Accueil Revues Revue Numéro Article

Histoire & Sociétés Rurales

2009/2 (Vol. 32)


ALERTES EMAIL - REVUE Histoire & Sociétés Rurales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 135 - 197 Article suivant

Graine de trèfle

1

On a battu le trèfle qu’on avoit gardé pour graine, afin de le dépouiller et cela au lieu de le piler à la meule. Cela prend beaucoup de tems. Nous l’avons ensuite vanné avec le crible, ce qui le nettoye passablement. Il y en a eu en tout environ 200 livres. Un quart [2][2] Mesure de capacité qui équivaut à 19,83 litres. raclé pèse 30 à 32 livres.

Terres levées pour les champs

2

J’ai fait lever des terres par les auvergnats dans les hutins [3][3] Champs plantés d’érables et/ou d’arbres fruitiers dans... vieux de Genessy [4][4] Lieu-dit d’Avully., à raison de 4 sols [5][5] Sur les différentes monnaies en cour dans la région,... la toise [6][6] Toise : mesure de superficie qui équivaut à o, 000675..., pour la mettre en banc. Il y en a eu 34 toises. Ils en ont aussi levé dans la partie du champ de la Grosse Terre [7][7] Lieu-dit d’Avully. qu’on ne labouroit pas du côté du couchant. Il y en a eu 100 toises. J’en avoit aussi fait lever cet automne dans la teppe qui est à la croisée, à la confrérie.

3

Décembre 1777

4

On a pu travailler tout le mois de décembre. On a remonté la terre des vignes. Il est venu à la fin du mois de la neige en très grande abondance jusqu’à près de 2 pieds, qui n’a été entièrement fondue que vers la fin de janvier.

5

Février 1778

6

Aqueduc à Chalu

7

On a commencé au premier de ce mois à travailler aux vignes et hutins. On a planté les chapons [8][8] Sarment fiché en terre prenant racines lors de la première... à Chalu [9][9] Lieu-dit d’Avully. et on y a fait un aqueduc pour écouler les eaux.

8

Coin du Ramey arraché

9

On a arraché un petit coin du Ramey [10][10] Idem. auquel l’ombre des arbres de Mr Nourrisson causoit un grand préjudice. On y a semé quelques grains de pré. On y a semé un peu de sainfoin et de l’avoine.

10

Pépinière

11

J’ai fait agrandir la pépinière.

12

Trèfle semé

13

15 : On a semé au champ de Femeiry [11][11] Idem. le trèfle, 5 livres, sur la neige. Mais le tems s’étant fort rafraîchi et le gel étant très fort toutes les nuits, on n’a pas semé les autres champs.

14

24 : Il est revenu un peu de neige et on a semé 40 livres de trèfle aux Châtaigniers [12][12] Idem.. On en a aussi semé 5 livres au champ de la Petite Vy [13][13] Idem. et 10 livres à Fenières [14][14] Idem. vers le gros noyer.

15

Eau de vie

16

J’avois remis tout le marc des vendanges au tonnelier qui m’a donné un setier d’eau-de-vie. Il a rabattu 3 quarterons [15][15] Mesure de capacité qui équivaut à 2,25 1. pour une partie gâtée.

17

[p. 26 v.]

18

Mars 1778

19

Nourriture d’ouvriers

20

Après avoir fait le compte de la dépense du ménage [16][16] « Ménage de campagne » ; c’est-à-dire l’ensemble des... pendant une année, j’ai trouvé qu’en supposant que la nourriture d’un homme soit double de celle d’une fille, la nourriture d’un homme revient à 101/2 sols sans le vin par jour. Et si on suppose qu’elle soit 11/4 celle d’une fille, elle revient à 9 sols par jour. On n’a point compté les tomes faîtes dans la maison, ni le lait, ni le jardinage, ni le vin.

21

Avril 1778

22

Arbres fleuris

23

4 : Je suis allé à Avully pour transvaser [les vins]. La campagne commence à pousser. Les groseilliers commencent à avoir de petites fueilles. Les abricotiers et pêchers en espalier [17][17] Arbres plantés le long d’un mur sur lequel on a palissé... bien exposés sont fleuris, pas encore les autres. Les boutons des merisiers s’ouvrent. La vigne du Ramey a des boutons qui grossissent. Le tems a été asset froid à la fin de mars, mais depuis 3 à 4 jours il fait très chaud.

24

Esparcette semée

25

On a semé l’esparcette vers le Rhône, le 31 mars.

26

Etat de la campagne / gyp semé à la Coudre

27

13 : La campagne a fait depuis 8 jours des progrès rapides. Tous les maroniers sont verds. Les fleurs des espaliers sont à peu près tombées. Les autres arbres sont en fleurs. Les noyers ont poussé. Les vignes ont leurs boutons prêts à s’ouvrir. On voit déjà des fueilles aux vignes de treille. Le tems a continué à être serein jusqu’à présent et très chaud hors la nuit. Les bleds ont une belle apparence. Plusieurs plantes ont déjà tallé. L’aveine et les fèves de la Plantée [18][18] Lieu-dit d’Avully. sont bien levées, de même que les trèfles semés après l’hyver ; on n’y a pas encore semé le gyp. On en a jeté un quart à la Coudre [19][19] Idem. au haut, là où il y a plusieurs plantes d’esparcette. On en a aussi semé environ une coupe sur l’esparcette semée en automne vers le Rhône. Les vignes sont fossoyées [20][20] Labourage afin d’aérer la terre qui a été tassée par.... Les hutins tendus et seront fossoyés dans 2 à 3 jours.

28

Essay de bled pourri

29

J’ai examiné l’essay de bled semé au jardin le 7 octobre et j’ai trouvé qu’à la planche n° 1, il manquoit 8 plantes, à la planche n° 2, il manquoit 5 plantes, à la planche n° 3, il manquoit 5 plantes, à la planche n° 4, il manquoit 9 plantes, à la planche n° 5, il manquoit 17 plantes, à la planche n° 6, il manquoit 9 plantes. Ces plantes, ou n’ont jamais levé ou ont été gâtées par l’hyver, mais je crois plutôt le premier cas. Plusieurs plantes ont déjà beaucoup tallé et sont très vigoureuses. Ce sont surtout celles qui sont le plus éloignées de la haye, car on voit sensiblement l’effet de son ombre.

30

Vin transvasé

31

Les vins salvagnins [21][21] En général variété qui pousse dans les hutins. sont très bons cette année et ont une belle couleur.

32

16 : On a commencé à nettoyer les bleds.

33

May 1778

34

Le mois de may a été très beau. On avoit un grand besoin de pluye, qui est venue le 22 et 25, qui a fait un très grand bien aux bleds qui étoient fort courts.

35

[p. 27 r.]

36

Neige à la montagne

37

29 : Le tems s’est rafraîchi. Il est tombé de la neige sur la montagne, mais il n’y a eu aucune blanche gelée. Les arbres paroissent beaucoup plus verds et touffus que les autres années, parce qu’il n’y a eu aucune bise forte, ni aucune blanche gelée.

38

Effeuiller et rebiner

39

25 : Nous sommes venus nous établir le 25. La vigne est fort avancée. On a commencé à effeuiller [22][22] Suppression d’une partie des feuilles de vigne afin... le 20 et à rebiner [23][23] Troisième labourage des vignes. le 25.

40

Juin 1778

41

Essay de bled pourri et bled étranglé

42

2 : Les bleds sont fleuris. J’ai examiné le bled du jardin qui est tout en fleur. Les 5 n° du côté du vent, qui doit être pourri, est tout aussi fleuri que le reste. On ne voit pas de différence bien sensible entre la planche n° 2 et 3 où est le bled étranglé et le bien nourri. Celui de la planche 2 est peut être un peu plus long. Le tems a été beau les deux premières semaines de juin. Quelques matins un peu froids au commencement.

43

Froid

44

9 : Le thermomètre en plein air à 6 heures du matin étoit à 51/2. Il n’y a cependant point eu de blanche gelée.

45

Trèfles et esparcettes

46

14 : On a fini de semer les trèfles et esparcettes. La nôtre de Vers [24][24] Lieu-dit d’Avully. qui avoit été attaquée de la sécheresse au mois de may n’a donné que 5 petits chariots pour 51/2 pauses [25][25] La « pose » genevoise, mesure de superficie qui équivaut.... Ce qui fait la moitié de l’année dernière.

47

Raisins fleuris

48

On voit des raisins fleuris dans les vignes.

49

Neige à la montagne

50

16 : Il a plu ce matin. Le tems s’est rafraîchi. Il est tombé de la neige sur la montagne de Gex.

51

Froid

52

17 : Le thermomètre a été ce matin à 51/2 en plein air.

53

Sarrasin germé semé

54

J’avois semé dix graines de bled noir germé. Le germe avoit plus d’un demi pouce de long. Il n’en est levé qu’un seul. Je n’assurerois pas n’avoir point pris quelque fil pour germe dans ce grain qui a levé.

55

Juillet 1778

56

Foins

57

1 : On a fini les foins. La récolte est passable. Nous avons fait 9 chars de trèfle ou esparcette [26][26] Plante fourragère. et 27 dans les prés naturels ; c’est à dire les 3/4 de l’année dernière qui étoit extrêmement abondante.

58

Moissons

59

14 : Nous avons fini la moisson qu’on avoit commencée au commencement du mois. On a trouvé beaucoup moins de gerbes qu’on espéroit. Seulement 12 gerbes par coupe pour le bled et pour le seigle.

60

Trèfle resemé

61

15 : Les trèfles du printems ont bien levé aux Châtaigniers, à Femeiry, mais moins à la Petite Vy [où] il n’est levé qu’en partie. On en a resemé une1/2 quantité.

62

Trèfle gypsé

63

On a semé du gyps [27][27] Le gyp ou gypse est une roche saline composée de sulfate... environ 3 coupes [28][28] Mesure de capacité qui équivaut à 79,34 1. au champ des Châtaigniers par dessus le Trèfle.

64

29 : On a mis du gyp sur le sainfoin du Ramey par un tems très sec, seulement sur la partie supérieure par essay [29][29] Résultat de l’expérience le 28 mai 1779..

65

[p. 28 v.]

66

Aoust 1778

67

Fontaine

68

3 : La fontaine étant tout à fait diminuée et presque tarie, on la creusée presque jusqu’à la source. On a trouvé toute la conduite obstruée de racines de noyer et de cerisier. On l’a nettoyée et construite en carron [30][30] Carreau de terre cuite ou brique: Humbert, 2004, t. 1,... là où étoient les chenaux qui étoient pourris. Quoiqu’il y ait beaucoup plus d’eau qu’auparavant, elle est cependant bien peu abondante. Elle donne 14/5 quarteron par minute. Celle de Mr Rey donne 42/3.

69

Pompe

70

La pompe de la cour est fort basse. Le soir il n’y a plus d’eau. On l’a bien nettoyée.

71

Bled pourri et bled étranglé

72

Voici le résultat sur le bled pourri et semé au jardin le 7 octobre. Le n° 2 a eu environ 560 épis mûrs et donné 10 onces de bled. Le n° 3 a eu environ 460 épis mûrs et donné 11 onces de bled. Je n’ai observé aucune différence entre la beauté des épis, de la paille et du grain de ces deux numéros. Les oiseaux en avoient mangé avant qu’il fut bien mûr, ce qui a rendu plusieurs grains un peu étranglés. Mais cela étoit égal pour les deux numéros. Il paroit delà que la grosseur et nourriture des grains semés n’a produit aucune différence sur la grosseur des grains recueillis. Il s’est trouvé par accident une plante d’épis dans le n° 3. Les n° 4, 5 et 6, qui étoient du bled pourri, qu’ont avoit lavé de trois manières différentes, n’ont pas eu un seul grain de pourri. D’où il paroit que cette fois ci, le simple lavage dans deux ou trois eaux pures a fait le même effet que les lavages avec de la chaux et les cendres.

73

Bise furieuse

74

27 : Il a fait hier et aujourd’hui une bise furieuse qui a fait beaucoup de dégâts le long des bords du lac, brisé des barques, enfoncé le bateau des lavandières. Chez nous, elle a fait tomber une grande partie du fruit qui n’a pu servir qu’à faire du vin. Tout le mois d’aoust a été sec et chaud, hors deux versées le 8 et 16 de quelques heures. Les terres sont extrêmement sèches. Les bleds noirs souffrent beaucoup et l’herbe des prés est brûlée ; plusieurs l’étoient déjà en juillet. Les vignes souffrent de la sécheresse.

75

[p. 29 r.]

76

Septembre 1778

77

Froid

78

1 : Quoiqu’il n’ait point plu, le tems s’est extrêmement rafraîchi. Le thermomètre a été le 1 et 2 à 3 degrés. Il y a eu de la blanche gelée dans quelques endroits bas. On a dit qu’on avoit vu de la glace.

79

Raisins murs

80

3 : On a mangé du blanc et du Salvagnin dont la grappe étoit entièrement meure à la treille derrière la grange [31][31] Soit du Muscat blanc ou du Juliatique..

81

Résultat des moissons

82

On a fini de battre le bled qui a donné environ 41/2 coupes pour les 20 gerbes, car il y avoit eu 12 gerbes par coupe. Cela fait 21/4 pour 1. Le seigle a donné un quart par gerbe ; il y en avoit eu seulement 40 par coupes. Cela revient à 21/2 pour 1. Cela fait une récolte au dessous du médiocre.

83

Fin de la sécheresse

84

7 : La grande sécheresse a fini enfin le 7 ; il a plu abondamment.

85

Gyps semé sur le trèfle et le sainfoin

86

8 : On a semé par un tems humide 4 coupes de gyps au trèfle des Châtaigniers. On verra la différence de celui qui avoit été semé après moisson par un tems sec [32][32] Le 29 juillet 1778.. La sécheresse empêche qu’on y fasse une coupe cette année. On a aussi semé du gyp sur le reste du sainfoin du Ramey où il n’y en avoit point.

87

Fontaine mesurée

88

9 : J’ai mesuré la fontaine que les pluyes n’ont point encore augmentées. Elle donne 11/3 quarteron par minute. La fontaine publique est à peu près tarie ; peut être ici perd-il un peu dans la chèvre [33][33] Pièce de bois recourbée et perforée d’où l’eau s’é....

89

14 : Il m’a paru à l’œil que la fontaine d’en bas n’avoit point encore augmenté, quoiqu’il ait plu depuis 8 jours 42 lignes. Celle de Mr Rey a un peu augmenté. On ne voit rien à la fontaine publique.

90

Préparation du bled pour les semences

91

21 : Nous avons commencé à semer. Comme il y avoit quelques grains de pourris dans le bled de France que nous avons recueilli et que nous voulions resemer, j’ai voulu faire essaye de la lessive de cendre de Mr Tillet telle qu’elle est décrite dans le recueil de pièces économiques imprimé par Pellet en 1774 [34][34] Recueil de pieces oeconomiques et autres curieuses.... Mais ayant peu de cendres, je n’ai pu les préparer que pour une partie. J’ai mis 8 seillées [35][35] Seau en bois, à oreilles et de forme ronde : Humbert,... de cendres et 17 seillées d’eau dans le grand cuvier où on avoit mis un drap. On les a laissé tremper 2 jours en les remuant souvent. On a fait bouillir ensuite 3 [seillées] aux chaudières de cette eau. Ce qui fait environ le total de l’eau qu’on a remis sur les cendres comme on fait la lessive du linge. Cette eau, étant reposée jusqu’au lendemain, a été mise dans un jarlot [36][36] Cuvier ou grand baquet : ibid., p. 6. pour en faire usage. On y a jetté de la chaux, mais il faut prendre garde de ne pas la mettre dans la chaudière bouillante, comme j’ai fait, car cela a fait un tel [p. 30 v] bouillonnement qu’il est versé plus de la moitié de la chaudière. J’ai fait laver les bleds coupe par coupe dans un petit cuvier et à chaque fois on mettait de la nouvelle eau. Ce bled ensuite mis dans une corbeille étoit plongé dans le jarlot de lessive chaulée.

92

Fontaine mesurée

93

28 : Il a plu abondamment hier matin 191/2 lignes. J’ai mesuré aujourdhuy la fontaine qui donnoit 21/5 quarterons par minute.

94

Octobre 1778

95

Pluyes

96

Ce mois a été extraordinaire par la quantité de pluye qui est tombée. Il y a eu 22 jours où il a plu et il est tombé 14 pouces d’eau.

97

Fontaine mesurée

98

11 : La fontaine donnoit 30 quarterons par minute.

99

18 : Elle ne donne que 32 quarterons. Quoiqu’il soit tombé 19 lignes depuis le 11, qu’elle donnoit 30.

100

26 : Elle donne 70 quarterons par minute. Ce jour le Rhône a été plus haut qu’on ne l’ait vu depuis longtems. Tout le chemin de Challex [37][37] Village situé au nord ouest d’Avully. est couvert jusque là où finit la haye.

101

Rhône excessivement haut

102

Le Rhône passe en deçà de la haye de quelques champs vers Gueue [38][38] Lieu-dit d’Avully.. Il est venu 31/2 pieds mesure le long du coteau, plus haut que le poirier qui est entre notre champ de Vers et celui de [Mr] Ferroux. Le 2 juillet de l’année dernière qu’on le croyoit excessivement haut, il étoit encore à 13 pieds au dessous du même arbre. L’Arve [39][39] Rivière. touchoit presque le pont. Elle a fait de grands dégats en Savoye. Il y a eu ce même jour des inondations dans le Dauphiné, Languedoc, Lorraine, Alsace, Savoye [40][40] Sur la fameuse inondation de la Saint-Crépin d’octobre.... 27 : Le Rhône s’étoit retiré d’environ 20 pieds au dessous du poirier et alors on ne voyoit point encore la nasse. Peut être y avoit-il encore plus d’un pied au dessus.

103

Semailles dérangées

104

Ces pluyes ont beaucoup dérangé les semailles et il est resté une grande quantité de terres qu’on n’a pas pu semer.

105

Terres levées [à] Susorme

106

On a levé la terre de la Chevasinne [41][41] Terre que le valet de charrue récupère en curant son...de Susorme levant [42][42] Lieu-dit d’Avully., qu’on a menée dans les deux lignes le plus au couchant.

107

Coupaux de tailleux

108

On a mis dans ces 2 lignes environ deux quintaux de coupaux [43][43] Copeaux, éclats de bois : Humbert, 2004, t. 1, p. ... de tailleux et 6 chars de fumiers. Ces 2 lignes n’ont été semées que le 19 octobre.

109

Portion de la Coudre rompue et semée

110

J’ai fait rompre à la pêle par les auvergnats, au bas de la Coudre le long de la vigne de Mr Rey, 250 toises qu’on a seulement voulut limiter. Les auvergnats y ont mis 17 journées.

111

Reste de la Plantée arrachée et semée

112

J’ai fait arracher le reste de la Plantée [blanc] toises en 16 journées. On les a semées de froment seulement le 9 novembre. On a enfasciné les ceps. Il y en a eu 9 chariots que j’estime à environ 1200 fascines [44][44] Fagots de sarments., si nous les vendons comme l’année dernière 28 florins le cent. Je compte que le bois paye tous les frais, en omettant les charriages en ville.

113

[p. 31 r.]

114

Résultat des vendanges

115

On avoit commencé les vendanges le 6. Les vignes ont été passables. Elles ont donné l’une dans l’autre 20 setiers [45][45] Mesure de capacité qui équivaut à 0,54 hl. par pause. La Plantée taillée en ruine en a donné 28. Les hutins sont médiocres. La sécheresse leur fait beaucoup de mal. Nous avons eu 54 setiers pour [blanc] toises d’hutins dont seulement 131/4 de salvagnin. Les blancs se vendent 16 à 18 florins et les salvagnins deux écus. Nous avons eu sur le fond de l’Hoirie [46][46] Lieu-dit d’Avully. 20 setiers pour [blanc] toises d’hutins.

116

Novembre 1778

117

Fontaine très abondante

118

8 : La fontaine donne 80 quarterons par minute.

119

Pompe dérangée

120

25 : La pompe a été dérangée par quelque chose qui gène la soupape du fond. Il a fallu lever les bournaux. Il y avoit 61/2 pieds d’eau. C’est là sans doute le plus qu’il puisse y en avoir.

121

29 : La fontaine ne donne plus que 60 quarterons.

122

Récolte des sarrasins

123

Les sarrasins n’ont pas pu être moissonnés. Ils étoient extrêmement courts mais asset germés. On n’a pas pu les semer secs. Ils sont pleins de terre. Ils ont produit environ 9 pour un.

124

Récolte des noix

125

La récolte des noix a été fort abondante. Cependant beaucoup moins que l’on ne croyoit dans l’été. La bise du mois d’aoust leur a fait beaucoup de mal. Nous en avons eu, y compris celle de l’Hoirie, 551/2 coupes qui n’ont rendu que 511/4 quarts de greneaux dont 10 de moins. Ce qui est peu rendre. Les frais ont été à environ 2 louis pour les cueillir, 1 louis pour les casser, 5 louis pour faire l’huile. Nous avons eu 116 quarterons d’huile.

126

Décembre 1778

127

Arbres plantés

128

Nous avons planté au jardin 4 pêchers et au verger 6 cerisiers ou griotiers ; le tout près de notre pépinière.

129

Fossé rempli de terre glaisé près de la fontaine

130

J’ai fait arracher un très beau cerisier et un poirier qui étoient près de la fontaine du verger, à qui leurs racines étoient nuisibles. Et pour prévenir le mal que lui font celles des gros noyers et autres arbres, j’ai fait faire un fossé de 31/2 pieds parallèlement à la conduite de la fontaine. Et au dessous on le remplira de terres grasses bien pétries pour empêcher les racines de le traverser.

131

Saules coupé pour cercles

132

On a coupé les branches des saules d’Avusy [47][47] Village situé au sud d’Avully.. On avoit coupé l’automne dernier celle du pré d’ici. Il y en avoit pour faire 68 douzaines de cercles et 40 paires de grands et à Avusy peut être une douzaine de liasses.

133

Tout le mois de décembre a été doux et un peu humide. Il y a eu de très beaux jours. Le froid a seulement commencé avec l’année.

134

[p. 32 v.]

135

Janvier 1779

136

Tout ce mois a été très froid et sec sans neige. La terre étoit trop gelée pour la remuer.

137

Ruclon

138

On a charié le ruclon [48][48] Ruclon ou raclon : fumier des rues, boue, matières... à la teppe de la Plantée pour mêler avec la terre qu’on y a levée. Deux fois plein, le creux [49][49] Endroit où est stocké le ruclon. a fait 70 chariots ou brouettes.

139

Terre au Ramey

140

On a aussi charié un peu de la terre de la teppe de Prey [50][50] Lieu-dit d’Avully. à la vigne du Ramey dans le haut.

141

Février 1779

142

Le tems s’est radouci vers le commencement de ce mois. On a commencé à travailler aux hutins.

143

Pierres cueillies aux Châtaigniers et aqueduc

144

On a beaucoup ramassé de pierres aux Châtaigniers. Il y a bien eu 100 journées de filles en comptant les gens de la maison seulement pour cet objet. On a fait un aqueduc dans les bas de cette pièce que l’on a rempli de pierres.

145

Chapons plantés à Chalu

146

17 : Il y a encore de la glace dans les chemins. La terre dégèle peu à peu. On a fini de tailler Chalu. On y a planté des chapons de bon blanc pris à la Plantée. On y en a mis aussi 400 venus de Féchy [51][51] Village viticole réputé dans la région de la Côte (Pays....

147

Le reste du mois de février a été sec ; brouillard le matin et soir et soleil dans la journée.

148

27 : Il reste encore 8 lignes d’hutins à tailler.

149

Mars 1779

150

Tout le mois a été sec et serein presque toujours de la bise, hors le 19 et 20 qu’il a un peu plu.

151

Pêchers fleuris

152

Les pêchers et abricotiers en espaliers commencent à fleurir vers le milieu du mois. On a semé le trèfle lors de la pluie du 19.

153

Avril 1779

154

Vins transvasés

155

7 : Nous sommes allés passer 15 jours à Avully pour transvaser les vins et surtout les salvagnins nous ont paru très bons. Les hayes commencent à reverdir. Les espaliers sont tous en fleurs.

156

Sécheresse

157

14 : Le tems toujours fort sec. Les prés et les champs demandent la pluye. Les sources sont très basses. On épuise la pompe. Il n’est pas tombé de l’eau qui vaille la peine depuis le commencement de décembre ; c’est à dire quatre mois.

158

Chaleur et blanche gelée

159

Il a fait des jours très chauds les 12, 13 et 14 et une légère blanche gelée le 11 et 12 après quelques gouttes de pluye tombées le 9. Les boutons des vignes grossissent beaucoup. Il y a des raisins depuis plusieurs jours à nos treilles.

160

Arbres fleuris

161

Tous les arbres fruitiers, excepté les pommiers, sont fleuris.

162

On voit des hirondèles depuis plusieurs jours. Aujourdhuy le 14, j’ai entendu un rossignol. On fossoye les hutins. Ils seront finis le 17. On a fini les vignes avant.

163

[p. 33 r.]

164

Nivellement du Rhône

165

Je nivelai la pente du Rhône depuis trois toises en dessous de la plus grande pierre au dessous du petit chemin où l’on descend à pied au bateau jusqu’au poirier qui est entre notre champ et celui de Durand Ferroux. La distance est d’environ 115 toises et la pente seulement d’un pied et demi à peu près. Le gros piquet est de 8 pieds, 1 pouce actuellement hors de l’eau. Le pied du poirier susdit est de 3 pieds au dessus du sommet du piquet. Le point où le Rhône s’éleva le 26 octobre de l’année dernière étoit distant du poirier de 31/2 pieds mesurés le long de la pente. Ce point est d’environ 6 pouces plus haut que le pied du poirier. Donc le 26 octobre 1778, le Rhône s’éleva de 3 pieds 6 à 7 pouces au dessus du sommet du piquet ; c’est à dire de 11 pieds, 8 pouces au dessus du point où il est actuellement. Et comme dans les très basses eaux il est peut être encore 1 pied ou 11/2 pied plus bas qu’à présent, il y a une différence d’environ 18 pieds entre les deux niveaux extrêmes. Le pied du poirier est d’environ 151/2 pieds plus bas que la plaine d’esparcette.

166

Vignes gelées

167

26 : Le tems s’est fort rafraîchi ces derniers jours. Il a neigé dans les montagnes. Il a fait ce matin une forte blanche gelée. Gelée qui a fait beaucoup de mal en plusieurs endroits, surtout les bas, peu au Ramey, beaucoup à Chalu, Vénébé [52][52] Lieu-dit d’Avully., Genesy, Fenières, moins à Susorme, à Chancy [53][53] Village situé au sud ouest d’Avully.. Les hutins et noyers sont très maltraités.

168

May 1779

169

La pluye est enfin venue abondamment pendant 3 à 4 jours. Elle a fait revenir les fontaines les plus basses et fait beaucoup de bien à la campagne.

170

Terre aux Courtils

171

On a charié au champ des Courtils [54][54] Lieu-dit d’Avully.le monceau de terre qui étoit près la fontaine des Melires.

172

Monceau de terre à la Plantée

173

On a fait un monceau, à la teppe de la Plantée, de la terre qu’on y a levée avec les 70 chars de ruclon et 6 chariots de bouses de vaches achetés. Cela fait un monceau d’environ 6 toises mesurées un mois après que le monceau a été fait.

174

28 : On a fini d’efeuiller aujourdhuy et on finira le rebinage demain. Nous sommes allés nous établir à Avully.

175

Gyp semé

176

On a gypsé au milieu d’avril les trèfles et esparcettes. Savoir 11 quarts à l’esparcette semée au printems de 1778, 181/3 quarts sur le trèfle de l’Hoirie et 8 quarts aux trèfles des Châtaigniers ; on en avoit déjà mis 3 coupes en juillet au même champ. Cette partie gypsée en juillet étoit plus belle en automne et au printems que l’autre non gypsée. Elles se sont ensuite égalisées. Mais je crois qu’il y a de l’avantage à semer le gyps après moisson, car si le tems est favorable la première coupe d’automne sera plus belle. On avoit mis un peu de gyp sur des lentilles et aussi sur les gesses et la partie gypsée paroit plus belle et le trèfle semé parmi les gesses gypées est aussi plus beau que là où il n’y a point de gyp.

177

[p. 34 v.]

178

Juin 1779

179

Récolte des trèfles et esparcette

180

1 : On fauche les trèfles et esparcettes dont la récolte est très mauvaise. Le froid de l’hyver a gâté les vieux trèfles et la gelée du printems a gâté les nouveaux. Nous n’avons fait que 61/2 chars de trèfles pour la semature de 15 à 16 coupes [55][55] Ce qu’on peut semer dans une certaine étendue de terrain.... et 3 petits chariots d’esparcette d’un espace d’environ 81/4 poses.

181

Graine soit disant Sulla semée

182

On a semé dans un côté du chenevier [56][56] Champ semé de chanvre : Humbert, 2004, t. 1, p. 94 une poignée d’une nouvelle graine achetée à Genève pour de la graine de Sulla plante de Calabre pour du fourrage. La graine encore dans sa gousse ressemble tout à fait à du trèfle et point du tout à la description de la Sulla donnée par le Dictionnaire d’Histoire naturelle. La plante est sûrement une espèce de trèfle. On l’a gypée en partie.

183

Terre du Petit Bois pour Rachey

184

8 : On a commencé à lever de la terre au petit bois pour conduire à Rachey [57][57] Lieu-dit d’Avully..

185

Prés gâtés par les vers de hanneton

186

Il y a peu de foin dans les prés à cause de la sécheresse du printems et il y a beaucoup de places gâtées entièrement par les vers de hannetons.

187

Bleds

188

Les bleds sont asset beaux, très nets, un peu clairs. Le plus beau des nôtres est la ligne de Susorme où on avoit mis les coupeaux de drap [58][58] Peut-être est-ce des résidus de chanvre (draps de chanvre).... Celui de la Coudre a été gâté par l’hyver ; plusieurs places ont manqué, d’autres sont asset belles.

189

Gesses péries

190

Les gesses ont presque péri entièrement par l’hyver.

191

Nourriture d’ouvriers

192

En faisant le compte de la nourriture du ménage de campagne pendant la seconde année, sans le vin et jardinage et supposant que chaque femme mange les 3/4 d’un homme, la dépense revient à 113/4 sols par homme et 83/4 par femme.

193

Récolte de foin

194

La récolte des foins est médiocre. Nous avons fait 22 chars dans les prés naturels, ce qui est d’environ 1/5 de moins que l’année passée et environ les 2/3 de l’année 1777 extrêmement abondante. Il y a eu 7 chars de trèfle ou esparcette. Total : 29 chariots.

195

Juillet 1779

196

Grêle

197

1 : Il est tombé de la grêle le long de Salève depuis le mont de Sion à Boisy et delà à Lavaux. Elle a fait beaucoup de mal en plusieurs endroits, surtout à Jussy. Nous n’avons eu qu’une pluye abondante.

198

Moissons

199

Les huit premiers jours de juillet ont été extrêmement pluvieux. Le seigle moissonné est resté 8 jours sur le champ et commence à germer ; on l’a retourné 3 à 4 fois. Le beau tems est venu le 9. Les jours suivants ont été très chauds et on finit la moisson le 18. II y a eu très peu de gerbes : 121/4 par coupes pour le bled et seulement 71/4par coupe pour le seigle. Mais le bled est très beau, très net et sera sûrement grené. Le bled de la Plantée n’a donné que 18 gerbes par coupes.

200

Gyp semé

201

20 : Après une petite pluye et ayant l’espérance d’en avoir encore, on a semé le gyp aux champs Surplan [59][59] Lieu-dit d’Avully. ; savoir 12 coupes au grand champ et au champ voisin de l’Hoirie, ce n’est qu’à raison d’environ une coupe par coupe. Mais j’ai fait essayer un essay : on sème plus clair en partant vers le côté de vent depuis le termine du milieu, le long de la rive du levant de notre grand champ et un [autre] essay : on sème beaucoup plus épars, environ le double du clair en partant du même termine et allant vers le côté de bise [60][60] Résultat de l’expérience le 10 septembre 1779..

202

[p. 35 r.]

203

Aoust 1779

204

Réparation à la grange vieille

205

J’ai fait replancher la grange vieille. On y a mis des plateaux de 3 pouces et au bout, on a mis les 3 derniers pieds en plaque de molasse. J’ai fait servir à cela les vieilles marches de la maison. La réparation seule de ce plancher peut être évaluée à environ 30 écus. On a employé les meilleures des vieilles planches pour le plancher de la grande écurie, environ le 1/3 vers le jardin, le reste a été planché à neuf avec des planches de Savoye.

206

Entés de pêchers

207

2 : Nous avons enté, Pierrot et moi, 30 pêchers sur les jeunes amandiers plantés au jardin et en outre 12 à la pépinière. Ces amandiers sont venus la plupart d’amandes, la plupart à coque molle mise dans le sable à la cave basse en décembre de l’année dernière et en avril ayant toutes été germées on les transplanta au jardin.

208

Gyp semé au trèfle du champ des Teppes

209

10 : On a trouvé après moissons le champ des Teppes assez garni de trèfles, quoique on y en eut point semé. Cela tient sans doute de celui que les bœufs ont mangé l’hyver où il y avoit de la graine qui s’est répandue sur le fumier qu’on a mis dans ce champ là. On y a semé 3 coupes de gyp.

210

Seconde coupe de trèfles

211

La seconde coupe des trèfles a été belle. Le mois de juillet avoit été pluvieux. On y a fait 14 chars dans l’espace de 151/2 coupe ; on les a fauché la première semaine d’aoust.

212

Terres à Rachey

213

L’on a charrié à Rachey toute la terre levée au petit bois. Cela fait environ 55 brouettes et a couvert une place d’environ 5 quarts de semature.

214

Septembre 1779

215

Trèfle du printems

216

10 : L’on a coupé le nouveau trèfle de Surplan qui étoit tout fleuri et très beau. Nous y avons eu trois gros chariots.

217

Essay de gyp semé plus clair et plus épais

218

Je n’ai aperçu aucune différence dans les deux portions où le gyp avoit été semé clair dans l’une et épars dans l’autre ; il m’a paru également beau. Cela mérite qu’on en fasse des expériences. Peut être que l’année prochaine on y verra une différence.

219

Troisième coupe de trèfle

220

On a pu faire une troisième coupe de trèfle qui nous a donné encore un chariot. Il auroit mieux valu le laisser pour l’enterrer, mais on a craint qu’il ne fut trop long.

221

Regains

222

Les regains des prés naturels ont beaucoup donné. Nous avons fait 131/2 chars là où il y avoit eu seulement 22 chars de première coupe.

223

Récolte des bleds et seigles

224

Les bleds ont été fort grené. Nous avons eu un jour 5 coupes et 1 quart pour 15 gerbes l’un dans l’autre. Les 20 gerbes ont donné 5 coupes et 2 quarts. Ce qui fait pour la récolte 31/3 pour un. Les seigles ont donné 7 coupes, 2 quarts pour 20 gerbes ; c’est à dire la récolte 23/5 pour un.

225

18 : On a commencé à semer. Le tems a été beau. Il a fallu refaire pour la quatrième fois plusieurs champs où l’herbe avoit repoussé. Ce qui, joint à 16 coupes de trèfle à rompre, a donné beaucoup de besogne jusqu’au milieu d’octobre.

226

[p. 36 v.]

227

Octobre 1779

228

Coupaux de tailleux

229

On a mis environ 23/4 quintaux de coupaux dans deux lignes d’hutins de Susorme.

230

Lentilles moisies ne valent rien pour semer

231

On avoit battu des lentilles très humides et ayant oublié de les remuer après les avoir étendues, elles s’étoient moisies. J’ai voulu essayer si elles seroient bonnes pour semer. J’en plantai 12 grains et 12 grains de saines. Ces derniers ont tous levé et aucun des autres.

232

Plante semée pour la Sulla

233

La plante qui devoit être la Sulla s’est trouvée du trèfle dont les fleurs sont rouges ponceaux et oblongues, au lieu que celles du trèfle ordinaire sont en forme de tête. C’est le trèfle bitumineux qui étoit dans les pays chauds suivant la description du Dictionnaire de Valmont [61][61] Valmont de Bomare, 1764..

234

Résultat des vendanges

235

On a vendangé le 11 octobre. On n’a rien trouvé ou à peu près rien dans les hutins. Ce que le gelée du 26 avril a épargné n’a fait aucune fin dans les hutins. Nous n’avons pas plus de 5 setiers pour tous nos hutins deux 1200 toises. Le Ramey a donné à raison de 23 setiers par pause. On ne peut pas compter sur Chalu, parce que le 1/3 environ est nouvellement replanté.

236

Blanche gelée / Sarrasin

237

12: Il a fait aujourdhuy une petite blanche gelée, c’est la première. Les sarrasins sont mûrs et passablement beaux. Ceux d’avant moissons sont les moindres. L’un dans l’autre, ils ont donné 13 pour un.

238

Trèfle

239

15 : Le trèfle de Surplan semé du printems et fauché en septembre est déjà très grand. On pourroit le faucher en plusieurs endroits où il a un pied.

240

Fruit

241

Il y a eu une abondante quantité de poires et de pommes. Nous avons fait environ 8 chars de tout fruits. J’évalue la quantité totale à 200 quintaux.

242

Seconde coupe de trèfle semé au printems

243

Tout le mois d’octobre a été très beau et très chaud. Cela a fait tellement croître le trèfle de Surplan qu’il a fallu le faucher le 26. On y a recueilli un très bon chariot mais on n’a pas pu le serrer bien sec.

244

Semailles

245

Les semailles sont très longues et épaisses. On craint qu’elles ne s’allongent trop. Quelques personnes les ont fait mangé par leurs bestiaux.

246

Novembre 1779

247

J’ai fait miner [62][62] Défoncer un terrain, le fouiller à quelques pieds de... le dessus de la terrasse [63][63] Située à l’arrière du domaine (cf. figure 4 de la Ire... à un bon pied et demi. Le terrain est graveleux, très pierreux et sabloneux en plusieurs endroits.

248

Décembre 1779

249

Bosquet

250

On a planté le bois. Il y est entré environ 4 000 plantes de plus de 50 sortes. Le nombre de journées, compris celles des domestiques, va à environ 135 et les frais des journées environ 5 louis. Le bois des arbres coûtent environ 5 louis ce qui fait au total une dépense de 10 louis.

251

Arbres plantés

252

On a planté au verger 16 arbres fruitiers qui manquoient. On en a planté aussi 7 aux hutins jeunes de Genesy. On a planté au jardin 4 pêchers de [Mr] Lianna et 2 pruniers de Genève.

253

Grande écurie réparée

254

Nous avons fait arranger la grande écurie, crèche neuve en bois dur, maconnée, caronnée [64][64] Caronner ou carreler. Le carron est un carreau de terre..., un ratelier en bois dur, des séparations pour 12 vaches. Cette réparation, jointe au planchage de la grange et de la fenière [65][65] Fenil, grenier dans lequel on entrepose le foin: Humbert,... au dessus de cette écurie, coûte environ 15 louis, non compris 3 ou 4 chênes de nos bois. Il y a eu pour 8 louis de planches ou plateaux achetés.

255

[p. 37 r.]

256

Il étoit tombé 13 pouces de neige le 18 novembre qui n’a duré que quelques jours. Elle tomba si vite que plusieurs arbres ont eu de fort grosses branches cassées. Les pêchers en plein vent ont été abîmés. Le commencement de décembre a été un peu pluvieux et la fin asset belle et il est tombé de la neige vers le 25 de décembre qui a fondu au milieu de janvier.

257

Janvier 1780

258

Tems de l’hyver

259

Le plus grand froid a été vers le 6, 7 janvier. Le thermomètre entre 7 et 8. Le froid est revenu par une grosse bise le 12 février. Le thermomètre fut le 19 à [blanc]. Il a encore été le 25 à [blanc]. Il n’y avoit point de neige dans la plaine. En général, on a pu travailler la plus grande partie de l’hyver. Il n’y a guère eu que de petits intervalles de 4 à 5 jours.

260

Aqueduc au bas des prés

261

Les travaux de la fin décembre, janvier et février ont été un aqueduc au bas du pré de la Mouille [66][66] Lieu-dit d’Avully. passant à l’angle du champ de [Mr] Demole au coin du petit bois traversant son champ jusqu’à l’angle de celui de Durant et delà dans les teppes.

262

Aqueduc à la Grosse Terre

263

On a fait un aqueduc au champ de la Grosse Terre dans un endroit mouilleux.

264

Aqueduc à Genesy

265

On en a fait aussi un aux hutins de Genessy près de ceux de Jean-Marc.

266

Pierres cueillies Surplan dans le trèfle

267

On a cueilli la plus grande partie des pierres du Grand Champ.

268

Février 1780

269

Chapons à Chalu

270

On a planté des chapons à Chalu, près de la vigne de Mr Jacquet à Athenaz [67][67] Village situé au sud d’Avully., qui est du plan de Lavaux [68][68] Vignoble de Lavaux (Pays de Vaud), autour notamment....

271

Bœufs engraissés

272

Nous avons engraissé les deux plus vieux de nos bœufs et vendu à Lechau pour 13 louis et 1 écu neuf pour le valet ; ils ont mangé environ quatre chariots de fourrages et 3 coupes d’avoine.

273

Bœufs achetés

274

Nous avons racheté d’Humilly [69][69] Village situé au sud d’Avully. une paire qui prennent leur 6 ans pour 131/4 louis et 21 sols au boveiron.

275

Creux de ruclon

276

On a vidé le creux du ruclon. Ce qui avec une partie n’avoit pu y rentrer a fait 59 brouettes qu’on a mené au bas du champ de la Plantée.

277

Neige

278

26 : Il est tombé encore de la neige, environ 5 à 6 pouces.

279

Mars 1780

280

Entés / pêchers plantés

281

12 : On a fait 34 entés de pêchers, pruniers et cerisiers en entés. Tous ceux qu’on avoit fait en écusson au Ieraoût 1779 ont manqué. On a renté les mêmes sujets. On a planté au bas du Ramey 4 pêchers de pêches sanguines de Cologny [70][70] Village situé à 16 km d’Avully sur les bords du Léman....

282

Vigne taillée / belle rame

283

13 : On a fini de tailler les vignes et hutins. Les ouvrages sont retardés à cause des dernières neiges. La rame est très belle.

284

Charrue courante

285

18 : On a commencé à labourer aujourdhuy. C’est la première fois qu’on s’est servi chez nous de la charrue courante [71][71] Ce qualificatif ne nous permet pas d’identifier avec... ; j’en ai fais faire une toute neuve.

286

Partie de la coudre remise en pré

287

On a semé à la Coudre la graine des prés par dessus le bled ; savoir 25 livres de fenasse [72][72] Graine de prairie fournie par les herbes les plus élevées..., 10 livres d’esparcette.

288

Esparcette gypée pour la seconde fois

289

On a gypé pour la deuxième fois la première partie de l’esparcette de Vers qui l’avoit été en 1776. On y a mis au total 31/3 coupes de gyp. On en a jetté un quart par les prés en quelques places.

290

[p. 38 v.]

291

Pierres ramassées aux trèfles

292

On a fini de ramasser et de charier les pierres des trèfles du Grand Champ et du champ des Teppes. Il y en a eu 164 tombereaux au premier et 30 au second. Les frais pour les ramasser sans le chariage vont à 71/2 sols par tombereau. Le bois gentil [est] fleuri. Quelques boutons d’abricotiers en espaliers s’ouvrent.

293

26 : On a fait à la pépinière et au Ramey 98 entés de poires ou pommes.

294

Premières feuilles

295

28 : Les premières feuilles ont paru aux maroniers d’Avully. Il a fait pendant deux jours un vent très chaud. On a vu le thermomètre en ville à 17.

296

Arbres fleuris

297

Les pêchers et abricotiers en espaliers sont tous fleuris.

298

Hirondèles

299

29 : J’ai vu plusieurs hirondèles. Il a plu abondamment à la fin de mars et le froid est revenu.

300

Avril 1780

301

Froid, glace, neige

302

5 : Le 5, il y a eu de la glace. Le thermomètre a 1/2 au dessous de 0 et il est tombé de la neige qui a tenu quelques heures dans la plaine. Les noyers commencent à pousser.

303

8 : Il tomba de la neige fondue.

304

Vignes commencent à pousser

305

9 et 10 : tems toujours froid. Le matin, le thermomètre près de o. Les boutons de la vigne commencent à grossir ; on ne voit encore rien aux hutins.

306

Noyaux de pêches au jardin

307

9 : On a planté au jardin une soixantaine de nouveaux pêchers germés et une trentaine d’amandes.

308

Tout le reste du mois jusqu’au 22 a été froid et humide. Il y a eu quelques blanches gelées qui ont peu fait rougir les bleds.

309

23 : Il est tombé le 23 et 24 de la pluye abondamment qui n’a pas été froide.

310

27 : La chaleur est venue le 28 et a été asset forte le 29 et 30.

311

May 1780

312

1 : La campagne étoit restée depuis le commencement d’avril sans faire aucun progrès, mais elle avance à vue d’œil depuis trois jours. Le mois de may a été beau au commencement et à la fin. Le milieu a été froid et pluvieux. Le 15, il a neigé aux montagnes.

313

Hannetons

314

C’est l’année des hannetons. Ils n’ont pas fait un mal considérable. Ils ont quitté asset vite les arbres fruitiers, noyers, pour se jetter sur les chênes.

315

Juin 1780

316

Trèfles et esparcettes

317

La première coupe des foins artificiels a été belle. Nous avons fait 6 chars d’esparcette dans environ 81/4 poses et 14 à 15 chars de trèfle dans un espace de 12 coupes.

318

Expérience pour la quantité de gyp

319

Je n’ai aperçu aucune différence entre les deux places qui avoient été gypées fort inégalement le 20 juillet 1779.

320

Chenilles

321

11 : Lorsqu’on a fauché les trèfles, on a découvert une quantité incroyable de chenilles. Elles avoient entièrement mangé les feuilles dans quelques endroits et auroient sans doute abîmé la récolte si on eut tardé de quelques jours à faucher. Les champs voisins des trèfles ont été dévasté dans un jour ou deux. Ce sont des arpenteuses [73][73] Chenille au corps très long : Lachiver, 1997, p. 1... à 10 jambes de couleur verte plus ou moins foncée avec quelques bandes jaunâtres sur le dos tout le long du corps. Elles ont cessé de vivre bientôt après, vers le milieu de juin.

322

Foins

323

25 : On commence à faucher les foins qui sont beaux.

324

23 : On a eu 31 chars de foin, pas tout à fait autant que dans la grande année 1777 où on en eut 35.

325

[p. 39 r.]

326

Sécheresse

327

Hors une ou deux versées de pluye au commencement de juin, tout le reste du mois a été sec. Tous les foins ont été serrés sans pluye. On a commencé à moissonner à la fin du mois. En général la moisson a été belle. Les bleds asset longs et parfaitement nets.

328

Juillet 1780

329

Moissons

330

Nous n’avons fait que 16 gerbes de bled par coupe et seulement 11 de seigle. Mais elles sont fort grosses. Cela peut bien équivaloir à 20 ordinaires pour le moins. Les bleds semés après le trèfle n’ont pas été si beaux. Ils étoient fort retardés et la sécheresse du printems leur a fait du tort. Il y a quelques grains de pourris. Quoiqu’il y eut de mauvaises places dans le champ de Rachey, il a cependant donné 20 gerbes par coupe et la place où on avoit mis la terre, [et qui] avoit été un peu couchée par un orage qu’il fit le 4 juin, elle a donné à raison de 40 gerbes par coupe dans un espace de 5 quarts.

331

Chaumes brûlés

332

Les chaumes étoient si secs qu’en les allumant à une extrémité du champ, s’il faisoit un peu de vent, tout le champ étoit brûlé d’un bout à l’autre dans un instant. Cela faillit perdre une récolte entière près de Chêne [74][74] Village situé près de Genève. où l’on eut l’imprudence de mettre le feu avant que les gerbes fussent ôtées. Il y eut des arbres brûlés.

333

Pompe renouvelée

334

Notre pompe qui s’étoit dérangée une ou deux fois l’année dernière l’a été de nouveau. Cela tient à la soupape d’en bas qui sans qu’on en ait pu découvrir la cause ne peut pas jouer. On a été obligé de faire un corps de pompe, piston tout neuf, qui est revenu à environ 2 louis en donnant la vieille.

335

Deuxième coupe des trèfles

336

26 : La sécheresse a toujours continué. On s’en plaint partout et quoiqu’il n’ait pas plu depuis qu’on a fauché les trèfles, on en a coupé cependant 21/2 chars.

337

Trèfle du printems gâté / gyp semés sur les trèfles

338

Le trèfle semé au printems s’est perdu en quelques endroits. Il avoit levé mais la sécheresse l’a gâté. Je l’ai fait gyper. J’ai fait un essay de diverses quantités de trèfle semées dans des espaces égaux. Dans 5 espaces de 90 toises chacun. On a semé 2, 3, 4, 5 et 6 quartes de gyp. On verra la différence dans les récoltes de l’année prochaine [75][75] Résultat de l’expérience le 29 mai 1781..

339

Gyp au Ramey

340

25 : J’ai fait semer sur le sainfoin du Ramey un benon [76][76] « Benaiton » : panier, corbillon, sébile, de forme... de gyp sur deux bandes allant de vent à bise l’une entre les 2 piquets. Et mon intention est d’en semer 3 ou 4 fois par année à la même place pour voir s’il en résulte quelques effets.

341

Aoust 1780

342

Sécheresse / sarrasins semés

343

Tout le mois de juillet a été fort sec. La plupart des paysans n’ont pas pu labourer pour semer du bled noir. On en a beaucoup semé au commencement d’aoust et même jusqu’au 10, après un peu de pluye tombée au commencement du mois. Celui qui avoit été semé d’abord après moissons n’a pas levé plutôt que le dernier semé.

344

Repassage des hutins par le sec

345

Tous les hutins sont fouinés et les raisins sèchent. Les uns ont repassé leurs hutins, d’autres n’ont pas voulu les toucher. Et en fin de compte on ne sauroit pas trop dire lesquels ont le mieux fait.

346

[p. 40 V.]

347

Grandes chaleurs

348

Les derniers jours de juillet et les premiers d’aoust ont été excessivement chauds. Le thermomètre a été jusqu’à 271/2 et à 10 h du soir jusqu’à 20.

349

Aurore boréale

350

Il y eut le 28 juillet une belle aurore boréale.

351

Fontaine très basse

352

Quoiqu’il ait fait quelques versées dans le mois d’aoust, cela n’a pas humecté les terres qui sont encore excessivement sèches. La fontaine ne donne plus qu’environ 1 quarteron par minute. La plupart des sources sont taries. La fontaine publique ne l’est pas encore.

353

Résultat du battage

354

9 : L’on a fini de battre. Les 20 gerbes de bled ont donné 4 coupes, 1 bichet [77][77] Mesure de capacité qui équivaut à une demi coupe, soit..., 3 quartes [78][78] Mesure de capacité qui équivaut à 4,95 1. et celles de seigle 5 coupes, 1 bichet, 3 quartes. En sorte que tout compte fait la récolte de bled a été de 31/2 pour un et celle de seigle 3 pour un.

355

Gyp

356

10 : On a semé un benon de gyp sur le sainfoin de Ramey à la même place que le 25 juillet. La pluye abondante n’est venue que le 20.

357

Pluye

358

22 : Il est tombé dans la nuit 321/2 lignes de pluye.

359

Sarrasins

360

Les bleds noirs ont fait des progrès. Ceux qui ont été semés vers le 10 d’aoust sont aussi avancés et même plus beaux que les premiers. Ceux-ci ont plusieurs grains qui ne sont pas levés.

361

Septembre 1780

362

Vendanges

363

29 : On a commencé à vendanger les raisins qui sont bien mûrs. Le blanc des vignes est très beau. Les hutins se sont raccomodés, mais on observe une grande différence entre ceux qui sont labourés et les autres qui ont du chaume. Les premiers sont beaucoup plus beaux ; la culture les a tenus plus rafraîchis. Le rouge des vignes est très médiocre pour la quantité. Les vignes ont donné 19 à 20 setiers par pause et les hutins 29 setiers pour environ 1200 toises.

364

Octobre 1780

365

Récolte des sarrasins

366

Heureusement, il n’y a pas eu de blanche gelée forte avant que les sarrasins aient été mûrs. La moyenne de la récolte n’est que de 43/4 pour un. Ils étoient fort courts. Dans quelques endroits, il n’a pas seulement valu la peine de les arracher.

367

Graine de trèfle

368

La grande sécheresse n’a point nuit au trèfle gardé pour graine. Un chariot médiocre nous a donné 210 livres.

369

Récolte des regains

370

Les regains [79][79] Seconde coupe des foins. La première ayant lieu aux... ont été nuls dans plusieurs endroits. Nous en avons eu 41/2 chariots. Outre les trèfles, on n’a pas fauché l’esparcette.

371

Novembre 1780

372

Esserté à Avusy

373

On a esserté [80][80] Essarté. le long des hayes le pré d’Avusy et rigolé comme il faut.

374

Conduite de bournaux au bas du Ramey

375

On a été obligé de remettre à la conduite du bas du Ramey deux bournaux [81][81] Tuyau : Humbert, 2004, t. 1, p. 59. neufs qui étoient entièrement pourris. On a fait aussi refaire une grille neuve pour le réservoir.

376

Terrasse et allée de la Coudre

377

J’ai fait arranger le terrain du haut de la Coudre pour en faire une allée. On y a planté deux lignes d’arbres fruitiers et un peu de charmille au bout. Cette plantation a pris environ 53 journées.

378

[p. 41 r.]

379

Bosquet

380

La sécheresse a fait périr un grand nombre de plantes du bosquet. On y a replanté environ un millier de plantes et quelques arbres de montagne comme Plane, Cytise, Thymier.

381

Merisiers plantés

382

On a planté trois merisiers contre le mur de la grange vers le bosquet.

383

Point de fruits et noix

384

La récolte des pommes et poires a été nulle ou à peu près, mais il y a eu passablement de noix.

385

Le mois de novembre a été passablement beau ; un peu de neige au milieu et froid à la fin.

386

Semailles

387

Les semailles sont très belles, surtout celles du grand champ Surplan après le trèfle.

388

Décembre 1780

389

Chapons à Chalu / creux de ruclon

390

Le mois de décembre a été un peu sec, couvert et un peu froid. On a planté encore des chapons à la vigne de Chalu. On a vidé le creux de ruclon qu’on a mené au monceau du haut de la Plantée. Il y a eu 46 tombereaux.

391

Janvier 1781

392

Tems de l’hyver

393

L’hyver a été très beau. Janvier a été sans neige, pas de grand froid et un tems sec hors 5 à 6 jours de pluye abondante.

394

Février 1781

395

Ce mois a été doux et pluvieux. Le thermomètre a été à 10 degrés.

396

Mars 1781

397

Premières feuilles et fleurs d’espaliers

398

9 : Le commencement du mois est très beau. Il gèle à peine le matin. On voit depuis quelques jours de petites feuilles aux groseilliers. Nous avons des boutons d’abricotiers en espaliers tout fleuris. On entend chanter le pinson.

399

Travaux de l’hyver

400

Les travaux de l’hyver ont été employés à planter des chapons à Chalu, à charier du sable et des pierres et arracher des chênes pour bâtir un couvert.

401

29 : Le beau tems continue. Les abricotiers sont fleuris. Il fait encore des blanches gelées toutes les nuits ; la vigne ne dit rien. On commence à fossoyer aujourdhuy et de même à labourer.

402

Feuilles aux maroniers

403

25 : Le beau tems continue avec air de bise. La campagne avance lentement. On commence à voir les premières feuilles à quelques maroniers d’Avully.

404

Pêchers fleuris

405

Les abricotiers espaliers se défleurissent.

406

Les pêchers commencent à fleurir.

407

Avril 1781

408

1 : Il a un peu plu le 28 mars et le thermomètre fut tout le jour à 4. Il neigea un peu. Le tems s’est radouci dès le lendemain.

409

Arbres fleuris, noyers et vignes poussent

410

Les arbres en plein vent [82][82] Arbres sur tige qui est laissé à lui même après une... commencent à fleurir. Les noyers poussent et la vigne commence à bouger.

411

Hirondèles

412

On a vu des hirondèles à ce qu’on m’a dit hier.

413

Gyp à l’esparcette

414

On sema le 29 du gyp à la seconde partie de l’esparcette semée en septembre 1779 : 12 à 13 quarts. On en a mis un quart à la Coudre dans la partie remise en pré.

415

Gyp au sainfoin du Ramey

416

5 : On a mis le benon de gyp au sainfoin du Ramey comme ci devant.

417

Neige aux montagnes

418

7 : Il vint de la pluye froide, neige aux montagnes, mais elle n’a pas duré.

419

[p. 42 v.]

420

Feuilles aux vignes

421

15 : Le tems a continué à être chaud. Les arbres en plein vent sont tous en fleurs. Les vignes commencent à pousser des feuilles.

422

Légère blanche gelée

423

16 : La matinée a été froide, peut être un peu de blanche gelée dans quelques endroits.

424

Arbres défleuris

425

22 : La semaine a été très chaude. La campagne avance beaucoup. On ne voit plus que quelques poiriers en fleurs.

426

May 1781

427

Tems chaud et orageux

428

Le mois de may a été chaud et humide dans le commencement. Il a fait de fortes versées de pluye et très souvent du tonnerre ; un peu de grêle légère dans quelques endroits.

429

Thermomètre à 21

430

Du 15 au 22 il a fait très chaud. Le thermomètre a été jusqu’à 23 ; la bise et la pluye l’ont ensuite très rafraîchi.

431

Tems froid

432

Le 25, 26 et 27, le thermomètre de grand matin a été à 4 degrés. La bise qui soufloit a empêché la blanche gelée. Les haricots seuls s’en sont un peu ressentis le 27. La chaleur est revenue asset forte le 29 et jours suivants.

433

On effeuille et rebine

434

14 : La campagne est très avancée. On commence à effeuiller et rebiner les vignes.

435

On fauche les foins artificiels

436

21 : On fauche les sainfoins, esparcettes et trèfles.

437

Résultat du trèfle plus ou moins gypsé

438

29 : Je n’ai aperçu aucune différence dans les bandes de trèfles gypsées de différentes quantité le 26 juillet. Il faudra répéter l’expérience.

439

Première coupe des foins artificiels

440

La première coupe des foins artificiels a été belle : 6 chars d’esparcette dans environ 81/2 coupes et 13 de trèfle dans 13 coupes de semature. Mais il y avoit de ces 13 coupes au moins deux qui avoient totalement manqué ; le trèfle ayant péri par la sécheresse de l’année dernière, ce qui est arrivé dans plusieurs endroits.

441

Partie d’esparcette périe

442

La partie de l’esparcette semée la dernière en mars 1778 a presque toute péri, soit par la grande secheresse, soit par une espèce de fenasse abondante dans cette pièce.

443

Juin 1781

444

Bâtisse du couvert

445

2 : On a à peu près fini la bâtisse de la fenière et du couvert.

446

Sainfoin du Ramey gypsé

447

11 : Mis le benon de gyp au sainfoin du Ramey comme à l’ordinaire.

448

Récolte des foins

449

La récolte des foins a été très belle. Nous avons eu 36 chars ; c’est à dire un de plus que dans la grande année de 1777. Il y en avoit un peu moins dans le grand pré et davantage à la Coudre.

450

Pluyes froides en juin

451

Le mois de juin a été un peu pluvieux. On a eu un peu de peine à semer les derniers foins.

452

Ventaison générale des bleds

453

25 : On a commencé à moissonner le 25. La récolte est fort chétive dans nos cantons à cause d’une ventaison générale provenue de quelques matinées et pluyes et rosées froides au milieu de juin, lorsque le bled vient en fleur [83][83] Un blé venté est un blé attaqué par la maladie appelée.... Mr Pictet refusoit 50 coupes de bled de sa récolte de Trèslaville et 6 jours en l’offroit la moitié pour 2 coupes (sic).

454

Résultat des moissons

455

Nous avons fait 141/2 gerbes par coupes pour le bled et 112/3 pour le seigle. Les plus beaux champs sont ceux après le trèfle et semés les plus tard. Le grand champ Surplan a donné 191/2 gerbes et le bled est très propre, mais sera peu grené et les grains étranglés. Le champ de la Grosse Terre tout fumé [p. 43 r.] n’a donné que 141/2 gerbes par coupe et beaucoup de plumasses.

456

Mauvaise récolte du bled dans les hutins

457

Les hutins ont donné une très mauvaise récolte. Dans ceux de Genessy jeunes, le bled étoit si court et si clair qu’il a fallu le faucher. Les hutins de Fenières et des Ferrages [84][84] Lieu-dit d’Avully. ne donneront pas les semences. Et tout cela avoit cependant très belle apparence au commencement du printems. On ne sait quelle raison en donner. Les uns disent que ce sont les vers. Peut être a-t-on eu tort de labourer pendant la grande sécheresse ; cela convient peu aux terres légères. Les hutins jeunes avoient été labourés quatre fois.

458

Juillet 1781

459

Seconde coupe des trèfles

460

16 : On a commencé à couper les seconds trèfles qui sont très beaux. Il y en a eu presque autant qu’à la première coupe : 12 chariots dans 13 coupes. Les pluyes de juin leur ont fait beaucoup de bien. Il n’y a eu que sept semaines entre les deux récoltes.

461

Sécheresse

462

Tout le mois de juillet a été très sec. Il a plu un peu le 27, heureusement pour les sarrasins qui avoient assez bien levés. Il y a eu de la fouine aux feuilles des hutins déjà au milieu de juin. On l’attribuoit alors aux pluyes.

463

Trèfle gypsé

464

26 : On n’avoit point semé jusqu’à présent le gyp sur les trèfles à cause de la sécheresse. On l’a semé aujourdhuy.

465

Essay de différentes doses

466

J’ai encore fait l’essay au champ des Teppes de le semer en différentes doses dans des espaces de 100 toises carrées [85][85] Résultats non analysés par Mallet en juin 1782, car.... On a semé, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 quartes de gyp. Mais il est vrai qu’un léger vent portoit de la poussière de gyp un peu sur les bandes voisines.

467

Aoust 1781

468

Grêle au mandement

469

1 : Il a fait une forte versée de grêle qui a abîmé le mandement [86][86] Sorte de circonscription militaire, juridique et administrative... surtout Bourdigny. Nous n’avons eu qu’une pluye abondante, qui est venue au secours de nos terres très sèches et surtout des sarrasins. On en a encore semé après cette pluye.

470

Grêle à Avully

471

20 : Nous avons eu de la grêle à 11 heures du matin fort abondante par un tems très froid et après tout le jour précédent de pluye, sans avoir eu de soleil entre deux. Le thermomètre est descendu à 71/2 immédiatement après. Elle a fait asset de mal aux vignes du Moillet [87][87] Lieu-dit d’Avully, Ramey Susorme, Cartigny et presque point ailleurs [88][88] La grêle est un phénomène météorologique sélectif.....

472

Coulure des bleds

473

Le bled a fort peu grené. Le grain est fort étranglé. Cette maladie a été générale, non seulement autour de Genève, mais dans la Bresse, Comté, Savoye. On attribue cela aux pluyes froides de juin. Les bleds étant en fleurs, ce qui a produit la coulure [89][89] Les pluies froides du printemps ont empêchées les fleurs....

474

Résultat du battage

475

Les 20 gerbes de bled n’ont produit que 3 coupes et les 20 gerbes de seigle : 5 coupes, 3 bichets. En sorte que le total de la récolte de bled a donné 21/5 pour un et le seigle 31/3.

476

Graine de trèfle

477

Les trèfles n’ont pas donné la moitié de graines de l’année dernière ; un bon chariot ne nous a donné qu’environ 100 livres.

478

Regains

479

La récolte des regains a été belle. Nous avons fait 9 à 10 chars dans nos prés naturels.

480

[p. 44 v.]

481

Septembre 1781

482

Troisième coupe des trèfles. On a pu faucher les nouveaux

483

On a fait une troisième coupe de trèfle et on a pu faucher les nouveaux. On a commencé les vendanges le 27, quoique les hutins ne fussent pas bien mûrs. On a eu peur de la pourriture aux vignes à cause des pluyes de la fin de septembre.

484

Vendange

485

La récolte a été très belle aux vignes : une bossette à Vénébé et 10 au Ramey, malgré la grêle. Cela nous fait environ 3 chars [90][90] Un char (mesure de capacité viticole) équivaut à 6,48...parpause. Les hutins, quoique beaux, n’étoient pas magnifiques. Ils ont donné 44 setiers pour environ 1500 toises [91][91] 23,5 hl/ha. dont 300 ne sont tendues encore qu’en partie. La récolte a été superbe partout et extraordinaire dans beaucoup d’endroits : 5, 6, 7, 8 chars par pause [92][92] Nous obtenons une productivité de 120, 144, 168 et.... Le vin de la Côte se donnoit un écu neuf et celui du pays, le blanc de Savoye, pour 8, 9 florins le setier.

486

Octobre 1781

487

Sarrasins

488

Les sarrasins premiers semés d’abord après moissons ont très bien réussi. Les autres moins à cause de quelques blanches gelées. En total, la récolte a été très belle. Nous en avons eu 100 coupes ; c’est à dire 20 pour 1. Mais n’étant pas sec, il diminuera d’un 1/5 ou 1/6.

489

Pain de sarrasin

490

Le grain étoit bien nourri et pesant. La coupe avec le sac a pesé 87 livres. Elle a rendu 51 livres de farine et 68 livres de pain.

491

Novembre 1781

492

Bournaux remis à la conduite du pré

493

On a remis 2 bournaux neufs au bas du Ramey à l’angle levant de la pépinière. Les voisins sont asset mauvais.

494

Allée de la Coudre

495

On a fini l’allée de la Coudre jusqu’au Cledal [93][93] Lieu-dit d’Avully., en plantant encore 5 poiriers et 5 pommiers.

496

Portion du verger de Mr Moré

497

Nous avons acheté environ 3 toises du verger de Moré à l’angle du Boula pour avoir plus de pente pour nos eaux.

498

Portion du Boula acquise

499

Nous avons acheté la portion du Boula indivise entre [Jean] Nourrisson, [Mr] Faire et [André] Veau, pour 9 écus.

500

Echange avec Mr Rey

501

Nous avons acquis aussi celle de Mr Rey, qui est au dessous de notre verger en lui donnant pour échange du terrain à la Coudre sous ses vignes et nous avons un peu mieux aligné nos limites dans cette partie. On a planté 7 termines nouveaux. Il y en a actuellement 8 qui nous séparent depuis le pavillon et la charmille jusqu’au dessous du chemin de Verdier. Celui de l’angle du pré [à André] Veau ou [à Joseph] Auvergne, celui qui sépare notre teppe de celle de Mr Rey, celui qui est près de l’angle midi du champ de Rachey et celui qui est à l’angle obtus dessous la vigne ; ces 4 sont sur une même ligne droite.

502

Arbres fruitiers plantés

503

On a remployé 9 arbres fruitiers au verger, un aux hutins jeunes de Genesy, un pêcher au jardin à la place de deux morts trop près l’un de l’autre. Planté de nouveau 3 pêchers en plein vent au jardin, 16 à Susorme, 16 aux hutins jeunes de Genesy, 5 aux hutins vieux de Genesy, 6 au Ramey et un amandier à coque molle. En tout planté 15 poiriers ou pommiers, 1 cerisier, 3 pruniers, 48 pêchers, 1 amandier ; en tout 68.

504

Arbustes replacés au bosquet

505

On a aussi replanté au bosquet environ 550 plantes, arbres ou arbustes.

506

[p. 45 r.]

507

Décembre 1781

508

Belle automne / Pierre des trèfles

509

L’automne a été très belle. Point de gel dans tout décembre. À peine a-t-on vu de la glace deux matinées jusqu’à la fin de janvier. Beaucoup de brouillards en décembre. Le tems a été asset doux pour ramasser toutes les pierres des trèfles avant la fin de l’année.

510

Semailles peu avancées

511

Les semailles ont peu avancé avant l’hyver à cause de deux jours de gel en octobre.

512

Récolte de fruits abondante

513

La récolte du fruit a été abondante, cependant moindre qu’en 1779. Une bise violente au commencement d’octobre a fait tomber beaucoup de pommes. On a fait 6 chars de vin de fruit, qu’on n’auroit pas pu vendre à 4 florins à cause de l’abondance du vin.

514

Noix

515

La récolte de noix asset belle : 35 coupes sur notre fond et celui de l’Hoirie.

516

Saules ébranchés pour cercles

517

C’étoit l’année de couper les saules des prés pour faire des cercles. On en a coupé environ la moitié pour laisser les autres jusqu’à l’année suivante. Ils ont produit 55 liasses de cercles ordinaires, 5 de petits et 7 paires de grands.

518

Lentilles remplies de carquillons

519

Il y a eu dans les lentilles recueillies cette année une quantité prodigieuse de carquillons [94][94] Insecte de l’espèce des charançons: Humbert, 2004,.... On ne s’en est aperçu qu’en novembre. J’ai plusieurs grains parfaitement entiers dans lequel étoit l’animal. On les a toutes lavées. Les grains mangés étant plus légers ont pu asset bien être séparés. Mais on en a perdu une bonne partie comme le 1/4 ou 1/5.

520

Janvier 1782

521

Ce mois a été fort doux. Plusieurs brouillards. Un peu de neige qui a fondu d’abord. À peine a-t-il gelé. On a pu travailler aux hutins et on y avoit déjà travaillé en décembre.

522

Terres pour les vignes

523

On a porté la terre des vignes ; on en a levé à la teppe du Marteret [95][95] Lieu-dit d’Avully. et charrié 91 brouettées au Ramey.

524

Creux de ruclon

525

On a charié le ruclon à la teppe de la Plantée. Il y en a eu 60 brouettées.

526

Arbalètes aux hutins jeunes

527

On a mis des arbalètes [96][96] Pieu de bois qui soutient une barre de bois sur laquelle... aux hutins jeunes de Genesy.

528

Février 1782

529

Froid violent / lac gelé

530

Le grand froid a commencé le 10 février et a augmenté jusqu’au 16 et 17, que le thermomètre a été à 10 degrés au dessous de 0. La bise ayant accumulé des glaçons contre les piquets des chaînes, le lac a été pris et le 17 et 18, beaucoup de personnes l’ont traversé des Eaux-Vives au Pâquis [97][97] Eaux-Vives et Pâquis : quartiers de Genève séparés.... Le dégel a commencé faiblement le 22 et a continué jusqu’à la fin du mois.

531

Pierres des trèfles chariées

532

On a charié les pierres des trèfles : 66 brouettées à la Cure [98][98] Lieu-dit d’Avully. (cueillies en 30 journées) dont 19 ont été bonnes pour paver, 40 à la Grosse Terre (cueillies en 31 journées) et 30 au champ des Teppes (cueillies en 19 journées) ; en tout 136, ce qui fait revenir la brouette à 9 sols la pièce.

533

Bœufs et vache engraissés

534

On a engraissé deux bœufs. Ils ont mangé 31/2 coupes d’avoine et environ de regain. On ne les a vendu que 121/4 louis et 1/4 pour le domestique. On a aussi engraissé une grosse vache noire qu’on a vendu 41/2 louis et un petit écu pour le boveiron [99][99] Gardien de vaches: Humbert, 2004, t. 1, p. 61..

535

[p. 46 v.]

536

Mars 1782

537

Eau de vie de mars

538

La quantité d’eau de vie que le tonnelier nous donne pour le marc de raisin est d’environ un quarteron pour 10 brandées [100][100] Contenu d’une brande qui est une hotte de bois pour... de vendange et nous ne fournissons rien.

539

8 : On ne voit encore aucune feuille, si ce n’est au chèvrefeuille. Le bois gentil est fleuri. On entend le pinson depuis quelques jours. Les feuilles des groseilliers piquants sont prêtes à s’ouvrir, ainsi que les boutons d’abricotiers en espalier.

540

Trèfle semé

541

11 : On a semé le trèfle : 54 livres à Rachey et 32 aux Courtils.

542

Froid

543

13 : Le froid est revenu avec de la bise et les jours suivants le thermomètre a été à -2, -3.

544

Boeufs achetés

545

18 : Nous avons acheté une paire de bœufs de prés de Valleiry [101][101] Village situé au sud d’Avully. pour 181/2 louis et le taureau de Vemières sous Salève pour 61/8 louis de 3 ans du même âge que le nôtre.

546

Orage et grêle

547

23 : Il a fait à 6 heures du soir de l’orage, pluye, tonnerre et grêle asset grosse à Avully. Il pleuvoit encore à 11 heures du soir. Et le matin 24, on a vu de la neige, bise et thermomètre à - 2.

548

Neige et gel

549

25 : Il est encore tombé de la neige dans la nuit qui fond dans le jour. Le thermomètre à - 3. On a commencé à fossoyer les vins et rompre les champs.

550

Vins transvasés

551

26 : On a transvasé les vins. Le salvagnin est très bon, beaucoup meilleur qu’on n’espéroit. Le rouge du Ramey un peu dur, celui de Vénébé excellent.

552

Avril 1782

553

1 : La fin de mars a été humide. La campagne ne fait point de progrès. Les bleds et prés commencent à reverdir. Les premiers sont bien courts. Mais l’hyver ne paroit pas leur avoir fait de mal.

554

Termines plantés au Ramey

555

Nous avons replanté au Ramey, entre la vigne de Jean-Louis Durand Bossati et la nôtre, quatre termines en ligne droite.

556

Pluye

557

18 : Ce mois a été très pluvieux jusqu’au 20, ce qui a rendu les fontaines très abondantes. Elles étoient très faibles auparavant, mais la campagne est fort retardée. On n’a pas encore fini le fossoyage des vignes.

558

Hirondelles

559

On voit des hirondelles depuis quelques jours.

560

Arbres fleuris

561

Les abricotiers en espaliers sont défleuris, les pêches en espaliers sont en pleine fleur, ceux en plein vent commencent.

562

Feuilles aux maroniers

563

Il y a quelques feuilles de nos maroniers développées environ comme au 25 mars de l’année dernière.

564

22 : J’ai entendu le rossignol. La campagne avance depuis deux jours. Les boutons de la vigne grossissent.

565

Trèfle semé à la Plantée

566

On a semé aujourd’huy le sainfoin à la Plantée : 20 livres pour 21/2 poses ; c’est à dire 8 livres par poses. J’avois compté que pour 1/3 denier soit 8 grains pesant, il falloit 280 graines de trèfle et 220 de sainfoin.

567

May 1782

568

1 : Le tems s’est réchauffé, mais il pleut souvent. On ne voit point encore de feuilles au Ramey. Il y a huit jours qu’il y en a à la treille derrière la grange. Les pruniers et cerisiers, pêchers sont en fleur ; les poiriers commencent.

569

[p. 47 r]

570

Boutons des vignes

571

10 : Les boutons commencent à s’ouvrir au Ramey. Il y a plusieurs ceps qui paroissent avoir souffert du grand froid de février.

572

Bournaux remis au bas du Ramey

573

On a remis 51/4 toises de bournaux neufs à la conduite du bas du Ramey ; c’est un peu au delà de la seconde ouverture.

574

Toits tournés

575

15 : On a fait visiter les toits par les couvreurs. Celui de la vieille grange a été tourné. Cette opération doit se faire tous les 8 à 9 ans, mais pour ceux à tuiles plates, en ayant soin de les visiter souvent, ils peuvent durer 20 ans sans les remettre à neuf.

576

Terres levées et chariées pour les champs dans le courant du printems

577

On a levé de la terre de la Chevassine du grand champ Surplan, côté vent, et celle du chemin au dessus des vignes. Elle a été chariée sur le champ dans l’endroit graveleux. Il y en a bien environ 300 tombereaux. On en a mis dans le milieu du même champ, près du gros noyer du chemin de Passeiry, environ 50 tombereaux, prise le long des hayes des champs des Courtil, Deurre, Surplan. On a levé les Chevassines des hutins jeunes de Genesy ; cela fait environ 160 à 180 tombereaux. On en a levé [à] Susorme levant environ 120 brouettes.

578

Pommier tardif

579

18 : J’ai vu aujourdhuy un pommier planté depuis 7 à 8 ans à l’angle sud du creux de ruclon, qui n’a point encore de feuilles. Elles commencent seulement à s’ouvrir, tandis que tous les autres pommiers sont en fleurs ou même défleuris. Il n’a pas rapporté.

580

Nivelage du grand jardin

581

J’ai nivelé le grand jardin pour voir ce qu’il faudroit de terrain pour le mettre de niveau. L’angle occidental le plus bas est de 12 pieds, 10 pouces au dessous de l’angle oriental qui est le plus haut. L’angle septentrion est de 6 pieds, 7 pouces. Le terrain au bas de l’escalier est de 3 pieds, 3 pouces. Le sol du parterre au dessus de l’escalier est de 1 pied, 3 pouces. L’extrémité inférieure de l’allée du milieu est de 9 pieds, 11 pouces. L’extrémité inférieure de l’allée en haut est de 4 pieds, 11 pouces. D’après cela, pour mettre tout le jardin au niveau de l’angle oriental, il faudroit 47 000 pieds cubes, pour mettre tout le jardin au niveau du haut de l’escalier : 38 000 pieds cubes, pour mettre la moitié du jardin au niveau du parterre : 108 000 pieds, l’autre moitié au niveau du bas de l’escalier : 19 200.

582

Juin 1782

583

On effeuille et rebine seulement

584

10 : La campagne est si retardée qu’on commence seulement à effeuiller et rebiner.

585

Première coupe des foins artificiels

586

On n’a commencé à faucher les trèfles que le 15. Encore n’étoient-ils pas entièrement fleuris. La récolte a été très médiocre ; l’hyver les ayant beaucoup gâtés. On a fait que 3 chars d’esparcette dans environ 6 poses et 10 chars de trèfle dans 131/4 coupes de semature.

587

Expérience du gyp manquée

588

Je n’ai point examiné le résultat du gyp semé sur le trèfle en différentes quantités le 26 juillet, parce que le trèfle étoit trop inégal ayant été gâté par le froid.

589

Le mois de juin a été beau et sec. Toutes les fenaisons se sont faites sans pluye.

590

22 : On a commencé à faucher les foins. La récolte a été asset bonne : 29 chars ; c’est à dire 7 de moins que l’année dernière qui est une des plus fortes.

591

Juillet 1782

592

Moissons

593

3 : On a commencé le 3 à couper les seigles qui sont clairs et le 11 les bleds.

594

[p. 48 v.]

595

11 : qui sont encore bien verds. On craignoit la ventaison qui en a attaqué déjà quelques places ; c’est une ou deux rosées froides qui l’ont produit. Notre récolte a été passable, celle du village médiocre. Les bleds semés après le trèfle n’ont pas été si beaux. Nous avons fait 171/2 gerbes par coupe pour le bled et seulement 9 pour le seigle, nous n’en avions que 2 coupes. Le champ de Rachey a donné 22 gerbes par coupe.

596

Sécheresse

597

Le mois de juillet a été très sec et surtout très chaud. Nous avons vu le thermomètre 5 jours de suite à 26 ou 27.

598

Seconde coupe des trèfles / sarrasins semés

599

19 : La seconde coupe des trèfles n’a presque rien valu à cause de la sécheresse. On n’a presque pas pu semer des sarrasins. Nous l’avons fait dans les champs où il y avoit eu du trèfle l’année dernière ; la terre étoit très meuble. Ils n’ont point levé qu’après le 2 aoust qu’il est venu un peu de pluye.

600

Aoust 1782

601

2 : On a fauché le sainfoin semé à la Plantée plus tôt pour couper des chardons et des herbes, car le sainfoin est très court.

602

8 : La pluye est revenue vers le 8 à 10 ; heureusement pour les regains qui ne sont presque rien et ensuite il n’a pas plu jusqu’au 30.

603

Gyp sur le trèfle

604

14 : On a semé à Rachey et au champ des Courtils le gyp sur le trèfle, une coupe par coupe. Le baromètre descendoit, mais il n’a plu que 15 jours après. Il y a pourtant eu des rosées. Les trèfles sont asset jolis. La sécheresse ne les a pas fait périr.

605

Résultat des moissons

606

Le bled a très peu grené et il y a eu asset de pourri en plusieurs endroits. Cette ventaison a eu lieu dans plusieurs endroits. Les 20 gerbes de bleds ont donné 3 coupes, 2 bichets et les 20 gerbes de seigle : 5 coupes. Le résultat des moissons est de 31/10 pour un pour le bled et 21/4 pour un pour le seigle.

607

Regains

608

On croyoit qu’il n’y avoit point de regains. Nous avons eu cependant 81/2 chars dans nos prés naturels.

609

Troisième coupe des trèfles

610

La troisième coupe de trèfle a été très peu de chose et on n’a pas coupé les nouveaux.

611

Septembre 1782

612

Bœuf malade

613

Nous avons eu un bœuf malade à peu près tout l’été. Il toussoit beaucoup depuis l’automne. Le mal a été toujours en augmentant. Il a maigri extraordinairement. On l’a fait tuer en septembre pour pouvoir profiter de la peau. On l’a ouvert et on a dit qu’il étoit maisé [102][102] On peut présumer que certains organes internes présentaient....

614

Fasiolons et lentilles

615

Les fasiolons [103][103] Fèves. ont tout à fait manqué par la sécheresse. Les lentilles ont moins souffert, mais il s’est trouvé des carquillons tout comme l’année dernière ; ce qui les a presque toutes gâtées.

616

Semailles

617

Nous avons lessivé et chaulé tout le bled de nos semailles. Nous avons été obligé d’en acheter 30 coupes dont 6 de Genthod et 4 de France. Il y avoit asset de pourri parmi le nôtre.

618

[p. 49 r.]

619

Octobre 1782

620

Très forte blanche gelée

621

6 : Il y a eu ce matin une forte blanche gelée et même de la glace qui a gâté tous les bleds noirs, hors ceux qui semés les premiers étoient mûrs en partie. Toutes les feuilles des vignes et hutins sont tombées et cela a arrêté complètement la sève pour meurir les raisins.

622

Vendanges

623

14 : Voyant que les raisins séchoient plutôt que de meurir, on a vendangé le blanc des hutins et la roussette étoit encore tout verd [104][104] Ce cépage blanc en provenance du Rhin a la particularité.... La récolte des vignes n’a été qu’un peu au dessus de la moitié de l’année dernière ; c’est à dire environ 20 setiers par pause.

624

Magnifiques en salvagnins

625

Celle des hutins a été, pour le salvignin surtout, plus belle que jamais on ne l’ait vu au moins depuis plus de 40 ans. Nous avons fait 78 setiers pour environ 1 500 toises [105][105] Soit 41,7 hl/ha.. Le vin blanc étoit fort dur, le salvagnin passable.

626

On a fauché la plus grande partie des sarrasins pour avoir seulement la paille.

627

Vin de fruit gardé un an et deux

628

Il y a eu extrêmement peu de fruits. Nous avions gardé de l’année dernière environ 40 setiers de vin de fruit qui a passé l’été au cellier et qui s’est trouvé très bon. J’ai encore fait l’essay d’en mettre 18 setiers à la cave basse pour savoir ce qu’il sera à la seconde année. On a eu soin d’y mettre de l’eau-de-vie à chaque transvasement.

629

Eau de vie

630

On a fait de l’eau de vie avec tout le marc de raisin. Le tonnelier en a donné 36 quarterons.

631

Noix et huile

632

La récolte des noix a été très belle. Il y en aura 51 coupes, y compris celles du fond de l’Hoirie.

633

Résultat des six dernières années

634

J’ai fait le compte des récoltes de noix des 6 dernières années dont voici le résultat. L’année moyenne a donné 32 coupes de noix, 25 quarts de gremaux blancs et 6 quarts de noix ; ce qui fait environ un quart de gremaux pour chaque coupe. Chaque quart de gremaux blancs a donné 3 pots et 1 picholette de 1ère huile et 1 pot et 1 picholette de 2nde huile ; en sorte que chaque coupe de noix a rendu 2 pots + 21/4 picholettes d’huile ière, 1 pot de 2nde, 1 pot + 11/4 picholette de 3ème ou noire. En tout 4 pots + 31/2 picholettes d’huile. Suivant le prix auquel elle a été vendue, chaque coupe de noix sans déduction de frais a rendu 17 florins. J’avais fait le compte en 1775 des frais que coûtoient 551/2 coupes de noix recueillies. Je trouvai environ 2 florins par coupe pour les ramasser ; 1 florin par coupe pour les casser ; 1 florin par coupe pour faire l’huile. Total : 4 florins par coupe. De sorte qu’il resteroit de produit net 13 florins par coupe.

635

Novembre 1782

636

Chariage de terre

637

Le froid est venu de très bonne heure. On en a profité pour charier des terres. 1) 128 chars à l’entrée de la Coudre pour faire la conduite de l’eau plus élevée. C’est de la terre de la teppe de Prey; on a pris la plus mauvaise. 340 chars du monceau de terre de la Plantée mise sur le sainfoin. 2) 170 chars de ruclon faisant six fois le creux aussi sur le sainfoin. Le nombre de chars de ruclon n’est environ que la moitié du nombre de ceux qu’on a sorti du creux; c’est à dire qu’il a diminué de moitié.

638

[p. 50 v.]

639

Décembre 1782

640

Terres charriées à Rachey, la Fin et Deurre

641

85 tombereaux de terre mis au champ de Rachey par dessus le trèfle, pris le long des hayes du Grand Pré. 300 chars de terre mis au champ de la Fin [106][106] Lieu-dit d’Avully., levée des Chevassines. Environ 40 chars de terre mis au champ de Deurre [107][107] Idem., levée des Chevassines. 1 060 chars environ en total chariés cet automne.

642

Plancher au bucher

643

J’ai fait faire un plancher au bucher neuf pour en diminuer la hauteur et pour mettre les fascines en haut.

644

Saules ébranchés

645

On a ébranché la partie des saules du Grand Pré qu’on avoit laissée l’année dernière. Cela fait 32 douzaines [de] cercles d’ordinaires, 3 de petits et 7 paires de grands.

646

Arbres fruitiers plantés

647

J’ai fait replanter quelques arbres fruitiers; savoir 6 au verger, 2 à l’allée de la Coudre, 2 pêchers au jardin en plein vent, un cerisier à la cour des poules. En tout 11 arbres; savoir 4 poiriers ou pommiers, 3 cerisiers, 2 pruniers et 2 pêchers. Les jeunes pêchers des noyaux mis au jardin au printems sont trop faibles pour être transplantés.

648

Janvier 1783

649

Terre portée aux vignes

650

Les premiers jours du mois ont été froids. On a porté la terre aux vignes. On n’a charié au Ramey qu’environ une trentaine de chars; la pluye a obligé de cesser.

651

Tems très doux en janvier et février/fleurs aux espaliers

652

Le tems a été ainsi doux et humide pendant une partie de janvier, tout février et le commencement de mars. On a déjà vu des boutons d’abricotiers en espaliers fleuris au milieu de février et le commencement des feuilles aux groseilliers. Il n’y a presque point eu de neige. On a pu travailler aux hutins de bonne heure.

653

Pierres des trèfles

654

On avoit commencé à ramasser les pierres des trèfles en novembre. On a fini en février et dès que le tems a été un peu sec, on les a chariées. Il y en a eu 62 tombereaux au champ des Courtils, cueillies en 54 journées et 47 [tombereaux] à Rachey [cueillies en] 33 journées; ce qui fait revenir le tombereau à 1 florin et même 13 sols pour le champ des Courtils, ce qui est extrêmement cher.

655

Trèfle semé

656

On a semé les trèfles le [blanc] février après une crachée [108][108] Très petite quantité: Humbert, 2004, t. 1, p. 124. de neige. On en a mis 55 livres au grand champ Surplan et 18 livres aux Ferrages.

657

Vigne achetée

658

J’ai acheté de Jean-Louis Durand dit Bossati son morceau de vigne du Ramey. Ce qui est en vigne contient 85 toises, le petit pré: 45 toises. J’en ai payé 15 louis neufs outre environ 146 florins de fraix, lods et subhastations [109][109] Vente à l’encan d’un bien immobilier. Cette procédure....

659

Mars 1783

660

Le froid est revenu à la fin de mars. La terre a gelé jusqu’à 2 pouces de bas et le tems s’est mis au sec.

661

Eau dans la cave

662

Il y a eu vers le 10 à 12 mars de grandes pluyes et vents et des inondations en plusieurs endroits. Il y avoit 18 pouces d’eau dans notre cave basse qui s’est écoulée dans peu de jours. Le froid est revenu à la fin de mars. La terre a gelé jusqu’à deux pouces de bas et le tems s’est mis au sec.

663

Avril 1783

664

Premières feuilles aux maroniers

665

3: On ne voit point encore d’hirondèles. Les premières feuilles du maronier de la cour le plus printanier se sont ouvertes. Il gèle ou au moins il fait une blanche gelée le matin et ensuite très beau.

666

Entés

667

Nous avons fait une quarantaine d’entés le 1er d’avril.

668

[p. 51 r.]

669

Vins nouveaux

670

4: On a transvasé les vins. Ils sont meilleurs qu’on n’imaginoit aux vendanges. Le Salvagnin n’étoit pas parfaitement clair, mais bien le rouge. Cela arrive chez presque tout le monde et vient peut être de la gelée d’octobre. Tout notre vin rouge de 1781 s’est trouvé aussi louche.

671

5: On a fini le fossoyage des vignes et très avancé celui des hutins.

672

Espaliers fleuris

673

Les pêchers espaliers fleurissent. Les abricotiers prennent des feuilles.

674

Bournau de la pompe renouvelé

675

Le bournau de la pompe étant tout pourri dans sa partie supérieure, j’en ai fait venir un de la ville. Il a 9 pieds, celui d’en bas a 10 pieds y compris le bout ajouté. La hauteur de l’eau étoit [de] 5 pieds, 1 pouce.

676

Hirondèles, rossignol

677

On a commencé à voir des hirondèles en très petit nombre dès le 4 avril. Le tems a été fort chaud le 9, 10, 11, ce qui a avancé rapidement la campagne. On a entendu le rossignol et le coucou le 10 ou 12 et on a vu des raisins aux vignes.

678

Feuilles de vignes

679

13: Les feuilles de la treille derrière la grange sont, quelques unes, comme des écus neufs et on y a vu des raisins au commencement du mois.

680

Arbres fleuris

681

Les cerisiers, pruniers, abricotiers, pêchers en plein vent sont très fleuris; les pommiers et poiriers commencent.

682

Blanche gelée

683

23: Il a fait de fortes blanches gelées le 23, 24 et 25. Il y eut même de la glace. Les noyers ont été fort gâtés en bien des endroits, de même que quelques vignes et hutins. Chalu a eu beaucoup de mal. Le Ramey à peu près point.

684

May 1783

685

1: Le mois d’avril a été fort sec. La terre demande la pluye pour les prés et les bleds et pour faire lever les graines nouvellement semées.

686

Neige dans la plaine

687

9: Il a plu asset abondamment le 6, 7 et 8, mais le tems se rafraîchit beaucoup le 8 au soir. Le thermomètre étoit à 2. Il a neigé pendant la nuit. Le matin toute la campagne étoit blanche. Plusieurs branches d’arbres en ont été cassées. L’herbe, les seigles, tout étoit entièrement couché.

688

Esparcette gypsée

689

On a gypsé la partie d’esparcette qu’on avoit semée l’année passée. On en a mis [blanc]. La fin de may a été asset pluvieuse.

690

Juin 1783

691

Première coupe des trèfles

692

4: Commencé à faucher les sainfoins, esparcettes et trèfles. Ces derniers ont été asset beaux. Généralement, nous avons fait 151/2 chars dans 18 coupes. Il y a eu quelques places gâtées par le froid et les blanches gelées du 23 avril. On a eu bien de la peine à faire la récolte à cause des pluyes.

693

Foins

694

La récolte des foins naturels a été très belle et s’est faite sans aucune pluye. Nous avons fait 331/2 chars; c’est à dire 21/2 chars de moins que la grande récolte de 1781.

695

Juillet 1783

696

Brouillards secs extraordinaires

697

Du 22 juin au 12 juillet, il n’y a point eu de pluye mais un tems fait extraordinairement de brouillards secs avec un ciel sans nuages et cela presque dans toute l’Europe.

698

Tonnerres extraordinaires

699

12: La nuit du 12 au 13 juillet a été remarquable par des éclairs et des tonnerres continuels avec des orages. Il en est tombé une très grande quantité dans les environs de Genève.

700

[p. 52 v.]

701

Moissons

702

On a commencé les moissons au commencement du mois. Les seigles avoient été fort couchés par la neige du 9 may, ce qui les a empêché de prendre du grain. Les bleds étoient aussi fort couchés dans plusieurs endroits. La récolte a été cependant asset bonne: 151/2 gerbes par coupe pour le bled et 15 gerbes pour le seigle.

703

Grêles

704

22: Il y a eu de violents orages avec grêle et pluye le 21 et 22 juillet. La grêle a fait beaucoup de mal à Avully, moins cependant qu’à Chancy, Avusy, Epeisses où elle n’a rien laissé du tout aux vignes. L’orage nous a arraché et cassé quelques arbres. La première tomba à 2 heures après midi par un vent d’ouest. La seconde à 81/2 heures du matin par un vent sud. Il y eut aussi abondance de pluye.

705

Sarrasins mal levés

706

Les fortes versées de pluye ont fort dérangé la semaille des sarrasins. Nous avons semé deux fois le même champ à Vers, mais ayant été couvert d’eau plusieurs jours, il n’a point levé du tout.

707

Grenaison du bled et seigle

708

Le bled a grené fort inégalement. Celui qui étoit après le trèfle a donné plus de 51/2 coupes pour 20 gerbes et environ 4 coupes dans les autres champs. Le seigle seulement 31/2 coupes pour 20 gerbes, ce qui fait la récolte du bled totale: 43/4 coupes pour 20 et 37/10 pour un et le seigle 27/10. Et dans les champs de la Grosse Terre, de la Cure, c’est à dire 9 coupes de semature, le bled qui étoit après le trèfle a donné 17 gerbes par coupe et 5 coupes pour 20 gerbes et enfin 47/10 pour un.

709

Bled plus net après le trèfle

710

Le bled de ces deux derniers champs étoit très net, mais il y avoit une très grande quantité de pesatons [110][110] Pesette. dans les autres champs. Par exemples aux Ferrages où la semaille étoit la même qu’à la Cure, ce qui prouve évidemment qu’ils se conservent deux ans dans le champ. Nous n’avons presque pas eu de pourri, quoiqu’il y en eut asset dans le bled semé; c’est l’effet de la lessive de cendre et chaux.

711

Seconde coupe des trèfles

712

La récolte des deux trèfles s’est faite dès la fin de juillet et a été très belle à cause des pluyes abondantes, il n’y a point eu de sécheresse. Nous avons eu 15 chars dans nos 18 coupes; c’est à dire environ autant qu’à la première coupe.

713

Septembre 1783

714

Ouragan

715

5: Il a fait un ouragan très violent, entre midi et 2 heures, venant de l’ouest, qui a cassé et arraché plusieurs arbres, entre autres un gros noyer au bas du verger. Un bon tiers du fruit est tombé. Il y en avoit une grande quantité.

716

Regains/troisième coupe des trèfles/ nouveaux trèfles

717

Les regains ont été très abondants: 141/2 chariots. On a fait aussi une troisième coupe de trèfle: 10 chars. Ce qui fait pour les trois coupes: 40 chariots dans 18 coupes de semature. On a pu aussi couper les nouveaux trèfles: 9 chars dans 13 coupes de semature.

718

Total du fourrage

719

En sorte que le fourrage a été extrêmement abondant. Nous avons récolté sur notre fonds 48 chars de foin ou regains et 52 de foins artificiels. En tout 100 chariots.

720

Lentilles et carquillons

721

La récolte des lentilles a été très belle, mais il y est venu des carquillons comme les deux dernières années.

722

Fasiolons

723

La récolte des fasiolons s’est faite avec beaucoup de peine. À cause des pluyes, ils pourissoient sur la plante. Il falloit les cueillir tout humide. Plusieurs ont été gâtés et tous ont été fort laids.

724

[p. 53 r.]

725

Esparcette rompue

726

L’esparcette de Vers semée en 1775 et 1776 dans un espace de 2 150 toises étant tout à fait perdue et n’y ayant plus que de la fenasse très médiocre, on l’a rompue et on y a semé du seigle et des gesses séparément.

727

Bled chaulé / préparation de Mr Pictet pour les semailles

728

Le tems des semailles a été beau. Elles ont levé très promptement. Nous avons chaulé et lessivé tout le bled. J’ai aussi essayé de la drogue dont se sert Mr Pictet [111][111] Charles Pictet (1713-1792), ancien colonel aux Pays-Bas.... Je lui ai envoyé un quart et demi qu’il a fait préparer et j’ai semé [à] Susorme dans la première ligne et la moitié de la seconde du côté du couchant. Et on aurait dû semer dans cet espace 2 quarts; c’est à dire que j’ai retranché 1/4 de la semature au lieu que Mr Pictet en retranche un tiers. Je ne sais si on mis la préparation trop chaude sur mon bled, mais il a eu beaucoup de peine à lever et je ne crois qu’il en soit levé plus du quart [112][112] Résultat de l’expérience en août 1784..

729

Octobre 1783

730

Noix

731

Les noyers avoient été fort gâtés par la blanche gelée du printems, ensuite par la grêle, les orages. Il n’y étoit resté aucune feuille et peu de noix. Nous n’en avons eu que 8 coupes et elles ont été fort noires.

732

Fruit

733

Le fruit tombé par les orages en septembre et octobre a fait environ 5 chars de vin de fruit. Celui qu’on avoit fait en 1781 s’est fort bien conservé. Il servira à abreuver les domestiques cet hyver. Celui de cette année sera pour l’année prochaine. Nous avons vendu environ 600 livres de pommes et 280 de poires échars [113][113] Petite poire.et gardé pour nous en ville 240 livres des premières et 60 livres des dernières. Toutes les poires [du] Sieur Sermorin étoient tombées.

734

Sarrasins / sarrasin de Tartarie

735

La récolte des sarrasins a été asset belle, malgré tous les accidents. J’avois fait venir du Pont de Beauvoisin du bled noir de Tartarie, environ 5 quartes. On en a semé un quart [à] Susorme, après l’orge et une quarte au champ de la Cure après le bled. Le premier au commencement de juillet et l’autre vers le 25. Il a été l’un et l’autre très médiocre en paille. Il est vrai que la grêle avoit gâté le premier; il a donné 5 coupes et un quart, ce qui est beaucoup grainé par rapport à la paille. Il prend le grain beaucoup plus vite que le bled noir ordinaire et est mûr au moins 15 jours plutôt, ce qui peut être très avantageux contre les blanches gelées d’automne. Mr Pictet en a semé au printems et en a resemé en juillet. En sorte qu’à la rigueur on peut en faire deux récoltes dans l’année. J’en ai fait moudre deux quarts. On en a fait du pain. La couleur est verdâtre, mais il laisse un petit goût d’amertume qui n’est pas agréable. Peut-être pourroiton le moudre mieux.

736

Vendanges

737

Les vendanges ont été très mauvaises. Nous n’avons fait dans les vignes que 5 setiers par pause et seulement 10 à 11 setiers pour nos 1 500 toises d’hutins. Le salvagnin est asset bon, mais le blanc très verd.

738

Graine de trèfle

739

Le trèfle gardé pour graine a très mal réussi à cause des pluyes. Un chariot ne nous en a donné qu’environ 35 livres.

740

Novembre 1783

741

On a coupé les saules d’Avusy. Il y en a eu pour 18 liasses d’une douzaine et 31/2 liasses de 24.

742

[p. 54 v.]

743

Décembre 1783

744

L’automne a été belle; c’est à dire peu de pluye et peu de froid. Les bleds sont très bien levés et très beaux. On a encore semé près de Genève du bled vers le 15 décembre.

745

Bournaux remis au Ramey

746

On a été obligé de remettre 21 toises de bournaux à la conduite du Ramey; les vieux étoient tout pourris.

747

Chevaux malades

748

Nos deux chevaux sont malades. La vieille jument poussive et l’autre a un essouflement considérable avec de la toux.

749

Plateaux de noyers et poirier

750

L’on a fait scier par les auvergnats 2 noyers que les orages nous ont arrachés et un autre. Cela a fait 25 plateaux. L’on a aussi mis en 9 planches un poirier sauvage. Il s’est trouvé asset gâté par le milieu.

751

Rucher allongé

752

L’on n’a pas fait de réparations aux bâtiments, si ce n’est d’allonger le rucher jusqu’à la porte de la grange.

753

Arbres plantés

754

On a replanté au grand jardin 4 poiriers en pyramide et 3 pêchers en plein vent, un cerisier au verger et 6 douzaines de pêchers aux hutins; savoir 2 au Ramey, 2 [à] Susorme et 2 à Genessy. La neige du printems et les orages en ont cassé un très grand nombre.

755

24: La première neige est tombée dans la plaine le 24 et 25.

756

Janvier 1784

757

La neige tombée en décembre a fondu d’abord. Les premiers jours de janvier ont été pluvieux et asset chaud. Le 3, le thermomètre à 61/2. Le froid a augmenté depuis le milieu du mois. Le 20, 24, 26, thermomètre à- 8, -11, -10. Et le dégel est venu à la fin du mois. Le 29, le thermomètre a été à 7.

758

Février 1784

759

Ce mois a été passablement froid et neigeux. Il a dégelé depuis le 21.

760

Mars 1784

761

Ce mois a été asset chaud et pluvieux. Il est tombé 8 pouces de neige le 20.

762

Pierre à bâtir chariées

763

On n’a pas fait cet hyver d’ouvrages extra-ordinaires, si ce n’est de charier des pierres du Rhône et des molasses d’Epeisses pour le bâtiment de l’observatoire.

764

Chevaux vendus

765

La maladie de nos deux juments ne faisant qu’augmenter et étant incurable, on les a fait aller en ville et on les a données pour un louis. Il est vrai qu’ils sont tout à fait incapables de rendre aucun service. Il auroit fallu s’en défaire avant l’hyver.

766

Jumens achetées

767

Nous avons racheté une paire de juments du canton de Fribourg d’un Mr Solier de Vevey, maquignon, pour 39 louis. L’une n’avoit que 4 ans et l’autre 5 environ.

768

Jument de labourage crevée

769

La vieille jument de labourage est crevée après quelques jours de mal au ventre. On prétend qu’elle avoit bien 25 ans. Nous l’avons gardée 7 ans.

770

Bœuf crevé

771

L’année est malheureuse aux bestiaux. Nous avons perdu le plus beau de nos bœufs mort subitement attelé à la charrue sans avoir eu aucun mal auparavant. On l’a ouvert, on lui a trouvé [blanc]. C’étoit un de ceux achetés en mars 1782 qui étoit gros et très bon.

772

Bœufs achetés

773

Nous avons été obligés d’acheter une paire de bœuf d’une petite taille pour 20 louis de l’âge d’environ 5 à 6 ans. On les a pris du côté de Chênex [114][114] Village située au sud d’Avully..

774

[p. 55 r.]

775

Vache vendue

776

On a vendu au boucher de Chancy une vieille vache peu grasse pour 3 louis 3/4.

777

Pierre des trèfles

778

On a semé en mars les trèfles à Vers, aux Châtaigniers et à Deurre. On a cueilli et charié les pierres des trèfles de l’année précédente. Il y en a eu au Grand Champ 102 chariots. On les a mis dans un terreau [115][115] Fossé: Humbert, 2004, t. 11, p. 203. utile pour égouter les eaux du champ.

779

Avril 1784

780

Les premiers jours ont été froids. Le 3, le thermomètre a été à - 41/2. Le 14, il tomba 13 pouces de neige à Avully et seulement 81/2 à Genève. Elle a été entièrement fondue au bout de 2 ou 3 jours.

781

Premières feuilles

782

La campagne est fort retardée. Le 18, les maroniers du bas de la treille qui poussent les premiers n’avoient encore que des feuilles de 1/2 pouce.

783

Gyp au sainfoin de la Plantée

784

J’ai fait semer du gyp sur le sainfoin de la Plantée pour lui donner beaucoup de vigueur. Ce n’est pas qu’il ne fut déjà très beau, mais je crois qu’il importe de lui donner de la force dans le commencement pour étouffer les mauvaises herbes.

785

Bâtiment de l’observatoire

786

J’ai fait travailler à l’observatoire dès le milieu du mois. La pluye nous a dérangé à la fin du mois, pendant que le toit de la maison étoit découvert.

787

Échallas de Mijoux

788

J’ai acheté des échalas du fustier [116][116] Marchand de bois, de chaux et de gyp: Humbert, 2004,... Jeannin de Mijoux qui m’a fourni les bois de batisse. J’en ai payé avec le port 35 florins. Ils ne sont pas meilleurs que ceux de Genève. La sécheresse qui a lieu en may et juin a empêché de placer les 4 milliers. On en a mis 1/2 millier à Venebé et 2 milliers au Ramey.

789

Vin transvasé

790

Le peu de vin de la dernière récolte a été transvasé. Il a peu de force et très fort le goût de grappe à cause de la grêle.

791

May 1784

792

Ce mois a été sec. La bise a régné presque toujours du 2 au 20 et très forte le 13 et 14.

793

Juin 1784

794

Premiers foins

795

Commencé à faucher les trèfles et esparcettes la première semaine de juin. Les trèfles ont peu donné; la première coupe seulement 8 chars pour 13 coupes. La récolte des foins a été asset bonne; savoir 28 chars. Ce qui fait 51/2 chars de moins que la grande récolte de 1781.

796

Moissons

797

Commencé les moissons à la fin de juin. Les seigles ont donné 121/2 gerbes par coupes et le bled 17 gerbes par coupe.

798

Juillet 1784

799

L’on a eu beaucoup de peine à semer les sarrasins à cause de la sécheresse. Ceux d’avant moisson n’ont pas levé plutôt que les autres. J’en ai semé une coupe de celui de Fiterre.

800

Seconds trèfles

801

La seconde coupe de trèfles a été mauvaise; il n’est tombé aucune pluye du 21 juin au 20 juillet et il a fait très chaud. Les 13 coupes n’ont donné que 3 chars et un pour graine. Celui-ci a été très bon: il y a eu 180 livres.

802

Nouveaux trèfles ont souffert

803

La sécheresse a beaucoup nui aux nouveaux trèfles. Ils avoient très bien levé et ensuite plusieurs plantes ont péri. Celui de Vers surtout a beaucoup souffert. On les a gypé après moisson comme à l’ordinaire.

804

[p. 56 v.]

805

Aoust 1784

806

Récolte du bled et du seigle

807

Le bled a asset bien grené, excepté le champ de Rachey qui a été venté par deux matins de rosées asset froide. Les 20 gerbes de ce champ n’ont donné que 3 coupes, 2 bichets, 11/4 quarte. Tandis que les autres ont donné 4 coupes, 3 bichets, 1 quarte. Les 20 gerbes de seigle ont donné 5 coupes, 2 bichets, 2 quartes. Enfin, le résultat final de la récolte est de 3,5 pour un pour le seigle. 3,8 pour le bled. Le bled est beau et bien net. Plusieurs personnes ont eu du pourri et chez nous peu ou point. J’attribue cela à notre préparation des semences.

808

Essai de la drogue de Mr Pictet pour semences

809

L’essai fait [à] Susorme de la drogue de Mr Pictet n’a rien valu. Il y a apparence qu’ils l’avoient jetée trop chaude sur le bled. Il n’a levé qu’en partie et cette partie a toujours été faible et a peu prospéré.

810

Fasiolons

811

Les fasiolons ont manqué tout à fait à cause de la sécheresse. Il n’y a pas eu plus que la semence. Nous n’avions point semé de lentilles à cause des carquillons et en effet il y en a encore eu cette année.

812

Septembre 1784

813

Regains

814

Les regains ont été médiocres. Nous n’avons eu que 8 chars.

815

Préparation pour les semences

816

Nous avons chaulé la semence comme les années précédentes, mais nous n’avons pas lavé le bled comme cy devant dans de l’eau avant que de le plonger dans la lessive. Je trouvois que ce bled mouillé affaiblissoit trop la lessive. En effet, on en employe beaucoup plus; une coupe boit environ 5 quarterons de liquide. Ce lavage est pourtant utile, parce que les grains pourris entiers surnagent, ainsi que des grains trop légers. J’ai préparé une partie de nos semences avec de l’eau salée et chaulée au lieu de lessive. La préparation est plutôt faite et plus économique et Mr l’Abbé Tessier [117][117] Tessier, 1783.l’estime aussi bonne que l’autre. Il a même trouvé que l’eau chaulée fortement faisoit le même effet. J’ai fait divers essais des remèdes indiqués par Mr l’Abbé Tessier en semant plusieurs planches de bled au chenevier [118][118] Champ semé de chanvre: Humbert, 2004, t. 1, p. 94.. J’en verrai le résultat l’année prochaine [119][119] Résultat de l’expérience en juillet 1785.. Le bled de Rachey ayant été venté et étant étranglé, je l’ai tout employé aux semailles, persuadé qu’il est aussi bon que l’autre.

817

Octobre 1784

818

Sarrasins

819

Le résultat des sarrasins a été médiocre. Les premiers ont été mal levés et les derniers ont souffert des blanches gelées faibles du mois d’octobre. Ils ont donné l’un dans l’autre 16 pour un et celui de Sibérie seulement 91/2pour un. Il a été fort laid en paille. Je crois qu’il lui faut du bon terrain. J’en ai encore fait moudre deux quarts. Il m’a paru très bien moulu; c’est à dire que le son étoit les grains entiers vide de farine. En sorte qu’il ne pourroit pas y avoir moins de son moulu. On en a fait du pain. Il a encore ce petit goût d’amertume et très plat. Les bêtes même ne se soucient pas trop du grain. La volaille le laisse quand on le lui donne mêlé avec de l’autre et ne le mange que quand elle n’a rien de mieux.

820

Noix

821

La récolte des noix a mieux donné qu’on espéroit. Nous en avons eu 181/2 coupes.

822

Fruit

823

Le fruit a tout a fait manqué hors quelques corbeillées de pommes à Rachey et poires par ci par là. On n’a point fait de vin de fruit, mais on avoit encore celui de l’année précédente qui s’est bien conservé, mais il étoit faible ayant été fait avec du fruit trop verd tombé par l’orage.

824

[p. 57 r.]

825

Vendange

826

La vendange a été médiocre. Les vignes et hutins se ressentoient de la grêle de l’année précédente. Susorme qui avoit moins souffert a produit davantage. Nous avons fait 32 setiers de Salvagnin et les vignes n’ont donné que 9 setiers par pause. Mais tout étoit bien mûr et le vin très bon.

827

Plateaux de noyers vendus

828

J’ai vendu à un menuisier de la ville [120][120] Genève.tous les plateaux de noyer que j’avois bons et mauvais; une partie à 8 sols et une autre partie à 10. Cela a produit 300 florins. Il y en a eu pour 5 voyages médiocres. Je crois que des plateaux de bon noyer sans tare et secs doivent valoir 101/2 sols le pied carré.

829

Décembre 1784

830

Arbres plantés

831

J’ai fait planter 25 pommiers et 2 poiriers aux extrémités des lignes d’hutins dans les deux pièces de Susorme. J’ai fait planter [blanc] peupliers dans la teppe de Verdier [121][121] Lieu-dit d’Avully.au bout de Rachey.

832

Pépinière de fruits à noyaux

833

J’ai établi une petite pépinière pour les fruits à noyaux dans le chenevier de Jacques-André. J’y ai planté des amandes et des noyaux de pêches. J’allois y planter des sauvageons de pruniers et cerisiers, lorsque la neige du commencement de décembre est tombée qui a arrêté tous les ouvrages de la campagne.

834

Neige et froid remarquable

835

Il en est tombé encore le 11 et 12, 171/2 pouces et il en a suivi un froid rigoureux. Le 15 décembre, le thermomètre étoit à 15 au dessous de 0. Cela a bouché les chemins. Les voitures n’ont pas pu passer jusqu’à ce qu’on y eut travaillé.

836

Saules taillés

837

On avoit taillé une partie des saules des prés. On en a fait 5 liasses de cercles et 8 paires de grands.

838

Tendue d’alouettes sur le verger

839

Vers la fin de décembre, pendant qu’il faisait encore très froid, je fis établir sur la plate forme du verger ma petite tendue [122][122] Piège. d’oiseaux à 2 pierres. J’y pris plusieurs alouettes et un corbeau. Il y avait près de 2 pieds de neige.

840

Neige extraordinaire pendant l’hyver

841

La neige de décembre fondit à la fin du mois et au commencement de janvier et il en est retombé le 15 janvier, ensuite en février plusieurs fois, mars de même. La dernière est tombée le 3 avril, un pied. Le total de la neige de décembre, janvier, février, mars et avril est d’environ 100 pouces, ce qui est extraordinaire.

842

Lac gelé / froid du 1er avril [1785] / neige jusqu’au 24 avril

843

Le gel a été presque continu tout l’hyver. Le lac fut gelé et on le traversa. Le 2 février, le thermomètre fut à - 131/2. Il fut le 1er avril à - 71/2.

844

Avril 1785

845

La neige tombée le 10 avril fut transportée et amoncelée par une bise violente le lendemain. Tous les chemins furent bouchés pendant plusieurs jours et jusqu’au 17 avril aucune voiture ni chariot ne peut aller de Genève à Avully. J’y suis venu le 19. Il y avait encore 2 pieds de neige en quelques endroits et quoiqu’il fait très chaud les 20, 21 et 22, il en avoit encore dans quelques places.

846

Trèfles semés

847

Le 24, on avoit semé les trèfles; savoir 34 livres au champ de la Grosse Terre, 13 livres au champ des Teppes et 17 livres au champ de la Cure.

848

[p. 58 v.]

849

Hutins gâtés de l’hyver / rame de vigne gâtée de l’hyver

850

Cet hyver extraordinaire a fait beaucoup de mal aux hutins, surtout de nos côtés. Les vignes n’ont pas eu de mal, parce que (les premiers boutons de) le sarment étoit sous la neige. Quelques jeunes hutins qui n’étoient pas encore tendus n’ont pas été gâtés. On n’a point pu provigner la vigne.

851

Plusieurs arbres péris

852

Les noyers ont été bien gâtés jusqu’à périr en quelques endroits; les pêchers aussi. Les figuiers, les romarins sont gelés et perdus. Les bleds heureusement n’ont pas de mal, au moins dans beaucoup d’endroits.

853

24: La campagne est fort retardée, ainsi que tous les ouvrages. On ne voit encore que quelques arbustes comme le Cylas, le groseillier. On entend le rossignol depuis quelques jours. On n’a pas encore commencé à labourer.

854

Terres et ruclon chariés

855

Les ouvrages de l’hyver ont été peu considérables. On a charié au Ramey 54 chariots de la terre de la teppe, au Grand Pré 22 chariots de ruclon, aux Courtils 400 chariots de terre qu’on y avoit levés aux chevassines.

856

Pierres des trèfles

857

On a ôté aux Châtaigniers 107 chariots de pierres, dont on en a mené 16 chariots à Chalu pour remplir un aqueduc que l’on y a fait pour écouler les eaux. Le total des journées pour cueillir ces 107 chariots va à environ 51 journées; c’est à dire environ 71/2 louis par chariot. Les pêchers et abricotiers en espaliers commencent à fleurir; on en avoit déjà vu en mars, ainsi que des groseilliers verds.

858

Premières feuilles des maroniers

859

25: Les premières feuilles des maroniers de la cour se sont épanouies. Il a fait une bise très forte et quelques violentes du 24 au 30.

860

Pépinières gâtée par les lièvres

861

J’ai fait faire quelques travaux à la pépinière. Les lièvres y ont fait du mal pendant l’hyver en rongeant les pieds des sauvageons et ont mangé les jeunes pousses.

862

Vin de Chalu excellent

863

J’ai mis du vin blanc de Chalu en bouteille. Il est très bon, très fort et mousseux. Il a fallu attacher les bouchons avec du fil d’archal.

864

May 1785

865

Excessive cherté des fourrages

866

Les premiers jours de may étoient très chauds et secs. La bise est revenue le 10. Elle sèche beaucoup les terres. Les fourrages sont à un prix excessif. On vend le foin 2 écus le quintal et la paille 2 louis. Cette cherté a lieu dans toute la France. La longueur de l’hyver y contribue.

867

Sécheresse

868

21: La sécheresse a duré jusqu’au 21. On ne pouvoit plus labourer en quelques endroits. La pluye a fait un bien infni. Les bleds et prés souffroient beaucoup. Les premiers sont laids et courts.

869

Pousse des vignes / hutins taillés courts

870

On dit qu’il sort prodigieusement du raisin à la Côte et partout il en est de même dans nos vignes. Par contre les hutins n’ont rien. Plusieurs personnes ont taillé les leurs près du cep.

871

[p. 59 r.]

872

Vignes au midi les plus gatées

873

Dans notre canton, les vignes bien exposées au midi, comme Vénébé, l’Essert [123][123] Lieu-dit d’Avully., les vignes de Cartigny, ont beaucoup souffert de l’hyver. La neige qui les préservoit ayant fondu plutôt qu’ailleurs.

874

Échalla

875

J’ai acheté à Genève 3 milliers d’échalas, ce qui avec le reste de l’année précédente fait 41/2 milliers. On en a mis 2 milliers à Chalu et 21/2 au Ramey.

876

Juin 1785

877

Neige aux montagnes et froid

878

1: Après avoir vu le thermomètre à 19 le 26 et 27 mai, le tems s’est si fort rafraîchi, il a neigé aux montagnes, que l’on craignoit une blanche gelée le 1erjuin. Le thermomètre a été à 61/2, mais heureusement le tems s’est couvert.

879

Seigles fleuris / bleds épient

880

6: Les seigles sont épiés et en fleur depuis quelques tems. Les bleds épient. Ils se sont beaucoup raccommodés depuis la pluye et surtout dans les Grosses Terres là où l’hyver ne les avoit pas gâtés.

881

Noyers gâtés

882

Les noyers pour la plupart n’ont point poussé à Chancy, vers le Rhône et en général dans les endroits bas. Tandis que sur les hauteurs, ils sont comme à l’ordinaire.

883

On a commencé le 6 à effeuiller et rebiner. Il sort au Ramey une grande quantité de raisins.

884

Récolte des trèfles et des premiers foins

885

11: Commencé à faucher l’esparcette. Les sainfoins et trèfles vont suivre. La récolte des trèfles a été très médiocre: 71/4 chars dans 16 coupes. Il est vrai que celui de Vers a presque totalement manqué: il n’y a eu que 1 char dans 53/4 coupes. Les prés naturels n’ont donné que 201/2 chars de plus que la moitié de la grande année de 1781.

886

Juillet 1785

887

Bleds semés tard, les plus laids / bled après le trèfle n’a pas réussi

888

8: Commencé à moissonner l’orge. Les seigles sont mûrs et les bleds très verds. On n’a commencé à les couper que vers le 15. Plusieurs étoient très verds. La chaleur de [blanc] les a mûris subitement; aussi ils sont un peu étranglés. On a remarqué généralement que les semés tard sont les plus laids parce qu’étant très peu avancés au printems. La sécheresse qui a suivi la fonte des neiges les a empêchés de croître et ensuite la chaleur les a mûris subitement. Notre Grand Champ, qui n’avoit été semé après le trèfle et tard, a été dans ce cas. Il n’a donné que 11 gerbes par coupes. Il étoit fort court et a moins grené que les autres.

889

Moissons

890

Le résultat du total de la moisson a été de 91/2 gerbes pour le seigle et 14 gerbes pour le bled. Il y a généralement beaucoup de pourri, mais peu ou point chez nous.

891

Résultat des essais sur le bled pourri et sur le bled étranglé

892

Les divers essais sur les différentes préparations de semences pour éviter le bled pourri m’ont démontré que la lessive de cendre chaulée est une des meilleures. J’avois aussi semé l’année dernière une planche de bled très étranglé et le résultat m’a confirmé dans l’idée où j’étois que le produit donne du très beau bled et en aussi grande quantité que si on l’avoit semé bien nourri. En sorte que je crois qu’il faut toujours réserver pour les semences le plus net et le plus léger. Peut être quelques grains ne lèvent pas, mais aussi il s’y en trouve une plus grande quantité dans la même mesure et il faudroit à cause de cela en mettre un peu moins.

893

[p. 60 v.]

894

Bleds noirs semés très tard

895

Les bleds noirs n’ont pu être semés que fort tard, parce que les moissons elles mêmes ont été tardives. Ensuite, ils ont peu prospéré à cause de la sécheresse. Il n’a pas fait de grandes chaleurs, mais la terre a été sèche toute l’année.

896

Aoust 1785

897

Résultat des moissons

898

Le peu de gerbes des moissons a été compensé par une grenaison abondante. Les 20 gerbes de bled ont donné 5 coupes, 1 quarte et les 20 gerbes de seigle, 6 coupes, 2 bichets, 3 quartes. Il y a eu deux jours où les 20 gerbes ont rendu 5 coupes, 3 bichets et trois jours à 5 coupes, 2 bichets. Le résultat final de la récolte est pour le bled: 3,5 pour un et pour le seigle: 3,1 pour un. Le bled étoit très net, mais pas bien nourri. La coupe de bled criblé a pesé 108 à 110 livres.

899

Seconds trèfles / regain

900

Les seconds trèfles se sont fort ressentis de la sécheresse. Nous n’avons eu que 6 chars pour 16 coupes. Le regain a mieux donné: 11 chars. En général, l’année a été médiocre en fourrages: 311/2 chars dans les prés naturels et 211/2 dans les prés artificiels. En tout 53, guère plus de la moitié de 1781. Les nouveaux trèfles qui avoient très bien levé ont beaucoup souffert de la sécheresse. En sorte qu’après moissons, à peine les aperçoit-on et dans les places graveleuses, ils ont péri en partie. On les a cependant gypés comme à l’ordinaire. Quelques personnes les ont resemés avec le bled noir et cela a réussi.

901

Septembre 1785

902

Semailles

903

Tout le monde a commencé à semer de bonne heure, parce que les deux dernières années, les bleds semés tard n’ont pas été si beaux. Nous avons commencé le 10 septembre et tout a été fini le 29. On avoit bien de la peine à rompre les trèfles. Il a plu heureusement abondamment le 20.

904

Préparation des semences

905

Nous avons préparé les semences comme à l’ordinaire en lavant le bled dans de l’eau et le trempant ensuite dans la lessive de cendres chaulées. J’ai voulu essayé encore une fois la drogue de Mr Pictet et l’ai employée dans une ligne des Hutins [à] Susorme. Je la crois bonne contre la carie mais indifférente pour augmenter la récolte.

906

Attention pour la lessive de cendres

907

J’ai voulu essayé si notre lessive de cendres chaulées qui est très caustique ne nuiroit point au germe de bled en le laissant tremper un peu longtems et en effet, j’ai trouvé qu’il ne levoit plus lorsque il avoit été trempé 10 à 12 heures. Mais une immersion de 2 heures ne lui fait point de mal.

908

Répétition des expériences sur la carie

909

J’ai encore semé au Chenevier plusieurs planches pour répéter l’essai déjà fait l’année dernière de différentes drogues [124][124] Résultat des expériences en juillet 1786. pour éviter la carie [125][125] Maladie du blé qui se traduit par l’apparition de champignons....

910

Octobre 1785

911

Vendange / belle récolte au Ramey

912

La vendange des hutins a été nulle à Avully et dans toute la Champagne et en plusieurs autres endroits. Celle des vignes très belle partout. Nous avons fait 34 setiers par pose et au Ramey 40 setiers par pose. C’est une des plus fortes de mon tems.

913

Bournaux au Ramey

914

On a remis 3 ou 4 toises de bournaux à la conduite sous le Ramey. Ce qui fait environ 38 toises.

915

[p. 61 r.]

916

Novembre 1785

917

Sarrasins

918

Les bleds noirs ont été passablement mûri. Il y a eu peu de paille et asset de grains à proportion. Chez nous, l’un dans l’autre, 17 pour un.

919

Trèfle pour graine

920

Le trèfle pour graine a bien donné. On en avoit gardé deux médiocres chariots qui ont donné 276 livres.

921

Noix

922

On croyoit au printems qu’il n’y auroit point de noix. Il y en a eu beaucoup dans quelques endroits de Savoye et chez nous 26 coupes. Tous les noyers d’en bas n’ont rien donné.

923

Fruits

924

Il y a eu beaucoup de pommes et point de poires. Les pommes ont été si abondantes près de Genève, qu’on ne pouvoit pas les vendre à 1 sol la livre. Cela ne valant pas le transport, nous avons gardé les nôtres pour les faire manger cuites aux domestiques qui s’en accommodent fort bien.

925

Vaches vendues

926

La disette du fourrage nous a engagé à vendre deux vaches qui n’étoient pas tant bonne pour le lait et maigres [126][126] Ces ventes nombreuses de bovins en raison de la pénurie.... Aussi on n’en a eu que 33/4 louis des deux.

927

Veau élevé et veau crevé

928

Il nous étoit né en aoust deux veaux superbes qu’on se proposoit d’élever. L’un deux avoit un abcès au nombril qui cependant s’est guéri à peu près. Mais le veau a eu des gonflements qui passoient et revenoient et enfin il est crevé. L’autre est devenu magnifique.

929

Plateaux sciés

930

J’ai fait scier 3 noyers qui ont produit 10 plateaux et 6 planches, outre les coinés [127][127] Sorte de planche brute, arrondie d’un côté et plate.... Je les ai numérotés et en ai gardé une notée de leur largeur et longueur.

931

Décembre 1785

932

L’automne a été belle, aussi les semailles ont bien prospéré.

933

Neige amoncelée

934

La première blanche gelée n’est venue que le 22 d’octobre. Il est tombé de la neige le 23 décembre, seulement 13 pouces. Mais le lendemain une forte bise en a balayé la campagne et l’a amoncelée tellement dans les chemins qu’ils ont été bouchés pendant plusieurs jours.

935

Janvier 1786

936

Temps de l’hyver

937

Les premiers jours de janvier ont été froids. Le 5 le thermomètre fut à - 11. Depuis lors, le tems est devenu plus doux et humide. Il a plu asset jusqu’au 19. La première moitié de février a été humide et douce. Il est tombé de la neige vers le 25. Mars a été fort humide; de la neige les premiers jours et pluvieux jusqu’à la fin.

938

Ruclon charié / pré de la Plantée rompu en partie

939

Les travaux de l’hyver ont été de charier le ruclon: 24 chars au bas de la Plantée pour le mettre en tas. Comme j’ai dessein d’y semer du sainfoin, on y sèmera un peu d’avoine et des pommes de terre.

940

Pierres du Rhône

941

On a ramené du Rhône une trentaine de chariots de pierre à bâtir. On a charié les pierres des trèfles; on les a mises dans les fossés faits dans les champs mêmes.

942

Février 1786

943

Pierres des trèfles

944

Il y en a eu 35 chars à la Cure et 19 journées de filles pour les cueillir, 17 chars au champ des Teppes et 16 journées de filles pour les cueillir, 36 chars au champ de la Grosse Terre et 31 journées de filles pour les cueillir et 5 hars à Vers dans l’esparcette. 66 chariots, ce qui revient à 9 sols le chariot.

945

Terres levées et chariées

946

On a en outre levé et charié des terres au Grand Champ Surplan: 195 chars et à Genessy vieux: 82 chars.

947

Aqueduc à Chalu

948

On a fait un aqueduc à Chalu où on a semé 6 chariots de pierre de la Grosse Terre.

949

[p. 62 v.]

950

Mars 1786

951

Trèfles semés

952

On a semé les trèfles; savoir 61 livres à Rachey, 46 livres à la Fin dont 5 livres de trèfles de Flandre.

953

Avril 1786

954

Gyp sur le sainfoin et l’esparcette

955

3: On a semé 9 quarts de gyp sur le sainfoin de la Plantée et sur l’esparcette de Vers.

956

Espaliers en fleur

957

Les premiers jours du mois, les groseilliers des hayes commençoient à pousser. Les abricotiers en espaliers sont en pleine fleur.

958

Mars très pluvieux / premières hirondèles / provins / fossoyage / labourage retardé

959

6: J’ai été à Avully le 6. L’épine, le groseillier, le sureau commencent à reverdir. Les boutons des maroniers paroissent prêts à s’ouvrir et le soir il a tonné au loin. On n’a point encore commencé à labourer; mars ayant été très pluvieux. Il est tombé dans ce mois là 51/2 pouces d’eau.

960

7: J’ai vu des hirondèles et on a entendu le coucou.

961

8: On a fini de provigner et on commence à fossoyer les vignes. On a fait beaucoup de provins, ce qui a mangé 17 chars à Chalu et 12 au Ramey.

962

Hutins gâtés de l’hyver

963

Quoique l’hyver n’a pas été rude, les hutins sont gâtés dans plusieurs endroits de la Champagne, comme à Chancy, Athenaz, Laconnex [128][128] Village située au sud-est d’Avully., Fénières et en général ce qui n’est pas au bord du côteau. À Épeisses, Susorme, Genessy, il n’y a pas de mal. Les vignes de Vénébé [sont] très gâtées. Cela vient du froid qui a agi la nuit d’abord après la fonte de neige produite par le soleil. Les bleds et trèfles ont très bonne apparence.

964

Commencé à labourer

965

12: On a commencé à labourer.

966

Transvasage

967

Les vins transvasés sont meilleurs qu’on espéroit.

968

Premières feuilles aux maroniers

969

15: Les premières feuilles de maroniers se sont ouvertes aujourdhuy à Avully et on a commencé à en voir de petites aux arbres de la Cour de Saint pierre [129][129] C’est là où se situe sa maison à Genève.. On m’a dit avoir entendu le rossignol. Le reste du mois a été chaud et sec. L’après midi, le thermomètre a été jusqu’à 16. La pluye est venue le 30.

970

May 1786

971

Gelée forte / vignes gâtées

972

4: La bise a succédé à la pluye dès le commencement de may. Ce qui a fort rafraîchi le tems et produit le 4 une forte blanche gelée avec de la glace. Toutes les vignes et hutins dans la Champagne ont été tout à fait gâtés. À la Côte et plusieurs autres endroits, on n’a eu que peu ou point de mal. Après cette gelée, may a été pluvieux jusqu’au 17 et de là sec jusqu’au 10 de juin.

973

Échallas

974

On a acheté 3 milliers d’échalas dont on a mis 2 milliers au Ramey et un millier à Chalu.

975

Foins artificiels / foins naturels

976

Commencé à faucher l’esparcette les derniers jours de may et continué le sainfoin et les trèfles. La récolte de ces derniers a été médiocre: 9 chars pour 12 coupes, mais il est vrai que la sécheresse du printems de l’année dernière en avoit gâté plusieurs places. La récolte des trèfles s’est faite sans pluye, mais non pas celle des foins. Celle-ci a été asset belle. Nous avons eu 20 chars; c’est à dire 71/2 de moins que la grande année 81.

977

May a été pluvieux jusqu’au 17 et ensuite sec et chaud Jusqu’au 10 juin.

978

[p. 63 r.]

979

Juillet 1786

980

Moissons

981

3: Les moissons commencent aujourdhuy. La première semaine a été belle, mais la suivante pluvieuse. On a employé pour Rachey le double du tems ordinaire, parce que le bled étoit fort épais et couché. Ce champ étoit un peu venté par une matinée froide peu de jours avant la moisson. On y a fait 373 gerbes; c’est à dire 391/4 par coupe. Les autres champs, l’un dans l’autre, n’ont donné que 171/5 gerbes, mais mieux grenés. En total, le bled a rendu 201/3 gerbes par coupe et le seigle 12. Il faut remarquer à l’égard de ce dernier, que chez nous il y en avoit 53/4 coupes de semés à Vers après le trèfle, qui n’a pas levé comme il faut. Les autres champs ont mieux gerbé. La moisson a été belle partout. À Genthod, on a fait dans quelques champs 60, 70 gerbes par coupes.

982

Bœuf malade

983

Nous avons eu un bœuf très malade. C’est l’associé de celui qui périt en 1784 et que lui même fut très malade la même année. On l’avoit traité comme ayant le félin [130][130] «Tel est le nom vulgaire donné par Devillaine à une.... On lui avoit, suivant l’usage, lié les deux oreilles si fortement et si longtems, que cela lui avoit enroidi tous les nerfs de la tête, du col, jusque sur les reins. Il ne pouvoit plus manger à cause de cette roideur de nerfs. Nous avons fait venir Garcin de Dardagny qui l’a très bien tiré d’affaire en le saignant d’abord, le purgeant beaucoup et lui donnant des boissons rafraîchissantes et point de fourrage sec, seulement un peu d’herbe fraiche. Il n’est point dans l’usage de leur lier les oreilles, mais il les saigne [131][131] Ce personnage est communier de Dardagny (village situé....

984

Bœufs engraissés

985

On a engraissé ce bœuf convalescent avec un autre jeune de nos élèves qui ne pourroit pas bien travailler ayant les pieds beaucoup trop tendres. Celui-ci a eu de la peine à s’engraisser, parce que les bêtes jeunes prennent de la viande et non de la graisse.

986

Bœufs achetés

987

Nous les avons vendu pour 18 louis et nous en avons racheté une paire de jeunes pour 241/2 louis qui ne sont pas gros mais bien faits. On les a pris de Claude Japel, marchand de Bestiaux au Sappey, village derrière Salève. Nous avons encore vendu un jeune et racheté un plus gros pour appareiller avec un autre.

988

Toit de la vieille grange tourné

989

Les couvreurs de la ville ont tourné le toit de la vieille grange.

990

Essai des préparations de semences

991

L’essai que j’avois fait pour la seconde fois des diverses manières de préparer la semence qui avoit été entachée de bled pourri, m’a confirmé que la lessive de cendre chaulée indiquée par Mr Tillet de l’Abbé Tessier, étoit le meilleur expédient pour obtenir le moins d’épis pourris. On trouvera dans mes papiers une note de ces essais.

992

Essai pour le gyp n’a rien appris

993

J’avois semé l’année dernière du gyp en différente quantité sur des trèfles de planches égales. Mais cet essay ne m’a rien appris de concluant, parce que dans les jardins ou cheneviers, le trèfle devient asset beau sans gyp [132][132] Ce qui est normal, puisque les jardins potagers sont.... On ne peut pas voir bien son effet.

994

Essai de liquide de Mr Pictet de Cartigny

995

J’avois aussi fait pour la seconde fois à Susorme, l’essay des liquides dont se sert Mr Pictet et qu’il prétendoit bons, non seulement contre la carie mais aussi avantageux pour donner une récolte plus abondante. Le résultat m’a convaincu [p. 64 v.] que la lessive de cendre chaulée étoit encore meilleure pour l’un et l’autre objet.

996

Aoust 1786

997

Résultat de la récolte en bled et seigle

998

Le bled a peu grené. Les 20 gerbes ont donné pour Rachey: 2 coupes, 2 bichets, pour les autres: 4 coupes et le seigle: 4 coupes, 3 bichets; ce qui fait le produit total pour le seigle: 23/4 pour un et pour le bled (Rachey: 4,9 pour un, Courtil: 3,7 pour un, Susorme: 3,5 pour un et autres: 3,3 pour un et prenant tous les champs de bled l’un dans l’autre: 3,9 pour un. Le bled étoit fort net. Celui de Rachey très étranglé a servi pour les semences. Un champ de Jacques-André à Lodon, fort maigre ensemencé de 2 coupes de messel, moitié gesse et moitié seigle, a donné 63 gerbes et 13 coupes, ce qui fait 61/2 pour un.

999

Avoine à la Plantée

1000

On avoit semé un peu d’avoine dans une portion du pré de la Plantée qu’on a rompu l’hyver passé. Elle n’a point réussi. Le terrain n’étoit pas asset préparé. Le fossoyage n’ayant pu se faire qu’après l’hyver.

1001

Seconds trèfles

1002

Les seconds trèfles ont autant donné que les premiers et en outre 2 chariots pour graine qui ont rendu 266 livres.

1003

Regains

1004

Les regains ont été passables: 11 chars. En général, l’année a été asset bonne en fourrage. Nous avons eu 31 chars dans les prés naturels et 39 de foins artificiels.

1005

Nouveaux trèfles

1006

Les nouveaux trèfles ont bien levé et étoient beaux après moisson, excepté à Rachey où le bled étoit très beau, ce qui a nuit au trèfle.

1007

Trèfle de Flandre

1008

Le trèfle de Flandre ne m’a pas paru plus beau que l’autre. On les a tous gypé après moisson, tout au plus une coupe par coupe.

1009

Esparcette semée à Vers

1010

On a semé à la fin d’aoust de l’esparcette dans la partie de Vers qui est vis à vis au midi de la pièce des noyers. Cette place contient 821 toises. J’avois acheté 5 coupes d’esparcette. Mais en la criblant, il en est sorti au moins 3 quarts de fenasse et autres graines. Elle a coûté 28 florins la coupe. On a donc semé à raison de 331/8 quartes par pose de 400 toises.

1011

Racine de disette

1012

J’avois semé au jardin de la graine de racine de disette, espèce de betterave d’Allemagne qui doit donner par ses feuilles qui croissent très rapidement un abondant et excellent fourrage verd pour les vaches et ensuite des racines très grosses aussi pour les bestiaux. Comme la graine a été semée tard et en petite quantité, je ne puis rien en conclure. Mr Maurice a fait l’essay en grand et s’en trouve très bien [133][133] Cette « racine de disette » ou « mangel wurzel », dont.... J’ai fait garder les racines pour produire de la graine l’année prochaine.

1013

Septembre 1786

1014

Quoiqu’il ait plu passablement pendant l’été, on ne pouvait cependant pas rompre les trèfles au commencement de septembre. On a pu le faire comme il faut qu’après une pluie abondante le 27 et 28.

1015

Semailles

1016

On a commencé à semer le 10 et tout a été fini dans le mois. Je n’ai pas fait l’essay de la lessive de cendre cette année. Le blé n’ayant aucune apparence de pourri. J’ai fait l’essay d’une forte dissolution de chaux: on faisoit bouillir la grande chaudière pleine d’eau et on y faisoit fuser peu à peu un quart de chaux qui pèse 30 livres. On a répété l’opération 4 fois; c’est à dire qu’on a fusé 4 quarts de chaux soit 120 livres de chaux et on y employé avec ce qu’on y ajouté ensuite 330 quarterons d’eau. Cette dose a rempli peu à près une déchargeoire et a servi pour 18 coupes. On mettoit ce liquide dans un cuvier et on y jetoit le bled qu’on vouloit semer, de manière que le bled [p. 65 r.] trempoit en entier et qu’on pouvoit en écumer les grains légers, pourris. Et j’ai vu qu’il falloit environ une seillée de liquide par quart de bled pour qu’il soit bien trempé. On le laissoit ainsi 10 à 12 heures. On pourroit le laisser 24 sans danger. Pendant cet intervalle, le bled boit environ la moitié du liquide; c’est à dire chaque coupe environ deux seillées. On semoit le bled tout mouillé d’abord après l’avoir retiré du cuvier. Le semeur prétend qu’il se sème fort bien et ne reste point agglutiné comme je l’aurois crû [134][134] Mallet ne nous fournit pas le résultat de cette expérience....

1017

L’été n’a point eu de chaleurs et les blanches gelées sont venues de très bonne heure.

1018

Blanche gelée / bleds noirs

1019

26: Il y en a eu une le 26 et il avoit neigé la veille sur le Jura. De là les bleds noirs, quoique semés et levés de bonne heure, n’ont pas fait asset de progrès pendant le mois d’aoust qui a été froid et n’étoient pas mûrs lorsque les blanches gelées sont arrivées. La récolte en général a été mauvaise. Les nôtres, l’un dans l’autre, n’ont donné que 7 pour un, et encore les derniers semés valoient peu de chose.

1020

Octobre 1786

1021

Vendanges

1022

Depuis la gelée du 4 may les vignes et hutins ont asset repoussé et si l’été avoit été chaud, il y auroit eu une récolte passable. Mais il n’y a presque rien eu. Nous avons fait 10 setiers de Salvagnin et pour les vignes seulement 71/4 setiers par pause. Le blanc ayant presque tout manqué et le total très peu mûr.

1023

Pommes de terre

1024

Les pommes de terres semées à la Plantée ont bien réussi. On en avoit planté et on en a eu 25 coupes rouges ou blanches.

1025

Récolte des noix

1026

On ne croyoit pas qu’il y eut des noix après le gel de may. La récolte cependant a été passable. Nous avons eu 221/4 coupes et tous les noyers des prés et du Rhône n’ont point été abattus.

1027

Fruits

1028

Il y a eu asset de poires et point de pommes, si ce n’est quelques corbeillées à Rachey où les arbres n’avoient point rapporté l’année dernière. On n’a point pu faire de vin de fruit. On a commencé à en boire au tonneau de l’année dernière qui étoit très bon.

1029

Palissade de la cour renouvellée

1030

La palissade qui ferme la cour étant très gâtée, surtout les piliers, j’en ai fait refaire une de même en châtaigniers et j’ai fait baisser le mur tout du long d’un pied. Les piliers sont en chêne parce que ceux de châtaigniers se sont trouvés trop courts pour entrer assez profondément dans la cour.

1031

Novembre 1786

1032

Le bois de la palissade, la façon, les portes, piliers, ferrures et sans la couleur revient à [blanc] non compris la chaux pour arranger le mur et 15 journées de maçon.

1033

Arbres plantés

1034

J’ai fait remplacer au jardin 5 pêchers, 1 merisier; au verger 2 poiriers, 1 cerisier, 2 pommiers; à l’allée de la Coudre 1 poirier, [à] Susorme 2 poirier, 1 pommier. En tout 14 arbres. On a planté aussi les noyers du Ramey en état d’être transplantés au champ du Courtil.

1035

[p. 66 v.]

1036

Grille du réservoir du verger

1037

La grille de fer blanc du réservoir du verger étant gâtée déjà depuis le printems, j’en ai fait faire une de cuivre. Les deux précédentes en fer blanc avoient duré chacune 4 ans et coûtoient 7 florins pièce, celle de cuivre coûte [blanc].

1038

Décembre 1786

1039

Reçus communiers

1040

Nous nous sommes fait recevoir communiers d’Avully et Mr Rey ayant vendu sa campagne et quitté par conséquent sa place de procureur de la commune. On a adjoint trois personnes aux deux procureurs de commune dont j’en ai été une [135][135] Après avoir payé un onéreux « droit de réception »,....

1041

Arrangement pour la fontaine des Mélires

1042

Avant notre admission, j’ai proposé à la commune de nous céder la fontaine des Mélires avec le chemin qui y conduit. Lui offrant par contre de conduire notre fontaine au bas du verger du coté du Beula [136][136] Lieu-dit d’Avully, situé à proximité du domaine de... pour la joindre à la fontaine publique en se réservant un tuyau du côté du verger pour avoir de l’eau quand on voudra. Ma proposition a été acceptée.

1043

Portion de la Plantée rompue à la pêle

1044

On a commencé à fossoyer à la pêle une partie du bas de la Plantée où nous mettrons des pommes de terre. On a semé du bled dans la partie rompue l’année dernière.

1045

Temps des trois derniers mois de l’année

1046

Le mois d’octobre a été un peu humide dans la première moitié et très beau et froid dans la seconde. Il y eut plusieurs blanches gelées. Les bêtes ont cependant été dehors jusqu’au 30 [137][137] En effet, la désalpe se déroule en temps normal au..., qu’il est tombé de la neige, 6 pouces, qui a tenu. Il en est revenu 6 pouces le 2 novembre et le tout a fondu quelques jours après. Novembre a été très pluvieux. Il est tombé du 15 au 20, 46 lignes de pluye, et dans tout le mois 64 lignes. C’est ce qui a fait revenir les sources profondes qui étoient très basses depuis longtems, malgré toutes les pluyes. Décembre a aussi été beaucoup plus pluvieux qu’à son ordinaire. Il est venu 3 à 4 pouces de neige vers le 18 et le froid a suivi; c’est à dire le thermomètre à 8 et 9 au dessous de 0. L’année en total a été très pluvieuse. Il est tombé en pluye ou neige 431/2 pouces d’eau.

1047

Janvier 1787

1048

Le froid de la fin de décembre s’est radouci. Le gel a cependant continué mais modérément. J’ai quitté Avully le 20. On avoit alors fini de rompre à la pêle le bas de la Plantée. On a de même rompu la bande qui termine le champ de Rachey du côté de bise et qu’on ne semoit pas à cause de l’ombre des chênes. On y mettra aussi des pommes de terre.

1049

Terres des vignes / pierres du Rhône

1050

On avoit levé la terre des vignes au Ramey et Chalu. Tous nos gens ont aussi employé 3 journées pour tirer des pierres du Rhône. Cela peut faire 15 journées. Ils disent qu’il peut y en avoir environ 2 toises.

1051

19: On ne peut faire aucun chariage à cause des glaces. Il y a même peu de jours que les chevaux bien ferrés avoient beaucoup de peine à aller en ville. On a ébranché quelques saules au Grand Pré pour avoir des cercles dont nous manquions. Il y en a eu 15 douzaines et 4 paquets de petits à 24 et 12 paires de grands.

1052

[p. 67 r.]

1053

Chapons à Chalu

1054

Les glaces ont duré tout le reste du mois. On a continué de planter des chapons à la vigne de Chalu. On a encore travaillé à sortir des pierres du Rhône, environ [blanc] journées et on a commencé à les charier.

1055

Février 1787

1056

Température de février

1057

Le commencement de février a eu des brouillards. Ensuite un beau tems continu pendant le reste, excepté vers le 12 ou 13 qu’il a plu, avec un petit gel chaque nuit et dans le jour le thermomètre 3 ou 4 degrés au desssus de 0, quelques fois jusqu’à 6.

1058

Pierres des trèfles

1059

On a charié les pierres cueillies dans les trèfles; savoir 19 chars à la Fin et 23 chars à Rachey (total 42 chars). On a aussi charié le ruclon: 30 chars qu’on a déposé au bas de la Plantée.

1060

Mars 1787

1061

Premières feuilles

1062

Mars a été pluvieux. Le thermomètre de tout le mois n’a été au dessous de 0. Aussi la campagne a-t-elle fort avancée. On a vu des feuilles aux maroniers vers le 28. Ceux d’Avully en ont eu vers le 30. Les ormeaux de la Cour Saint Pierre ont commencé à verdoyer le 2 avril.

1063

Fossoyage des vignes / échallas

1064

On a commencé à fossoyer les vignes chez nous le 26 mars et fini le 10 avril. On a mis au Ramey 2 milliers d’échalas et un à Chalu. En tout 3 milliers.

1065

Avril 1787

1066

Le commencement d’avril a été tempéré et quelques jours de bise. Je fus le 11 à Avully. Les maroniers étoient entièrement feuillés. Tous les fruits à noyaux en plein vent étoient fleuris. Les poiriers commençoient.

1067

15: On a entendu le rossignol.

1068

Froid

1069

Le tems s’est rafraîchi dès le milieu du mois. La bise a régné très forte plusieurs jours.

1070

18: La terre étoit gelée en quelques endroits et on a vu de la glace.

1071

20: Blanche gelée.

1072

21: Forte gelée. Le thermomètre à 0.

1073

22: À 51/2 heures, le thermomètre étoit à - 1. Il y a eu de la gelée et blanche gelée.

1074

Noyers gâtés

1075

Les noyers surtout dans le bas ont eu beaucoup de mal, mais les vignes peu parce qu’elles n’étoient pas assez avancées. Les arbres fruitiers qui étoient bien fleuris ont été bien gâtés.

1076

Bâtiment du couvert

1077

16: Les maçons et charpentiers sont venus commencer l’ouvrage du couvert neuf. J’avois reçu la fuste [138][138] Bois pour la charpente.en automne de Jeannin dit Barnabé de Mijoux. J’avois fait venir la chaux grasse de Carouge [139][139] Village situé au sud de Genève, à 15 km d’Avully. aussi en automne. J’en ai été très peu content. Elle étoit presque toute en poussière et a très peu profité.

1078

May 1787

1079

Température

1080

Les premiers jours ont été froids. Le 1 au matin, il y avoit de la neige jusqu’au pied des montagnes et le jour d’avant il en tomboit quelques brins dans la plaine.

1081

4: Il y a eu une légère blanche gelée dans les bas. Tout le mois a été employé au bâtiment du couvert.

1082

Juin 1787

1083

Température

1084

Ce mois a été passablement sec et quelques jours de chaleurs. Le 12, thermomètre à 22. Les 26, 27, 28, 29 et 30, le thermomètre a été de 19,5 à 24,5.

1085

Effeuillage des vignes

1086

5: On a commencé à effeuiller les vignes et rebiner.

1087

Trèfles

1088

11: On a commencé à faucher les esparcettes, sainfoin et trèfles. Les foins ont suivi. La première coupe de trèfle a été médiocre en total, parce que Rachey dans plusieurs places où le bled étoit si épais, le trèfle avoit péri. Rachey n’a donné [p. 68 v.] que 4 chariots. Tandis qu’il y en a eu 7 à la Fin. En tout, 11 chariots pour 161/2 coupes de semature.

1089

Foins

1090

La première coupe des foins a été à peu près comme l’année dernière: 271/2 chars; c’est à dire 81/2 chars [de moins] que dans la grande année de 1781 ou environ les 3/4.

1091

Jument crevée

1092

24: La plus jeune des juments achetées de Mr Solier en 1784 est crevée après avoir été malade depuis l’automne précédent. Il y a apparence que c’est par une fausse gourme. Elles avoient toutes les deux commencé par jeter par les naseaux [140][140] La gourme est une affection streptococcique dont, une.... L’une s’est bien guérie presque sans remède. L’autre a continué à jeter et avoit un essouflement considérable. Le maréchal de Carouge qui l’avoit traitée à la fin de sa maladie l’a ouverte après sa mort. Elle avoit les poumons tout à fait gâtés.

1093

Juillet 1787

1094

Pluvieux

1095

Ce mois a été médiocrement chaud. Le thermomètre n’a pas passé le 21°; et encore deux fois seulement. Il a été beaucoup plus pluvieux qu’à l’ordinaire. J’ai mesuré 74 lignes de pluye. Cela a dérangé les moissons en plusieurs endroits.

1096

Moissons

1097

9: Elles ont commencé le 9 juillet par les seigles. La récolte a été médiocre. Les bleds étoient courts et clairs. Ils étoient retardés en automne et le froid de may leur a fait beaucoup de mal. En total, le bled a rendu 141/4 gerbes par coupe et le seigle: 12 [141][141] Dès le mois d’août, la mercuriale de Genève grimpe....

1098

Aoust 1787

1099

Ce mois a été le plus chaud, au moins la première moitié. Le thermomètre a été 5 ou 6 jours à 25 ou au dessus, jusqu’à 261/3. Il a plu un peu vers le 20.

1100

Seconde coupe des trèfles

1101

6: On a commencé la seconde coupe de trèfles qui a été presque aussi bonne que la première: 101/2 chars outre un pour graine qui n’a presque rien rendu (40 livres). Tandis qu’un chariot de Lodon [142][142] Lieu-dit d’Avully (à côté des Ferrages). de Jacques-André a donné 232 livres, parce qu’il étoit clair.

1102

Résultat des moissons

1103

La moisson a fort peu rendu en grains. Le bled a été venté en plusieurs endroits. Cela vient des rosées froides. Les 20 gerbes de bled ont rendu 3 coupes, 1 bichet et de seigle ou gesse: 3 coupes et 11/3 quarte. Et le résultat de la moisson est de 2, 5 pour un pour le bled et de 3 pour un pour le seigle. Le bled est étranglé et il y a asset de pesés, quoique la semence eut été très belle.

1104

Bœuf crevé

1105

Le plus gros de nos bœufs, celui qui avoit été acheté à trois ans au Châble, est crevé après une longue maladie qui a commencé dès le printems. Garcin de Dardagny l’a traité sans succès. C’est un bœuf qui valoit pour le boucher au moins 15 louis.

1106

Septembre 1787

1107

Semailles

1108

Ce mois a été sec jusqu’au 16 et ensuite un peu pluvieux. Il y a eu déjà quelques matins froids où le thermomètre a été à 5° ou 6°. La pluye est venue très à propos pour rompre les trèfles et pour les semailles. Comme le bled n’étoit pas tout net, j’ai tout semé de celui de l’année dernière que j’avois en réserve qui étoit beaucoup plus propre. J’ai préparé les semences avec la forte dissolution de chaux sans lessive de cendre comme l’année dernière.

1109

Repas de la commune

1110

Nous avons donné le repas dû à la commune pour notre exception. La fête s’est passée sur la terrasse avec gaîté et modération. Il faut en évaluer la dépense à environ 4 louis. On a bu des santés au bruit des boëtes et au son du violon.

1111

[p. 69 r.]

1112

Octobre 1787

1113

Température du mois / vent très chaud

1114

Ce mois n’a pas eu des brouillards comme à l’ordinaire, mais il a été plus pluvieux. La première blanche gelée, mais et seulement en quelques endroits, a eu lieu le 7. Il a fait le 11 un vent de sud très sec et très chaud et très violent. À 7 heures du soir, le thermomètre étoit à 20 et douze heures après, c’est à dire le 12 à 7 heures du matin, il avoit descendu de 111/2 degrés. Il étoit à 81/2. Ce vent a été succédé [par] une pluye abondante.

1115

Vignes retardées

1116

La maturité des raisins étoit fort retardée. L’été n’ayant pas été chaud. Au ler septembre, on ne voyoit que quelques grains de changés dans les hutins. Les vendanges n’ont commencé que le 17 et on auroit mieux fait d’attendre encore quelques jours pour les hutins; les raisins n’étoient pas bien mûrs.

1117

Vendanges

1118

La récolte sans être magnifique a été passable. Nous avons fait 38 setiers de salvagnin et les vignes ont donné 25 setiers par pose et le Ramey seul 32 setiers par pose.

1119

Regains

1120

Les regains ont passablement réussi. Nous en avons eu 12 chars.

1121

Troisième coupe des trèfles / coupe des nouveaux trèfles

1122

Les pluyes de l’été et de septembre ont fait prospérer les nouveaux trèfles. Nous avons pu en couper un chariot. La même cause a permis de couper les trèfles pour la troisième fois. Nous en avons eu 3 chariots.

1123

Esparcette semée à Vers

1124

J’ai fait semer de nouveau de l’esparcette dans le grand champ de Vers entre les noyers, seulement la moitié du champ du côté du levant. Elle a coûté 30 florins la coupe. On en a semé 6 coupes.

1125

Bled noir

1126

Les bleds noirs, ayant été semés dans la terre humide, sont levés promptement. Il y en a eu de très beaux. Les derniers ont souffert par les premières blanches gelées. Nous en avons eu 72 coupes pour 41/2 coupes de semées. Ce qui fait 16 pour un.

1127

Disette de fruits

1128

L’année a été remarquable par le peu de fruits. Nous n’en avons eu que 3 à 4 corbeillées. Cela est dû au froid du mois d’avril, lorsque les arbres étoient en fleurs. Les poires se sont vendues jusqu’à 1 florin la livre et les pommes.

1129

Noix

1130

La récolte des noix a été très médiocre. L’huile première s’est vendue un écu neuf et la commune de 61/2 à 7 florins.

1131

Racine de disette

1132

J’avois fait semer au printems de la graine de racine de disette, une partie du chenevier de Jacques-André. Il y avoit environ 1270 plantes. On ne l’a effeuillée que 3 fois. On peut évaluer à 3 quintaux chaque exfoliation. On l’a cultivée trois fois et il y a eu environ 4 tombereaux de racines. Les plus grosses pesoient 7 à 8 livres. On les a données à manger aux vaches. Nous avons mangé de cette racine comme des carottes rouges en salade. Elle est asset délicate, mais n’a pas le goût agréable de la carotte.

1133

Novembre 1787

1134

Ce mois a été un peu pluvieux jusqu’au 15 et ensuite sec jusqu’à la fin. Il n’a guère gelé que vers la fin. Les semailles ont eu le tems de bien lever et de se fortifier.

1135

[p. 70 v.]

1136

Conduite de la fontaine au verger

1137

J’ai fait le changement projeté de la fontaine du verger. On l’a conduite au Beula. Le réservoir est en pierre à 7 à 8 pieds de profondeur. Il contient environ un setier s’il étoit ras. Du réservoir à la chèvre, il y a 95 pieds de bournaux et environ 8 à 9 pouces de pente du réservoir au tuyau de la chèvre le plus élevé, celui du côté du Beula. Les bournaux sont percés à grands trous de 2 pouces, 10 lignes de diamètre, tout du long. La chèvre est percée jusqu’à un pouce près du chanfrin qui commence au dessus de la tête. Le fontenier a mis 21/2 journées pour percer la chèvre et poser les bournaux.

1138

Addition au verger / arbres plantés

1139

J’ai fait agrandir le verger en conséquence de l’arrangement avec la commune, en ôtant les deux haies qui formoient le chemin pour aller à la fontaine des Mélires et en plantant une plus bas depuis l’angle du Ramey, jusqu’à l’entrée du chemin creux de Beula. J’ai continué les mêmes alignements d’arbres du verger, autant que cela a pu se faire. On a planté 81 poiriers ou pommiers dans l’addition du verger. J’ai aussi ajouté 6 poiriers au grand jardin et remplacé 3 morts. On a aussi planté au jardin 5 pêchers dont 2 non entés. On remplacé un pommier à l’allée de la Coudre et un poirier et un pommier [à] Susorme. Cela fait en tout 90 pommiers ou poiriers et cinq pêchers au jardin, outre plusieurs pêchers dans les vignes ou hutins.

1140

Changement au chemin du Grand Pré

1141

J’ai fait changer le chemin qui sert à monter le foin des prés. On l’a élevé pour le rendre moins rapide en quelques endroits. Ça été un ouvrage beaucoup plus considérable que je ne le croyois, qui a exigé d’asset grands transports de terre et dans l’hyver, on y a beaucoup charié de pierres cueillies dans les trèfles pour le rendre solide.

1142

Décembre 1787

1143

Température

1144

Ce mois a été humide. Il est tombé 51 lignes de pluye, ce qui n’est pas ordinaire. Le tems qui étoit très froid les derniers jours de novembre et les premiers de décembre s’est radouci et il n’a pas gelé de tout le mois, ni neigé. Il étoit tombé le 20 novembre une crachée de neige.

1145

On a coupé les branches d’une partie des saules du Grand Pré, avec quoi on fait 34 douzaines de cercles ordinaires, 15 paquets de 24 petits et 191/2 paires de grands cercles.

1146

Jument achetée

1147

Nous avons fait l’acquisition d’une jument de Mr Malvesin qui appareille fort bien avec la nôtre et est pour le moins aussi jeune, environ 61/2 à 7 ans. Elle a coûté 21 louis.

1148

[p. 71 r.]

1149

Janvier et février 1788

1150

Température

1151

La température de janvier et février a été extraordinaire par sa douceur. Il n’a point gelé pendant les 15 premiers jours de janvier, et très peu le reste du mois, excepté 3 ou 4 jours où le thermomètre a été à - 4, - 5, -7; et à peine a-t-il gelé deux ou trois matins en février. Janvier a été passablement sec. Au total 7 ou 8 pouces de neige seulement; mais février très pluvieux.

1152

Pierre des champs / chemin du pré / ruclon

1153

On a travaillé à arranger le nouveau chemin des prés en y menant les pierres des trèfles. On en a ôté 32 chars au grand champ Surplan et 6 au champ des Ferrages. Et en comptant celles qu’on a été chercher ailleurs, il est bien entré dans ce chemin 140 chariots de pierres et il a bien fallu remuer peut être 400 chariots de terre pour faire le chemin. On a manqué le moment du gel pour remonter la terre des vignes, ainsi que pour charier le Ruclon, qui n’a pu l’être qu’à la fin de mars. On l’a mis au bas de la Plantée; il y en a eu 25 chars.

1154

Plateaux de chêne et de noyer

1155

J’ai fait scier des chênes et des noyers coupés en automne pour en faire des plateaux. Les premiers pour faire le bassin de la fontaine du Beula et réparer la couverture du puit de notre pompe. On a fait des réparations aux hutins Susorme où il manquoit beaucoup de souches. On plante des chapons entre l’hutin et l’arbalète, ensuite on les couche vers l’hutin. Cela s’appelle des plongets. On a employé pour cela 14 chars de fumier [à] Susorme et 9 à Genesy.

1156

Mars 1788

1157

Premières pousses

1158

La campagne est très avancée au commencement de ce mois. On voit les groseilliers pousser dans les endroits abrités. 12: J’ai été à Avully. Le tems est très au beau. J’ai vu dans les bosquets les lylas, le Sureau, le groseillier verdoyer.

1159

Feuilles aux maroniers / arbres fleuris

1160

23: Les deux maroniers de l’allée qui conduit à la terrasse situés au dessus et au dessous du noyer ont quelques feuilles épanouies. Celles du maronier de la cour vis à vis le bucher se sont ouvertes le 25 et celles des ormeaux de la cour de St Pierre ont paru le 28. On voit des amandiers fleuris, ainsi que des pêchers et abricotiers abrités.

1161

Chapon à Chalu

1162

24: On a labouré les hutins de Genesy où l’on sèmera de la graine de disette. On a fini de planter la partie de Chalu qui restoit. Ainsi tout est fini.

1163

Pierres du Rhône

1164

On a tiré quelques pierres du Rhône et on a charié des pierres à paver; le tout pour l’arrangement de la fontaine publique. Pierrot a pavé la moitié de dessous le couvert.

1165

Fontaine mesurée

1166

Le 13 mars, j’ai mesuré l’eau que donnent les deux tuyaux de la nouvelle fontaine du Beula. Les tuyaux du Beula donnent 30 quarterons par minute et celui du verger 8. Total: 8; c’est plus que le double de 4 tuyaux de la fontaine de la maison qui ne donnent que 18.

1167

Les bleds et vignes n’ont point souffert de l’hyver.

1168

Avril 1788

1169

Ce mois a été fort sec; le plus souvent de la bise. Le 21 le vent étoit [du] sud. Le thermomètre monte jusqu’à 17 ou 18. Le baromètre étoit descendu. Le vent monte à l’ouest. Il tombe quelques gouttes de pluie et le lendemain matin le thermomètre fut à [blanc]. Il y a eu quelques blanches gelées légères jusqu’à la fin du mois. Mais elles n’ont pas fait de mal.

1170

10: On a vu quelques hirondelles en fort petit nombre. Elles ne sont arrivées en abondance que vers le 18-20.

1171

[p. 72 v.]

1172

Fossoyage des vignes

1173

18: Tous les arbres en plein vent sont fleuris, exceptés les pommiers. Les abricotiers et pêchers en espaliers n’ont presque plus de fleurs. On a fini de fossoyer aujourd’hui.

1174

Rossignol

1175

21: J’ai entendu le rossignol. On m’a dit l’avoir entendu le jour précédent. J’ai vu [à] Susorme quelques boutons ouverts mais en très petit nombre. À la fin du mois tous les arbres, hormis les pommiers et quelques sortes de poiriers, sont à peu près défleuris.

1176

Sec

1177

La terre est fort sèche. Les bleds jaunissent et souffrent beaucoup du sec.

1178

Blanchissage

1179

J’ai fait blanchir la cuisine et la chambre des servantes et en bas les deux poëles [143][143] Pièces chauffées qui ont plusieurs fonctions (salle... et la cuisine.

1180

Palissade peinte en verd

1181

J’ai fait passer en huile la palissade de la cour faite en automne 1786.

1182

May 1788

1183

Pluye

1184

La sécheresse a continué jusqu’au 16. Alors, il a plu abondamment. On désespéroit des moissons. Les bleds étoient secs et jaunes. La pluye les a tous raccommodés, excepté les tardifs qui avoient trop souffert.

1185

Chaleur

1186

Le tems s’est fort réchauffé à la fin du mois. On a vu le thermomètre à 22.

1187

Bœuf engraissé

1188

On a engraissé et vendu un bœuf. C’est le cinquième qui auroit perdu son camarade.

1189

Effeuiller et rebiner

1190

14: On a commencé à effeuiller et rebiner le 14.

1191

Faucher

1192

15: On avoit fauché l’esparcette le 15, la veille de la pluye. La sécheresse la faisoit diminuer.

1193

Juin 1788

1194

Pluvieux / récolte des trèfles, des premiers foins

1195

Ce mois a été asset pluvieux. Aussi les foins ont ils été asset mouillés. On avoit fauché les trèfles au commencement du mois. Ils ont été serrés bien conditionnés. Les trèfles ont donné 10 chars pour 14 coupes; ce qui est le produit d’une année moyenne. Les premiers foins qui ont été commencés le 14 ont moins donné. La sécheresse leur avoit fait tort. Nous avons eu 22 chars au Grand Pré et [à la] Coudre et la moyenne est 26. Nous avons pu serrer toute la récolte avec 4 bœufs. Le nouveau chemin rend la montée plus douce.

1196

Juillet 1788

1197

Chaleur

1198

Ce mois a été sec et chaud, surtout la première moitié. On a vu deux ou trois fois le thermomètre à 25 et le 17 il fut à 251/2.

1199

Moissons/récolte

1200

Les moissons ont suivi immédiatement la fenaison et ont commencé le 30 juin. Elles ont été médiocres. Les bleds fort clairs suite de la sécheresse du printemps. Le bled a donné 15 gerbes par coupe et le seigle: 20 }les champs fumés n’ont pas mieux donné que les autres; Ramey n’a pas réussi non plus.

1201

Jeunes trèfles

1202

Les jeunes trèfles sont à peu près perdus dans quelques endroits. Les plus beaux sont ceux qui ont été semés de bonne heure en février. On y a mis du gyp d’abord après moissons.

1203

Bleds noirs

1204

Comme les moissons se sont faites de bonne heure et que la terre n’étoit pas sèche, on a pu semer les bleds noirs très à propos. Ils ont levé très vite et sont venus beaux.

1205

Seconds trèfles

1206

Les seconds trèfles ont été aussi beaux que les premiers; ils n’ont souffert que dans les endroits très graveleux pendant les jours secs et chauds de juillet. On les a coupés le 21 juillet, 6 semaines après les premiers.

1207

Graines de trèfle

1208

On en a laissé 2 chars pour graine qui n’ont donné que 74 livres. Ce qui est très peu de chose.

1209

27: On a vu à Avully quelques grains [de raisins] changés dans une treille le 27 juillet.

1210

[p. 73 r.]

1211

Aoust 1788

1212

Ce mois a été moins sec et moins chaud que juillet. Et en général, il n’y a pas eu cette année de sécheresse nuisible à la terre. Il a plu un peu chaque mois.

1213

Grenaison du bled

1214

Le bled n’a pas grené et beaucoup moins encore ailleurs que dans notre canton. Le résultat est pour le bled: 4 coupes, 1 quarte pour 20 gerbes, [soit] 2,8 pour un. Et pour le seigle: 5 coupes, 2 bichets, 1 quarte pour 20 gerbes, [soit] 4,1 pour un. C’est le champ de la Fin qui a le mieux donné, soit en paille, soit en grain; savoir 4 coupes, 2 bichets pour 20 gerbes, [soit] 3,8 grains pour un. Il avoit été semé après le trèfle. Il a eu l’avantage sur les champs fumés et sur Rachey, dont le terrain est meilleur. Le bled est beau, hors à Rachey où il y a beaucoup d’ails, quoiqu’on en eut ôté la plus grande partie en moissonnant.

1215

Nécessité de nettoyer les bleds au printems

1216

La sécheresse avoit empêché de nettoyer les bleds. Je crois cependant qu’il convient toujours de le faire. Les plantes qu’on casse sans pouvoir les arracher ne peuvent pas assez repousser pour produire de la mauvaise graine.

1217

Arrangement des fontaines du Beula

1218

J’ai fait arranger les fontaines de la place du Beula pour y placer les bachets. On a arraché un vieux noyer. On a construit environ la moitié du mur qui doit séparer le verger du Beula. J’ai fait faire un bassin neuf et on a très bien raccommodé le vieux. J’ai fait visiter la fontaine publique. Les bournaux se sont trouvés très bons. On a laissé subsister le vieux réservoir qui est à l’extrémité du mur du cimetière et on en a replacé un second à peu près là où étoit le bachet. On a remis de l’un à l’autre les vieux bournaux percés à grands trous de 21/4 à 21/2 pouces. La conduite entière depuis le mur du cimetière à la chèvre est en ligne droite et il y a environ 4 toises de bournaux neufs depuis la chèvre au réservoir neuf. Depuis ce réservoir, nous avons fait un petit aqueduc qui se dirige en descendant vers le verger [de Mr] Moré et qui doit servir de décharge Lorsque toute l’eau ne pourroit pas entrer dans les bournaux. La chèvre est percée jusqu’à 15 pouces du chanfrein. Il y a environ 4 pieds de pente depuis le réservoir inférieur au tuyau de la chèvre, ce qui fait environ un pied par toise.

1219

Septembre 1788

1220

Sources très basses / fontaine mesurée

1221

Il couloit fort peu d’eau, environ 9/10 de quarterons par minute. Elle venoit toute du pré [de Mr] Lianna ou du cimetière et distilloit le long du mur. Mais il n’en venoit point par un aqueduc qui descend le long du mur du cimetière et vient aboutir au réservoir. La fontaine du verger donnoit le même jour 8 septembre 24/10 Quarterons.

1222

Mois pluvieux

1223

Ce mois a été le plus pluvieux de tous, contre l’ordinaire. J’ai mesuré 7 pouces. J’ai fait faire le pavé sous les bassins des fontaines et à l’entour et les rigoles pour conduire les eaux, soit au verger, soit à la Coudre, depuis la chèvre au gros cerisier. La pente est partout égale et d’environ 3 pouces par toises. Lorsque le mur sera fini l’année prochaine, je sommerai ce qui coûte tout cet arrangement.

1224

Fontaines mesurées

1225

22: Le 22 septembre après les pluyes, la fontaine du verger donnoit 311/2 quarterons par minute et la fontaine publique seulement 34/10 quarterons. Il faudra faire visiter un réservoir qui est près de la maison de Louis Durand pour savoir s’il y a de l’eau.

1226

[p. 74 v.]

1227

Couvert du puit refait / pigeonnière réparée

1228

L’on a refait à neuf la couverture en chêne du puit de la cour. L’on a caronné la pigeonnière et refait tous les tablers à neuf.

1229

Semailles

1230

Les pluyes de ce mois ont été très utiles au commencement pour pouvoir rompre les trèfles qu’il avoit fallu abandonner. Mais ensuite, elles ont fort contrarié les semailles, surtout dans les grosses terres. Comme il n’y avoit aucune apparence de bled pourri dans la dernière récolte, nous n’avons fait aucune autre préparation à nos semences que de laver le bled. Comme il y avoit assez d’ails, on a pu en ôter la plus grande partie par le lavage.

1231

Regains

1232

Les regains ont souffert aussi de la pluye, parce qu’occupés aux fontaines, nous les avons commencés un peu tard. La récolte a été asset belle: 13 chariots au Grand Pré et [à la] Coudre dont l’année moyenne est seulement 81/4.

1233

Troisième coupe des trèfles et coupe des jeunes

1234

On a pu couper les trèfles pour la troisième fois et les jeunes qui n’étoient pas péri au printems ont aussi donné une très jolie coupe.

1235

Octobre 1788

1236

Bled noir

La récolte du bled noir a été belle, ayant été semé de bonne heure et la première gelée n’étant venue que le 21 octobre. Il y avoit bien eu avant quelques légères blanches gelées qui ont un peu pressé les derniers semés. Les nôtres ont donné 24 pour un et on a pu les vendre à 15 florins dès l’automne. Nous en avions semé d’une qualité particulière qu’on prétend meilleure et plus hâtive. Deux quarts nous ont donné 16 coupes, ce qui fait 32 pour un.

Vendanges de bonne heure

Les vendanges n’ont commencé à Avully que le 1er octobre. Mais Mr Maurice avoit fait vendanger ses salvagnins bas le 19 septembre. Ce qui est assez mémorable. La récolte a été belle. Nous avons eu cependant moins de Salvagnin que l’année dernière; savoir 28 setiers. Tandis que d’autres en ont eu davantage. J’ai vu à Genessy des tires [144][144] File, rangée: Humbert, 2004, t. 11, p. 206. de toute beauté. Le Ramey a été très beau; savoir 331/2 setiers par pause. La moyenne est 21 setiers.

J’avois fait semer au printems de la graine de disette aux hutins vieux de Genesy, l’espace d’environ 2 coupes. Mais la sécheresse extraordinaire de mars et avril l’a empêché de prospérer et à la première culture qu’on a pu lui donner dès que la terre a été humide, la moitié au moins des plantes avoit péri ou n’avoit pas levé. On en a replacé quelques unes par celles qui se sont trouvées à double. Mais cela n’a pas suffi. On a mis environ 10 journées pour la cultiver la première fois en juin. On a effeuillé vers le 15 à 20 juillet, il y a eu environ 41/2 quintaux; un drap plein que peut porter le berger pèse à peu près 45 livres. On a commencé à cultiver pour la seconde fois le 28 juillet. Il a fallu 4 à 5 journées. On a effeuillé la seconde fois vers le 15 aoust. Je compte environ 30 quintaux. On a effeuillé pour la troisième fois vers le commencement de septembre: environ 16 quintaux.

[p. 75 r.]

Et enfn on a arraché 6 chariots de racines que les vaches et les cochons ont très bien mangé. Je ne regarde pas cet essai comme parfait, parce qu’à cause de l’accident du printems, on a un peu négligé de l’effeuiller aussi souvent qu’on auroit dû.

On a semé du bled après avoir labouré une seule fois.

Pommes de terre

Les pommes de terre ont donné une très belle récolte. On en avoit semé 12 lignes au champ de la Teppe, environ 3 coupes. On en a recueilli, blanches et rouges, 51 sacs ou environ 38 coupes. On en a eu 20 à 25 coupes à la Plantée et encore quelques coupes parmi les courges.

Fruit abondant / produit du fruit en vin

Le fruit a été très abondant. On en a vendu pour 215 florins. On en a gardé abondamment pour l’usage de la maison; entre autres environ 3 coupes de poires sèches et on a fait environ 3 chars de vin de fruit. J’étois curieux de savoir la quantité de vin produite par une certaine quantité de fruit. J’ai fait peser une brandée rase de pommes non pilées. Elle pesoit 47 livres. Deux brandées de pommes se réduisent lorsqu’elles sont pilées et 22 brandées de pommes pilées ont rendu 230 quarterons de vin. Il en résulte que 100 livres de pommes ont rendu environ 11 quarterons de vin. J’ai fait le même essai sur des poires blanches. La brandée rase a pesé 57 livres. Il y a eu 10 brandées de poires pilées, ce qui peut venir d’environ 10 brandées de poires non pilées, qui ont rendu 150 quarterons, d’où il résulte que 100 livres de poires blanches ont rendu 15 quarterons. Ces résultats doivent varier beaucoup suivant la qualité du fruit et la maturité.

Noix

La récolte des noix a été très belle. Nous en avons eu 41 coupes, compris celles de 3 noyers de Jacques-André.

Température de octobre, novembre et décembre

Octobre et novembre ont été beaux, secs et asset tempérés. Le gel fort et continu n’a commencé que le 25 novembre. Le 28 le thermomètre fut à 10 en dessous.

Froid excessif le 31 décembre

Décembre a été neigeux et remarquable par le plus grand froid qu’on ait jamais peut être éprouvé dans notre pays. Voici un extrait de mes observations: du 15 au 17 décembre, il est tombé environ 11/2 pied de neige. Du 15 au 25, le thermomètre a été le matin à 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et jusque 111/2 au dessous de 0.

28 décembre: à 8 heures 1/4 (matin), le thermomètre est à - 12; à midi, le thermomètre est à - 10; à 10 heures 3/4 (soir), le thermomètre est à - 101/2.

29 décembre: à 8 heures 1/4 (matin), le thermomètre est à - 107/8; à 10 heures 1/2 (soir), le thermomètre est à - 131/3.

30 décembre: à 8 heures (matin), le thermomètre est à - 121/2; à midi, le thermomètre est à - 10; à 10 heures 1/2 (soir), le thermomètre est à - 141/2.

31 décembre: soleil levant, le thermomètre est à - 151/2; à 9 heures 1/2 (matin), le thermomètre est à - 131/2; soleil couchant, le thermomètre est à - 111/2.

1er janvier: à 8 heure (matin), le thermomètre est à - 12.

Du 2 au 8: le thermomètre a été le matin à 9, 10, 11, 12, 13.

Dès le 10, le dégel est venu avec la pluye.

[p. 76 v.]

Chemins bouchés

La bise avoit amoncelé la neige dans les chemins et on a été 3 ou 4 semaines sans pouvoir passer avec les chariots.

Dégat causé par le froid

Ce froid, supérieur à celui des hyvers ordinaires et contre lequel on n’étoit pas asset précautionné, a fait beaucoup de dégâts dans les maisons. Le vin a gelé dans les celliers. Les pommes de terre, les racines ont été aussi gelées presque partout. Il commençoit à geler à notre cave basse, dont l’on avoit négligé de fermer les soupiraux.

Rhône gelé

Le Rhône fut complètement gelé le 31 décembre et 1 et 2 janvier vis à vis l’embouchure de l’Allondon et quelques centaines de personnes le traver sèrent sur la glace. C’étoit des glaçons descendus avec le courant et arrêtés et gelés ensemble. Ce pont de glace avoit une longueur de plus de 60 toises.

Lac gelé

À Genève, le lac fut ainsi gelé et on le traversa même en cabriolet des Eaux-Vives aux Pâquis. On a aussi traversé l’Arve.

Fontaines et moulins arrêtés

Les fontaines furent arrêtées; l’eau s’étant gelée dans les conduits. Pour surcroît de malheur, les rivières étoient si prodigieusement basses qu’aucun moulin ne pouvoit aller. Tous ceux de Genève furent arrêtés. Ce grand froid avoit eu lieu plus tôt à Paris et dans plusieurs endroits de l’Europe [145][145] Sur ce rude hiver 1788-1789, à cause d’un anticyclone.... Les travaux de l’automne se sont réduits à faire du bois et replanter quelques arbres; encore le gel a-t-il obligé de cesser. Et on n’avoit point encore rigolé les prés. On a ainsi été 5 semaines sans pouvoir travailler à la campagne.

Saules d’avusy coupés

On a coupé de vieux saules à Avusy et ébranché les autres. Mais ils ne valent rien pour cercler.

Arbres plantés

On a replanté deux arbres au nouveau verger, huit pêchers au jardin, soit en espalier, en plein vent ou contre espalier [146][146] Arbre fruitier fixé en plein air à un treillage, sur... et un poirier; un pommier [à] Susorme, un poirier aux hutins jeunes de Genessy et 4 nouveaux pommiers aux hutins vieux de Genessy; en tout 17 arbres sans compter des pêchers dans les hutins.

Petite allée au Ramey

On a fait une petite allée au Ramey depuis la terrasse jusqu’à l’angle du verger [de Mr] Nourrisson. On y a planté des pêchers entés et non entés. Parmi ceux-ci, il y en a deux sortes; savoir les uns proviennent de noyaux d’espaliers et les autres de vigne. Pour décider s’il y a quelques différences, la note en est dans le livre des arbres [147][147] Au sein des archives privées de François Pictet se..., après ceux du verger.

[p. 77 r.]

Janvier 1789

Depuis le dégel arrivé avec force depuis le 15 avec pluye abondante, le reste du mois a été fort doux. La neige a à peu près disparu le 18 et 19 pour un temps très chaud et pluvieux. Il n’en reste plus que là où il y avoit des amas.

On a pu travailler un peu à la campagne, comme aux hutins, rigolage des prés, etc. 28: Les eaux étant très abondantes, j’ai mesuré les fontaines. La fontaine publique du Beula donne 12 quarterons par minute. Il en sort un peu par la déchargeoire et elle ne coule pas à plein tuyau. Tuyau du Beula de la fontaine du verger: 221/2 quarterons; tuyau du verger de la fontaine du verger: 37,5 quarterons; [total]: 60 quarterons par minute. Les bournaux, qui conduisent l’eau au bas du Ramey se trouvant gâtés au delà de la pépinière, on a résolu d’abandonner cette conduite, puisque les bourneaux se gâtent si souvent, qu’il est très difficile que la boue et les saletés n’y entrent et qu’on ne peut pas obtenir des domestiques de nettoyer le réservoir assez souvent et d’ailleurs l’eau va par rigoles, presque aussi loin, mais un peu plus haut.

[Ici s’interrompt l’écriture ronde, fine et serrée de Jacques-André Mallet, un an avant sa mort presque jour pour jour. Le Journal d’Avully ne s’arrête pas là pour autant. Il est poursuivi pendant environ deux années, mais de manière incomplète, par la sœur de Jacques-André, Isabelle, dont l’écriture est pointue et plus ample.]

Notes

[1]

Docteur en Histoire, 390, route de Maubeuge, 59550 Maroilles. Courriel : <fulgence. delleaux@ wanadoo. fr>

[2]

Mesure de capacité qui équivaut à 19,83 litres.

[3]

Champs plantés d’érables et/ou d’arbres fruitiers dans lesquels circulent des pampres de vignes. Au sol sont semées en général des céréales.

[4]

Lieu-dit d’Avully.

[5]

Sur les différentes monnaies en cour dans la région, voir Körner, Furrer et Bartlome, 2001.

[6]

Toise : mesure de superficie qui équivaut à o, 000675 ha.

[7]

Lieu-dit d’Avully.

[8]

Sarment fiché en terre prenant racines lors de la première année.

[9]

Lieu-dit d’Avully.

[10]

Idem.

[11]

Idem.

[12]

Idem.

[13]

Idem.

[14]

Idem.

[15]

Mesure de capacité qui équivaut à 2,25 1.

[16]

« Ménage de campagne » ; c’est-à-dire l’ensemble des domestiques et ouvriers agricoles (valets de charrue, servante, etc.) au service de Mallet.

[17]

Arbres plantés le long d’un mur sur lequel on a palissé les branches afin de favoriser l’ensoleillement et protéger des intempéries les fleurs et les fruits : Lachiver, 1997, p. 1291.

[18]

Lieu-dit d’Avully.

[19]

Idem.

[20]

Labourage afin d’aérer la terre qui a été tassée par les vendangeurs dès le 17 octobre dernier, puis sans doute par les pluies de l’hiver et enfin par les opérations de taille.

[21]

En général variété qui pousse dans les hutins.

[22]

Suppression d’une partie des feuilles de vigne afin de favoriser la pousse des raisins.

[23]

Troisième labourage des vignes.

[24]

Lieu-dit d’Avully.

[25]

La « pose » genevoise, mesure de superficie qui équivaut à 0,27 ha.

[26]

Plante fourragère.

[27]

Le gyp ou gypse est une roche saline composée de sulfate naturel hydraté de calcium. Une fois chauffée, cette roche perd de l’eau et donne du plâtre (Rozier, 1809, p. 579-580). Elle sert à l’amendement des terres et permet d’améliorer la structure des sols argileux sodiques (à teneur élevée en sodium).

[28]

Mesure de capacité qui équivaut à 79,34 1.

[29]

Résultat de l’expérience le 28 mai 1779.

[30]

Carreau de terre cuite ou brique: Humbert, 2004, t. 1, p. 79.

[31]

Soit du Muscat blanc ou du Juliatique.

[32]

Le 29 juillet 1778.

[33]

Pièce de bois recourbée et perforée d’où l’eau s’écoule.

[34]

Recueil de pieces oeconomiques et autres curieuses et utiles contenant la meilleure méthode de semer et de moissonner les grains, de cultiver la vigne, de cuver les vins nouveaux, de faire des prairies artificielles de luzerne, esparcette et treffle, des Engrais de terre, des labours, d’élever et tailler les Arbres fruitiers, des Figuiers, de la culture des fèves, des haricots… enfin la manière de gouverner avantageusement les mouches à miel, d’élever les poulets d’Inde, Genève, Imprimerie Jean-Léonard Pellet, 1774, 376 p.

[35]

Seau en bois, à oreilles et de forme ronde : Humbert, 2004, t. II, p. 177.

[36]

Cuvier ou grand baquet : ibid., p. 6.

[37]

Village situé au nord ouest d’Avully.

[38]

Lieu-dit d’Avully.

[39]

Rivière.

[40]

Sur la fameuse inondation de la Saint-Crépin d’octobre et sur les risques naturels en général voir Champion, 1858, réed. 2000 et Pfister, 2002.

[41]

Terre que le valet de charrue récupère en curant son soc de charrue à chaque fois en bout de raie et qu’il dépose sur les bords du champ: Lachiver, 1997, p. 445.

[42]

Lieu-dit d’Avully.

[43]

Copeaux, éclats de bois : Humbert, 2004, t. 1, p. 120.

[44]

Fagots de sarments.

[45]

Mesure de capacité qui équivaut à 0,54 hl.

[46]

Lieu-dit d’Avully.

[47]

Village situé au sud d’Avully.

[48]

Ruclon ou raclon : fumier des rues, boue, matières fécales humaines, immondices ramassées dans les rues ou sur les routes pour servir d’engrais. Humbert, 2004, t. 11, p. 167.

[49]

Endroit où est stocké le ruclon.

[50]

Lieu-dit d’Avully.

[51]

Village viticole réputé dans la région de la Côte (Pays de Vaud) situé à 50 km au nord est d’Avully.

[52]

Lieu-dit d’Avully.

[53]

Village situé au sud ouest d’Avully.

[54]

Lieu-dit d’Avully.

[55]

Ce qu’on peut semer dans une certaine étendue de terrain. Le mot français « contenance » ne rend pas exactement l’expression genevoise : Humbert, 2004, t. 11, p. 178. La coupe de semature oscille entre 330 et 333 toises.

[56]

Champ semé de chanvre : Humbert, 2004, t. 1, p. 94.

[57]

Lieu-dit d’Avully.

[58]

Peut-être est-ce des résidus de chanvre (draps de chanvre) que Mallet cultive et qui peuvent servir de fertilisant à l’instar des chiffons de laine, des râpures de cornes de vaches et de sabots de chevaux, de la poudre d’os de chevaux mis à l’équarrissage, etc.

[59]

Lieu-dit d’Avully.

[60]

Résultat de l’expérience le 10 septembre 1779.

[61]

Valmont de Bomare, 1764.

[62]

Défoncer un terrain, le fouiller à quelques pieds de profondeur, en ôter les pierres, y mettre du fumier ou de la terre nouvelle: Humbert, 2004, t. 11, p. 45.

[63]

Située à l’arrière du domaine (cf. figure 4 de la Ire partie, p. 149).

[64]

Caronner ou carreler. Le carron est un carreau de terre cuite: Humbert, 2004, t. 1, p. 79.

[65]

Fenil, grenier dans lequel on entrepose le foin: Humbert, 2004, t. 1, p. 204.

[66]

Lieu-dit d’Avully.

[67]

Village situé au sud d’Avully.

[68]

Vignoble de Lavaux (Pays de Vaud), autour notamment des villages de Riex et d’Épesses, qui produit de meilleurs vins que ceux du Genevois. On remarque à nouveau ici le désir de Mallet d’améliorer la qualité de ses vignes.

[69]

Village situé au sud d’Avully.

[70]

Village situé à 16 km d’Avully sur les bords du Léman à proximité de Genève.

[71]

Ce qualificatif ne nous permet pas d’identifier avec précision ce modèle de charrue. S’agit-il de la charrue savoyarde présentée par Costa de Beauregard en 1774 ou de la charrue « genevoise » crée par Lullin de Châteauvieux en 1753 ?

[72]

Graine de prairie fournie par les herbes les plus élevées dont on coupe les panicules avant la fenaison : Lachiver, 1997, p. 669-670.

[73]

Chenille au corps très long : Lachiver, 1997, p. 103.

[74]

Village situé près de Genève.

[75]

Résultat de l’expérience le 29 mai 1781.

[76]

« Benaiton » : panier, corbillon, sébile, de forme conique et sans anse (en Savoie, on dit « benon »). Humbert, 2004, t. 1, p. 45.

[77]

Mesure de capacité qui équivaut à une demi coupe, soit 39,67 1.

[78]

Mesure de capacité qui équivaut à 4,95 1.

[79]

Seconde coupe des foins. La première ayant lieu aux alentours de la Saint-Jean.

[80]

Essarté.

[81]

Tuyau : Humbert, 2004, t. 1, p. 59.

[82]

Arbres sur tige qui est laissé à lui même après une taille de ramification réalisée sur les trois branches principales : Lachiver, 1997, p. 1331.

[83]

Un blé venté est un blé attaqué par la maladie appelée nielle ou carie.

[84]

Lieu-dit d’Avully.

[85]

Résultats non analysés par Mallet en juin 1782, car selon lui «le trèfle étoit trop inégal ayant été gâté par le froid».

[86]

Sorte de circonscription militaire, juridique et administrative sous le contrôle d’un châtelain.

[87]

Lieu-dit d’Avully

[88]

La grêle est un phénomène météorologique sélectif. Lorsque l’on regarde la carte actuelle des orages de grêles en Suisse, on remarque que certaines zones, dont l’est du vignoble valaisan, ne sont jamais touchées, alors que l’ouest lémanique est frappé chaque année avec des dégâts variant du tout au rien selon les trajectoires des chutes de grêle. Information aimablement transmise par Michel Grenon.

[89]

Les pluies froides du printemps ont empêchées les fleurs d’être fécondées (phénomène de coulure), ce qui explique le peu de grains.

[90]

Un char (mesure de capacité viticole) équivaut à 6,48 hl (la bossette équivaut à un demi char), ce qui fait 72 hl/ha.

[91]

23,5 hl/ha.

[92]

Nous obtenons une productivité de 120, 144, 168 et 192 hl/ha.

[93]

Lieu-dit d’Avully.

[94]

Insecte de l’espèce des charançons: Humbert, 2004, t. I, p. 78.

[95]

Lieu-dit d’Avully.

[96]

Pieu de bois qui soutient une barre de bois sur laquelle on lie les sarments des ceps : Lullin, 1820.

[97]

Eaux-Vives et Pâquis : quartiers de Genève séparés par le Léman.

[98]

Lieu-dit d’Avully.

[99]

Gardien de vaches: Humbert, 2004, t. 1, p. 61.

[100]

Contenu d’une brande qui est une hotte de bois pour porter en général les raisins lors de la vendange: ibid., p. 62.

[101]

Village situé au sud d’Avully.

[102]

On peut présumer que certains organes internes présentaient des lésions avancées sans modification de forme. Le bœuf malade a présenté pendant plusieurs mois une affection respiratoire cachectisante qui évoque soit une forme chronique de péripneumonie bovine, soit une tuberculose pulmonaire. Dans la péripneumonie chronique, après une atteinte subaiguë primitive, «le passage à l’état chronique est constitué par une rétrocession incomplète de certaines altérations. La toux persiste; le malade reste amaigri; l’appétit est capricieux; on observe des troubles digestifs intermittents». Parfois, «il se produit, à des intervalles plus ou moins éloignés, des poussées exprimées par la toux, l’accélération de la respiration et l’élévation de la température » : Leclainche et Nocard, 1903, t. 1, p. 457-459. Dans la tuberculose pulmonaire, l’élévation thermique est moins prononcée, la toux plus forte, l’évolution beaucoup plus lente. Dans la région de Genève, la «pulmonie» ou péripneumonie est une des maladies de bestiaux les plus fréquentes. Il semble très probable que le bœuf de Mallet en soit atteint. Ces informations, comme les suivantes sur les maladies de bétail, nous ont été aimablement transmises par François Vallat. Nous renvoyons également le lecteur à Claivaz, 1997, p. 37-44.

[103]

Fèves.

[104]

Ce cépage blanc en provenance du Rhin a la particularité d’avoir une maturation difficile, ce qui explique la date de vendange plutôt tardive. Même si la volonté de notre astronome-vigneron d’améliorer la qualité de son vin n’est sans doute pas étrangère dans ce retard. À noter que ce cépage est connu pour donner un vin se conservant assez bien.

[105]

Soit 41,7 hl/ha.

[106]

Lieu-dit d’Avully.

[107]

Idem.

[108]

Très petite quantité: Humbert, 2004, t. 1, p. 124.

[109]

Vente à l’encan d’un bien immobilier. Cette procédure publique offre la possibilité aux créanciers de revendiquer leur dû ou aux détenteurs de servitude de rappeler leurs droits. En outre, cette procédure prémunit l’acheteur d’éventuelles prétentions ultérieures.

[110]

Pesette.

[111]

Charles Pictet (1713-1792), ancien colonel aux Pays-Bas et propriétaire d’un domaine à Cartigny depuis 1757, au nord d’Avully, est le père de Marc-Auguste, assistant de Mallet à l’observatoire de Genève.

[112]

Résultat de l’expérience en août 1784.

[113]

Petite poire.

[114]

Village située au sud d’Avully.

[115]

Fossé: Humbert, 2004, t. 11, p. 203.

[116]

Marchand de bois, de chaux et de gyp: Humbert, 2004, t. 1, p. 220.

[117]

Tessier, 1783.

[118]

Champ semé de chanvre: Humbert, 2004, t. 1, p. 94.

[119]

Résultat de l’expérience en juillet 1785.

[120]

Genève.

[121]

Lieu-dit d’Avully.

[122]

Piège.

[123]

Lieu-dit d’Avully.

[124]

Résultat des expériences en juillet 1786.

[125]

Maladie du blé qui se traduit par l’apparition de champignons parasites sur les épis. Ces derniers deviennent alors très maigres et moins denses. Dès octobre 1777, au moment des semailles, Mallet teste une lessive avec de la cendre de bois mélangée avec de la chaux, qui est préconisée par l’agronome Tillet.

[126]

Ces ventes nombreuses de bovins en raison de la pénurie de fourrage ont pour conséquence de faire chuter le prix de la viande: Pluz, 1975. Même si Mallet est de loin le moins à plaindre dans cette situation, en cultivateur avisé, il préfère rentabiliser un maximum son élevage.

[127]

Sorte de planche brute, arrondie d’un côté et plate de l’autre: Humbert, 2004, t. 1, p. 104.

[128]

Village située au sud-est d’Avully.

[129]

C’est là où se situe sa maison à Genève.

[130]

«Tel est le nom vulgaire donné par Devillaine à une affection des bêtes à cornes qui paraît devoir se rapporter à l’entérite; du moins les autopsies cadavériques ont-elles montré quelquefois des excoriations et des ulcérations aux intestins, qui ont dû nécessairement être précédées d’une inflammation […] Les symptômes mentionnés sont la tristesse, la paresse, la prostration, le froid des cornes et des oreilles, la saleté du poil, la perte d’appétit sans défaut de rumination, à moins que la maladie ne soit à son comble, peu de fièvre, et presque toujours de la diarrhée sur la fin»: Hurtrel dArboval, 1826-1828, t. 2, p. 24.

[131]

Ce personnage est communier de Dardagny (village situé au nord d’Avully). Qualifé de « médecin de bestiaux » et réputé pour ses remèdes, il est souvent appelé pour venir en aide aux paysans genevois dont le cheptel est atteint de maladie au cours des dernières décennies du xviiie siècle: Claivaz, 1997, p. 64-65.

[132]

Ce qui est normal, puisque les jardins potagers sont bien fumés, généralement à l’aide du fumier de basse cour et de matières fécales humaines. Idem pour les endroits où l’on fait pousser du chanvre. Cette plante textile comme le lin requière une fumure copieuse et une main d’œuvre par ailleurs toute aussi importante.

[133]

Cette « racine de disette » ou « mangel wurzel », dont la culture s’est développée en Allemagne au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, est une variété productive et très aqueuse de la betterave rouge. C’est l’agronome Frédéric-Guillaume Maurice qui l’a fait connaître dans le Genevois.

[134]

Mallet ne nous fournit pas le résultat de cette expérience au moment de la moisson 1787.

[135]

Après avoir payé un onéreux « droit de réception », Jacques-André peut dorénavant assister et participer à l’assemblée des communiers qui gèrent grosso modo les affaires de la commune d’Avully, mais quelque peu sous la surveillance du Châtelain du cru: répartition des impôts, publication des ordonnances, gestion des finances relatives à la vente de bois, respect des servitudes collectives, etc.

[136]

Lieu-dit d’Avully, situé à proximité du domaine de Mallet.

[137]

En effet, la désalpe se déroule en temps normal au cours de la première quinzaine d’octobre.

[138]

Bois pour la charpente.

[139]

Village situé au sud de Genève, à 15 km d’Avully.

[140]

La gourme est une affection streptococcique dont, une fois pour toute, la plupart des poulains souffrent sans conséquences durables. Le jeune cheval « jette sa gourme » c’est-à-dire qu’il présente un écoulement purulent nasal (appelé chez les animaux jetage). Chez certains sujets, la suppuration peut s’étendre, en particulier au poumon, complication grave. « À l’égard de la fausse gourme, on dit qu’elle est l’effet d’une gourme incomplète, imparfaite, mal jetée, et l’on considère comme telles les tumeurs et les abcès qui surviennent çà et là sur une partie quelconque ou sur plusieurs parties du corps »: Hurtrel dArboval, 1826-1828, t. 2, p. 269.

[141]

Dès le mois d’août, la mercuriale de Genève grimpe en flèche. C’est le début d’une période de cherté excessive, que les genevois n’avaient plus connu depuis la crise de 1770-1771, et dont l’apex se situe en 1790.

[142]

Lieu-dit d’Avully (à côté des Ferrages).

[143]

Pièces chauffées qui ont plusieurs fonctions (salle de séjour, chambre à coucher) toujours attenantes à la cuisine.

[144]

File, rangée: Humbert, 2004, t. 11, p. 206.

[145]

Sur ce rude hiver 1788-1789, à cause d’un anticyclone sibérien présent de l’Islande à l’Europe médiane, en passant par la Suisse, se reporter à Pfister, 1999, p. 93.

[146]

Arbre fruitier fixé en plein air à un treillage, sur lequel on palisse les branches pour favoriser l’ensoleillement et pour protéger des intempéries les fleurs et les fruits: Lachiver, 1997, p. 728.

[147]

Au sein des archives privées de François Pictet se trouve un Arboretum ou journal des arbres fruitiers du domaine d’Avully et journal des greffes courant de 1774 à 1797.

Résumé

Français

Les écrits du for privé de cultivateurs ou apparentés sont sans doute l’un des meilleurs moyens pour reconstituer au plus près l’histoire des mutations agricoles. Ainsi, le Journal d’Avully de l’astronome Jacques-André Mallet est le témoin sans détour d’une élite de cultivateurs-propriétaires genevois dynamiques, attentifs à leur environnement climatique, entrés en agronomie et résolument engagés dans le progrès agricole à partir du second xviiie siècle.

Mots-clés

  • agronomie
  • climat
  • grands exploitants
  • journal
  • progrès agricole
  • Suisse
  • viticulture

English

The private writings of cultivators and the like provide probably one of the best tools to trace in detail the history of agricultural change. Thus, the Journal d’Avully by astronomer Jacques-André Mallet is a direct witness to the activities of a dynamic elite of owner-cultivators from the Geneva region. This elite was a close observer of the climate, used agronomic theory and was deeply committed to agricultural progress from the second half of the 18th century on.

Keywords

  • agricultural progress
  • agronomy
  • climate
  • diaries
  • large cultivators
  • Switzerland
  • wine-growing

Español

Resumen : Los escritos privados de labradores o afines son, sin lugar a dudas, uno de los mejores medios para reconstituir de cerca la historia de las mutaciones agrícolas. Y así es que el Diario de Avully del astrónomo Jacques-André Mallet es el testigo fehaciente de una elite de labradores propietarios ilustrados dinámicos, atentos a su entorno climático, adictos a la agronomía y decididamente comprometidos en la vía del progreso agrícola durante la segunda parte del siglo xviii.

Palabras claves

  • agronomía
  • clima
  • grandes labradores
  • Suiza
  • viticultura

Plan de l'article

  1. Graine de trèfle
  2. Terres levées pour les champs

Pour citer cet article

Delleaux Fulgence, « L'astronome aux champs. Le journal de Jacques-André Mallet sur le domaine d'Avully en Genevois (1773-1789) - 2e partie », Histoire & Sociétés Rurales, 2/2009 (Vol. 32), p. 135-197.

URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2009-2-page-135.htm


Article précédent Pages 135 - 197 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback