Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Humanisme et Entreprise

2012/5 (n° 310)


ALERTES EMAIL - REVUE Humanisme et Entreprise

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 57 - 72

Résumé

Français

L’analyse du risque crédit dans une institution de micro-finance (IMF) repose sur une approche globale combinant des critères sociaux et économiques. Elle se traduit par une forte responsabilisation des conseillers de clientèle dans le processus d’évaluation et de gestion du risque et du comité de crédit dans le processus de prise de décision. Pour limiter le risque de non remboursement, mais aussi le risque de surendettement des porteurs de projets, les parties prenantes veillent à la prise en compte du risque au cours des différentes phases du montage des dossiers. L’étude empirique révèle que la gestion du risque crédit repose sur une implication des parties prenantes, fondée sur la confiance, tant au niveau de l’analyse réalisée avant l’attribution du prêt, que de la gestion du risque au cours de son remboursement. L’asymétrie informationnelle révélatrice de toute relation d’agence est réduite par la multitude d’interventions des conseillers de clientèle au cours du parcours de création d’entreprise. Leur perception du risque, entretenue par la régularité de leurs interventions dans le cadre d’actions d’accompagnement professionnel, renvoie à une approche qualitative du risque qui présente une originalité par rapport à la banque de détail classique.

Mots-clés

  • risque crédit
  • microcrédit
  • confiance
  • théorie socio-économique
  • parties prenantes
  • rating
  • normes prudentielles bancaires

English

Risk credit analysis in a microfinance institution (MFI) lays on a global approach that combines social and economic criteria. Clients advisors, but also the credit committee, assume more responsibility than in a classical bank, the former in the risk assessment and management process, and the latter in the decision making process. So as to limit the non repayment risk, but also to reduce the chance that entrepreneurs will run up big debts, both stakeholders look after taking into account the risk at each step of the mounting of a financing project. Our empirical study reveals that risk credit management is based on a stakeholders’ implication, on confidence, at all stages of a financing project (before and during the reimbursement of the microcredit). The informational asymmetry revealing each agency relation is reduced because of a large number of interventions by client advisors during the business setting cycle. Their risk perception, sharpened by the steadiness of their professional training interventions, is based on a qualitative risk approach which constitutes a novelty compared to the classical retail bank practices.

Keywords

  • credit risk
  • microcredit
  • confidence
  • socioeconomic theory
  • stakeholders
  • rating
  • prudential bank standards

Plan de l'article

  1. 1 - Introduction
    1. 1.1 - Gestion des risques dans les IMF : comparaison avec les pratiques dans les banques de détail classiques
      1. 1.1.1 - La gestion du risque crédit
      2. 1.1.2 - La gestion du risque opérationnel
    2. 1.2 - La prise en compte du facteur humain dans l’octroi d’un microcrédit
    3. 1.3 - Cadre théorique du microcrédit : la théorie socio-économique
  2. 2 - Présentation du cas et méthodologie
    1. 2.1 - Présentation et justification du choix du cas de l’association Alpha
    2. 2.2 - Déroulement de l’étude empirique
    3. 2.3 - Les implications théoriques
      1. 2.3.1 - 1er constat : approche qualitative de la gestion du risque crédit
      2. 2.3.2 - 2nd constat : instauration d’une relation de confiance avec les porteurs de projets
  3. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback