage, le contre-interrogatoire en est la pierre de touche. Peuvent ainsi être l’objet d’une cross-examination les témoins des faits, mais aussi les policiers, les experts, et même l’accusé s’il l’accepte. Le contre-interrogatoire est devenu une sorte d’art dramatique, précisément réglementé par la coutume, la jurisprudence et la loi, pratiqué par des avocats spécialisés. Certains souhaiteraient l’introduction du contre-interrogatoire en France, possibilité à l’heure actuelle virtuellement contenue dans une réforme de 2000 du Code de procédure pénale.

English

Cross-Examination, Interrogation by the Opposing PartyThis contribution reminds us that the spoken nature of the inquisitorial process means that all evidence must be presented verbally at the hearing. Although testimonies are therefore the preferred material for uncovering the truth, cross-examination is the touchstone by testing the truthfulness and sincerity of such testimony. Eyewitnesses, police officers, experts and even the accused, if he or she agrees, can be cross-examined. Cross-examination has become a sort of dramatic art strictly regulated by custom, jurisprudence and the law and carried out by specialised lawyers. Some hope to see cross-examination introduced in France, a possibility which is currently contained in virtual form in a reform of the Criminal Procedure Code dating back to 2000.

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback