Accueil Revues Revue Numéro Article

Histoire & Sociétés Rurales

2004/2 (Vol. 22)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire & Sociétés Rurales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 103 - 134 Article suivant
1

On ne se risquerait plus, aujourd’hui, à décrire la société rurale à l’époque moderne ou contemporaine comme une juxtaposition de petites communautés villageoises autarciques délimitées par des frontières étanches. S’il ne saurait être question de contester ce fait bien établi que les populations rurales étaient globalement peu mobiles, on sait combien les contacts et les échanges avec le monde extérieur étaient fréquents et variés [1][1] La question de la mobilité rurale a suscité récemment.... Toutefois, quand bien même on ferait abstraction de l’existence de ces flux migratoires, somme toute minoritaires avant le grand exode vers les villes, que les ruraux aient été majoritairement sédentaires ne signifie pas pour autant que, dans la société villageoise, les échanges comme les relations interpersonnelles s’organisaient et se déployaient dans l’espace en fonction du découpage du territoire en communes. Les frontières communales étaient poreuses, et le tracé des divisions administratives ne délimitait pas des ensembles sociaux discontinus [2][2] Sur cette question, voir les réflexions de Patrick....

2

Il est clair par exemple que le fort taux d’endogamie locale enregistré dans les campagnes françaises au xixe siècle, davantage qu’il ne traduit l’idéal, pourtant sans cesse affirmé (notamment dans certains rites), du mariage entre soi, résulte de la faible extension spatiale du marché matrimonial : c’est pourquoi le taux d’unions endogames, qui varie d’ailleurs en fonction du niveau de fortune des individus, est proportionnel à la taille de la commune (tandis que si les communes correspondaient à des isolats ce taux devrait être à peu près constant, c’est-à-dire indépendant de l’effectif de la population de chaque localité). Le mariage paysan était l’aboutissement de stratégies dont la logique ignorait le découpage de l’espace en communes [3][3] Il n’est pas du tout démontré qu’en pays d’habitat....

3

La collectivité rurale n’en demeure pas moins, tout au long du xixe siècle, une réalité tangible : elle est le cadre d’une sociabilité spécifique, il est vrai en pleine décomposition à compter des années 1860 [4][4] Farcy, 1995. ; elle médiatise l’accès des familles à certaines ressources de la terre ; parce qu’elle coïncide avec la commune, premier degré de la pyramide administrative, elle délimite un espace de concurrence pour l’accès au pouvoir local. Enfin l’identité communale constitue la dimension idéelle, et dans une large mesure idéologique – puisqu’elle ne reflète qu’imparfaitement les pratiques sociales observées –, de cette réalité dont nous ne prétendons pas, cela va de soi, inventorier ici tous les aspects [5][5] La vigueur du sentiment d’appartenance à la commune....

4

La division de la communauté locale en deux factions rivales est tout aussi caractéristique de la vie communautaire [6][6] L’anthropologie anglo-saxonne utilise pour désigner.... Et tandis que dans un département comme le Lot les manifestations les plus spectaculaires du localisme (en particulier les violences intercommunales) disparaissent dès les années 1850-1860, les communautés villageoises ne cessent d’être déchirées, depuis la Révolution jusqu’au xxe siècle, par des luttes de partis.

5

Dans la mesure où ces conflits puisent leur dynamique dans les rivalités qui, au sein de chaque communauté rurale, opposent ceux qui exercent une autorité morale ou cherchent à accaparer le pouvoir local, et comme, d’autre part, la querelle n’est jamais totalement indépendante, dans ses modalités et dans son déroulement, du contexte politique, institutionnel, idéologique et culturel caractéristique de chaque période, la physionomie de l’affrontement ne cesse d’évoluer au gré des soubresauts de l’histoire nationale et à mesure que se modifient les fondements de la domination notabiliaire. Si l’enjeu du conflit reste essentiellement local, à chaque instant l’environnement global fournit des ressources symboliques et idéologiques dans lesquelles les protagonistes vont pouvoir puiser pour justifier leur opposition au camp adverse, mais aussi le cadre intellectuel dans lequel l’antagonisme des deux partis va être perçu, et les moyens qui vont pouvoir être mobilisés dans la lutte.

6

Deux visions contradictoires s’opposent concernant cette forme de conflictualité. Elle est tantôt interprétée comme le symptôme d’un certain archaïsme des attitudes et des représentations, et par conséquent comme faisant obstacle à la diffusion dans la société rurale de l’individualisme démocratique, de la politique moderne et du vote d’opinion ; mais pour certains auteurs, à l’inverse, la bipolarisation de la collectivité locale en deux factions rivales a pu faciliter la diffusion du débat politique dans les campagnes. C’est en particulier cette notion d’« infiltration » de la politique dans la dispute villageoise que nous voudrions discuter ici. Étudier, dans le cadre d’un département, c’est-à-dire dans un contexte culturel homogène, mais sur plusieurs décennies, comment évoluent les conflits factionnels, qui sont à la fois internes au groupe local et perméables aux influences extérieures, c’est se donner la possibilité d’observer, à partir d’un indice stable, la chronologie et certaines modalités de l’intégration des communautés locales à l’espace national.

Querelles de préséances et rivalités notabiliaires

7

Sous le régime du Concordat, la rivalité du maire et du curé apparaît comme la forme emblématique de la querelle villageoise (on trouverait cependant des équivalents sous l’Ancien Régime [7][7] Sur les conflits entre curés et consuls, voir par exemple...). Si ces conflits peuvent différer, sous certains aspects, d’un diocèse à l’autre (ils sont plus ou moins fréquents, plus ou moins intenses, et le degré d’implication des paroissiens n’est pas partout le même), le caractère universel de la rivalité du maire et du curé suppose l’existence de déterminants globaux, indépendants du contexte local, qu’on se contentera d’évoquer ici tant ils sont connus.

Figures du mauvais prêtre

8

Deux grands facteurs peuvent expliquer la fréquence de ces dissensions tout au long du xixe siècle. Le premier concerne l’organisation de la vie paroissiale. Le Concordat, le décret du 30 décembre 1809 sur les fabriques, ainsi qu’une série de règlements complémentaires, ont mis en place un système où les compétences des autorités municipales et religieuses se recouvrent partiellement : ce qui, bien entendu, multiplie les points de friction éventuels. Ces nouvelles réglementations définissent en particulier les charges de la commune : celle-ci, en cas d’insuffisance des ressources de la fabrique, est mise à contribution, et doit par exemple verser une indemnité de logement au desservant ou financer les travaux d’entretien de l’église et du cimetière.

9

L’attitude du clergé rural vis-à-vis du monde profane constitue un autre élément d’explication. Les desservants de paroisses, pour la plupart issus du monde paysan ou de l’artisanat, ont le sentiment de s’être élevés dans la hiérarchie sociale ; d’où un sens très aigu de leur position, qui explique à son tour l’importance qu’ils accordent aux questions de préséance [8][8] À la fin du siècle, les conflits opposant instituteurs.... Mais c’est aussi la formation du clergé dans les séminaires qui explique son intransigeance, sa volonté de tout dominer et une certaine dose d’agressivité à l’égard des paroissiens.

10

Certains griefs reviennent plus fréquemment que d’autres dans les plaintes que les paysans du Quercy adressent aux autorités préfectorales ou diocésaines. On n’apprécie guère les curés qui bouleversent les habitudes de la communauté ; ceux qui s’opposent à des usages anciens tels que la sonnerie des cloches par temps d’orage ; ceux encore qui gèrent les fonds de la fabrique de manière autoritaire et opaque, en s’appuyant sur quelques fidèles.

11

La réitération des mêmes thèmes dans les doléances paysannes permettrait sans doute de dresser un portrait en creux du bon pasteur. Mais il est essentiel pour notre propos de souligner que les ecclésiastiques mis en cause ne font presque jamais l’unanimité contre eux. Ils peuvent toujours s’abriter derrière les témoignages à décharge de certains de leurs paroissiens (dès lors désignés collectivement comme le « parti du curé »). Par conséquent il est clair que ces dénonciations servent surtout de prétexte aux coteries villageoises.

Le clergé face au jeu des ambitions locales

12

Mais si le clergé rural est si souvent impliqué dans les disputes locales, c’est aussi parce que ces conflits sont toujours, bien qu’à des degrés variables, des querelles de préséance. Or certains rites collectifs organisés dans le cadre de la paroisse (en particulier la messe et les processions) sont l’occasion pour les villageois de se rassembler et de s’exhiber comme un tout agencé selon un ordonnancement précis, où chacun se voit attribuer la place correspondant à la position qu’il occupe au sein du groupe, en fonction de son âge, de son sexe et de son statut. Toute décision du desservant concernant par exemple la désignation des jeunes chargés de porter les bannières le jour de la Fête-Dieu [9][9] En 1833, le desservant de la paroisse de Concorès veut..., la manière de sonner les cloches lors des enterrements [10][10] Des troubles éclatent à Labastide-du-Haut-Mont en 1853... ou encore la place des fidèles à l’intérieur de l’église [11][11] Aujols, 1833, et Cuzac, 1863-1864 : Arché dép. Lot,..., peut provoquer des heurts, non seulement parce qu’elle bouleverse des habitudes, mais surtout parce qu’elle risque de blesser l’amour-propre de ceux qui ont le sentiment d’être lésés par le nouveau règlement.

13

C’est toutefois la concession des bancs et des chaises à l’intérieur de l’église qui reste la question la plus sensible [12][12] Sous l’Ancien Régime, les seigneurs prétendaient détenir.... En raison de son coût (de l’ordre d’1,50 francs par an), la location d’une chaise est un luxe hors de portée des plus pauvres : l’opposition entre ceux qui peuvent s’asseoir et ceux qui sont obligés de rester debout pendant la messe recouvre une différence sociale. Le privilège du banc, réservé aux fabriciens, aux autorités constituées et à quelques riches concessionnaires, est plus discriminant encore. C’est autant leur respectabilité qui est confirmée là que la consécration d’un niveau de fortune, et lorsqu’on veut déconsidérer un notable, c’est à son banc que l’on s’en prend, en le reléguant loin du chœur, en l’enduisant d’huile, en le recouvrant d’excréments ou en le détruisant. On comprend alors pourquoi une mesure telle que l’élévation du tarif de la location, le remplacement des bancs par des chaises [13][13] Promilhanes, 1820 : Arch. dép. Lot, 1 m 144. ou la modification de la disposition des meubles à l’intérieur de l’église [14][14] Labastide-du-Vert, 1855 : ibid., 3u1 1596. peut être source de violents conflits.

14

Des querelles éclatent encore lorsque ceux qui se sont élevés dans la hiérarchie des fortunes et des positions revendiquent une meilleure place dans l’enceinte de l’église. En 1841 et 1842, la mise aux enchères des bancs et des chaises de la fabrique divise le village de Cernac :

« Il y a dans la commune deux partis extrêmement montés l’un contre l’autre au sujet des bancs et des chaises, et ceci provient de ce qu’un grand nombre de particuliers aujourd’hui aisés voudraient s’élever au même point que ceux qui possèdent des bancs ou des chaises depuis longtemps » [15][15] Le maire de Cernac au préfet, 25 janvier 1842 : ibid.,....

Ajoutons que lorsque les paroissiens contestent collectivement la faculté accordée aux notables de disposer d’un banc, le conflit peut prendre la dimension d’un affrontement entre riches et pauvres [16][16] Bel exemple à Linac en 1822 : ibid., 2 u 338 ; Arch.....

15

Le simple jeu des ambitions locales suffit parfois à expliquer les mouvements d’humeur dont sont victimes certains ecclésiastiques. Ainsi n’est-il pas rare de voir de petits notables chercher à se donner de l’importance en montant une cabale contre le succursaliste. Tout comme l’opposition des partisans et des adversaires du curé peut recouvrir une rivalité territoriale à l’intérieur de la paroisse [17][17] À Nozac, en 1830, les habitants du bourg, favorables..., la mise en cause d’un prêtre (dénoncé au sujet de son comportement ou de telle décision qu’il a prise) fournit souvent le prétexte à la formation d’une « faction » villageoise.

16

Lorsqu’à la fin des années 1840 Hyppolite Bariety prend la direction de la paroisse des Roques, il se met aussitôt en rapport avec les principaux habitants de la localité. Le dénommé Bergou, décrit comme un homme « qui a la prétention d’atteindre à la bourgeoisie », ne cache pas son amertume de ne pas avoir reçu un nombre de visites en rapport avec sa position dans la paroisse. Quelques années plus tard, il s’efforce de monter les paroissiens contre le desservant, lui reprochant sa gestion des fonds de la fabrique et, surtout, d’avoir changé le confessionnal et le bénitier ; de concert avec un marguillier évincé du conseil de fabrique, il lance la rumeur d’un impôt extraordinaire destiné à financer la réparation de l’église et du presbytère. La manœuvre réussit : la population, irritée, s’attroupe plusieurs jours de suite ; le curé est charivarisé par la jeunesse, les arbres de son jardin sont arrachés [18][18] Ibid., 3 u 1 1591..

17

Si par conséquent la dénonciation d’un « mauvais » curé peut servir de prétexte à la formation d’une coalition, à l’inverse, il arrive qu’un desservant ivrogne et débauché, sur lequel pèse la menace d’une sanction, s’appuie sur des ambitions locales pour se constituer un groupe de partisans. C’est ce qu’on observe à Girac, où le succursaliste, qui a déjà fait l’objet d’une suspension temporaire en raison de son comportement scandaleux, monte un parti hostile au maire, à la tête duquel il place l’adjoint [19][19] 1822-1823 : ibid., 1 m 127.. Le desservant de Corn, également relevé de ses fonctions en février 1826 à la suite de plaintes relatives à sa conduite et à sa gestion des fonds de la fabrique, désigne le maire comme principal responsable de ses déboires : la commune se divise entre partisans et adversaires du prêtre [20][20] Ibid., 1 m 128 et 2 u 342..

18

Enfin la rivalité du maire et du curé n’est parfois qu’un épisode parmi d’autres d’une lutte d’influence opposant deux grandes maisons se disputant le pouvoir municipal [21][21] Saint-Michel-de-Bannières, 1823 : ibid., 1 m 197 et.... Et on peut faire l’hypothèse que dans le Quercy l’absence de conflit caractérise les localités où une famille particulièrement puissante exerce une domination sans partage, décourageant du même coup tout concurrent.

19

Il est bien évident que la nature des relations que les paroissiens entretiennent avec leur pasteur se modifie au gré des circonstances politiques. La configuration de la dispute locale ne peut que s’en ressentir.

Autorité municipale et autorité pastorale sous la Restauration

20

Dans l’atmosphère de suspicion générale caractéristique des premiers mois de la Restauration, le caractère conflictuel des rapports que le clergé paroissial entretient avec les autorités municipales éclate au grand jour. En décembre 1815, l’évêque de Cahors s’adresse à Decazes pour protester, au nom des curés du diocèse, contre la préfecture qui a chargé les maires de rendre compte de la conduite et de la moralité des prêtres ; le curé de Cressensac profite de l’occasion pour dénoncer l’attitude des fonctionnaires municipaux, « pour la plupart très difficiles, très exigeants », et trop enclins à son goût à se prévaloir de l’« espèce de supériorité que le gouvernement leur a donné jusqu’ici sur les curés » [22][22] Le desservant de Cressensac à l’évêque, 20 décembre....

21

Toute la difficulté consiste à faire la part de ce qui, dans ce type de conflit, ressortit à la rivalité personnelle entre petits notables désireux d’accroître leur sphère d’influence, et de ce qui relève de l’opposition, d’une toute autre nature, entre deux personnages incarnant des principes d’autorité concurrents. Autrement dit, il s’agit d’évaluer, dans le Quercy du début du xixe siècle, dans quelle mesure la multiplication des conflits mettant aux prises les maires et les curés procède de l’affirmation d’une conscience municipale soucieuse de s’affranchir de la tutelle cléricale.

22

Les habitants du village de Cahus qui, dans une pétition adressée à l’évêque au mois de juin 1819, sollicitent la désignation d’un nouveau pasteur, paraissent animés du désir de préserver l’indépendance du pouvoir temporel. Ils dénoncent dans leur requête l’autoritarisme du curé Verdier, qui dispose à sa guise des ressources de la fabrique, n’en convoque jamais le conseil, prêche contre le luxe et les divertissements, s’en prend aux filles trop coquettes et traite les détenteurs de biens nationaux de fripons et de coquins. Mais, surtout, les adversaires du curé, s’ils se défendent d’être inspirés par un quelconque « esprit d’irréligion », n’en regrettent pas moins que leur pasteur « franchi[sse] ou méconna[isse] la ligne tracée par Jésus-Christ lui-même entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel » [23][23] Le maire de Cahus, il est important de le préciser,....

23

Il est pourtant exceptionnel, sous la Restauration, que les villageois en conflit avec leur curé exigent explicitement que les municipalités menacées par les empiétements du pouvoir ecclésiastique puissent prendre des décisions autonomes. En revanche la défense des prérogatives de la commune, à défaut de faire l’objet d’une revendication théorique, peut se manifester dans un conflit autour d’enjeux concrets. Au début de la Restauration, l’adjoint de Gagnac a pris la tête d’une coalition qui cherche à obtenir le renvoi du succursaliste. Le conflit est ancien, mais, en 1817, le différend porte plus particulièrement sur l’herbe du cimetière, dont la commune et le desservant se disputent la propriété. S’appuyant sur un accord vieux de quinze ans, le prêtre prétend pouvoir disposer de cette herbe pour nourrir son cheval. L’adjoint, de son côté, la destine aux indigents domiciliés dans la commune [24][24] Arch. dép. Lot, 1 m 125 et 1 m 155..

24

Dans ces deux exemples, le maire a pris la défense du curé mis en cause par l’adjoint. Mais il est assez rare, dans les premières années de la monarchie constitutionnelle, que le maire, l’adjoint et les membres du conseil municipal présentent un front uni face au représentant local du clergé. Par conséquent, dès lors que les fonctionnaires municipaux se répartissent dans les deux camps, l’affrontement peut difficilement être perçu par les intéressés – et interprété par l’historien – comme un épisode de la lutte que se livrent le pouvoir laïque et le pouvoir clérical. En 1827, le conseil municipal de Vaillac est divisé entre les partisans du curé (parmi lesquels figure l’instituteur) et les partisans du maire [25][25] Ibid., 1 m 136.. En 1818 et 1819, tous les conseillers municipaux de Frayssinet-le-Gourdonnais s’allient au desservant dans la lutte qui les oppose à l’ancien maire et à l’instituteur, à propos de l’aliénation de quelques lambeaux de communaux [26][26] Ibid., 1 m 133, 2 o 43/4, 2 o 134/4 ; Arch. nat. F3.... Et on ne peut pas non plus parler de divergence entre le temporel et le spirituel lorsque le maire d’un chef-lieu de canton se trouve impliqué dans un conflit mettant aux prises le curé et son vicaire [27][27] Salviac, 1814 : Arch. dép. Lot, 2 v 40 ; Latronquière,.... La rivalité du maire et du curé n’est qu’un cas de figure – même si c’est l’hypothèse la plus fréquente – parmi toutes les situations possibles.

25

Par conséquent la multiplication des conflits opposant, sous la Restauration, les maires aux curés ne doit pas seulement être interprétée comme le symptôme d’une intolérance croissante de la société rurale à l’égard d’un clergé rigoriste et jaloux de son autorité. En faire le révélateur d’une mutation idéologique globale serait réducteur. La volonté que manifestent certains fonctionnaires municipaux de s’affranchir de la tutelle cléricale ne suffit pas à expliquer le déclenchement de ces querelles. Si les curés se trouvent si souvent impliqués dans les conflits villageois, c’est parce qu’en raison de l’influence qu’ils exercent au sein du groupe local, ils peuvent difficilement rester étrangers aux rivalités qui surgissent au sein du village [28][28] Il est à noter que le curé est presque toujours un....

26

Dès les années 1820, pourtant, certaines querelles locales ne paraissent pas totalement étrangères à la politique. Prenons l’exemple de la succursale de Montet. Un nouveau desservant en prend la direction en 1823, après avoir dû quitter la paroisse de Fons, dont il était vicaire, « parce qu’il avait voulu former un parti contre son curé » [29][29] Le sous-préfet de Figeac au préfet, 1er avril 1825.... Deux ans après son installation à Montet, il se brouille avec le maire au sujet d’une jeune servante qu’il s’obstine à garder à son service en dépit des rappels à l’ordre de l’évêque. L’adjoint, qui aimerait bien devenir maire, est le principal allié du prêtre. Le sous-préfet, plutôt partisan du maire, accuse son adjoint d’être « un homme qui a marqué par ses mauvaises opinions dans les temps révolutionnaires ». Ce genre de reproche revient assez fréquemment sous la Restauration. Mais l’argument ne se voit pas conférer un statut particulier dans l’ensemble de ceux qui visent à disqualifier un adversaire : si on le fait figurer dans une pétition adressée aux autorités administratives, parmi toutes sortes de griefs relatifs à la conduite privée de la personne incriminée, c’est davantage par tactique que parce qu’on a le sentiment d’être engagé dans un conflit idéologique. Dans le cas de Montet, paroisse divisée en deux « partis » adverses, on ne relève pas le moindre indice de politisation en profondeur. Et il est rare, à cette date, que ceux qui s’opposent à un curé manifestent des sentiments anticléricaux : lorsqu’un ecclésiastique est pris à partie par des villageois, ce n’est jamais en tant que prêtre, mais en tant que mauvais prêtre, qui ne se conforme pas à l’image que l’on se fait d’un bon pasteur [30][30] Nous n’avons relevé qu’un seul contre-exemple : au....

Politisation et dépolitisation du conflit sous le règne de Louis-Philippe

27

Les bouleversements consécutifs à la chute des Bourbons en juillet 1830 ont eu d’importantes répercussions sur les conflits locaux : certaines coteries villageoises ont par exemple cherché à tirer parti de la vigoureuse politique d’épuration des municipalités et de la réorganisation de l’administration préfectorale pour modifier le rapport de force en leur faveur [31][31] En septembre 1830, 90 maires et 58 adjoints sont révoqués.... Mais ce qui change, avec le vote de la loi de mars 1831 relative à la désignation des conseillers municipaux au suffrage censitaire, et à la faveur de l’agitation politique des premières années du règne de Louis-Philippe, ce sont les conditions même dans lesquelles les forces en présence vont pouvoir se livrer bataille. Il faut toutefois noter que l’incidence des événements nationaux sur la conflictualité intra-communale n’a pas été immédiate.

28

Au lendemain des Trois Glorieuses, la correspondance administrative ne mentionne pratiquement aucun affrontement de type factionnel. Dans le Quercy, la révolution de Juillet a d’abord provoqué une vague de violences antifiscales qui persiste jusqu’au mois d’octobre 1831. S’il arrive que le déclenchement de l’émeute suscite des tensions à l’intérieur de la localité (on tient des propos contre les nantis, on menace ceux qui refusent de se joindre au mouvement), la ligne de fracture qui se dessine à cette occasion ne recouvre jamais celle que provoque l’affrontement des coteries municipales. L’opposition des paysans à l’impôt repose sur une réaction communautaire qui, bien que jamais totalement spontanée – puisqu’elle implique l’exercice de la contrainte –, n’en contribue pas moins à étouffer temporairement les germes de conflit interne [32][32] Sur cet épisode, Ploux, 2002, p. 202-210..

29

Cependant dès la fin de l’année 1831, alors que la fièvre antifiscale est brutalement retombée, on observe une détérioration des relations entre les maires et les curés : les conflits opposant leurs alliés respectifs se multiplient dans les communes du département. Dans une lettre adressée au préfet, Mgr d’Hautpoul, l’évêque légitimiste du diocèse, met en cause le comportement des maires, qu’il accuse de livrer une guerre acharnée aux succursalistes ; le sous-préfet de Gourdon se plaint de son côté des tracasseries que le clergé, resté fidèle à la branche aînée, ne cesse de susciter aux autorités municipales [33][33] Respectivement le 20 septembre 1833 et le 2 juillet.... À vrai dire ni l’un ni l’autre n’ont tout à fait tort. Le contexte national est propice à une intensification de ce type de querelles. Plusieurs facteurs, tels l’anticléricalisme du début du règne de Louis-Philippe – il est alimenté dans la région par la crainte du rétablissement de la dîme –, la laïcisation des institutions engagée par la bourgeoise libérale au pouvoir, ou encore la mise en honneur des municipalités par le nouveau régime ont pu contribuer à enhardir les maires en opposition avec le desservant.

30

Ainsi le conflit prend-il souvent des allures de revanche de la municipalité sur l’autorité pastorale. À Pescadoires, les deux pouvoirs s’affrontent au sujet de l’ancien presbytère. 53 habitants du village ont fait l’acquisition de ce bâtiment en l’an xiii, avant de le partager en deux lots : le premier pour loger le desservant, le second pour faire office de maison commune. Cependant le prêtre a fini par prendre possession de la totalité de l’édifice. À l’annonce des événements de Juillet, plusieurs habitants tentent d’investir de force le presbytère. Le 25 mars 1831, ils s’adressent au ministre de l’Intérieur pour réclamer justice, arguant de ce que la nouvelle loi municipale nécessite, pour les réunions du conseil, un vaste local [34][34] Arch. nat. F3 ii Lot 11.. Il faut encore mentionner l’attitude du maire nouvellement promu de Saint-Paul-Laboussie, qui, au mois d’octobre 1830, prend la décision de dresser l’inventaire des biens appartenant à la commune ; il exige que l’ancienne équipe municipale restitue les écharpes, les drapeaux tricolores et les piques qui servaient jusqu’alors à décorer l’église ; le jour de la fête patronale il menace de faire entrer les gardes nationaux en force dans l’église, et parle de chasser le curé [35][35] Arch. dép. Lot, 1 m 202..

31

Avec la révolution de Juillet et les lois municipales de 1831 et 1837, l’autorité du maire a gagné en prestige : l’intensification des luttes entre coteries rivales pourrait alors s’expliquer par l’accroissement des enjeux [36][36] La compétence du maire reste il est vrai limitée. Dans.... Mais l’accession de l’opposition libérale à la tête de l’État a également renforcé l’exigence d’autonomie du pouvoir civil. On tolère mal, par exemple, que les desservants intriguent au moment des élections municipales [37][37] Parmi de nombreux exemples : Labathude (Arch. dép..... Toutefois il est important de souligner que cet anticléricalisme rural se manifeste exclusivement dans le cadre de luttes factionnelles : il n’est pas de curé qui ne puisse compter sur le soutien d’un « parti », parfois majoritaire dans la localité, et derrière les attaques portées contre tel desservant au nom de la défense des droits de la commune, se cache souvent la revanche d’une coterie écartée du pouvoir sous la Restauration.

32

Par conséquent les paysans du Haut-Quercy sont rarement très virulents dans la dénonciation des curés. L’anticléricalisme des habitants du Boulvé en conflit avec leur curé est d’une audace sans exemple, en tout cas à cette date. Il faut reconnaître que les causes profondes du différend nous échappent en partie (il n’est pas impossible que la querelle ait eu pour origine la suppression, par décision du maire, des honoraires de la seconde messe et d’un supplément de traitement alloué au curé). Mais ce qui importe ici, c’est que la jeunesse, qui s’est rangée dans le camp du maire, ne se contente pas, comme il est de coutume dans ce type d’affaire, de charivariser le curé, de saccager son jardin et de répandre des excréments sur le portail du presbytère : ayant fait l’acquisition d’une barrique de vin, elle organise sur la place du village une sorte de parodie de la procession du saint sacrement d’où fusent les cris d’« À bas les calotins », « Mort aux curés » et « Vive les républicains » [38][38] Arch. dép. Lot, 2 v 40 et 3 u 1 1556 et Arch. nat..... Mais pareille hostilité au clergé, répétons-le, est exceptionnelle.

33

L’autre élément nouveau, par rapport à la Restauration, c’est que l’opposition de l’évêché et de la préfecture est désormais politique (Mgr d’Hautpoul, qui dirige le diocèse jusqu’à sa démission en 1842, ancien émigré, un temps aumônier de la duchesse d’Angoulême, est resté fidèle à la branche aînée des Bourbons). Par conséquent les conflits mettant aux prises le maire au curé, où chacun des protagonistes s’adresse à sa hiérarchie directe pour faire valoir son point de vue, prennent fréquemment la dimension d’un affrontement entre carlistes et patriotes. En se positionnant par rapport au clivage national opposant l’orléanisme au légitimisme, chaque parti va mettre en avant une gamme d’arguments supplémentaires. Et c’est du même coup le conflit lui-même qui va gagner en lisibilité, devenir plus facile à déchiffrer pour les membres de l’administration diocésaine et les fonctionnaires de la préfecture ou du ministère.

L’influence politique du clergé légitimiste

34

Le différend qui oppose le maire et le desservant de Labathude offre un bel exemple de politisation d’un conflit local au lendemain de l’avènement de Louis-Philippe. En 1829, les deux camps s’affrontent à propos du vote de centimes additionnels : tandis que le maire souhaite employer cet impôt à l’amélioration des chemins vicinaux, le desservant voudrait que priorité soit donnée à l’embellissement de l’église et du presbytère. Il s’agit bien d’une querelle entre le curé – très influent dans la paroisse – et la municipalité ; cependant le conseil municipal ne présente pas un front uni : au lendemain de la Révolution, quatre conseillers, alliés au prêtre, refusent de prêter serment au nouveau régime. Ils sont cependant élus aux élections municipales de 1831, au cours desquelles le desservant a beaucoup intrigué. À cette date, en tout cas, il n’est plus fait référence, dans la correspondance relative à l’affaire, à des rivalités de familles ou à des questions d’intérêt local : l’opposition des deux factions est décrite comme une scission purement idéologique entre les partisans de Charles X (les amis du curé) et les partisans de la Révolution (les amis du maire). Cette querelle est perçue par les patriotes de Labathude comme une manifestation locale d’un conflit plus vaste : dans une lettre au préfet ils affirment que les deux camps « sont prêts à prendre les armes pour s’entretuer, le jour où la nouvelle d’une levée de boucliers, sur quelque point du royaume, parviendrait dans nos campagnes » [39][39] Pétition au préfet, 4 juillet 1831 : Arch. dép. Lot,....

35

Le sous-préfet de Figeac s’étonne de cette politisation de la querelle, qu’il attribue à l’influence du desservant : « Comment dans une commune aussi pauvre, aussi isolée, si étrangère à la politique s’est-il trouvé quatre individus qui se soient déclarés contre un gouvernement auquel tout le monde se ralliait ici avec enthousiasme [40][40] Lettre au préfet, 23 août 1831 : ibid., 2 v 40. ? » Il est clair que l’attitude du clergé légitimiste, qui affiche son hostilité au nouveau régime en omettant de réciter les prières pour le roi, a beaucoup contribué à cette politisation des luttes. Il faut d’ailleurs observer que dans les premières années du règne les querelles politiques sont plus nombreuses mais aussi plus vives dans la partie méridionale du département, autour de Montcuq, de Castelnau et sur le causse de Limogne, où un clergé belliqueux vient relayer l’influence des notables carlistes.

Une politisation superficielle

36

Durant les quatre ou cinq premières années de la monarchie de Juillet, il n’est guère de conflit qui ne prenne la dimension d’un affrontement entre légitimistes et orléanistes (la commune du Boulvé est la seule, à notre connaissance, où soit signalée l’existence d’un « parti » républicain). Certes, l’enjeu de la dispute demeure essentiellement local. Mais les protagonistes expriment leur désaccord dans le langage de la « grande » politique. La politisation du conflit, à ce stade, reste cependant très superficielle. En effet, dans la plupart des localités partagées en deux camps, ce sont presque exclusivement les meneurs, c’est-à-dire ceux qui portent l’affaire devant les instances supérieures, qui perçoivent et décrivent (dans leurs témoignages) le différend comme une affaire politique [41][41] Le conflit qui met aux prises au Vigan, commune où....

37

On peut bien sûr faire l’hypothèse que cette sorte de rationalisation a posteriori de la dispute locale a contribué à familiariser les paysans avec les thématiques et les catégories de la politique nationale. Pourtant, après 1835, les conflits villageois, moins fréquents et moins violents qu’au commencement du règne, se dépolitisent totalement. On en revient – exactement comme dans la Provence étudiée par Maurice Agulhon – à des querelles purement locales [42][42] Agulhon, 1979, p. 270-271.. Il faut d’ailleurs observer que les affrontements opposant le desservant à une municipalité faisant bloc deviennent plus rares à compter de cette date : les conseillers se divisent entre partisans du maire et partisans du curé, et plus personne n’a recours à des arguments de nature idéologique. Il faut attendre les événements de 1848 pour voir la politique réinvestir la dispute locale.

Des violences de 1848 à la pacification impériale

38

À compter du mois de mars 1848, et jusqu’à la fin du printemps 1849, les campagnes du Haut-Quercy sont agitées par une série d’émeutes antifiscales : si certaines éclatent à l’occasion d’une foire, la plupart sont conformes au modèle du soulèvement « communautaire » [43][43] Ploux, 2002, p. 210-222.. Toutefois l’unanimisme qu’affichent les collectivités villageoises mobilisées contre l’impôt des « quarante-cinq centimes » ne peut empêcher la formation de factions rivales à l’intérieur de plusieurs localités. Mais c’est moins la fréquence de ces affrontements que leur brutalité qui fait la spécificité de la période – elle peut s’expliquer par la volonté de certaines coteries reléguées dans l’opposition de s’emparer du pouvoir municipal à la faveur des événements de février-mars. Dans plusieurs paroisses, des paysans, parfois encouragés par les autorités municipales, règlent leurs comptes avec le desservant en procédant (ou en menaçant de procéder) à son expulsion [44][44] On observe de toute évidence à l’occasion de ces événements,.... L’élargissement du corps électoral à l’ensemble des hommes âgés d’au moins 21 ans, pas plus que la possibilité désormais offerte aux conseillers municipaux de désigner le maire et son adjoint, ne semblent avoir contribué à pacifier les conflits : les élections municipales de l’été donnent lieu à plusieurs incidents sanglants [45][45] Calamane (Arch. dép. Lot, 3u1 1580, 4m 23) ; Saint-Germain....

39

On notera aussi qu’au cours de l’année 1848, alors que le climat politique est propice à la mise en cause de toutes les marques distinctives de la supériorité sociale, la question des bancs et des chaises d’église revêt une acuité particulière. Dans plusieurs localités (en particulier Saint-Germain et Saint-Paul-de-Vern [46][46] Arch. dép. Lot, 2 v 40 et 4 m 23.) on voit se constituer un parti – en général hostile au desservant – qui prend la défense du « pauvre » lésé par les dispositions d’un règlement relatif soit à l’attribution des bancs et des chaises soit à leur disposition à l’intérieur du santuaire.

40

Comme dans les cinq premières années de la monarchie de Juillet, les conditions sont réunies pour que la dispute locale prenne un caractère politique. Et il est rare, en effet, que les deux factions aux prises ne se réclament pas l’une du parti de l’ordre, l’autre de la Montagne. Plusieurs facteurs ont pu favoriser cette politisation des querelles villageoises : la propagande montagnarde, active dans la partie nord du département (autour de Martel, Vayrac et Souillac, où les conflits se multiplient) ; la bipolarisation de la vie politique nationale à partir de juin ; l’attitude des desservants qui, aux prises avec certains de leurs paroissiens, s’efforcent d’obtenir l’appui des autorités supérieures en se présentant comme les défenseurs de l’ordre menacé par les menées « anarchistes ». L’obsession des autorités à vouloir classer les maires, adjoints, conseillers municipaux comme les maîtres d’école dans deux catégories étanches, celle des « dangereux anarchistes » et celle des « amis de l’ordre » a pu favoriser la perception du conflit local comme une lutte politique.

41

Avec l’avènement du Second Empire, la violence du conflit diminue et la dispute se dépolitise. Quant aux mobiles, au moins apparents, des querelles – qui restent très fréquentes –, ils n’évoluent guère : on a pour l’essentiel affaire à des affrontements opposant le parti du maire à celui du curé au sujet de la concession des bancs, de la sonnerie des cloches ou des honoraires de la seconde messe. Il est évident qu’en raison du ralliement enthousiaste et quasi-unanime des paysans du Lot à l’Empire, et du fait de l’absence d’une véritable opposition au régime, les conditions n’étaient pas favorables à un alignement des factions locales sur les partis nationaux. L’attitude de l’Église à l’égard des autorités civiles constitue un autre élément d’explication : les relations entre la préfecture et l’évêché sont au beau fixe (il arrive par exemple que le desservant d’une paroisse soit consulté au sujet de la désignation d’un maire et, à l’inverse de ce qui se passait sous le règne de Louis-Philippe, l’administration ne prend pas systématiquement la défense de l’autorité municipale lorsque celle-ci est en mauvais termes avec le curé). Et les quelques mouvements d’humeur du clergé rural au moment des affaires d’Italie n’y ont pas changé grand-chose.

Luttes de factions et clientélisme à l’aube de la IIIe République

42

Le 18 octobre 1870, le nouveau préfet du Lot rend compte à Gambetta des difficultés qu’il éprouve à doter Gourdon d’une municipalité républicaine. La situation de cette ville – il est vrai particulièrement complexe, puisqu’aux rivalités entre coteries se superpose une opposition entre le chef-lieu et la campagne – inspire au fonctionnaire la remarque suivante :

« Dans ces querelles, dans ces compétitions locales (et ici je ne parle pas seulement de Gourdon), la politique est pour très peu ; les opinions politiques dont chacun se couvre ne sont que rarement les vrais mobiles ; ce sont des rivalités d’amour-propre ou des haines de famille qui font agir. À l’heure présente il y a dans presque toutes les localités deux partis, comme cela a toujours été de tout temps, dont l’un est au pouvoir, c’est-à-dire la commission municipale et dont l’autre est au dehors ; et celui-ci ne manque nulle part de dire que seul il est républicain, que le parti adverse est réactionnaire, ainsi que l’administration. Voilà, Monsieur le ministre, la vérité toute nue » [47][47] Arch. nat. F1b ii Lot 12..

Au cours des deux premières décennies de la IIIe République, les efforts déployés par les républicains et par leurs adversaires monarchistes ou bonapartistes pour capter les suffrages de l’électorat rural accentuent la tendance des collectivités villageoises à la bipolarisation. Le Lot connaît alors une situation tout à fait comparable à celle que décrit Christian Thibon dans son travail sur le pays de Sault. Dans les Pyrénées audoises, l’administration républicaine s’efforce d’évincer les municipalités conservatrices en s’appuyant sur les « contre-partis » d’opposition. Ceux-ci deviennent alors l’un des instruments privilégiés de la conquête de l’opinion par les républicains. Par conséquent, observe Christian Thibon, l’accession au pouvoir municipal d’un nouveau conseil républicain traduit moins la conversion de la majorité des habitants de la localité à une idéologie politique progressiste que le triomphe d’une coterie villageoise sur une autre. La politisation du conflit est, à cette date, encore superficielle [48][48] Thibon, 1988..

43

Durant les quinze ou vingt premières années de la République, la multiplication sans précédent des compétitions municipales politisées procède, dans le Lot, d’une même double instrumentalisation des luttes politiques par les factions villageoises et des rivalités locales par les partis nationaux. Au cours de cette période, la diversification du champ d’intervention de l’État dans la vie locale va provoquer une intensification des compétitions municipales et contribuer à relier davantage ces querelles aux conflits opposant les grands partis nationaux. Le rôle du maire, en effet, gagne en importance : il fait fonction d’intermédiaire dans l’accès aux petits emplois administratifs (de facteur, de cantonnier, de receveur buraliste) comme à certaines ressources publiques (fonds du bureau de bienfaisance, subventions et secours divers). Sa médiation est également déterminante dans l’attribution des permis de cultiver le tabac, particulièrement précieux en raison du recul du vignoble [49][49] Foissac, 1971 ; et, sur le clientélisme dans le Lot,.... Dans la logique du clientélisme, ce sont ses propres partisans que le maire va favoriser (comme en témoignent nombre de scandales) : l’accession d’une coterie locale au pouvoir municipal signifie la possibilité pour ceux qui y sont affiliés d’accéder plus facilement aux ressources octroyées par l’administration. Bien entendu un tel système ne peut fonctionner qu’à condition que la relation de dépendance clientélaire, qui repose sur un échange de services et de suffrages, s’établisse à l’échelon supérieur (celui de l’arrondissement ou du département), c’est-à-dire si les coteries villageoises s’affilient, par l’intermédiaire des leaders locaux, aux partis nationaux. Et, de fait, le clientélisme revêt de plus en plus, à cette époque, une structure pyramidale : les chefs de factions villageoises deviennent les représentants locaux du camp républicain ou du parti bonapartiste [50][50] On peut voir se déployer ce type de mécanisme dans....

L’articulation du local et du national

44

Dans les années 1870-1880, si les desservants de paroisse continuent de participer aux luttes locales (ils font office d’auxiliaires du parti conservateur au moment des élections), ils jouent plus rarement le rôle de chefs de parti. Il faut attendre les années 1882-1885 pour retrouver des situations plus classiques, où le parti du maire affronte celui du curé. Si tous les conflits répertoriés au cours de cette période particulièrement agitée présentent de grandes similitudes formelles, la nature des enjeux varie d’une localité à l’autre. Pour apprécier cette diversité, on peut dresser une typologie en trois points, à l’image de ce que propose Jean-Luc Mayaud dans une réflexion récente sur le politisation des campagnes au xixe siècle [51][51] Mayaud, 2000..

L’expression politique des antagonismes locaux

45

La querelle qui oppose à Fontanes, entre 1886 et 1889, le parti du maire à celui du desservant est caractéristique d’une première catégorie de conflits – à vrai dire assez rares – qui restent totalement étrangers à la politique. Ce qui fait problème, dans cette localité, c’est le caractère autoritaire, et, aux dires de ses adversaires, « brouillon » du prêtre, qui entend diriger seul le conseil de fabrique. Bien entendu, rien n’interdit de penser que ce qui est véritablement en jeu, ici, c’est le pouvoir local, que se disputent deux factions rivales [52][52] Arch. nat. F19 6002..

46

Une deuxième catégorie est beaucoup plus fréquente. Deux coalitions qui s’affrontent sur une question locale en viennent à formuler leur opposition dans le langage de la politique nationale. Cette politisation de la dispute locale procède tout autant d’une mobilisation des ressources symboliques offertes par l’environnement global que d’une infiltration de la grande politique dans la conflictualité villageoise. Le conflit qui déchire Cazals est relatif à la célébration de la messe dans une chapelle bâtie en 1873 au milieu du bourg. Si l’on en croit l’évêque, l’affaire remonte en fait très loin, aux années 1830, voire à l’époque du rétablissement du culte dans le diocèse. Quoi qu’il en soit, en 1875, le maire et une partie des conseillers municipaux reprochent au curé de célébrer dans cette chapelle les offices du dimanche et des jours de fête, tandis qu’il ne dit la messe dans l’église paroissiale que le dimanche matin de très bonne heure, ce qui est perçu comme contraire aux intérêts de la « commune ». Les élections municipales de 1878, remportées par les partisans de l’église paroissiale, se jouent sur cette question.

47

Il faut souligner que l’affrontement présente la particularité de mettre en jeu simultanément plusieurs types de solidarités : à l’opposition des deux factions se superpose une rivalité entre le bourg et la campagne mais aussi un antagonisme entre les hommes et les femmes (lors des processions de la Fête-Dieu et du 15 août, deux cortèges se forment : un cortège composé d’hommes se rend à l’église, tandis qu’une foule de femmes se dirige vers la chapelle). À ce stade du conflit, en tout cas, l’affaire reste confinée dans l’infra-politique, ce qui peut s’expliquer par le refus délibéré des différents protagonistes de faire appel aux instances extérieures : « Tout a été fait pour que cette affaire se réglât en famille » [53][53] Des conseillers municipaux au Préfet, 12 mai 1878 :.... On notera toutefois que les partisans de l’église paroissiale – ceux du maire par conséquent – se présentent comme les défenseurs des intérêts de la commune : « Les communes n’ont pas été faites pour MM. Les curés ; mais […] MM. Les curés ont été créés pour servir les communes » [54][54] Arch. dép. Lot, 1m 154..

48

Cette première phase du conflit s’achève par un compromis (dont nous ignorons les clauses). L’affrontement reprend en 1890 à l’occasion de la restauration de l’église paroissiale : le parti du maire, majoritaire au conseil municipal, réclame la fermeture de la chapelle, tandis que la fabrique, dominée par le curé, suggère au contraire de remplacer l’église par la chapelle. L’analyse du dossier fait clairement apparaître que les fabriciens sont à la tête d’une coalition qui s’efforce de tirer parti de l’affaire pour renverser le conseil municipal à l’approche des élections. Mais, en 1895, le différend a pris une tournure politique, à vrai dire à peine apparente : dans une lettre au préfet, le maire évoque la municipalité « républicaine » de Cazals.

49

Dans certaines affaires similaires, ce passage au registre politique apparaît d’abord comme une manière de se conformer aux conditions qu’imposent les instances supérieures pour recevoir une plainte et s’impliquer dans le conflit. Il faut citer à ce propos les deux suppliques que les conseillers municipaux de Saint-Perdoux adressent au préfet au début de l’année 1885. Dans la première lettre, rédigée le 1er février, et qui fait suite à une pétition couverte de plusieurs dizaines de signatures, les plaignants réclament le renvoi du desservant (lequel est d’ailleurs allié au maire et à l’adjoint). Ils avancent trois arguments à l’appui de leur requête : le prêtre, depuis qu’on a diminué ses honoraires, refuse de célébrer la seconde messe ; il s’absente de Saint-Perdoux plusieurs jours par semaine ; enfin il n’est tout simplement pas aimé dans la commune. Le préfet leur ayant opposé une fin de non-recevoir, ceux qui réclament lui envoient en mars une seconde missive, où les reproches adressés au desservant sont d’une toute autre nature que ceux du précédent courrier :

« D’après la lettre que vous avez bien voulu nous adresser, à la date du 24 février, les griefs ne seraient pas suffisants pour obtenir le changement du curé. Dès lors, Monsieur le préfet, nous allons vous expliquer les motifs et les raisons qui le font détester à Saint-Perdoux. Il fait de la politique en chaire et se permet de dire que la République en veut aux églises, qu’elle traque les curés, qu’il faut prier pour faire cesser la République afin d’avoir un bon gouvernement. Il dit que dans les écoles d’aujourd’hui les enfants n’apprennent que le mal et que les livres qu’on y voit sont mauvais. Il a excité en chaire les parents des enfants qui vont à l’école à forcer l’instituteur et l’institutrice à faire le catéchisme […]. Il a dit, en chaire, en parlant de Gambetta, qu’il savait qu’il était au fond des enfers, parce qu’il voulait détruire la religion. Que ceux qui sont aujourd’hui en place sont comme lui ».

Mais, après ce détour obligé par la politique, les plaignants en reviennent, dans le dernier paragraphe de leur lettre, à ce qui constitue sans doute à leurs yeux l’essentiel : « [le curé] s’absente trois, quatre jours par semaine, se retire souvent très tard et découche souvent » [55][55] Arch. dép. Lot, 2v 40..

Gauche et Droite au village

50

Enfin dans une troisième série de conflits, les porte-parole des deux factions n’ont plus recours, dans leurs plaintes ou dans les pétitions qu’ils font circuler, qu’à des arguments purement politiques. Les adversaires s’affrontent sur un terrain bien délimité, celui des luttes politiques des premières décennies de la République. Du coup, l’antagonisme qui divise la localité reproduit en réduction le clivage qui traverse la société française dans son ensemble. Le conflit n’est plus perçu que comme une péripétie d’un combat qui se déroule à l’échelle de la nation toute entière.

51

Ainsi dans trois conflits qui, dans les années 1882-1885, déchirent les paroisses limitrophes de Cavagnac, Strenquels et Saint-Palavy, dont les desservants respectifs ont lancé une violente offensive contre les manuels d’instruction civique de Paul Bert et Gabriel Compayré, contre l’école laïque, et, plus généralement, dans plusieurs prêches incendiaires, contre les institutions républicaines. Chacune de ces trois paroisses se divise en deux partis équilibrés. À Strenquels, où la lutte est particulièrement vive, c’est uniquement en qualité de clérical-réactionnaire que le desservant est pris à partie par ses adversaires, qui déplorent que « la redingote [soit] obligée de se courber devant le froc » [56][56] Les conseillers municipaux au préfet, sans date : .... Le sous-préfet de Gourdon, qui a enquêté à Cavagnac de concert avec l’un des vicaires généraux du diocèse, résume bien l’affaire :

« C’est le maire, monsieur Lafeuille, républicain dévoué, qui a pris l’initiative de relever les faits justement reprochés à Monsieur Lacroix [le desservant], si bien qu’aujourd’hui aux yeux de la population la lutte est entre le maire et le curé, c’est-à-dire entre la république et la réaction » [57][57] Lettre du 12 septembre 1885 : ibid., 2v 39..

Mais quelle est l’origine des querelles villageoises ?

52

Les explications habituellement avancées par les historiens du xixe siècle pour rendre compte des dissensions entre les paroissiens et leurs pasteurs, ou entre les maires et les curés, restent valables pour le cas particulier du Quercy post-révolutionnaire. Les paysans tolèrent de moins en moins le rigorisme et l’autoritarisme du clergé, surtout lorsqu’ils donnent l’impression de s’exercer aux dépens du pouvoir municipal. Cependant cette indocilité des fidèles ne suffit pas à expliquer le phénomène de bipolarisation des collectivités villageoises en partis rivaux. Les curés, il ne faut pas l’oublier, font rarement l’unanimité contre eux ; ils peuvent compter sur le soutien de fidèles partisans.

La lutte pour le pouvoir

53

Ce sont souvent les rivalités entre notables qui constituent le ressort véritable, bien que parfois à peine apparent, de ces conflits. La partition du village entre alliés du maire et alliés du curé résulte de la conjonction de deux phénomènes : d’un côté la compétition, sur la scène municipale, entre grandes maisons qui, appuyées sur leurs clientèles respectives, se disputent le pouvoir local ; d’un autre côté les difficultés que les autorités municipales et les curés éprouvent à s’entendre, du fait de l’attitude du clergé à l’égard de la société laïque et en raison de l’affirmation progressive d’un anticléricalisme populaire.

54

La tension qui règne, au sein de chaque village, entre l’autorité spirituelle et le pouvoir municipal, parce qu’elle fait surgir une multitude de points de friction, fournit autant de prétextes au déclenchement des hostilités entre notables potentiellement rivaux ; la lutte va pouvoir se déployer autour d’enjeux concrets (l’objectif ultime restant l’éviction du leader du parti adverse, c’est-à-dire le déplacement du succursaliste ou la révocation du maire) et, surtout, s’exprimer dans un autre registre que celui de la défense de l’intérêt particulier des maisons concernées. En s’affrontant sur une question telle que la délimitation des attributions respectives du maire et du curé, ou, mieux, en donnant à l’affrontement une dimension idéologique, autrement dit en assignant à la coalition qu’ils dirigent un objectif apparemment désintéressé, les chefs des deux partis aux prises dissimulent l’enjeu réel du conflit – c’est-à-dire l’accès au pouvoir local –, lequel enjeu n’est d’ailleurs jamais formulé tel quel par ceux qui prennent part à la lutte.

55

Frederick G. Bailey observe que le propre de la faction est de ne jamais se revendiquer comme telle, c’est-à-dire comme une coalition dont la raison d’être est de servir les ambitions politiques d’un leader : la faction se pare toujours d’atours normatifs. L’acquisition de cette identité normative transforme, en la camouflant, la relation de dépendance clientélaire qui est au principe du recrutement des affiliés [58][58] Bailey, 1971, p. 67 et suiv.. Mais ce travail de maquillage des motivations réelles, et égoïstes, des protagonistes, doit aussi permettre aux parties en présence de porter l’affaire devant les autorités supérieures (évêque, préfet, ministres) ; il fournit aux plaignants une gamme d’arguments présentables.

Le refus du pluralisme

56

Chaque conflit, en effet, donne lieu à des réclamations qui sont adressées – en général sous forme de pétitions qu’on a fait passer de maison en maison – soit à l’évêque, soit au préfet. L’élaboration du document nécessite un travail de mise en forme de la dénonciation, laquelle doit être à la fois intelligible, recevable et convaincante. Et au travers de ces pétitions – dénonciations auxquelles répondent les contre-pétitions ou les réfutations du parti adverse, on voit circuler des arguments et s’amorcer un débat, même si l’on s’en tient presque toujours à un niveau très rudimentaire (on ne recule jamais devant la calomnie). Il faut aussi noter qu’en recourant à la pétition pour faire valoir leur point de vue, c’est une logique majoritaire que les protagonistes introduisent dans la lutte (laquelle logique est également perceptible dans ces épisodes où deux camps assemblés sur le parvis de l’église à l’issue de la messe votent à chapeau levé pour ou contre le curé [59][59] Reilhaguet, 1839 : Arch. dép. Lot, 3u1 1562 ; Le Vigan,...). Cependant cette logique, en partie consacrée en mars 1831 par le rétablissement du principe de la désignation des conseillers municipaux au suffrage restreint, est en contradiction avec le refus du pluralisme que manifestent à chaque instant les villageois engagés dans la lutte : la division de la communauté, perçue comme contraire à l’ordre naturel des choses, est vécue non seulement comme un drame, mais encore comme un scandale : chaque parti dénie toute légitimité à la faction adverse, et prétend représenter le groupe dans son intégralité.

Le recours à des pratiques coutumières

57

On observera encore que dans son déroulement quotidien, la lutte ne laisse aucune place à l’échange d’arguments et à la discussion. Elle est toute contenue dans la volonté des protagonistes d’humilier les meneurs du parti adverse. L’affrontement se déploie en quelque sorte à mi-distance entre la violence physique (rare) et le débat public. Il s’agit, ici, de tourner l’adversaire en dérision. Et c’est dans le répertoire de la sanction coutumière que les protagonistes vont aller chercher leurs armes. On a recours à des pratiques habituellement mises en œuvre, à l’intérieur de la communauté villageoise, pour stigmatiser, en les rendant publics, des comportements perçus comme autant de transgressions à une norme coutumière. D’où l’omniprésence du groupe des jeunes célibataires à ce niveau de l’affrontement. Depuis les conflits consécutifs à l’adoption de la Constitution civile du clergé jusqu’aux luttes politiques des années 1870-1880, ce sont les mêmes gestes et les mêmes scènes qui se répètent : charivaris, cortèges bruyants, huées, injures, mise à sac du jardin presbytéral ou des propriétés du maire, chansons satiriques, « jonchées » ou « paillées », destruction des bancs d’église et – très caractéristique de ce type de dispute – maculage de la porte du presbytère avec de l’huile ou des excréments. Et dans le même temps, chaque camp va s’efforcer de s’auto-célébrer ou d’honorer son leader, par exemple en traversant le village en cortège derrière un drapeau ou un tambour, ou en procédant à l’érection d’un mai (inévitablement arraché, puis replanté).

58

Le recours à ces pratiques qui visent habituellement à stigmatiser des conduites individuelles (mariages mal assortis, maris battus, femmes adultères, etc.) permet de canaliser la violence, exceptionnelle dans ce type de configuration conflictuelle (l’affrontement ne prend jamais la dimension d’un cycle vindicatoire, caractéristique des rivalités entre maisons ou entre communautés voisines). Et jusqu’à l’aube de la IIIe République, le temps de la lutte politique se confond avec celui de la sociabilité coutumière (les scènes dont nous venons de dresser l’inventaire ont systématiquement lieu le dimanche) [60][60] Sur ce point : Guionnet, 1997.. C’est à peine si le rétablissement des scrutins municipaux en 1831 va favoriser l’affirmation d’un temps spécifiquement politique.

59

L’avènement de la IIIe République marque de ce point de vue une rupture. La libéralisation de la vie politique après la chute de l’Empire accroît l’importance du scrutin dans le déroulement du conflit. C’est à partir de cette date que l’on assiste à l’affirmation progressive d’un moment politique (en l’occurrence électoral) qui se différencie plus ou moins nettement de la sociabilité quotidienne. Les élections municipales sont désormais le moment important de l’affrontement. Le débit de boisson devient le lieu de rassemblement des partis villageois. Et l’on a beaucoup moins systématiquement recours au langage de la coutume pour stigmatiser l’adversaire.

60

Cette évolution s’accompagne d’un passage plus fréquent au registre politique. Mais même dans l’hypothèse d’une absence, dans la dispute, de référence à des considérations locales étrangères à la politique, est-on pour autant en présence d’un affrontement politique pur ? Encore faudrait-il que le positionnement des protagonistes de part et d’autre de la ligne traversant la communauté soit l’expression d’une opinion libre et motivée, et non le simple reflet de son inscription dans des réseaux de solidarité locaux.

« Monter un parti » : les mécanismes de l’agrégation factionnelle

L’enchevêtrement des réseaux de solidarité

61

Il est en effet classique, en particulier depuis les travaux d’Eugen Weber de caractériser le conflit pré- ou infra-politique par ce que l’on pourrait désigner comme l’ancrage des luttes partisanes dans leur environnement social : l’affiliation des individus aux différentes coteries s’affrontant sur la scène villageoise, quand bien même cette opposition s’exprimerait dans le registre de la politique nationale, découlerait de leur insertion dans des réseaux de solidarité locaux davantage qu’elle ne procéderait du libre choix de sujets manifestant en toute autonomie une opinion particulière. La politique moderne n’apparaîtrait qu’à compter du moment où les citoyens seraient en mesure de se prononcer sur des questions d’intérêt général, et de se positionner par rapport aux clivages politiques nationaux, indépendamment de leur inscription dans l’espace social intracommunal.

62

Cependant, une fois établi ce constat de l’enracinement du conflit pré-politique dans le social, reste à déterminer de manière plus précise comment s’articulent les deux niveaux, c’est-à-dire comment s’opère le passage du social au politique. Et il faut bien reconnaître que faute de pouvoir reconstituer la totalité d’un parti villageois, seul moyen de mettre au jour la nature objective des liens qui unissent ses différentes composantes, on est bien souvent contraint de s’en tenir à des affirmations vagues et difficiles à démontrer sur l’importance de la parenté, des relations économiques ou des solidarités clientélaires dans la cristallisation de ces coalitions. Et l’on observera que l’historien hésite, lorsqu’il veut désigner ce type de formations, entre plusieurs termes (on parlera de « coteries », de « clans », de « partis », de « factions », de « parentèles »), dont certains sont empruntés au vocabulaire de l’anthropologie sociale, mais utilisés de manière souvent peu rigoureuse.

63

En fait, dans la société villageoise du xixe siècle, chacun des membres du groupe local entretient avec les personnes situées dans son environnement social immédiat (lequel ne s’arrête pas, on l’a dit, aux frontières communales) des relations qui peuvent être très diverses dans leur nature, puisqu’elles prolongent l’une ou l’autre des différentes facettes de sa personnalité sociale (activité professionnelle, âge, sexe, statut au sein de la fratrie, insertion dans des groupes de parenté ou de voisinage, affiliation à des structures formelles de sociabilité ou à des chaînes de dépendance, etc.). Par conséquent chaque individu se trouve intégré à un nombre variable de réseaux de solidarité qui ne se recoupent que partiellement. Ou, si l’on veut parler en termes de champs sociologiques, c’est-à-dire adopter un point de vue qui ne fasse pas uniquement référence au principe de solidarité, chacun est inscrit dans une série de champs de relations d’échange ou de concurrence indépendants les uns des autres [61][61] Champagne, 2002.. L’espace social se présente comme un agencement complexe de champs entrecroisés, que l’on pourrait décrire comme autant de plans intersectés. Et l’on voit mal, dans ces conditions, comment la bipolarisation de la communauté locale en deux camps rivaux, délimités par une ligne de fracture unique, pourrait apparaître comme un simple décalque du social [62][62] Marc Abélès observe que c’est l’appartenance à des....

Fluidité des factions villageoises

64

Pour bien saisir la nature sociologique de ces coalitions que les paysans du Quercy désignent comme des « partis » ou des « bandes » [63][63] Il arrive qu’on leur attribue un nom particulier. Ainsi..., il convient en premier lieu d’insister sur le fait qu’elles présentent la particularité d’être temporaires et instables [64][64] Deux traits qui distinguent assez nettement la faction.... La formation d’un parti suppose, de la part des notables qui vont en assurer la direction, une attitude dynamique et volontaire. Le rôle de ces leaders ne consiste pas à réactiver une ligne de fracture potentiellement inscrite dans les rapports sociaux quotidiens, et qui préexisterait à l’affrontement. On dit d’un vicaire qui cherche à brouiller les paroissiens avec leur curé, ou d’un prêtre qui s’efforce de provoquer la destitution du maire en lui suscitant des ennemis, qu’ils « montent un parti » contre leur adversaire. Ce sont ceux qui prennent l’initiative de provoquer la dispute qui, en mettant sur pied une coalition hétéroclite d’adhérents, vont provoquer une cassure au sein du groupe local, cassure dont le tracé n’est jamais déterminé d’avance.

65

Si l’affiliation des individus ou des maisons aux formations partisanes découlait automatiquement de leur positionnement dans le tissu des relations sociales intra-villageoises, on ne verrait pas les meneurs passer de longues heures à parcourir la commune de maison en maison pour tenter de convaincre les habitants d’adhérer à leur parti, au risque, parfois, d’être éconduits [65][65] Mésaventure dont font l’expérience les émissaires du.... « Monter » un parti nécessite un certain savoir-faire. Les meneurs ont souvent recours à des intermédiaires, chargés de recruter directement les adhérents. En 1829, un menuisier de Saint-Vincent-Rive-d’Olt relate comment plusieurs personnes sont venues l’engager à mettre en place un « parti » pour soutenir le curé en opposition avec le maire [66][66] Arch. dép. Lot, 1m 158.. Dans le long récit qu’il publie, en 1863, des luttes qui ont agité Saint-Matré sous le Second Empire, le maire de cette commune décrit comment son principal adversaire s’y est pris pour monter une coalition :

« Ainsi cet homme prenait ses gens. Il n’en avait que trois d’affidés [parmi lesquels l’ancien maire évincé]. Chacun d’eux avait un rôle à remplir auprès d’un autre. Lui avait pu s’emparer des trois ; chacun des trois avait à en conduire un seul […]. Les six marchèrent ainsi » [67][67] David, 1863, p. 115..

Le rapport de force entre les deux camps (qui, pas plus qu’il n’est stable, n’est forcément équilibré) dépend en partie de l’habileté des différents protagonistes, de leur capacité à recourir à la persuasion, à la contrainte et à la séduction (on voit souvent un maire ou un curé distribuer des boissons, des victuailles, voire de l’argent à leurs supporters) [68][68] Les Junies, 1822 : Arch. dép. Lot, 2v 40 ; Vaillac,....

Le principe d’incertitude

66

Mais ce principe d’incertitude quant au positionnement des villageois de part et d’autre de la ligne de fracture qui divise la communauté n’est que relatif. On n’est pas non plus en présence d’une configuration où chacun se prononcerait en toute autonomie, et guidé par des considérations strictement personnelles (lesquelles, il faut pourtant le noter, ne sont jamais aussi déterminantes que lorsqu’on a affaire à un conflit impliquant le curé : les villageois dont il a pris l’habitude de dénoncer la conduite privée se rangent automatiquement dans le camp adverse [69][69] En août 1832, l’évêque observe que dans les communes...). Ce sont les liens que chaque villageois a tissés autour de lui, ou dans lesquels il se trouve enserré, qui déterminent son affiliation à l’une ou l’autre des coteries. Mais comme ces liens sont multiples et enchevêtrés (le maire de Salviac explique par exemple la formation des coteries locales par des « raisons d’amitié, de parenté ou d’intérêt de toute espèce » [70][70] Lettre au procureur impérial, 19 juin 1855 : Arch....), et dans la mesure où aucun de ces différents principes de solidarité ne l’emporte sur les autres, il reste toujours une part d’incertitude qui laisse la place au choix.

67

Affirmer que les liens de parenté forment l’armature de la vie communautaire et conditionnent l’accès au pouvoir municipal relève du lieu commun. Le témoignage d’un agriculteur du Vigan, interrogé au sujet des troubles dont cette commune a été le théâtre au début de la Seconde République, va d’ailleurs dans ce sens :

« J’assistai au banquet du 7 mai. Cependant je dois dire que bien que j’ai signé la pétition en faveur de monsieur Lauvel, je n’ai pas pris couleur dans les partis qui ont agité la commune à cette occasion. Parent de monsieur Lauvel, s’il m’avait fallu choisir, j’aurai penché de son côté » [71][71] Pierre Teulat cadet, cultivateur, 26 mai 1848 : ibid.,....

Si, comme le laisse entendre ce témoin, les liens de parenté peuvent déterminer les affiliations partisanes, en revanche on ne voit pas comment ils pourraient former l’ossature des partis villageois, c’est-à-dire de coalitions qui présentent la double particularité d’avoir une structure pyramidale et de ne recruter leurs adhérents qu’à l’intérieur des limites d’une commune. Dans une société où chaque mariage s’accompagne du transfert d’une dot en numéraire, versée par les parents de la future épouse à ceux de son mari, les unions sont toutes plus ou moins homogames. Les dots circulent dans l’espace social selon une progression horizontale : par conséquent la parenté ne peut fournir la charpente d’une solidarité pyramidale. D’autre part, même si l’endogamie de localité demeure un idéal, le champ des relations matrimoniales se déploie indépendamment des frontières que trace le découpage administratif de l’espace : son extension dépend essentiellement du niveau de fortune et du statut de chaque maison considérée, le stock des conjoints potentiels tendant à se réduire à mesure qu’on s’élève dans l’échelle sociale. Les luttes de partis ne sont pas des manifestations transfigurées de rivalités entre groupes de parents coalisés. La parenté intervient sans doute (la position de chef d’une coterie municipale se transmet par exemple de père en fils [72][72] « Il existe à Souillac un groupe dit, un peu ambitieusement,...) mais ne jouit d’aucun privilège particulier par rapport à d’autres formes de solidarité. Il n’est pas rare de voir des frères se battre, et les témoins de ces conflits ne cessent de déplorer que la discorde s’installe au cœur même des familles (ce qui peut s’expliquer, lorsqu’on a affaire à des querelles impliquant le clergé paroissial, par le « dimorphisme sexuel » de la pratique religieuse).

68

Ted Margadant, étudiant les luttes politiques dans les campagnes de la IIe République, observe une nette propension des communautés locales à la division interne (factionalism). Il attribue cette forme de conflictualité à l’existence de solidarités verticales de type patron-clients [73][73] Margadant, 1979, p. 148.. En effet, si la parenté, les solidarités de voisinage et les liens d’amitié interviennent en tant que vecteurs ou supports d’un mécanisme d’agrégation horizontale, ce sont les relations de dépendance clientélaire qui fournissent au parti son armature verticale : elles en constituent en quelque sorte l’épine dorsale. Les chefs de faction font systématiquement appel à leurs clients (en particulier à leurs débiteurs) et à leur domesticité. Le factionalisme, dont Ted Margadant soutient qu’il se développe à défaut d’oppositions de classes, contribue en tout cas à résorber les tensions interclassiques au sein du groupe local.

69

Il faut encore observer que si la fracture qui se fait jour à l’intérieur du village peut provoquer la rupture (temporaire) des liens sociaux réputés les plus solides, en revanche la ligne de division ne traverse jamais, sauf exception, le groupe des jeunes célibataires. La jeunesse villageoise, toujours très active dans la lutte, agit solidairement. Et on notera que lorsque la dispute oppose le camp du maire à celui du curé, les jeunes gens, que le rigorisme du clergé heurte de front, figurent presque toujours dans le parti des adversaires du prêtre. À l’inverse, les curés recrutent souvent leurs plus fidèles partisans parmi les femmes du village. Et plutôt que de multiplier les exemples, il n’est qu’à mentionner le violent conflit qui divise la commune du Vigan en 1834 : tandis que le maire bénéficie du soutien des jeunes garçons en mauvais termes avec un curé qui ne cesse de leur reprocher leur goût pour les danses, le prêtre est soutenu par des femmes dévotes [74][74] Arch. dép. Lot, 3u1 1554 et 2v 40..

70

C’est sans doute la notion de faction, telle que la définit en termes rigoureux l’anthropologie sociale anglo-saxonne, qui fournit la meilleure approche de la nature sociologique des partis que l’on voit se quereller dans les campagnes quercynoises du xixe siècle [75][75] Nous nous appuyons ici surtout sur l’essai de Boissevain,.... On est en présence de coalitions temporaires qui n’existent que dans et par le conflit qui les oppose, à l’intérieur d’une communauté villageoise, à des coalitions de même nature ; qui se présentent comme des nébuleuse d’individus ou de maisons où l’on peut distinguer un noyau dur d’adhérents fortement impliqués dans la dispute et des marges moins actives ; dont les membres sont liés par un ensemble de liens les uns verticaux (de dépendance), les autres de solidarité horizontale.

71

*

72

Si la division des communautés villageoises en factions rivales et l’opposition du maire et du curé sont des phénomènes largement répandus dans la France du xixe siècle, le Haut-Quercy se distingue par la forte implication des populations dans la querelle [76][76] Les paysans de la Drôme, à l’inverse, sont des spectateurs... et par la précocité de ces affrontements, à peine moins fréquents sous la Restauration qu’au début de la IIIe République [77][77] Dans le diocèse de Belley, ce n’est guère avant les.... Et il paraît difficile, dans ces conditions, d’interpréter cette conflictualité comme le symptôme d’une désagrégation des solidarités territoriales et d’un éclatement du consensus communautaire qui serait concomitant au processus d’intégration des villages à la nation. Ce sont les rivalités entre grandes maisons s’affrontant sur la scène villageoise qui provoquent ces querelles, et le conflit factionnel, qui n’est pas incompatible avec l’idéal, jamais parfaitement réalisé, de l’unanimisme local, précède la politisation de la société paysanne. Cette politisation s’est d’ailleurs enracinée dans la conflicualité locale. Et, dans la mesure où les grands conflits idéologiques qui ont traversé la société française durant tout le siècle ont été en grande partie vécus par la majorité des ruraux au travers d’un affrontement intra-communal, la dispute locale, davantage qu’elle ne révèle l’accélération d’un processus de dissolution des communautés villageoises dans un ensemble plus vaste, témoigne de la vigueur du sentiment d’appartenance à la commune, lieu privilégié du conflit politique.


Bibliographie

  • Abèlès, Marc, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989, 365 p.
  • Agulhon, Maurice, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Le Seuil, 1979, 573 p.
  • Augustins, Georges, « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan au xixe siècle », Ethnologie française, oct.-déc. 1981, n°4, p. 319-328.
  • Basdevant-Gaudemet, Brigitte, Le Jeu concordataire dans la France du xixe siècle. Le clergé devant le conseil d’État, Paris, puf, 1988, 298 p.
  • Bailey, Frederick G., Les Règles du jeu politique, Paris, puf, 1971, 254 p.
  • Boissevain, Jeremy, Friends of Friends. Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, Basil Blackwell, 1974, 285 p.
  • Bordes, Maurice, L’Administration provinciale et municipale en France au xviiie siècle, Paris, cdu-cedes, 1972, 378 p.
  • Boutier, Jean, « Jacqueries en pays Croquant. Les révoltes paysannes en Aquitaine (décembre 1789-mars 1790) », Annales esc, 1979, 34 (4), p. 760-786.
  • Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, 706 p.
  • Briquet, Jean-Louis, La Tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin (Socio-Histoires), 1997, 303 p.
  • Brunet, Michel, Les Pouvoirs au village. Aspects de la vie quotidienne dans le Roussillon du xviiie siècle, Canet, Llibres del Trabucaire, 1998, 223 p.
  • Castan, Nicole, Les Criminels de Languedoc. Les exigences d’ordre et les voies du ressentiment dans une société pré-révolutionnaire (1750-1790), Toulouse, Assoc. des Public. de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1980, 362 p.
  • Champagne, Patrick, « La restructuration de l’espace villageois », in L’Héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française. 1950-2000, Paris, Seuil (Points Essais), 2002, p. 51-118.
  • Corbin, Alain, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p. ;
  • —, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, 359 p.
  • Crognier, Émile, Bley, Daniel, et Boetsch, Gilles, Mariage en Limousin. Évolution séculaire et identité d’une population rurale. Le canton de Châteauponsac (1870-1979), Paris, cnrs, 1984, 138 p.
  • Croix, Alain, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France. Position de thèse », Histoire et Sociétés Rurales, 1er semestre 1999, 11, p. 109-146.
  • David, Paul, La Commune rurale. Observations et étude, Toulouse, P. Savy, 1863, 595 p.
  • Delpal, Bernard, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du xixe siècle, Valence, Éd. du Peuple Libre, 1989, 297 p.
  • Dupâquier, Jacques, « Sédentarité et mobilité dans l’ancienne société rurale. Enracinement et ouverture : faut-il vraiment choisir ? », Histoire et Sociétés Rurales, 2e semestre 2002, 18, p. 121-135.
  • Fabre, Daniel, et Traimond, Bernard, « Le charivari gascon contemporain : un enjeu politique », in Schmitt, Jean-Claude, et Le Goff, Jacques, (dir.), Le Charivari, Paris, École des Hautes Études/Mouton, 1982, 444 p.
  • Farcy, Jean-Claude, « Le temps libre au village (1830-1930) », in Corbin, Alain, L’Avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 230-274.
  • Foissac, Charles, Comment le Lot est devenu républicain en 1889, mémoire de maîtrise, Toulouse-Le Mirail, 1971, 265 p.
  • Fournier, Georges, « Communautés rurales en Bas-Languedoc au xviiie siècle », in Fabre, Daniel, et Lacroix, Jacques, (dir.), Communautés du Sud. Contribution à l’anthropologie des collectivités rurales occitanes, Paris, uge, 1975, p. 328-361.
  • —, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xixe siècle, Toulouse, Assoc. Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1994, 2 vol., 481 et 454 p.
  • Georges, Jocelyne, Histoire des maires (1789-1939), Paris, Plon, 1989, 285 p.
  • Gibson, Ralph, A Social History of French Catholicism, 1789-1914, London, Routledge, 1989, 322 p.
  • Gueniffey, Patrice, Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections, Paris, ehess, 1993, 559 p.
  • Guionnet, Christine, L’Apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997, 328 p.
  • Launay, Marcel, Le Bon prêtre. Le clergé rural au xixe siècle, Paris, Aubier, 1986, 323 p.
  • Magraw, Roger, « The Conflict in the Villages. Popular Anticlericalism in the Isère (1822-70) », in Zeldin, Theodor, (dir.), Conflict in French Society. Anticlericalism, Education and Morals in Nineteenth-Century France, London, George Allen and Unwin Ltd, 1970, p. 169-227.
  • Margadant, Ted, French Peasants in Revolt. The Insurrection of 1851, Princeton (New Jersey), Princeton Univ. Press, 1979, 379 p.
  • Mayaud, Jean-Luc, « Pour une communalisation de l’histoire rurale », in La Politisation des campagnes au xixe siècle, France, Italie, Espagne, Portugal. Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome en collaboration avec l’École normale supérieure (Paris), l’Universitat de Girona et l’Università degli studi della Tuscia-Viterbo, Rome, 20-22 février 1997, Rome, École française de Rome, 2000, p. 153-167.
  • Mesliand, Claude, « Gauche et droite dans les campagnes provençales sous la IIIe République », Études rurales, 1976, n°63-64, p. 207-234.
  • Nicolas, Jean, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002, 621 p.
  • Ozouf, Mona, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard (Folio), 1976, 476 p.
  • Ploux, François, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p.
  • Prost, Antoine, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Colin, 1968, 524 p.
  • Rogers, Susan Carol, Shaping Modern Times in Rural France. The Transformation and Reproduction of an Aveyronnais Community, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 1991, 231 p.
  • Singer, Barnett, Village Notables in Nineteenth-Century France. Priest, Mayors, Schoolmasters, Albany, State University of New-York Press, 1983.
  • Thibon, Christian, Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au xixe siècle. Les villages et l’État, Paris, cnrs, 1988, 278 p.
  • Vigier, Philippe, « Legs du passé et appels du présent dans l’ancienne Vicomté. Quelques aspects de l’évolution politique régionale au xixe siècle : royalisme, bonapartisme, républicanisme/radicalisme… et clientélisme », in Révolution et tradition en Vicomté de Turenne (Haut-Quercy - Bas-Limousin : 1738-1889), Saint-Céré, Assoc. Des Amis du Passé de Saint-Céré, 1989, p. 297-334.
  • Wright, Charles, La Politisation et l’entre-soi paysan. Cohésion et antagonismes au village. Xaintrie (1800-1860), mémoire de recherche, iep de Toulouse, 2003, 161 p.

Notes

[*]

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bretagne-Sud (Lorient). Adresse : 4, Allée des Fauvettes, 56530 Gestel. Courriel : <francois.ploux@univ-ubs.fr>.

[1]

La question de la mobilité rurale a suscité récemment un important débat : Croix, 1999 ; Dupâquier, 2002.

[2]

Sur cette question, voir les réflexions de Patrick Champagne : Champagne, 2002.

[3]

Il n’est pas du tout démontré qu’en pays d’habitat dispersé les habitants domiciliés à proximité des marges communales aient privilégié les unions « centripètes » avec des conjoints résidant dans leur commune. Sur ce point : Crognier, Bley, et Boetsch, 1984, p. 78-80. Voir encore Augustins, 1981.

[4]

Farcy, 1995.

[5]

La vigueur du sentiment d’appartenance à la commune se manifeste en particulier dans la confrontation avec le monde extérieur, c’est-à-dire lorsque le groupe se dresse contre le fisc, les gendarmes ou la justice, s’oppose aux localités voisines, résiste à la politique de fusion des petites communes, mais aussi lorsque les paysans affrontent un riche propriétaire qui s’attaque à un droit d’usage, ou à l’occasion de certains scrutins. Sans contester la réalité de ces comportements communautaires, on observera toutefois que les historiens, plutôt que de s’attacher à l’analyse du processus de construction du consensus local (lequel n’est pas automatique puisqu’il implique l’exercice de la contrainte) ont souvent eu tendance à décrire ces conduites comme s’il s’agissait de réactions spontanées et mécaniques, négligeant du même coup l’existence de dissidences, minoritaires mais significatives.

[6]

L’anthropologie anglo-saxonne utilise pour désigner les conflits internes aux petits groupes le substantif factionalism, qui n’a pas d’équivalent en français. Sur les luttes de partis dans les communautés villageoises, voir en particulier Fournier, 1994.

[7]

Sur les conflits entre curés et consuls, voir par exemple Brunet, 1998, p. 55 et suiv. ; ou Bordes, 1972, p. 181. Dans le Bitterois et le Carcassonnais, c’est une bourgeoisie locale soucieuse d’implanter partout son hégémonie qui anime les conflits entre le pouvoir municipal et le curé : Fournier, 1975, p. 328-361. Pour la période concordataire : Singer, 1983 ; Magraw, 1970 ; et Corbin, 1994.

[8]

À la fin du siècle, les conflits opposant instituteurs et curés de campagne s’expliquent en partie par la volonté des premiers, dont l’influence dans l’ensemble de la société et sur la scène municipale ne cesse de croître, d’être traités à l’égal des seconds, qui voient au contraire leur prestige décliner. D’où l’importance que peut revêtir un problème apparemment mineur comme la possession d’un jardin : Prost, 1968, p. 143-146. Sur les questions abordées ici, la littérature est abondante ; c’est pourquoi nous nous contenterons de renvoyer le lecteur à trois ouvrages de synthèse : Gibson, 1989 ; Launay, 1986 ; Basdevant-Gaugemet, 1988.

[9]

En 1833, le desservant de la paroisse de Concorès veut substituer à l’usage « immémorial » de la mise en adjudication du port de la bannière une procédure de désignation d’office du porteur par le curé. Il se heurte à l’hostilité du maire et d’une partie des habitants : Arch. dép. Lot, 2 v 39 et Arch. nat. F19 5723.

[10]

Des troubles éclatent à Labastide-du-Haut-Mont en 1853 parce que le desservant a décidé qu’on ne sonnerait plus qu’une seule cloche lors des funérailles, tandis qu’auparavant on en sonnait deux pour les adultes : Arch. dép. Lot, 2 v 40. Cf. Corbin, 1994, spécialement p. 151 et suiv.

[11]

Aujols, 1833, et Cuzac, 1863-1864 : Arché dép. Lot, 2 v 39.

[12]

Sous l’Ancien Régime, les seigneurs prétendaient détenir le privilège du banc d’église. Mais les officiers municipaux comme les villageois enrichis, soucieux de se distinguer du commun, revendiquaient de leur côté le droit de posséder un banc : Castan, 1980, p. 113 et suiv. ; Nicolas, 2002, p. 197-199. Au début de la Révolution, la destruction par le feu du banc seigneurial sera, en Périgord comme en Quercy, l’un des gestes privilégiés de la révolte antiféodale : Ozouf, 1976, p. 388 et suiv. Au printemps 1815, la réinstallation des bancs dans les églises de la Corrèze déclenche des émeutes : Wright, 2003, p. 118-119. Voir encore Corbin, 1990, p. 23-25, à propos des troubles de la Dordogne en 1838.

[13]

Promilhanes, 1820 : Arch. dép. Lot, 1 m 144.

[14]

Labastide-du-Vert, 1855 : ibid., 3u1 1596.

[15]

Le maire de Cernac au préfet, 25 janvier 1842 : ibid., 2 v 39.

[16]

Bel exemple à Linac en 1822 : ibid., 2 u 338 ; Arch. nat., F19 5674, bb 20 1822 (4), bb 21 287.

[17]

À Nozac, en 1830, les habitants du bourg, favorables au desservant, s’opposent à ceux des hameaux, qui voudraient qu’il soit déplacé parce qu’il est « déjà vieux et cassé » : Arch. dép. Lot, 3 u 3 850. Beaucoup plus tard, en 1893, la population du chef-lieu de Dégagnac, hostile au curé, affronte celle des villages, qui soutient l’ecclésiastique : ibid., 2 v 39.

[18]

Ibid., 3 u 1 1591.

[19]

1822-1823 : ibid., 1 m 127.

[20]

Ibid., 1 m 128 et 2 u 342.

[21]

Saint-Michel-de-Bannières, 1823 : ibid., 1 m 197 et 2 v 40 ; Le Vigan, 1834 : ibid., 3 u 1 1554, 2V 40, 3M 90 à 93, Arch. nat. F19 5723.

[22]

Le desservant de Cressensac à l’évêque, 20 décembre 1815 et l’évêque au ministre de la police générale, 26 décembre 1815, Arch. nat., F7 9106.

[23]

Le maire de Cahus, il est important de le préciser, est partisan du curé : Arch. dép. Lot, 2 v 39.

[24]

Arch. dép. Lot, 1 m 125 et 1 m 155.

[25]

Ibid., 1 m 136.

[26]

Ibid., 1 m 133, 2 o 43/4, 2 o 134/4 ; Arch. nat. F3 ii Lot 7 et F17 10158.

[27]

Salviac, 1814 : Arch. dép. Lot, 2 v 40 ; Latronquière, 1821 : ibid., 1 m 127 et 3 u 2 877.

[28]

Il est à noter que le curé est presque toujours un enfant du pays (le diocèse de Cahors est l’un de ceux où le taux d’ordination est le plus élevé : Gibson, p. 76). Cette appartenance du clergé à la société rurale locale contribue à renforcer son influence : il n’est pas rare qu’un curé s’appuie sur quelques parents pour monter un parti.

[29]

Le sous-préfet de Figeac au préfet, 1er avril 1825 : Arch. dép. Lot, 1 m 127.

[30]

Nous n’avons relevé qu’un seul contre-exemple : au printemps 1823, dans le contexte d’un réveil de l’opposition bonapartiste, le départ du curé de Saint-Michel-en-Bannières en conflit avec le maire est salué par les cris de « À bas les prêtres ! Nous ne voulons plus de curé ni de ceux qui veulent les rentes ! » : ibid., m 197 et 2 v 40.

[31]

En septembre 1830, 90 maires et 58 adjoints sont révoqués ; la plupart des municipalités épurées sont situées dans les cantons méridionaux du département : Arch. nat. F1b ii Lot 5.

[32]

Sur cet épisode, Ploux, 2002, p. 202-210.

[33]

Respectivement le 20 septembre 1833 et le 2 juillet 1833 : Arch. dép. Lot, 2 u 39 (2 v 39).

[34]

Arch. nat. F3 ii Lot 11.

[35]

Arch. dép. Lot, 1 m 202.

[36]

La compétence du maire reste il est vrai limitée. Dans un article consacré à la Provence, Claude Mesliand s’étonne de l’intensité des compétitions municipales sous la IIIe République : compte-tenu de la faible autonomie du pouvoir local, l’enjeu apparaît en effet dérisoire. Par conséquent, affirme l’auteur, si ces conflits sont si violents, c’est parce qu’ils ne font que prolonger des antagonismes politiques nationaux : Mesliand, 1976, p. 208. Cependant le champ d’intervention du maire dans la vie locale n’est pas fixé par le seul cadre légal. Au commencement du siècle, le maire est le principal intermédiaire entre la communauté villageoise et la société englobante, et par conséquent l’étendue de son pouvoir est en proportion de l’écart, considérable à cette date, entre les valeurs culturelles de la société locale et celles de la société en général. C’est par exemple au maire ou à l’adjoint que l’on fait appel pour arbitrer un différend, étouffer un conflit ou mettre la collectivité locale à l’abri de l’emprise de l’État : Ploux, 2002.

[37]

Parmi de nombreux exemples : Labathude (Arch. dép. Lot, 2 v 40) et Saint-Cyprien (ibid., 2 v 40, 2 u 195, F19 5723).

[38]

Arch. dép. Lot, 2 v 40 et 3 u 1 1556 et Arch. nat. F19 5723.

[39]

Pétition au préfet, 4 juillet 1831 : Arch. dép. Lot, 2 v 40.

[40]

Lettre au préfet, 23 août 1831 : ibid., 2 v 40.

[41]

Le conflit qui met aux prises au Vigan, commune où s’opposent deux familles influentes, le parti du maire et celui du curé, est très révélateur à cet égard. Dans les récits qu’ils livrent des événements qui ont agité la commune en 1834, aucun des témoins convoqués devant le tribunal ou interrogés par les enquêteurs n’évoque la dimension politique d’une affaire qui est pourtant décrite par les leaders comme opposant les carlistes et les cléricaux aux partisans du régime : Arch. dép. Lot, 3 u 1 1554, 2 v 40, 3 m 90 à 93 ; Arch. nat. F19 5723.

[42]

Agulhon, 1979, p. 270-271.

[43]

Ploux, 2002, p. 210-222.

[44]

On observe de toute évidence à l’occasion de ces événements, qui ont lieu entre le 27 février et les premiers jours de mars, un phénomène d’émulation inter-paroissiale. Localités concernées : Comiac, Saint-Jean-Lespinasse, Saint-Paul-de-Vergne, Payrac, Saint-Martin-le-Redon, Duravel, Camburat, Nuzéjouls (Arch. dép. Lot, 4 m 23, 1 m 203, 2 v 40, 3 u 1 1581, 3 u 3 871).

[45]

Calamane (Arch. dép. Lot, 3u1 1580, 4m 23) ; Saint-Germain (ibid., 3u3 868) ; Montcabrier (ibid., 2u 230) ; Pomarède-et-Cassagne (ibid., 3u1 1580) ; Floirac (ibid., 2u 230) ; Salviac (ibid., 3u1 1581).

[46]

Arch. dép. Lot, 2 v 40 et 4 m 23.

[47]

Arch. nat. F1b ii Lot 12.

[48]

Thibon, 1988.

[49]

Foissac, 1971 ; et, sur le clientélisme dans le Lot, Vigier, 1989, p. 297-334. Sur la nature clientélaire des relations de dépendance dans une société « à maison » : Rogers, 1991.

[50]

On peut voir se déployer ce type de mécanisme dans le canton de Montcuq. En 1874, un notaire du chef-lieu, membre du conseil général, abandonne brusquement la coterie Calmon (un républicain modéré) pour se placer au service du pouvoir conservateur, entraînant avec lui tous les maires du canton : Arch. nat., F1b ii Lot 15.

[51]

Mayaud, 2000.

[52]

Arch. nat. F19 6002.

[53]

Des conseillers municipaux au Préfet, 12 mai 1878 : Arch. dép. Lot, 1m 154, ou encore 2v 39.

[54]

Arch. dép. Lot, 1m 154.

[55]

Arch. dép. Lot, 2v 40.

[56]

Les conseillers municipaux au préfet, sans date : ibid.

[57]

Lettre du 12 septembre 1885 : ibid., 2v 39.

[58]

Bailey, 1971, p. 67 et suiv.

[59]

Reilhaguet, 1839 : Arch. dép. Lot, 3u1 1562 ; Le Vigan, 1834 : ibid., 3u1 1554.

[60]

Sur ce point : Guionnet, 1997.

[61]

Champagne, 2002.

[62]

Marc Abélès observe que c’est l’appartenance à des réseaux qui garantit l’accès au pouvoir municipal ; cependant l’extension territoriale de ces réseaux excède le cadre de la commune ; d’où un « décalage entre la représentation d’une vie politique locale se déroulant tout entière dans les limites du territoire municipal et la réalité plus complexe des réseaux qui dessinent un espace plus vaste […] » : Abélès, 1989, p. 56.

[63]

Il arrive qu’on leur attribue un nom particulier. Ainsi à Reilhaguet, Lentillac, Cénevières et Vayrac, la « bande blanche » s’oppose à la « bande noire », ce qui est peut-être une manière de signifier le caractère de radicale opposition et de complémentarité des deux coalitions intracommunales : Ploux, 2002, p. 121. On désigne le plus souvent un parti en y adjoignant le nom de son principal leader, ou par référence à la fonction (de maire, de curé) qu’il occupe.

[64]

Deux traits qui distinguent assez nettement la faction du Quercy du « parti » corse tel que le décrit la littérature sociologique ou anthropologique. Voir en particulier Briquet, 1997.

[65]

Mésaventure dont font l’expérience les émissaires du maire de Fons : Arch. dép. Lot, 1m 155 ; Arch. nat. F19 5797, F1cii Lot 11.

[66]

Arch. dép. Lot, 1m 158.

[67]

David, 1863, p. 115.

[68]

Les Junies, 1822 : Arch. dép. Lot, 2v 40 ; Vaillac, 1827 : ibid., 1m 136 ; Calamane, 1848 : ibid., 3u1 1580 et 4m 23 ; Pomarède-et-Cassagne, 1848 : ibid., 3u1 1580.

[69]

En août 1832, l’évêque observe que dans les communes rurales, lorsqu’un personnage marquant vit en concubinage, le curé ne peut faire autrement que de le sermonner : « Dès ce moment cet individu devient l’ennemi du curé, et ne tarde pas à former un parti pour le rendre lui-même suspect sous le rapport des mœurs » : lettre au préfet, 21 août 1832, ibid., 2v39. En 1821, un employé des contributions s’engage dans un parti hostile au maire de Latronquière pour se venger de ce que ce dernier a porté plainte contre lui : ibid., 1m 127 et 3u2 877.

[70]

Lettre au procureur impérial, 19 juin 1855 : Arch. dép. Lot, 3u1 1595.

[71]

Pierre Teulat cadet, cultivateur, 26 mai 1848 : ibid., 2u 229.

[72]

« Il existe à Souillac un groupe dit, un peu ambitieusement, parti Malvy, du nom d’un ancien brasseur qui n’a jamais pu fabriquer de bonne bière, mais qui a su faire de son fils un avocat […] et auquel il a cédé la direction du dit groupe, sans doute à titre de pré-succession » : Le préfet, 1881, Arch. nat. f1ciii Lot 18).

[73]

Margadant, 1979, p. 148.

[74]

Arch. dép. Lot, 3u1 1554 et 2v 40.

[75]

Nous nous appuyons ici surtout sur l’essai de Boissevain, 1974.

[76]

Les paysans de la Drôme, à l’inverse, sont des spectateurs passifs de ces conflits qui les laissent longtemps indifférents : Delpal, 1989.

[77]

Dans le diocèse de Belley, ce n’est guère avant les années 1860 que se constituent, dans les paroisses, deux partis, l’un clérical, l’autre laïque : Boutry, 1986.

Résumé

Français

L’opposition du parti du maire et du parti du curé, souvent décrite comme la forme emblématique de la querelle villageoise sous le régime du Concordat, n’est qu’une manifestation parmi d’autres du conflit de factions, caractéristique de la vie des collectivités rurales tout au long du xixe siècle. Ces affrontements sont étudiés ici à partir de l’exemple des communes du Lot (Haut-Quercy). Si l’enjeu des disputes reste pour l’essentiel local, les deux camps expriment souvent leur opposition dans le langage de la politique nationale. Cependant cette politisation des disputes ne se manifeste pas d’une manière linéaire et inéluctable. En observant les mécanismes de la formation des partis villageois, qui font jouer simultanément plusieurs types de solidarité, on peut évaluer dans quelle mesure l’affiliation des villageois à l’un ou l’autre de ces partis reflète leur inscription dans les réseaux de solidarité locaux.

Mots clés

  • anticléricalisme
  • clergé rural,
  • communauté villageoise
  • commune
  • faction
  • municipalité
  • paroisse
  • politisation

English

In the 19th-century French countryside, conflicts between mayors and parish priests as well as their respective supporters were very frequent, especially in the Haut-Quercy. But these quarrels were just a particular case among others of a type of factionalist disputes, spliting the village into two rival parties. The issue at stake was often a local matter, but may also have had a more political aspect. Yet, the politicization of the village dispute during the 19th century should not be seen as the outcome of a linear process. This paper also deals with the question of the formation of local parties. The author tries to estimate to what extent the position of the village inhabitants in the local web of solidarities explains their affiliation to either one or another faction.

Keywords

  • anticlericalism
  • faction
  • municipality
  • parish
  • politicization
  • rural clergy
  • village community

Plan de l'article

  1. Querelles de préséances et rivalités notabiliaires
    1. Figures du mauvais prêtre
    2. Le clergé face au jeu des ambitions locales
  2. Autorité municipale et autorité pastorale sous la Restauration
  3. Politisation et dépolitisation du conflit sous le règne de Louis-Philippe
    1. L’influence politique du clergé légitimiste
    2. Une politisation superficielle
  4. Des violences de 1848 à la pacification impériale
  5. Luttes de factions et clientélisme à l’aube de la IIIe République
  6. L’articulation du local et du national
    1. L’expression politique des antagonismes locaux
    2. Gauche et Droite au village
  7. Mais quelle est l’origine des querelles villageoises ?
    1. La lutte pour le pouvoir
    2. Le refus du pluralisme
    3. Le recours à des pratiques coutumières
  8. « Monter un parti » : les mécanismes de l’agrégation factionnelle
    1. L’enchevêtrement des réseaux de solidarité
    2. Fluidité des factions villageoises
    3. Le principe d’incertitude

Pour citer cet article

Ploux François, « Luttes de factions à la campagne. L'exemple du Lot au XIXe siècle», Histoire & Sociétés Rurales 2/2004 (Vol. 22) , p. 103-134
URL : www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2004-2-page-103.htm.


Article précédent Pages 103 - 134 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback